Bifrost n°69 - Culture Rock & Science-Fiction

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Jean

Répondre
Avatar du membre
MF
Messages : 4464
Enregistré le : jeu. déc. 28, 2006 3:36 pm
Localisation : cactus-blockhaus

Bifrost n°69 - Culture Rock & Science-Fiction

Message par MF » ven. mars 01, 2013 5:31 pm

Tiens, pour donner dans la mode autocongratulante, je m'en vais me lancer dans une chronique de lecture du dernier Bifrost. Un avis personnel, de lecteur, qui n'engage que moi.

Et, surtout, parce qu'un numéro 69, sur le thème « Rock et Science-Fiction » ne pouvait que m'obliger à vouloir donner mon avis, subjectif et péremptoire.

Je passe rapidement sur la couverture, me disant que c'est probablement une tentative d'auto-attribution du Paternoster (ou du Atalante, je ne sais plus comment on doit dire) dans le cadre des razzies (j'y reviendrais...) pour tomber sur l'édito. Comme le dit Olivier Girard lui-même, nous avons échappé à la fin du monde le 21 décembre dernier ; pourquoi donc alors nous la promettre pour 2013 ?

A peine suis-je remis de ce long cri déchirant de déprime que je tombe sur les 4 nouvelles inédites de ce numéro. Et là, c'est à mon tour de pousser un long cri déchirant de déprime.

Les 3 premières (Cabinessence ou la vie de Brian de Jacques Barbéri, Winnie l’ourson ne se pique pas de Stéphanie Benson et Le Manteau noir de Daniel Walther) sont à regrouper sous le thème Sexe (1), Drogue et Rock'n'Folk (2). Pas grand chose à en dire. Les deux premières narrent la fin d'une star du R'n'R, la troisième la naissance d'une chanson du Grand Bob (3)
Blindés de références ces 3 textes peuvent être amusant si on se donne la peine d'aller chercher sur wikipedia pour les plus feignants, ou de ressortir sa collection de Rock&Folk pour les francophones ou de Rolling Stone pour les branchés. Mais c'est à peu près tout.

J'ai aussi vite oublié que je ne l'ai lue la fin/non fin de David Brian narrée par Jacques Barbéri. Et ce n'est pas l'appel à l'acide quantique qui l'a sauvée.

Le Manteau noir nous ramène à la source du renouvellement de l'inspiration de Dylan pour l'album Oh Mercy après sa traversée du désert. Cette nouvelle est si classique que je n'en ai retenue que l'ambiance, ce qui n'est peut-être pas si mal.

La mort de Brian Jones mise en scène par Stéphanie Benson est celle qui m'a paru la plus intéressante ; probablement parce qu'au delà des références musicales, elle en appelle à des références littéraires : bien sur à A.A. Milne, mais aussi à R.L. Stevenson (peut-être autant pour L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde que pour L'Île au trésor), à L. Carroll et évidemment à J. M. Barrie. J'ai donc conclue la lecture de cette nouvelle (dans laquelle il y a au demeurant un excellent « Je suis l'homme qui n'amasse pas mousse ») en renvoyant dos-à-dos Brian Jones et Michael Jackson, ce qui n'était pas un cadeau à me faire.

Dans Live At Budokan d'Alastair Reynolds vous apprendrez que, dans un avenir proche, Metallica continuera à donner des concerts ; les membres du groupe seront remplacés par des robots. Moi je dis qu'il n'y a là ni révélation ni prospective : tout amateur savait que c'était déjà le cas dès le début du groupe.
Reynolds raconte donc un avenir dans lequel la musique ne sera plus que méga-concert et les groupes de rock se verront substitués par des robots, puis des méga-robots géants (4) , en passant par des goules/zombies (5). Mais à chaque fois, ça ne ratera pas, le guitariste se mettra à vouloir improviser et à faire une carrière en solo. La vie normale du rock'n'roll, quoi. Jusqu'à ce que deux managers/tourneurs décident de remplacer le lead guitar par une poulet élevé en batterie... heu, non, un tyrannosaurus rex élevé à la biotechnologie. Ce lézard eut-il été mammairement hyper-développé que j'aurai pu sourire. Là, je me suis juste demandé si les cendres de Marc Bolan se mettaient, ou pas, en suspension dans leur urne.


Il n'est pas d'art plus vain que celui qui consiste à vouloir critiquer la critique (6)
Je passe donc rapidement sur Ballade sur l'Arc, le regroupement de l'actualité des mondes imaginaires. N'arrêtant tout juste pour dire un mot d'Objectif Runes (les bouquins, critiques & dossiers) puisque c'est ce qui m'a conduit, à l'origine, à m'abonner à Bifrost (7)
Je vais pousser un minuscule coupe de gueule : est-ce que quelqu'un pourrait donner une ligne directrice à ce bouzin ? S'il vous plait !
Je ne méconnais pas combien il est difficile de faire travailler dans le même sens des gens qui sont d'abord et avant tout des individualistes (sinon, que feraient-ils là ?), quelle est la complexité qu'il y a à tenter d'harmoniser le fond mais surtout la forme des tels exercices de bashing ou d'encensement, mais néanmoins, un tout petit peu d'orientation collective ne me ferait pas de mal, à moi, lecteur. Pour aller au plus court, il faudrait choisir entre critique et chronique (8 )
Très sérieusement, et sans porter aucun jugement de valeur sur le travail respectif de tous ceux qui participent à cette revue trimestrielle de ce qui voit le jour dans ces mondes imaginaires, j'ai l'impression depuis plusieurs numéros de voir une tectonique à l’œuvre. Les pratiques du ouèbe seraient-elles solubles dans Bifrost ?

A la rubrique « Paroles de Libraire », cette fois-ci, c'est Stéphane Auroy d'Imaginaute qui est interviewé. Comme chaque fois, ce point de vue du libraire est juste.

Et vient enfin le dossier Univers Croisés : Rock et Science-Fiction

Alors, bien sur, je sait déjà, avant même de le parcourir, que je vais être déçu ; qu'il manquera tel auteur, tel groupe, tel bouquin, tel LP que je considère indispensable pour l'histoire de ces deux univers et qui légitime leur imbrication. Comme tout le monde... et que j'aurai tort puisqu'il est impossible d'être exhaustif.

Mais sans vouloir donner dans exhaustivité, merde ! Ça, c'est quand même pas du poulet (ou du T-rex, je ne sais plus) ?

Image Image Image

Comment le pas le citer ?Quand on pense au mal de chien qu'à du se donner Patrick Couton (ou au plaisir qu'il a pris, je ne sais pas)

Ces belles et bonnes choses étant dites, je me rue sur ce dossier pour commencer à lire l'interview de Christian Vander promise sur le forum du Bélial.
Point ! Queud ! Zob ! Nada ! Nib !
Une explication ? Oui, dans la présentation du dossier : « Sur le format habituel de Bifrost, nous vous proposons, après une sélection de nouvelles très rock’n’roll que vous avez pu découvrir, plusieurs réflexions sur les auteurs de SF qui ont rendu hommage au rock dans leurs récits et sur les groupes de rock qui ont de leur côté puisé dans la SF, sous la signature d’Eric Holstein, Norman Spinrad, Jean-Marc Ligny et Philippe Thieyre ; d’autres textes étant, faute de place ici, mis en ligne sur le site de la revue — qu’on ne peut que vous inviter à visiter. »

Heu... comment dire... au delà du lol publicitaire pour le site de la revue, je ne suis pas le Centre National du Livre, mais un simple abonné.
C'est pas tant que j'aime en avoir pour mon argent ou que je m'offusque que des cochons de non-payeurs puissent accéder aux articles de Bifrost (ils seront mis en ligne à un moment ou un autre, et pour ce qui me concerne le plus tôt sera le mieux et je continuerai à payer).
Non ! ce qui me gonfle, c'est que dans 4, 5 ou 12 ans, lorsque j'aurais besoin de me replonger dans ce dossier qui contient nombre de choses intéressantes, il m'en manquera des morceaux. Alors, je peux comprendre qu'au format papier, il n'y a pas la place de tout mettre, mais merde ! Au format numérique qu'est-ce qui empêche de joindre les autres pièces du dossier ? Même non paginées ! Même en vrac !

Bon, je vais quand même en dire quelques mots de ce dossier. Surtout pour reconnaître qu'il est à la hauteur des attentes. Du bon, du lourd, du qui décoiffe.

Ça commence avec Eric Holstein qui, par Freak of nature ou… libres variations sur le thème de jeux interdits à la guitare (électrique), offre un regard sur l'alliance rock&sf à travers la musique.

Ça se poursuit par Gravé sur Rock : un guide de lecture de la SF électrique et lysergique, une reprise/refonte des critiques/chroniques des incontournables romans qui mixent sf&rock.

Une reprise d'un classique en milieu de concert est toujours le bienvenu. C'est Spinrad qui s'y colle avec Science-fiction, drogue et rock and roll,article qui date quand même de 2001 et dont je regrette qu'il n'ai pas été actualisé.

Et là, un pur moment de plaisir. Une extase auditive comme il n'y en a qu'une par concert. Jean-Marc Ligny se demande La SF est-elle soluble dans le rock ?. Ah, que c'est bon, des fois, la nostalgie. De se dire « Damn'd, on était dans cette même salle, ce même soir ; on a entendu les mêmes sons, vus les mêmes riffs, on a éprouvé les mêmes émotions, et je ne le savais même pas ». Merci Monsieur Ligny : rien que du bonheur !

Les croisements de la SF, avec le rock psychédélique et sa descendance présentés par Philippe Thieyre et Vous avez dit... progressif ? par Richard Comballot plairont à deux/trois graves malades de ma connaissance avec lesquels nous partageons un goût douteux pour ce type de rock'n'roll déviant. Les cités se reconnaitront.

Et puis une liste, puisque l'on ne peut plus y échapper, dressée par Richard Comballot : « 100 albums rock et SF à écouter avant la fin du monde ». Chacun pourra réaliser le test et déterminer combien de temps il lui reste à vivre avant qu'un putain d'astéroïde ne vienne nous faire une dernière reprise.

Je l'ai souvent dit et je le répète : j'adore Roland Lehoucq. Ce n'était donc pas la peine qu'il s'acoquine avec J. Sébastien Steyer pour épiloguer sur Prometheus, tout le mal qu'il y avait à en dire l'ayant déjà été.

Et on rigole et on, s'amuse en passant à Infodéfonce et Vracanews. Ben oui, on en en janvier, mois du père fouettard et des razzies.
Et là, j'apprends donc que lesdits razzies qui sont quand même le meilleur remède pour éviter que la SFFF ne se prenne trop au sérieux sont arrêtés « Parce qu’on en a marre, qu’il est temps de se renouveler après plus de dix ans (quinze, presque, si on compte Etoiles Vives) et que, d’abord, surtout, ça ne nous fait plus rigoler. » et « parce que ça fait du tort au dossier de janvier ». Mouais, si on reprend les 3 derniers numéro de janvier, je ne pense pas que les razzies aient fait du tort à Léourier, à « SF : questions et perspectives » ou à Heinlein. Mais je peux me tromper.

Bon, ben je la remet dans ma culotte et je continue la lecture.

Et manifestement, le dossier Rock&SF, lui aussi, continue, mais plutôt genre Gary Glitter, puisque ne voilà-t-il pas que Bifrost annonce le lancement de tada !!!! son prix des lecteurs.
Ouf, me voilà rassuré, les razzies ne sont pas mort et Bifrost a décidé de s'auto-décerner le « prix putassier © ». Parce que, quand même, inventer un prix (?) pour lequel seuls les abonnés pourront voter (??) et appeler ça un « prix des lecteurs » (???), fallait oser.
Depuis, à la maison, c'est scène de ménages sur scène de ménage puisque nous sommes deux lecteurs pour un même abonnement. Il va falloir, soit que je double les frais, soit que je divorce. Tout ça pour des conneries marketeuses...
….
restons calmes
….
Pierre-Paul Durastanti prend en charge une nouvelle rubrique « Dans les poches » où il présente les sorties dans les collections poche. Bonne idée, mais un fort risque de débordement par milady/bragelonne et consorts si Pierre-Paul se mettait à vouloir les prendre en compte.


Que dire en conclusion ?

Que ce numéro 69 de Bifrost est comme le rock et la sf.

Parfaitement inutile et totalement indispensable



(aucune drosophile n'a été maltraitée pendant la rédaction de cette chronique)

(1) Après tout, c'est le n° 69
(2) La dernière de ces 3 nouvelles mettant en scène Bob Dylan, rock'n'folk est adapté
(3) Par opposition au Little Bob dont tout le monde connaît l'histoire
(4) Genre Transformers probablement, ce qui n'est pas un cadeau pour l'imaginaire du lecteur
(5) Là, on retombe dans le classic du Glam' Rock
(6) À part la critique elle-même disent les mauvaises langues mais je leur rappellerais que la critique n'est pas un art
(7) J'habite une lointaine province et malgré les efforts méritoires de la télévision de service publique pour nous faire partager, à nous autres provinciaux, les Ors et Lettres de la rue de Valois, il est bien rare que l'on débatte à la Grande Librairie de science-fiction, fantasy ou autres fantastiques (au pluriel puisqu'ils sont 4)
(8 ) Inutile de lancer une fatwa, voire pire un débat Critique vs. Chronique à qui à la plus grosse, je suis ignifuge
Le message ci-dessus peut contenir des traces de second degré, d'ironie, voire de mauvais esprit.
Son rédacteur ne pourra être tenu pour responsable des effets indésirables de votre lecture.

Avatar du membre
Aldaran
Messages : 1903
Enregistré le : dim. sept. 23, 2007 10:25 am

Message par Aldaran » ven. mars 01, 2013 5:57 pm

Rah, putain, tu fais chier.
Après de longues hésitations, j'avais finalement décidé d'économiser pour un poche.
Salaud.

Avatar du membre
MF
Messages : 4464
Enregistré le : jeu. déc. 28, 2006 3:36 pm
Localisation : cactus-blockhaus

Message par MF » ven. mars 01, 2013 6:12 pm

nyark !
Le message ci-dessus peut contenir des traces de second degré, d'ironie, voire de mauvais esprit.
Son rédacteur ne pourra être tenu pour responsable des effets indésirables de votre lecture.

Avatar du membre
Clément
Messages : 387
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 10:13 pm

Message par Clément » sam. mars 02, 2013 12:36 pm

Alors, je peux comprendre qu'au format papier, il n'y a pas la place de tout mettre, mais merde ! Au format numérique qu'est-ce qui empêche de joindre les autres pièces du dossier ? Même non paginées ! Même en vrac !
La version numérique propose tous les bonus du dossier publiés sur le blog au moment de sa parution. Il y a encore pas mal d'articles à paraître sur le blog autour de ce dossier, mais une fois que tout sera disponible, on mettra à jour la version numérique pour qu'elle inclue les articles parus depuis sur le blog.
Are you my mummy ?

Avatar du membre
MF
Messages : 4464
Enregistré le : jeu. déc. 28, 2006 3:36 pm
Localisation : cactus-blockhaus

Message par MF » sam. mars 02, 2013 5:22 pm

Clément a écrit :
Alors, je peux comprendre qu'au format papier, il n'y a pas la place de tout mettre, mais merde ! Au format numérique qu'est-ce qui empêche de joindre les autres pièces du dossier ? Même non paginées ! Même en vrac !
La version numérique propose tous les bonus du dossier publiés sur le blog au moment de sa parution. Il y a encore pas mal d'articles à paraître sur le blog autour de ce dossier, mais une fois que tout sera disponible, on mettra à jour la version numérique pour qu'elle inclue les articles parus depuis sur le blog.
merci, m'sieur...

... donc, je vais pouvoir recharger la version que j'ai dans ma bib'num' à l'issue de cette m.a.j. ?
Le message ci-dessus peut contenir des traces de second degré, d'ironie, voire de mauvais esprit.
Son rédacteur ne pourra être tenu pour responsable des effets indésirables de votre lecture.

Avatar du membre
Clément
Messages : 387
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 10:13 pm

Message par Clément » mar. mars 05, 2013 3:47 pm

Exactement !
Are you my mummy ?

Avatar du membre
MF
Messages : 4464
Enregistré le : jeu. déc. 28, 2006 3:36 pm
Localisation : cactus-blockhaus

Message par MF » mar. mars 05, 2013 5:18 pm

Clément a écrit :Exactement !
dès que tu poses ce masque, je te fais une bise...
Le message ci-dessus peut contenir des traces de second degré, d'ironie, voire de mauvais esprit.
Son rédacteur ne pourra être tenu pour responsable des effets indésirables de votre lecture.

Avatar du membre
Jacques Ah !
Messages : 911
Enregistré le : mar. mars 23, 2010 10:42 am
Localisation : Choisy-le-Roi
Contact :

Message par Jacques Ah ! » ven. avr. 26, 2013 8:23 am

Bon numéro ; sortir ça pour fêter la mort de Roland Wagner est aussi une bonne idée ; j'ai des difficultés avec Bifrost auquel je ne suis plus abonné, malgré Le professeur Lehouq qui est vraiment impressionnant, d'ailleurs il vient de sortir un livre en collaboration qui vaut le détour "La Sf sous les feux de la science" (216 pages, 20 euros" ;

Je vous indique aussi l'ouvrage "Tim Burton" (400 pages pour 9 euros) qui vaut le détour et "Lasser - un privé sur le Nil" de Sylvie Miller et Philippe Ward, un polar de SF jubilatoire chez les dieux de l'Egypte ancienne. L'esprit de Terry Pratchett est donc bien parmi nous et se marie très bien avec la gouaille de Roland Wagner... on finira bien vous faire rire !

ludwing ; :?
Artiste polymorphe, écrivain et président d'un Groupe d'Entraide Mutuel : le Social Art Postal Club de Choisy-le-Roi. Site : http://jacquesabeasis.e-monsite.com ;

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » ven. avr. 26, 2013 9:59 am

Jacques Ah ! a écrit :Bon numéro ; sortir ça pour fêter la mort de Roland Wagner

ludwing ; :?
Tu pourrais te relire et éviter un mot malencontreux. :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock:
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Répondre

Retourner vers « Vos dernières lectures »