MORWENNA de Jo Walton

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Jean

Répondre
eleanore-clo
Messages : 53
Enregistré le : mar. janv. 09, 2007 10:22 pm
Localisation : paris

MORWENNA de Jo Walton

Message par eleanore-clo » jeu. avr. 17, 2014 10:43 am

Bonjour

Jo Walton nous ici livre un hymne à la science-fiction que les prix les plus prestigieux (Hugo, Nebula, British Fantasy Awards) se devaient d'honorer. Un peu comme The Artist a gagné l'Oscar du meilleur film. Certes pour ses qualités mais aussi et surtout parce que le cinéma se mettait lui même en scène. La mise en abyme est décidément à la mode et faute de livre dans le livre, le lecteur a droit à une liste ininterrompue des chefs d’œuvres de la Fantasy et de la SF. Les goûts de l'auteur étant éclectiques, nous bénéficions de conseils éclairés pour pouvoir se constituer LA collection de SF et il est fort amusant qu'une bibliothécaire conseille la jeune héroïne sur les "bons coups" ! Manifestement, le message subliminal est que nous devrions aussi suivre ses conseils !

Morwenna est aussi un travail sur le deuil, sur le deuil d'une sœur jumelle, sur le deuil de l'enfance avec l'arrivée dans une nouvelle école et les premiers émois sexuels (la petite mort..), sur le deuil de la mère lorsque les parents divorcent. L'ouvrage se termine lorsque l’héroïne, ayant fini son deuil, se tourne vers l'avenir, abandonnant les fées de son enfance, vers son père et son petit ami.

La dernière page tournée, je reste insatisfaite. Certes le message est brillant. Certes la construction est impeccable. Certes, quelques belles phrases fleurissent ici où là (de futures citations ?). Mais l'assemblage hétéroclite du journal intime d'une adolescente avec la mythologie galloise et la méta-SF ne fonctionne pas. La mayonnaise ne prend pas. Le livre semble artificiel à force de trop vouloir bien faire et la crédibilité de Morwenna en souffre. Sa famille (lointaine réminiscence de la famille Adams) est par trop tirée par les cheveux. Le grand père juif tombe comme un cheveu sur la soupe. Les relations de Morwenna avec son corps, source ambigüe de plaisir (sexuel ? culinaire ?) et de souffrance (suite à l'accident) sont trop complexes ou trop floues pour qu'on soit émue. La relation mère-fille est caricaturale et simpliste. La vie quotidienne dans une école britannique sent le vécu mais on se perd dans les méandres des notes de Morwenna.

La culture SF est omniprésente, lourde au point d'en être lassante. Les titres d'ouvrages sont mitraillés à une cadence infernale ce qui ne permet pas de creuser le parallèle entre cette vie de papier et la propre vie de Morwenna. Walton insiste beaucoup trop lourdement sur le refuge livresque, sur le livre source d'évasion, d'apprentissage voire même de contact avec l'autre (le club de lecture).

Au final, Morwenna est une construction brillante, intelligente mais par trop artificielle et hétéroclite pour que se dégage une humeur, une mélancolie douce-amère que l'auteur cherche pourtant désespérément à créer. Sturgeon est cité, Tiptree aussi. Ces auteurs, à travers leurs nouvelles, savent mieux émouvoir, peut être en étant plus simples. Walton veut trop bien faire, trop explorer de fils parallèles. La conclusion est dans le même registre et on se demande bien ce que Les portes d'Ivrel de CJ Cherry viennent y faire de même que le "combat" magique.

Cordialement
Eléanore-clo

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » sam. avr. 19, 2014 7:13 am


GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » dim. avr. 20, 2014 8:20 am


eleanore-clo
Messages : 53
Enregistré le : mar. janv. 09, 2007 10:22 pm
Localisation : paris

Message par eleanore-clo » lun. avr. 21, 2014 9:48 am

Bonjour

En y re-réfléchissant, il est possible de faire un parallèle entre le destin de Morwenna et celui de Frida Kahlo : le refuge dans l'art (la peinture pour Frida, les livres pour Morwenna), le corps abimé (des accidents de la route dans les deux cas), la présence de la sexualité (bon, vous me direz que Whim et le jeune homme qui l'a précédé ne sont pas Diego Riveira !), l'omniprésence de la famille (cf le tableau Mis abuelos, mis padres y yo de Frida Kahlo), le fait de se mettre en scène (par des toiles pour Frida Kahlo, par le journal pour Morwenna) ou encore par le recours au fantastique (cf le tableau el venado herido de Frida Kahlo).

Cordialement
Eléanore-clo


GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » mar. avr. 29, 2014 3:28 pm


GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » dim. mai 04, 2014 10:27 am


GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » sam. mai 10, 2014 5:33 pm

Le dévoreur de livres

(... plus un super article en kiosque dans Technikart, signé Baptise Liger...)

GD

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » ven. juil. 11, 2014 9:27 am

Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Gruz
Messages : 13
Enregistré le : mer. nov. 20, 2013 5:16 am
Localisation : Strasbourg
Contact :

Message par Gruz » ven. juil. 25, 2014 6:20 pm

Je vous propose ma chronique de ce magnifique roman !
http://gruznamur.wordpress.com/2014/07/ ... jo-walton/

Avatar du membre
Hoêl
Messages : 4288
Enregistré le : mer. mars 04, 2009 5:20 pm
Localisation : GREAT NORTH

Message par Hoêl » sam. juil. 26, 2014 9:52 pm

Je l'ai dit un peu partout , alors hop :

Je l'ai dit un peu partout et donc je le répète ici , c'est , pour ma Pomme un roman transgénérationnel car il donne envie à de nouvelles générations de lire ce qui furent des classiques incontournables pour les nôtres.

Je n'avais pas besoin de relire Zélazny (mon grand s'appelle Corwin) , mais après moult appels du gros orteil de Walton , j'ai relu Empire Star de Delany , dont j'avais un peu oublié la force singulière d'évocation et la construction ahurissante , s'il y avait des doutes , maintenant nous savons ceux qui resteront.

Et , cerise sur le gâteau , la dernière phrase du bouquin porte sur Cherryh et plus particulièrement sur Les portes d'Ivrel... Morgane je suis comme d'aucuns voudront l'interprèter...

Au final , sur le plan de l'intrigue et de l'écriture , bof , le journal intime n'ayant jamais rempli une tasse de mon thé , mais sur le plan de la communion entre des générations X , Y , Z ou ce qui vous plaira , une réussite.
"Tout est relatif donc rien n'est relatif !"

Gruz
Messages : 13
Enregistré le : mer. nov. 20, 2013 5:16 am
Localisation : Strasbourg
Contact :

Message par Gruz » ven. août 01, 2014 9:34 am

Je vous propose l'interview de Jo Walton que j'ai réalisé pour mon blog
http://gruznamur.wordpress.com/2014/07/ ... jo-walton/

Et la version en anglais pour les puristes ;-)
http://gruznamur.wordpress.com/2014/07/ ... h-version/

Répondre

Retourner vers « Vos dernières lectures »