L'automate de Nuremberg de Thomas Day

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Jean

Avatar du membre
Travis
Messages : 1841
Enregistré le : mar. déc. 16, 2008 9:11 am
Contact :

Message par Travis » jeu. janv. 06, 2011 11:28 am

"L’automate de Nuremberg" est très bien dans le format court. Sinon

Image

Dans ce recueil je me suis marré comme pas deux avec la nouvelle American Drug trip.

Avatar du membre
julien.vdhg
Messages : 103
Enregistré le : dim. sept. 27, 2009 10:25 am
Localisation : Liège (Belgique)
Contact :

Message par julien.vdhg » sam. janv. 08, 2011 7:54 pm

ha ouais, j'y repenserai à l'occasion celui-là tiens...
Blog "Naufragés Volontaires" ::: http://naufragesvolontaires.blogspot.com

Avatar du membre
JCdeNantes
Messages : 19
Enregistré le : dim. déc. 05, 2010 6:48 pm
Localisation : Nantes

Message par JCdeNantes » lun. janv. 10, 2011 3:38 am

Remarquable ! Et je n'exagère pas... trop. :lol: Sans rire, ça vaut la peine.

Avatar du membre
Lune
Messages : 589
Enregistré le : lun. mars 30, 2009 1:10 pm
Localisation : A l'ombre du vent
Contact :

Message par Lune » mer. janv. 19, 2011 3:48 pm

Pour en revenir.

Un premier coup de cœur de l'année pour ce récit surprenant et trop court (non la longueur est bien, mais on voudrait que ça continue, enfin vous voyez !) de Thomas Day ! L'histoire de Melchior, automate à la force physique très limitée, mais à l'esprit vif, plein d'interrogations existentielles, nous conduit dans une Europe et une Afrique uchroniques.

Si vous avez 2 euros qui trainent, maintenant vous savez quoi faire !
Ce n'est pas parce que je dis n'importe quoi que j'ai tort.

Avatar du membre
Tétard
Messages : 541
Enregistré le : dim. mai 25, 2008 4:28 pm

Message par Tétard » mer. mai 18, 2011 4:33 pm

J'ai beaucoup aimé ce texte aussi, même s'il (me) donne envie d'en savoir plus et du coup frustre le lecteur (que je suis). De nombreuses thématiques (révolution industrielle, uchronie napoléonienne, colonialisme etc.) parsèment ce texte uchronique qui pourrait certainement donner lieu à un roman.
On offre de face la vérité à son égal : on la laisse entrevoir de profil à son maître.
(Chamfort, Eloge de La Fontaine)

Répondre

Retourner vers « Vos dernières lectures »