Terre sans mal de Martin Lessard

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Jean

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » dim. janv. 16, 2011 9:09 pm

Lensman a écrit :
bormandg a écrit : Il y a déjà eu au moins un échec, JM Truong. .
Dommage, c'était pas mal du tout, selon mon goût.
Mais j'avoue être du plus grand scepticisme quant à cette théorie du "passage".
On verra, en effet (en étant optimiste, bien sûr...)
Oncle Joe
D'accord avec toi, c'était pas mal du tout. Et d'accord aussi pour le scepticisme, justement à cause de ces expériences déjà citées.
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

JDB
Messages : 1541
Enregistré le : mer. mai 03, 2006 1:37 pm
Contact :

Message par JDB » lun. janv. 17, 2011 6:05 am

[Mode Sociologie de comptoir ON]
Votre conversation m'inspire une réflexion.
La forme de SF que vous évoquez -- à la fois accessible au grand public et manifestant de l'optimisme vis-à-vis de l'avenir -- n'est pas viable.
Le gros du lectorat, à l'image de la majorité des Français, n'est PAS optimiste (cf le sondage dont on a beaucoup parlé il y a peu) et se tourne de préférence vers les romans historiques, les romans de terroir -- bref, l'évocation du passé -- ou, quand il s'intéresse à "l'imaginaire", vers les fabulations pure (fantasy, SF dégagée de toute relation au réel).
Seule porte de sortie à mon avis : le steampunk -- faire un détour par le passé pour travailler sur un avenir optimiste (ce que le steampunk permet, mais ne nécessite pas ; ici aussi, il faut du volontarisme).
Bien entendu, ceci est une forte impression personnelle qui ne repose pas sur des données précises et quantifiées.
Mais quand même.
[Mode Sociologie de comptoir OFF]

JDB]
“Miss Judith Lee, vous êtes l’une des choses les plus étranges de ce monde très étrange.”

Avatar du membre
Cachou
Messages : 3625
Enregistré le : mer. mars 24, 2010 9:59 am
Localisation : Belgique
Contact :

Message par Cachou » lun. janv. 17, 2011 7:04 am

JDB a écrit :Le gros du lectorat, à l'image de la majorité des Français, n'est PAS optimiste (cf le sondage dont on a beaucoup parlé il y a peu) et se tourne de préférence vers les romans historiques, les romans de terroir -- bref, l'évocation du passé -- ou, quand il s'intéresse à "l'imaginaire", vers les fabulations pure (fantasy, SF dégagée de toute relation au réel).
Ça je n'en suis pas du tout sûre. Quel est ce sondage et que dit-il exactement? Parce que, par exemple, monsieur Harlequin et ses histoires à l'eau de rose qui se terminent bien se vendent toujours autant (je viens d'apprendre que c'était ce qui permettait à ma bouquinerie de vivre, du coup je remercie monsieur Harlequin!). Je pense que la mode est au pessimisme dans les milieux "intellectualisants", et que le grand lectorat suit parfois cette mode pour avoir l'impression d'être "in" (voir Beigbeder, Houellebecq, Angot et cie). Ça fait toujours mieux de dire que l'on pense que le monde est foutu. Mais en attendant, "Amélie Poulain" fait plus d'entrées que n'importe que "99 francs".

JDB
Messages : 1541
Enregistré le : mer. mai 03, 2006 1:37 pm
Contact :

Message par JDB » lun. janv. 17, 2011 5:00 pm

Cachou a écrit :
JDB a écrit :Le gros du lectorat, à l'image de la majorité des Français, n'est PAS optimiste (cf le sondage dont on a beaucoup parlé il y a peu) et se tourne de préférence vers les romans historiques, les romans de terroir -- bref, l'évocation du passé -- ou, quand il s'intéresse à "l'imaginaire", vers les fabulations pure (fantasy, SF dégagée de toute relation au réel).
Ça je n'en suis pas du tout sûre. Quel est ce sondage et que dit-il exactement? Parce que, par exemple, monsieur Harlequin et ses histoires à l'eau de rose qui se terminent bien se vendent toujours autant (je viens d'apprendre que c'était ce qui permettait à ma bouquinerie de vivre, du coup je remercie monsieur Harlequin!). Je pense que la mode est au pessimisme dans les milieux "intellectualisants", et que le grand lectorat suit parfois cette mode pour avoir l'impression d'être "in" (voir Beigbeder, Houellebecq, Angot et cie). Ça fait toujours mieux de dire que l'on pense que le monde est foutu. Mais en attendant, "Amélie Poulain" fait plus d'entrées que n'importe que "99 francs".
La journée est passée et tu es la seule à m'avoir répondu... en apportant de l'eau à mon moulin.
Pour moi, la collection Harlequin relève de la fabulation -- et puis, je te le rappelle, je ne parlais que de "littérature de l'imaginaire". Si tu estimes que cela relève du réalisme, voire a minima de la littérature mimétique, je te laisse la responsabilité de ton interprétation.
Quant à Amélie Poulain, abstraction faite des qualtés formelles de ce film -- et, je le rappelle, je ne parlais que de littérature, ou plus basiquement d'édition, pas de cinéma --, il me semble que ce film fait appel à toute une imagerie nostalgique sur le Paris popu d'avant la Seconde Guerre mondiale (à tout le moins).
Donc, j'attends des arguments plus étayés.
Na.
JDB
“Miss Judith Lee, vous êtes l’une des choses les plus étranges de ce monde très étrange.”

Avatar du membre
Cachou
Messages : 3625
Enregistré le : mer. mars 24, 2010 9:59 am
Localisation : Belgique
Contact :

Message par Cachou » lun. janv. 17, 2011 5:09 pm

JDB a écrit :
Cachou a écrit :
JDB a écrit :Le gros du lectorat, à l'image de la majorité des Français, n'est PAS optimiste (cf le sondage dont on a beaucoup parlé il y a peu) et se tourne de préférence vers les romans historiques, les romans de terroir -- bref, l'évocation du passé -- ou, quand il s'intéresse à "l'imaginaire", vers les fabulations pure (fantasy, SF dégagée de toute relation au réel).
Ça je n'en suis pas du tout sûre. Quel est ce sondage et que dit-il exactement? Parce que, par exemple, monsieur Harlequin et ses histoires à l'eau de rose qui se terminent bien se vendent toujours autant (je viens d'apprendre que c'était ce qui permettait à ma bouquinerie de vivre, du coup je remercie monsieur Harlequin!). Je pense que la mode est au pessimisme dans les milieux "intellectualisants", et que le grand lectorat suit parfois cette mode pour avoir l'impression d'être "in" (voir Beigbeder, Houellebecq, Angot et cie). Ça fait toujours mieux de dire que l'on pense que le monde est foutu. Mais en attendant, "Amélie Poulain" fait plus d'entrées que n'importe que "99 francs".
La journée est passée et tu es la seule à m'avoir répondu... en apportant de l'eau à mon moulin.
Pour moi, la collection Harlequin relève de la fabulation -- et puis, je te le rappelle, je ne parlais que de "littérature de l'imaginaire". Si tu estimes que cela relève du réalisme, voire a minima de la littérature mimétique, je te laisse la responsabilité de ton interprétation.
Quant à Amélie Poulain, abstraction faite des qualtés formelles de ce film -- et, je le rappelle, je ne parlais que de littérature, ou plus basiquement d'édition, pas de cinéma --, il me semble que ce film fait appel à toute une imagerie nostalgique sur le Paris popu d'avant la Seconde Guerre mondiale (à tout le moins).
Donc, j'attends des arguments plus étayés.
Na.
JDB
Si on s'en tient à la littérature, et que les Harlequins sont disqualifiés, que dis-tu de la chick litt, qui tend à représenter la vie de tous les jours de trentenaires et se termine rarement mal? Des romans comme "Mange prie aime", "Bridget Jones", "Confessions d'une accro du shopping", toussa, qui s'ils ne sont pas réalistes-réalistes au pied de la lettre (mais quels romans le sont?), tablent sur le fait que "tout va s'arranger". Si tu vas dans une grande surface, là où l'on met les best-sellers, tu en trouveras tout plein.
Ou les romans à la Eric-Emmanuel Schmitt. Je n'en ai lu qu'un, mais pour ce que j'en sais, la plupart ont une fin heureuse. Sans oublier les Bernard Werber (ben si, quand même ^_^). Ou encore du "Da Vinci Code" qui se termine sur une note plutôt positive (je recherche des trucs qui ont eu du succès, hein ^_^).
Bon, j'en ai déjà pas mal là, je dois encore continuer? ;-p

Avatar du membre
Erion
Messages : 5025
Enregistré le : sam. oct. 21, 2006 10:46 am

Message par Erion » lun. janv. 17, 2011 6:04 pm

JDB a écrit : Pour moi, la collection Harlequin relève de la fabulation -- et puis, je te le rappelle, je ne parlais que de "littérature de l'imaginaire". Si tu estimes que cela relève du réalisme, voire a minima de la littérature mimétique, je te laisse la responsabilité de ton interprétation.
Quant à Amélie Poulain, abstraction faite des qualtés formelles de ce film -- et, je le rappelle, je ne parlais que de littérature, ou plus basiquement d'édition, pas de cinéma --, il me semble que ce film fait appel à toute une imagerie nostalgique sur le Paris popu d'avant la Seconde Guerre mondiale (à tout le moins).
Donc, j'attends des arguments plus étayés.
Na.
JDB
Le problème, c'est que la littérature de l'imaginaire "pessimiste" ne se vend pas... non plus. La seule donnée un peu concrète, c'est que ni la littérature ouvertement pessimiste, ni la littérature ouvertement optimiste ne se vendent.
L'auteur qui vend le plus un bouquin d'imaginaire, c'est Marc Lévy avec son dernier opus. Est-ce parce qu'il a un propos optimise ou pessimiste ? Aucune idée.

Pour en revenir à "Terre sans mal" qui ne serait pas destiné aux amateurs de SF mais au grand public.
Je reviens de chez Gibert à Paris. On trouve le roman dans le rayon... Science-fiction/fantasy. Bref, il faut déjà être amateur de SF pour savoir que ce roman est sorti. (je verrai plus tard pour la Fnac).
"There's an old Earth saying, Captain. A phrase of great power and wisdom. A consolation to the soul, in times of need : Allons-y !" (The Doctor)
http://melkine.wordpress.com/

malkus
Messages : 28
Enregistré le : mer. déc. 15, 2010 9:12 am
Contact :

Message par malkus » lun. janv. 17, 2011 6:08 pm

Exactement ce que j'allais signaler de mon côte : croisé au rayon SF à la FNAC.
"Denoël" ou "Lunes d'Encre", ils ont choisi. :?
There, above the branch, the first song you hear in the morning

nolive
Messages : 163
Enregistré le : mer. nov. 01, 2006 1:02 am

Message par nolive » lun. janv. 17, 2011 6:15 pm

thomasday a écrit :Les choix graphiques de la couverture... c'est pas l'éditeur qui s'est planté, c'est l'éditeur qui vise (et espère) toucher le public concerné.
Juste comme ça en passant : judicieusement placé (i.e. à côté du dernier bouquin de Qui Vous Savez), Terre sans mal se vend comme des petits pains.

Avatar du membre
Cachou
Messages : 3625
Enregistré le : mer. mars 24, 2010 9:59 am
Localisation : Belgique
Contact :

Message par Cachou » lun. janv. 17, 2011 6:29 pm

Erion a écrit : Le problème, c'est que la littérature de l'imaginaire "pessimiste" ne se vend pas... non plus. La seule donnée un peu concrète, c'est que ni la littérature ouvertement pessimiste, ni la littérature ouvertement optimiste ne se vendent.
*cough* Houellebecq *cough*
(aussi Beigbeder, Angot, Rey, ou autres, dans une moindre mesure)

Le pessimisme (et surtout l'auto-apitoiement) est à la mode dans les milieux intellectuels pour l'instant on dirait, et le public embraye pour "suivre"... (avis tout à fait personnel qui n'engage donc que moi)(sauf pour Houellebecq, parce que bon, il se vend le monsieur, best-sellers, toussa)

En fait, ce qui se vend, c'est surtout quand quelqu'un se met à cracher du venin sur quelque chose, que ce soit sur des personnalités ou sur le monde qu'il est pourri et tout moche et qu'on est tous foutus. Ce n'est pas tant le pessimisme qui plaît mais la haine qui se déverse parfois à travers lui.
Modifié en dernier par Cachou le lun. janv. 17, 2011 6:31 pm, modifié 1 fois.

Avatar du membre
JCdeNantes
Messages : 19
Enregistré le : dim. déc. 05, 2010 6:48 pm
Localisation : Nantes

Message par JCdeNantes » lun. janv. 17, 2011 6:31 pm

Erion a écrit :
JDB a écrit : Pour moi, la collection Harlequin relève de la fabulation -- et puis, je te le rappelle, je ne parlais que de "littérature de l'imaginaire". Si tu estimes que cela relève du réalisme, voire a minima de la littérature mimétique, je te laisse la responsabilité de ton interprétation.
Quant à Amélie Poulain, abstraction faite des qualtés formelles de ce film -- et, je le rappelle, je ne parlais que de littérature, ou plus basiquement d'édition, pas de cinéma --, il me semble que ce film fait appel à toute une imagerie nostalgique sur le Paris popu d'avant la Seconde Guerre mondiale (à tout le moins).
Donc, j'attends des arguments plus étayés.
Na.
JDB
Le problème, c'est que la littérature de l'imaginaire "pessimiste" ne se vend pas... non plus. La seule donnée un peu concrète, c'est que ni la littérature ouvertement pessimiste, ni la littérature ouvertement optimiste ne se vendent.
L'auteur qui vend le plus un bouquin d'imaginaire, c'est Marc Lévy avec son dernier opus. Est-ce parce qu'il a un propos optimise ou pessimiste ? Aucune idée.

Pour en revenir à "Terre sans mal" qui ne serait pas destiné aux amateurs de SF mais au grand public.
Je reviens de chez Gibert à Paris. On trouve le roman dans le rayon... Science-fiction/fantasy. Bref, il faut déjà être amateur de SF pour savoir que ce roman est sorti. (je verrai plus tard pour la Fnac).
On peut être amateur de SF "grand public" vs amateur SF plus "hard"... et même que l'un n'empêche pas l'autre (dans mon cas). Il faut juste savoir à quoi s'attendre, ce qu'on veut lire et, bien sûr, acheter.

JDB
Messages : 1541
Enregistré le : mer. mai 03, 2006 1:37 pm
Contact :

Message par JDB » lun. janv. 17, 2011 6:36 pm

Cachou a écrit :[Si on s'en tient à la littérature, et que les Harlequins sont disqualifiés, que dis-tu de la chick litt, qui tend à représenter la vie de tous les jours de trentenaires et se termine rarement mal? Des romans comme "Mange prie aime", "Bridget Jones", "Confessions d'une accro du shopping", toussa, qui s'ils ne sont pas réalistes-réalistes au pied de la lettre (mais quels romans le sont?), tablent sur le fait que "tout va s'arranger". Si tu vas dans une grande surface, là où l'on met les best-sellers, tu en trouveras tout plein.
Ou les romans à la Eric-Emmanuel Schmitt. Je n'en ai lu qu'un, mais pour ce que j'en sais, la plupart ont une fin heureuse. Sans oublier les Bernard Werber (ben si, quand même ^_^). Ou encore du "Da Vinci Code" qui se termine sur une note plutôt positive (je recherche des trucs qui ont eu du succès, hein ^_^).
Bon, j'en ai déjà pas mal là, je dois encore continuer? ;-p
Pour moi, c'est de la fabulation -- ou, si tu préfères, de la bluette.
Je reste sur ma position.
JDB
“Miss Judith Lee, vous êtes l’une des choses les plus étranges de ce monde très étrange.”

Avatar du membre
Erion
Messages : 5025
Enregistré le : sam. oct. 21, 2006 10:46 am

Message par Erion » lun. janv. 17, 2011 6:38 pm

Cachou a écrit :
Erion a écrit : Le problème, c'est que la littérature de l'imaginaire "pessimiste" ne se vend pas... non plus. La seule donnée un peu concrète, c'est que ni la littérature ouvertement pessimiste, ni la littérature ouvertement optimiste ne se vendent.
*cough* Houellebecq *cough*
(aussi Beigbeder, Angot, Rey, ou autres, dans une moindre mesure)
Ce ne sont pas des littératures de l'imaginaire :) (du fantasme, peut-être, mais pas de l'imaginaire).
"There's an old Earth saying, Captain. A phrase of great power and wisdom. A consolation to the soul, in times of need : Allons-y !" (The Doctor)
http://melkine.wordpress.com/

JDB
Messages : 1541
Enregistré le : mer. mai 03, 2006 1:37 pm
Contact :

Message par JDB » lun. janv. 17, 2011 6:38 pm

nolive a écrit :
thomasday a écrit :Les choix graphiques de la couverture... c'est pas l'éditeur qui s'est planté, c'est l'éditeur qui vise (et espère) toucher le public concerné.
Juste comme ça en passant : judicieusement placé (i.e. à côté du dernier bouquin de Qui Vous Savez), Terre sans mal se vend comme des petits pains.
En d'autres termes, tu touches les moutons lorsque tu sèmes ton herbe dans les pâtures auxquelles ils sont habitués.
La vie est bêle.
JDB
PS : pardon aux familles toussa, mais je suis d'humeur cynique ce soir.
“Miss Judith Lee, vous êtes l’une des choses les plus étranges de ce monde très étrange.”

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » lun. janv. 17, 2011 6:41 pm

malkus a écrit :Exactement ce que j'allais signaler de mon côte : croisé au rayon SF à la FNAC.
"Denoël" ou "Lunes d'Encre", ils ont choisi. :?
En l'occurrence, c'est l'éditeur qui a choisi puisque j'ai demandé à ce qu'il soit placé en rayon SF. Le fait que ce soit en Grand Public n'a rien à voir avec le rayon, c'est une histoire de réseau (de commercialisation).
On ne met pas les Lunes d'encre dans le réseau Relay/ petits points de vente (il y aurait 90% de taux de retours), alors qu'on y a mis Terre sans mal. Les hypermarchés en ont pris aussi.
En terme de chiffres, la mise en place de Terre sans mal ressemble à une mise en place Lunes d'encre... sauf que la répartition est différente, il y en a moins en niveau 1 de librairie (FNAC et gros points de vente), plus dans les petits points de ventes et maisons de la presse (et en hypermarchés).

GD

Avatar du membre
Erion
Messages : 5025
Enregistré le : sam. oct. 21, 2006 10:46 am

Message par Erion » lun. janv. 17, 2011 6:41 pm

JDB a écrit :
Cachou a écrit :[Si on s'en tient à la littérature, et que les Harlequins sont disqualifiés, que dis-tu de la chick litt, qui tend à représenter la vie de tous les jours de trentenaires et se termine rarement mal? Des romans comme "Mange prie aime", "Bridget Jones", "Confessions d'une accro du shopping", toussa, qui s'ils ne sont pas réalistes-réalistes au pied de la lettre (mais quels romans le sont?), tablent sur le fait que "tout va s'arranger". Si tu vas dans une grande surface, là où l'on met les best-sellers, tu en trouveras tout plein.
Ou les romans à la Eric-Emmanuel Schmitt. Je n'en ai lu qu'un, mais pour ce que j'en sais, la plupart ont une fin heureuse. Sans oublier les Bernard Werber (ben si, quand même ^_^). Ou encore du "Da Vinci Code" qui se termine sur une note plutôt positive (je recherche des trucs qui ont eu du succès, hein ^_^).
Bon, j'en ai déjà pas mal là, je dois encore continuer? ;-p
Pour moi, c'est de la fabulation -- ou, si tu préfères, de la bluette.
Je reste sur ma position.
JDB
Ben, tout autant que la SF "optimiste". Je vois pas la différence, fondamentalement. Asimov, c'est aussi de la bluette ou de la fabulation, à ce compte. J'ai du mal à voir la distinction que tu opères.
"There's an old Earth saying, Captain. A phrase of great power and wisdom. A consolation to the soul, in times of need : Allons-y !" (The Doctor)
http://melkine.wordpress.com/

Répondre

Retourner vers « Vos dernières lectures »