Retour sur l'Horizon: l'antho

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Jean

scifictif
Messages : 72
Enregistré le : mer. juin 10, 2009 5:51 pm

Message par scifictif » lun. oct. 12, 2009 12:59 pm

GillesDumay a écrit : La disparition de l'étiquette Lunes d'encre au profit d'un logo/élément
Celui qui figure en quatrième de couverture du catalogue ?
Il est plutôt chouette.

P.S : le catalogue est extra. Merci du cadeau et bon anniversaire Lunes d'encre.
Je ne suis pas sûr que le réel existe, mais c'est quand même le seul endroit où on peut se payer un bon steack.
(Woody Allen)

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » lun. oct. 12, 2009 1:22 pm

scifictif a écrit :Celui qui figure en quatrième de couverture du catalogue ?
Non non...
La petite boussole bizarre au dos du catalogue a été dessinée par Baya (a.K.a Brian Calvez) juste pour le catalogue (ses coordonnées sont dans le catalogue) ; j'ai demandé à Daylon (je sais que ça va faire des heureux !) de réfléchir à un logo. Il m'a proposé aussi de moderniser la quatrième de couv' ; j'attends son devis, ses idées. Les changements seront homéopathiques, je veux accroître la lisibilité générale de la maquette, mais pas la changer du tout au tout.

Pour le moment, l'évolution prévue est "prévue" justement. On n'est pas encore fixés sur ses points de détail ; ça dépend beaucoup de ce que va nous proposer Daylon et de la réception de la direction et des services commerciaux. Ca va dépendre aussi des livres-"tests" prévus pour le premier semestre 2010, où je change de type de commercialisation/livre-objet/format pour au moins trois titres, peut-être cinq.

Normalement (je dis normalement car le contrat n'est pas encore signé) le premier thriller originellement prévu pour Lunes d'encre sortira en Grand Public en février 2010, pour de bêtes raisons commerciales : il suffit de sortir un texte de Lunes d'encre pour que (à "qualité" égale) la mise en place augmente ainsi que le nombre de points de vente touchés. C'est pas très réjouissant, mais c'est comme ça. Je dois dire que cette décision a donné lieu à de longues conversations avec l'auteur (qui avait envoyé son texte "pour" Lunes d'encre), mais aussi en interne. Ce thriller est un premier roman arrivé par la poste ; j'aurai sans doute l'occasion d'en reparler avant la fin du mois.

Comme j'en avais parlé sur le Cafard Cosmique cet été ; l'outil éditorial qu'est Lunes d'encre est à bout de souffle, il termine son premier cycle de dix ans. Il faut donc le repenser, le moderniser ou accepter de le voir disparaître, ce que évidemment je ne suis pas prêt d'accepter.

GD

Avatar du membre
Eons
Messages : 6338
Enregistré le : sam. févr. 17, 2007 6:49 pm
Localisation : Le cœur de Flandre
Contact :

Message par Eons » lun. oct. 12, 2009 2:37 pm

GillesDumay a écrit :ce que évidemment je ne suis pas prêt d'accepter.
Entre "pas près d'accepter" et "pas prêt à accepter", il faut choisir, pas faire un mélange. :wink:
Les beaux livres, c’est aussi par ici : www.eons.fr

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » lun. oct. 12, 2009 2:40 pm

En même temps, le mélange c'est mon fonds de commerce.

GD

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » lun. oct. 12, 2009 2:47 pm

GillesDumay a écrit :En même temps, le mélange c'est mon fonds de commerce.

GD
Tu devrais savoir que les mélanges, ça nique l'estomac.

Pete Bondurant
Messages : 231
Enregistré le : dim. nov. 23, 2008 5:47 pm

Message par Pete Bondurant » lun. oct. 12, 2009 4:15 pm

Pete Bondurant a écrit :Allez, un peu d'eau au moulin :

Article "Retour vers le futur", au sommaire du Chronic'art #59

http://www.chronicart.com/chroprint/chro59.php

Mes plus plates excuses à Serge Lehman, dont la courte interview a inexplicablement "sauté"... J'attends les explications du rédac chef.

+
Oubli réparé ici :

http://www.chronicart.com/webmag/article.php?id=1591

+
p

Avatar du membre
jlavadou
Messages : 2284
Enregistré le : ven. févr. 10, 2006 9:40 am
Localisation : La Garenne Colombes
Contact :

Message par jlavadou » lun. oct. 12, 2009 4:45 pm

Hop, à mon tour de donner un avis pour le moment incomplet puisque je n'ai lu que les quatre premiers textes. Pour le moment, que du très bon.

La préface : eh bien moi je la trouve très bien, cette préface. Concise, elle pose une hypothèse que je ne suis pas sûr encore de partager (mais je crois que Lehman n'a pas forcément cherché à convaincre, juste à questionner), mais qui a le mérite d'explorer une voie nouvelle (pour moi en tout cas), et particulièrement intéressante sur la composante métaphysique de la SF. Je n'y ai pas vu de contresens ni de lèse-majesté. Et j'adhère totalement aux termes "vertige logique" et "ivresse cognitive" !

Ce qui reste du réel (Fabrice Colin) et Effondrement partiel d'un univers en deux jours (Emmanuel Werner) : on est en plein vertige, justement. Un vertige dickien, à de multiples niveaux qui s'entrecroisent sans hiérarchie, qui perd le lecteur (et sans doute l'auteur lui-même !). Très beau texte auquel on s'abandonne avec plaisir.

Tertiaire (Eric Holstein) : nouvelle assez classique dans son thème et sa construction, bien écrite et jouissive par moments. Avec un très bon point pour la fin, que j'ai trouvé surprenante et très bien trouvée malgré une partie relativement prévisible. Et pour la première fois, j'ai compris les mécanismes pervers de l'économie de marché, ce qui n'était pas une mince affaire. Jérôme Kerviel, on t'a reconnu !

Une fatwa de mousse de tramway (Catherine Dufour) : même impression que pour la nouvelle d'Eric. Avec ce sentiment dérangeant qu'avec Catherine Dufour, on a beau aller droit dans le mur, on la suit toujours avec un sourire béat aux lèvres.

Les Fleurs de Troie (Jean-Claude Dunyach) : pour le moment, et à ma grande surprise, LA claque du recueil. A ma grande surprise pour deux raisons :
1. Jusqu'ici je n'avais pas vraiment accroché aux textes de Jean-Claude. Je n'en ai pas lu beaucoup (un recueil chez l'Atalante), mais rien qui m'avait donné envie d'approfondir
2. La SF ultra-technologique, ça commence à m'ennuyer, et les commentaires que j'avais lus sur cette nouvelle ne laissaient rien présager de bon pour moi...

Eh bien, pour le coup, je me suis mis le doigt dans l'oeil jusqu'à l'épaule. Excellente nouvelle, magnifique, avec une poésie et une sensibilité (celle dont parle Lehman dans la préface) très puissantes. Certes, les passages ultra-techno sont un peu too-much, mais ils sont rares. Et si l'intrigue en elle-même ne porte rien de bien extraordinaire, la qualité de l'écriture et la puissance d'évocation font tout le reste.

La suite un jour, là je fais une pause.

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » mar. oct. 13, 2009 1:41 am

jlavadou a écrit :
Ce qui reste du réel (Fabrice Colin) et Effondrement partiel d'un univers en deux jours (Emmanuel Werner) : on est en plein vertige, justement. Un vertige dickien, à de multiples niveaux qui s'entrecroisent sans hiérarchie, qui perd le lecteur (et sans doute l'auteur lui-même !). Très beau texte auquel on s'abandonne avec plaisir.
j'en suis à la nouvelle de Noirez, et de mon côté celle de Colin me semble la plus "frustrante".
Une immodeste envie de lui dire: ok, tu es fort, tu le sais, tu le montres, et tu as raison, mais ça ne te dispense pas d'en donner toujours plus...!
Un moment jubilatoire dans cette nouvelle: quand on annonce à la narratrice que le monde en bas est en guerre.
On pense illico à eXistenZ. Le moment du film où sans doute la méditation sur la notion de "jeu" devient indispensable, et d'une grande profondeur.

Trait eidétique extirpable: quand la guerre se déclare, là tu sais que tu n'as jamais rien maîtrisé, que tu as toujours traîné dans un désert de miroirs ébréchés (sauras-tu retrouver la private joke?), et que de tout temps on ne t'a pas attendu pour qu'il se passe quelque chose...

Katioucha
Messages : 932
Enregistré le : ven. janv. 26, 2007 11:28 am

Message par Katioucha » mar. oct. 13, 2009 11:00 am

systar a écrit :Trait eidétique extirpable
C'est beau...

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » mar. oct. 13, 2009 11:27 am

Katioucha a écrit :
systar a écrit :Trait eidétique extirpable
C'est beau...
Je corrige:
l'idée qu'on peut retenir...

Katioucha
Messages : 932
Enregistré le : ven. janv. 26, 2007 11:28 am

Message par Katioucha » mar. oct. 13, 2009 12:19 pm

C'est moins beau...

Avatar du membre
Florent
Messages : 1855
Enregistré le : jeu. janv. 17, 2008 6:46 pm

Message par Florent » mar. oct. 13, 2009 12:40 pm

... mais compréhensible. L'éternel dilemme de l'écrivain de SF.
« J’ai un projet, devenir fou. »

Charles Bukowski

Avatar du membre
Virprudens
Messages : 1550
Enregistré le : mer. févr. 07, 2007 11:34 am
Localisation : Exception raised

Message par Virprudens » mar. oct. 13, 2009 12:47 pm

Florent a écrit :... mais compréhensible. L'éternel dilemme de l'écrivain de SF.
Tu parles de SF d'ingenieur, ou de SF de métatruc ?
- Please, be polite.
- Go fuck yourself.

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » mar. oct. 13, 2009 12:56 pm

Florent a écrit :... mais compréhensible. L'éternel dilemme de l'écrivain de SF.
Ou du prof.
Et du forumeur.

Avatar du membre
orcusnf
Messages : 2406
Enregistré le : mer. mai 24, 2006 8:55 pm
Localisation : Stuttgart
Contact :

Message par orcusnf » mar. oct. 13, 2009 1:14 pm

Florent a écrit :... mais compréhensible. L'éternel dilemme de l'écrivain de SF.
le simple est faux, le complexe est inutilisable, dicton de juristes...
http://www.fantastinet.com l'actualité de la littérature de l'imaginaire

Verrouillé

Retourner vers « Vos dernières lectures »