Un nouveau roman de Maurice G. Dantec

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean, sebastieng, Mathilde Marron

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Re: Dantec - Artefac

Message par Eric » ven. juil. 06, 2007 3:25 pm

davidkersan a écrit : Ce livre est selon moi son oeuvre la plus accessible depuis Babylon Babies, la moins hermetique et la plus enivrante.
Ça c'est une bonne nouvelle...
davidkersan a écrit :(Dantec a accordé une interview pour actusf)


Deux en fait. Et toutes deux excellentes, d'ailleurs.
davidkersan a écrit :Le forum d'ActuSF échappe à la règle et a toujours été pour moi une singularité, là où la critique était constructive.
Merci.
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » ven. juil. 06, 2007 3:39 pm

Salut,
L'internet a travaillé le champ culturel sur un mode subterranéen jusqu'aux dérives Napster, Emule qui ont fait énormement de mal aux artistes.
1° ça n'est pas l'avis de tout le monde;

2° qu'est-ce que ça vient faire dans ce débat?

A+

Patrice

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » ven. juil. 06, 2007 4:57 pm

Eh bien! On en aura parlé du dernier Dantec, avant même sa parution! L'agent doit être fou de joie, ça se sent à son message d'encouragement.
Bon, j'envoie ce message sans intérêt juste pour tester mon nain tout neuf! Attention...
Oncle Joe

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » ven. juil. 06, 2007 4:59 pm

Super! C'est tout moi ! (sauf la barbe)
Oncle Joe, ravi

Avatar du membre
montag
Messages : 367
Enregistré le : ven. mai 25, 2007 2:31 pm
Contact :

Message par montag » ven. juil. 06, 2007 7:45 pm

Réponse à Transhumain à propos du "champ de la critique"

Je ne me considère pas comme un critique littéraire mais d'abord comme un lecteur, puis seulement comme un modeste chroniqueur amateur. Ma démarche consiste donc, dans le cadre d'une publication généraliste (RL), de rendre compte à la fois de l'existence d'un texte, de ce qu'il contient et de mon ressenti de lecteur. Je ne suis donc pas d'emblée dans le champ de la critique, mais plutôt celui de la chronique "culturelle" (je hais ce mot).

Pour Dantec par exemple, mon désir d'écrire vient à la fois de l'étonnement suscité par la lecture que de l'énervement que me causent les réactions débiles, superficielles et polémiques des médias généralistes. Dans ce cadre très limité, j'ai donc relevé ce qui m'intéresse chez l'auteur, dans son dernier roman, mais aussi dans la continuité de la lecture de son œuvre complète.

La "théorie de la littérature" qu'élabore Dantec est un de ces éléments qui me passionnent. Non tant ce qu'il en dit que ce qui est à lire dans son œuvre. Je pense à l'omniprésence dans ses romans (et essais) des livres, des bibliothèques, à son engagement pour les religions du Livre, que je rapproche des caractéristiques formelles du dernier roman : les trois fictions sont des "livres", écrits par les narrateurs de chacune, la pièce centrale nous montre un écrivain en train de narrer sa propre expérience d'écriture, et l'ensemble forme le livre-roman, qui finit par nous faire comprendre que NOUS, lecteur, sommes le livre ultime. J'y vois une tentative d'appréhender le phénomène littérature comme un mystère fondamental, celui du rapport de l'homme à son langage, du rapport des hommes aux langages de leurs sociétés, et du rapport de l'homme-parlant avec le monde-parlé. Pour moi, la littérature n'est ni un divertissement, ni un outil de transfert de savoir, mais une modalité de l'être. Une dimension de l'être-au-monde, qui pourrait constituer à la fois une définition de l'humain et le projet pour une humanité un peu libérée de l'animal. C'est bien sûr une lecture toute personnelle de ce qui s'agite dans le fleuve de notre auteur graphomane. Dans cette optique, tu admettras qu'il n'est plus vraiment question pour moi de la qualité littéraire du texte : je me demande plutôt quelle qualité a mon "livre-moi" et le "livre-monde" que j'écris, et ce que la lecture de Dantec y aura infléchi.

Réponse à Transhumain à propos de "la structure trinitaire d'Artefact"

Je pense que Dantec joue sur cette association implicite entre la trinité "Père-Fils-Saint Esprit", le trio "Ange-Homme-Diable" que forment les trois fictions, et les trois dimensions de l'homme qu'il développe dans la partie centrale :

Page 308 : "tout homme vit dans une trinité hypostatique, car il est fait à l'image de Dieu, il est fait à l'Image des Trois Personnes, et comme dans le trinité divine, la trinité des hypostases humaines conduit au mystère même de la singularité individuelle, indivisible (...)"

On constate à la fin du roman que le frère du Diable n'est pas le Diable (je te laisse la surprise) : son identité, ainsi qu'une partie de son discours, me semble remettre le Diable en Dieu, (comme l'Ange) et montrer comment ces deux figures, plus celle de l'Artefact, forment la trinité-singularité de l'homme. Je n'ai pas une lecture religieuse de cette idée très intéressante. J'ai plutôt l'impression de rencontrer un concept ontologique que la tradition chrétienne a intégré sous la forme du dogme de la Trinité, mais dont le sens concerne avant tout l'humain singulier et son rapport à lui-même. En tout cas, la lecture de la seconde fiction m'a amené à ces réflexions.

Montag

Avatar du membre
montag
Messages : 367
Enregistré le : ven. mai 25, 2007 2:31 pm
Contact :

Message par montag » ven. juil. 06, 2007 8:11 pm

Réponse à Systar à propos de "personnage du Prophète"

Voilà une lecture très intéressante de GJ. En la reliant à celle d'Artefact et à ma subjectivité non religieuse, je dirais que la révélation que met à jour Dantec dans son nouveau roman est celle de l'homme à lui-même, vers une annonce de lui même en temps que messie. Pour reprendre la "trinité" de mon précédent post, l'homme contient cette trinité hypostatique : l'initié-le prophète-le messie, la partie prophète révélant à l'initié qu'il peut devenir le messie. Le roman devient "l'objet transitionnel" de ce processus permanent qui fait de l'être humain ce qu'il est, un processus qui n'est plus dialectique (manichéisme) mais triangulaire, trinitaire. Pour moi, le messie est la figure de l'homme accompli, de l'homme complet, qui seul perçoit la réalité comme étant Dieu, c'est à dire comme ce qu'elle est : une titanesque narration, dont nous sommes les personnages mais aussi les narrateurs. Que ce soient Jésus ou Link de Nova, la figure du messie nous invite à devenir plus qu'à suivre.

Montag

Avatar du membre
montag
Messages : 367
Enregistré le : ven. mai 25, 2007 2:31 pm
Contact :

Re: Dantec - Artefact

Message par montag » ven. juil. 06, 2007 8:57 pm

davidkersan a écrit :Ce livre est selon moi son oeuvre la plus accessible depuis Babylon Babies, la moins hermetique et la plus enivrante.
L'avantage de mon petit différent avec David Kersan, c'est la formulation d'un problème bien réel. Lorsqu'il dit cela, Kersan est dans son rôle d'agent qui cherche à vendre son livre au plus grand nombre. Rien à redire (sauf peut-être l'obséquiosité de son post, putain, c'est un super fan d'ActuSF, ça sent le marchand de tapis).

Qu'il soit permis à un lecteur de nuancer . Le dernier roman de Dantec est ambitieux et complexe, et le lecteur de Perry Rhodan ne s'y retrouvera pas. Certes, l'effort pédagogique est sensible et les fictions sont bien des histoires, mais les modalités de pensée mobilisées pour une lecture satisfaisante sont tout sauf grand public !
Bien qu'amateur bénévole, jamais je n'aurais la complaisance de conseiller l'achat de ce livre au tout venant fan de SF. Autant vendre Heidegger au rayon jeunesse.

Montag

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » ven. juil. 06, 2007 9:04 pm

Que l'on amène un "tout venant fan de SF"!
Oncle Joe

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » ven. juil. 06, 2007 10:53 pm

Merci J-B pour ces analyses vraiment très senties. Je réagis hâtivement, à la volée.

Sur le fait que nous sommes nous-mêmes des livres, en connection avec le livre-monde: très, très bien vu. A connecter avec Jabès: le monde est inclus dans le livre, et non l'inverse.

Sur la trinité dans le nouveau Dantec: il faudrait retrouver quels auteurs médiévaux Dantec cite (implicitement, pour une fois), la compréhension du livre en serait facilitée et encore approfondie.
Néanmoins, tu as parfaitement raison quand tu dis que la trinitarité est d'abord un thème de pensée qui est venu rencontrer le dogme chrétien. Il y a une histoire de la pensée ternaire, qui a d'ailleurs été déjà écrite (un truc paru chez Vrin il y a quelques années, il faudrait que je retrouve ça).
ça nous pose directement la question suivante: le binaire et le ternaire ne sont-ils pas les deux structures les plus fondamentales de toute pensée humaine? Voyez comme on arrive à lire un texte en deux ou en trois parties, et comme à partir de 4 parties, on a toujours un peu l'impression d'un délitement de la pensée, sauf à les restructurer en 2X2 parties.
Et dans la mesure où presque toute la théologie médiévale est une tentative de connecter le pensable et l'être, si le pensable est toujours structuré en 2 ou trois temps, est-ce à dire que 2 et 3 sont les structures les plus fondamentales de tout ce qui est en soi? Voilà la question que semble affronter Dantec dans ce roman.
Voilà pour un premier faisceau de remarques, je repasserai peut-être en rajouter si tes posts m'en suggèrent de nouvelles...
En tout cas, chapeau pour ton boulot, qu'il soit commercialement prématuré ou non...

David, si tu passes relire ce thread, je voulais te demander: qui a refilé les épreuves du livre aux rédactions, plus d'un mois avant sa sortie? Albin Michel? Je ne suis pas trop au courant de ce genre de pratiques, pour tout te dire, mais ça me semble curieux de les communiquer aux journalistes, censés faire de l'info dès qu'ils en ont, en leur disant de fermer leur gueule pendant plus d'un mois... Après, il semble inéluctable que tu aies de vrais passionnés qui veuillent approfondir leur lecture, comme l'a fait ici Montag, quand bien même ils mettent un peu de spoilers dans leur texte... ça ne me semble pas si grave, jamais la critique ne pouvant se substituer au plaisir de lire le livre! Enfin, tu me/nous diras ce que tu en penses...

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » ven. juil. 06, 2007 11:06 pm

montag a écrit :Réponse à Systar à propos de "personnage du Prophète"

Voilà une lecture très intéressante de GJ. En la reliant à celle d'Artefact et à ma subjectivité non religieuse, je dirais que la révélation que met à jour Dantec dans son nouveau roman est celle de l'homme à lui-même, vers une annonce de lui même en temps que messie. Pour reprendre la "trinité" de mon précédent post, l'homme contient cette trinité hypostatique : l'initié-le prophète-le messie, la partie prophète révélant à l'initié qu'il peut devenir le messie. Le roman devient "l'objet transitionnel" de ce processus permanent qui fait de l'être humain ce qu'il est, un processus qui n'est plus dialectique (manichéisme) mais triangulaire, trinitaire. Pour moi, le messie est la figure de l'homme accompli, de l'homme complet, qui seul perçoit la réalité comme étant Dieu, c'est à dire comme ce qu'elle est : une titanesque narration, dont nous sommes les personnages mais aussi les narrateurs. Que ce soient Jésus ou Link de Nova, la figure du messie nous invite à devenir plus qu'à suivre.

Montag
Là, il faut réagir également, mais ça va être difficile, chacune de tes phrases appelant des commentaires approfondis.

- La révélation de l'homme à lui-même: si l'on reprend la scansion des trois processus fondamentaux chez Rosenzweig (tu en es familier, puisque tu as dû lire mon texte "par la voix de Jean-Baptiste" (Grande Jonction 4)), soit Création (mise en relation de Dieu et du monde) - Révélation (mise en relation de Dieu et de l'homme) - Rédemption (mise en relation de l'homme et du monde), on s'aperçoit qu'il restait à Dantec à traiter cette dernière. A priori, la révélation de l'homme à lui-même signifie qqch de l'ordre du "messianique" au sens d'une inscription de l'homme dans un temps radicalement nouveau, temps de la consolation, et temps vainqueur de la mort. Sans doute une révélation de l'homme à lui-même a-t-elle qqch à voir avec cet avènement du temps messianique qu'un penseur soucieux de la jonction judaïsme/christianisme comme Rosenzweig avait décrit.

- la trinité hypostatique initié-prophète-messie: notons l'origine grecque, là encore, du concept d'hypostase, qui grosso modo veut dire: réalité fondamentale/fondative, soubassement de l'être (avant qu'avec Kant, l'hypostase devienne la façon indue de la pensée de faire d'un concept une réalité existante). Ajoutons, pour créer un écho à ce que tu expliques, que tout chrétien, une fois baptisé, est habilité à porter les trois titres de "prêtre, prophète et roi", l'ensemble ne devant pas être interprété comme la matrice d'une théocratie, mais bien comme ce qui permet, une fois encore, la structuration messianique (consolée, rédimée, pardonnée, sanctifiée) de l'existence humaine.

- sur l'essence narrative de la réalité: il y a une profondeur vertigineuse dans cette idée. Je l'avais évoquée dans un post chez moi (Esquisses d'une phénoménologie de la vie universitaire) en me demandant si toute ontologie n'était pas d'abord un récit, une histoire, et si en lisant de la philo, on n'était pas d'abord invité à lire des gigantomachies entre concepts, processus, fonctions, etc.

- devenir plus que suivre: où l'on retrouve l'héritage deleuzien de Dantec, où priment les devenirs...

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » ven. juil. 06, 2007 11:31 pm

Tout cela donne sacrément (ciln d'oeil) à réfléchir!
Je me demande s'il ne faudrait pas mettre en chantier un guide: "Dantec pour les nuls".
Succès assuré!
Oncle Joe

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » ven. juil. 06, 2007 11:36 pm

Lensman a écrit :Tout cela donne sacrément (ciln d'oeil) à réfléchir!
Je me demande s'il ne faudrait pas mettre en chantier un guide: "Dantec pour les nuls".
Succès assuré!
Oncle Joe
Oui, mais seulement si j'ai une préface de Serge et une postface de toi (ou l'inverse) :wink:

Oncle Sam
Messages : 1
Enregistré le : sam. juil. 07, 2007 10:06 am

Message par Oncle Sam » dim. juil. 08, 2007 10:10 pm

Les débats sont relevés : tant mieux !

Montag,

Vous ne croyez pas que parler en détail de la trame narrtive d'un roman presque deux mois avant sa publication soit de nature à en perturber le lancement ?
Mettez-vous une minute à la place de l'auteur...
Comme le disait Kraus il y a un siècle le service de presse finira de tout détruire.
De plus seul un de vos collègues disposant lui aussi d'un manuscrit du livre pourrait vous répondre sur le fond de votre recension.
Je vous en reparle à la fin du mois d'août.
L'homme peut guérir de tout, non de l'homme. (Bernanos)

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » lun. juil. 09, 2007 7:47 am

Salut,

Dans ce cas, à quoi bon envoyer des services de presse? Franchement, si c'est pour dire: "bon, je vous ai envoyé le livre, mais vous dites juste 'c'est génial', et rien de plus"...

A+

Patrice

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » lun. juil. 09, 2007 8:05 am

Patrice a écrit :Salut,

Dans ce cas, à quoi bon envoyer des services de presse? Franchement, si c'est pour dire: "bon, je vous ai envoyé le livre, mais vous dites juste 'c'est génial', et rien de plus"...

A+

Patrice
+ 1.
Ni Montag, ni DK n'ont tort à mon sens, chacun faisant ce qu'il a à faire: l'un donne une info qu'on lui a rendue disponible, l'autre tente malgré tout de préserver la part de suspense qui est toujours de bon aloi avant la sortie d'un livre.
Reste donc que, comme je le disais plus haut, c'est cette pratique d'envois de bouquins avant même leur existence effective qui me semble viciée dans son principe...

Répondre

Retourner vers « Les événements salons/festivals/dédicaces »