Les meilleures ventes numériques 2010 du Bélial

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean

Avatar du membre
Lhisbei
Messages : 1118
Enregistré le : jeu. avr. 16, 2009 7:38 am
Localisation : Nord
Contact :

Message par Lhisbei » mar. janv. 25, 2011 9:55 pm

oui mais en version papier *Bip* et Le belial n'ont pas non plus les même chiffres de vente.

ce n'est donc pas la valeur absolue qui compte mais bien une valeur relative. Ex la part des ventes du format numérique...
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein

Avatar du membre
Maëlig
Messages : 30
Enregistré le : lun. nov. 29, 2010 7:14 pm
Contact :

Message par Maëlig » mer. janv. 26, 2011 1:08 am

Clément a écrit :Donc dans mes fantasmes les plus fous, on pourrait, quand on achète un livre papier, obtenir la version numérique en même temps, ranger sa belle édition papier dans sa bibliothèque sans l'abîmer. Ca se fait effectivement déjà dans le jeu vidéo ou dans la musique (où on peut facilement transférer un album sur son baladeur mp3 après avoir acheté un CD, ce qui n'est pas le cas pour un livre).
C'est exactement ça.
Lhisbei a écrit :si tu me le proposes en bonus je ne dirai pas non (tout ce qui est gratuit s'écoule) mais je suis consciente que ce n'est pas viable en terme de modèle économique...
Ben pourquoi pas? Bon, j'avoue volontiers mon ignorance en la matière donc si quelqu'un dans le monde de l'édition considère que mon raisonnement est faux qu'il n'hésite pas à me corriger. Ceci dit, il me semble que d'un point de vue économique, ce qui distingue l'édition papier de l'édition numérique est que le coup variable de cette dernière est virtuellement nul. Reste donc les coûts fixes (droit d'auteur, commission de l'éditeur, traduction, ...). Mais si quelqu'un achète l'édition papier, on peut considérer qu'il s'est déjà acuité de ces coûts fixes, donc le coût d’opportunité pour l'éditeur de rendre cet achat multi-plateformes (en incluant la version numérique dans l'offre par exemple) est nul. A partir de là, proposer cette formule gratuitement ne semble pas complètement farfelu et peut même représenter un incitant à l'achat. Je divague?

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » mer. janv. 26, 2011 8:51 am

@ Maëlig

Non le coût de l'édition numérique n'est pas nul.
Il y a des frais techniques, des frais de référencement (des frais de diffusion aussi, si on veut que l'oeuvre soit disponible par exemple dans toutes les librairies qui font du numérique) ; s'il n'y a pas d'édition papier "équivalente", il faut une couverture.
Quand on ajoute tout ces coûts on n'arrive évidemment pas au coût d'une édition papier (encore que certains micro-éditeurs doivent arriver à publier des ouvrages pour des sommes équivalentes), mais ce n'est pas négligeable, à tel point que ça plombe les comptes d'exploitation des titres qu'on sort en papier et en numérique.
En calculant le plus gros CA (4,89 TTCx89 ventes) 435,21 ; on n'est pas très loin de ce que coûte la mise à disposition d'un Lunes d'encre en numérique (et dans ce calcul je laisse au Bélial la TVA). Mais à cela s'ajoute le temps qu'y passe le service commercial, une seule personne chez Denoël qui fait tout, et on voit à quel point l'entreprise est pour le moment peu rentable.
Les ventes augmentent doucement, mais l'horizon d'un quelconque retour sur investissement est pour le moins lointain ; impossible dans ces conditions de passer à une politique systématique de mise à disposition des nouveautés.

Clément a publié les chiffres de vente des nouveautés numériques Bélial' (fichiers sans DRM à des prix qui me semblent "normaux"), c'est assez éloquent : ces chiffres sont très proches voire inférieurs aux ventes des Lunes d'encre disponibles en numérique (fichiers avec DRM, politique de prix "Gallimard"). Maintenant, comparer 22 à 11 (et 3 à 13) c'est surtout très drôle...

GD

rmd
Messages : 2248
Enregistré le : mer. mars 08, 2006 1:44 pm

Message par rmd » mer. janv. 26, 2011 11:03 am

[limite HS]Les abonnés locus à l'édition internationale ont la version électronique gratuite, pour compenser le délai de livraison.
Après des années de cérémonie du Thé, il n’y a rien de meilleur que de vomir de la Bière.

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » mer. janv. 26, 2011 11:28 am

Salut,
Kettch a écrit :Ca dépend totalement ce que l'on propose.
Les premiers chiffres que j'ai entendu pour le premier mois du numérique chez *BIP*, c'est plus de 2500 ex.
2500 exemplaire en tout, ou pour le meilleur score seulement?
Si c'est en tout, ça n'est pas une score meilleur que le Bélial.

A+

Patrice

Avatar du membre
Sand
Messages : 3529
Enregistré le : mer. avr. 16, 2008 3:17 pm
Localisation : IdF

Message par Sand » mer. janv. 26, 2011 11:39 am

Clément avait expliqué, sur son blog je crois (pas sûr, peut-être ailleurs) tout le temps passé à faire un livre numérique. En rémunération au smic, ça représente déjà un certain coût.

Evidemment, c'est moins que du papier globalement, mais on est loin du "virtuellement nul".

En revanche, il y a peut-être une piste à creuser du côté de l'augmentation légère du prix du livre papier, avec la version numérique offerte (absorption du coût du numérique dans le prix du papier, en affichant le mot magique "gratuit"). Mais c'est risqué parce que le livre coûte déjà très cher. Et ça fait un peu ni vu ni connu j't'embrouille... Sans compter que c'est "injuste" pour les acheteurs de la seule version papier, qui vont payer pour que certains puissent avoir la version numérique gratuite avec (m'enfin ce ne serait pas le premier produit à avoir une telle économie.)

Ou alors les versions numériques sont offertes pour l'achat de deux ou trois livres papier d'un coup. Le principe de la "récompense" lorsqu'on fait un achat conséquent.
(je dis bien "les", pas une seule au choix dans les livres qu'on achèterait. Cela permettrait peut-être de faire une offre perçue (probablement) comme plus intéressante que "deux livres achetés le livret spécial offert"). Là ça fait "deux livres achetés deux livres offerts" - bon ok c'est les mêmes, mais en perception primaire ça peut peut-être marcher).
(et pourquoi ne pas, à partir de 3 ou 4 livres papier, offrir non seulement les versions numériques, mais aussi un "inédit" numérique, par exemple une sélection de nouvelles, une courte antho...)

Enfin dans mon cas, c'est le prix des liseuses qui me freine, et le fait que je suis fondamentalement une "suiveuse" en matière de technologie, je m'équipe parmi les derniers.

Avatar du membre
Jean-Claude Dunyach
Messages : 641
Enregistré le : mar. juin 24, 2008 6:08 am

Message par Jean-Claude Dunyach » mer. janv. 26, 2011 1:12 pm

Sand a écrit :Clément avait expliqué, sur son blog je crois (pas sûr, peut-être ailleurs) tout le temps passé à faire un livre numérique. En rémunération au smic, ça représente déjà un certain coût.
Ne confondons pas, please.
Faire un premier exemplaire de livre (la mise en page + la correction + la couverture + le référencement + le n° ISBN) ça a un coût. C'est, à la louche, assez voisin entre l'édition papier et numérique.
A partir de là, ça devient complètement différent:

. Chaque livre papier coûte en plus sa fabrication (imprimeur), son transport, sa mise à disposition chez les libraires, ses frais de stocks, ses retours, son pilon...
. Chaque livre numérique se duplique pour rien, il est monté une seule fois sur la plateforme de vente (sauf en cas de corrections, ce qui est un avantage par rapport au livre papier) et il n'y a pas de transport à gérer, ni de retour, ni de stocks, ni de réimpression, etc.

Avec le livre numérique, on peut imaginer que des micro-ventes d'une centaine d'exemplaires génèrent des bénéfices... On peut aussi faire le travail de conversion de son catalogue une bonne fois et attendre, année après année, que les ventes numériques (qui sont fermes et n'entraînent pas de frais de fabrication supplémentaires) se poursuivent. Alors qu'avec l'édition papier, au bout de quelques mois, l'exploitation est quasiment morte.

Et une dernière chose : quand on part d'un fichier de mise en page (Indesign, Quark Xpress, etc.) fabriquer un ebook est un processus complexe (je vous renvoie au Forum de Bragelonne pour plus d'infos). Par contre, quand on part d'un fichier Word sans mise en page particulière (pas d'images incorporées partout, pas de changement de polices compliquées toutes les pages, en gros l'équivalent d'un bouquin Fleuve Noir de la grande époque), c'est extrêmement facile, ça prend moins de deux heures et le résultat est très correct, tout à fait manipulable de façon agréable et rapide par les lecteurs ebooks du marché. Pour l'avoir fait, et pour avoir analysé le code obtenu avec divers outils (Sigil et autres), je persiste et signe : c'est facile et vous pouvez le faire vous mêmes. Ceux qui vous diront le contraire ont quelque chose à vous vendre...
Je compte pour 1. Comme chacun de vous...
http://www.dunyach.fr/

Kettch
Messages : 255
Enregistré le : lun. juin 16, 2008 1:59 pm
Localisation : Paris

Message par Kettch » mer. janv. 26, 2011 1:32 pm

Patrice a écrit :Salut,
Kettch a écrit :Ca dépend totalement ce que l'on propose.
Les premiers chiffres que j'ai entendu pour le premier mois du numérique chez *BIP*, c'est plus de 2500 ex.
2500 exemplaire en tout, ou pour le meilleur score seulement?
Si c'est en tout, ça n'est pas une score meilleur que le Bélial.

A+

Patrice
En tout, mais sur 1 seul mois, alors que le Bélial, c'est sur 4 mois.
Le meilleur score pour un livre, c'est 500 ex. (20% des ventes sur un seul titre o_O)

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » mer. janv. 26, 2011 1:41 pm

500 exemplaires sur une référence unique c'est très bien.
Je crois que le "record" de Denoël c'est 26 ex...

GD

Avatar du membre
Le_navire
Messages : 2341
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 4:15 pm
Localisation : Au milieu.

Message par Le_navire » mer. janv. 26, 2011 2:00 pm

De mon point de vue, le problème est surtout lié au fait que les plateformes "lourdes" (j'entends par là les grosses plateformes genre Amazon, Eden, bientôt Orange, etc.) demandent 55% du prix du livre pour un référencement. A rapprocher des 60% du prix du livre papier pour le trio Diffudion/distibution/libraire... (Voire jusqu'à 70% en cas de retour, mais là évidement le problème ne se pose pas).
Outre le fait que ça me paraît monstrueux et totalement injustifié en soi, destiné uniquement à protéger un système pourri, elles interdisent par contrat que le prix du fichier ne soit pas fixe. En gros, si vous voulez vendre par ailleurs votre livre sur une plateforme qui pratique des prix raisonnables comme le Béial', vous êtes obligé de vendre le fichier au même tarif que si vous deviez sortir les 55%...

De plus elles se préparent à l'introduction de la pub dans les fichiers (voir Google) et à ce compte-là, elles vont finir par étrangler tous les éditeurs qui souhaiteraient sortir du système maudit pour revenir à plus de raison.

Perso, je ne vois plus, mais alors plus du tout l'avenir de l'édition en rose grâce au passage au numérique. J'ai été, de toute évidence, affreusement naïve...
"Ils ne sont grands que parce que vous êtes à genoux"

Avatar du membre
Clément
Messages : 387
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 10:13 pm

Message par Clément » mer. janv. 26, 2011 4:28 pm

Virprudens a écrit :C'est peut-être complétement con, mais a-t-on pensé au contraire ? Simplement une question de formulation : le livre papier, et pour 2€ de plus la version numérique ?
Euh, pas compris en quoi c'était différent de notre formulation ?
GillesDumay a écrit :Clément a publié les chiffres de vente des nouveautés numériques Bélial', c'est assez éloquent : ces chiffres sont très proches voire inférieurs aux ventes des Lunes d'encre disponibles en numérique
Ah bon ? Ca a beaucoup augmenté depuis ce que tu disais ici ? Parce qu'à l'époque, avec ces chiffres, Le Bélial' poutrait largement Lunes d'Encre...
Sand a écrit :Clément avait expliqué, sur son blog je crois (pas sûr, peut-être ailleurs) tout le temps passé à faire un livre numérique. En rémunération au smic, ça représente déjà un certain coût. Evidemment, c'est moins que du papier globalement, mais on est loin du "virtuellement nul"
Pour mémoire, c'était dans ma réponse à Ayerdhal, ici : http://forums.belial.fr/viewtopic.php?p=9602#p9602

A cela, il faut ajouter, ce que je ne savais pas à l'époque, l'adaptation des fichiers aux différentes plateformes : là où un livre papier est un livre identique quelque soit le vendeur final, on ne vend pas exactement le même ePub sur notre plateforme que dans les librairies numériques via EDEN, qui a ses propres exigences (et je sens qu'Apple va être bien pénible aussi). Ca ne double pas le temps de production, mais ça le rallonge pour chaque livre. Enfin, je pense aussi que tout cela est du au fait que le livre numérique est assez nouveau, et j'ai bon espoir que ça se standardise dans les années à venir, ce qui permettrait d'économiser du temps ce qui devrait être répercuté sur le prix (au moins pour les plus gros)...
Are you my mummy ?

Avatar du membre
Virprudens
Messages : 1550
Enregistré le : mer. févr. 07, 2007 11:34 am
Localisation : Exception raised

Message par Virprudens » mer. janv. 26, 2011 5:10 pm

Clément a écrit :
Virprudens a écrit :C'est peut-être complétement con, mais a-t-on pensé au contraire ? Simplement une question de formulation : le livre papier, et pour 2€ de plus la version numérique ?
Euh, pas compris en quoi c'était différent de notre formulation ?
Esssplication de texte :
Votre formulation : "Le livre numérique avec le livre papier pour 2 € de plus"
Tel que formulé, tu pars du livre numérique (c'est lui que tu achètes, donc) pour aller (en ajoutant 2€) vers le livre papier.
Ca part donc du principe que ton client (désolé), ce qu'il veut avant tout c'est un livre numérique. Pas un livre papier. Ton client est donc déjà bien avancé dans son mode d'achat (donc, le papier, il s'en branle).

Alors que si tu retournes la formule, eh ben, tu pars du principe que ton client (désolé, bis), il veut d'abord un livre papier, et que tu lui offres un bonus (pour 2€, ouais) en livre numérique. Tu l'accoutumes en douce.

Au final, c'est pareil, sauf que non, pas dans l'esprit des gens.

Enfin, bon, chuis ingénieur, pas commercial. J'avais prévenu que mon idée était con.
- Please, be polite.
- Go fuck yourself.

Avatar du membre
Onirian
Messages : 153
Enregistré le : mer. févr. 03, 2010 5:30 pm
Contact :

Message par Onirian » mer. janv. 26, 2011 5:31 pm

C'est peut-être complétement con, mais a-t-on pensé au contraire ? Simplement une question de formulation : le livre papier, et pour 2€ de plus la version numérique ?
J'avais compris la formulation précédente, ceci étant, je pense que ton idée n'est pas mauvaise. Ça ne révolutionnera rien, mais d'un point de vue marketing, ça me semble plus cohérent (en même temps, moi aussi j'suis ingénieur et pas commercial).
Tomber dans l'eau ne noie pas, y rester oui.
Proverbe Pyrelien.

Cibylline

Message par Cibylline » mer. janv. 26, 2011 6:21 pm

Jean-Claude Dunyach a écrit :
Sand a écrit :Clément avait expliqué, sur son blog je crois (pas sûr, peut-être ailleurs) tout le temps passé à faire un livre numérique. En rémunération au smic, ça représente déjà un certain coût.
Ne confondons pas, please.
Faire un premier exemplaire de livre (la mise en page + la correction + la couverture + le référencement + le n° ISBN) ça a un coût. C'est, à la louche, assez voisin entre l'édition papier et numérique.
A partir de là, ça devient complètement différent:

. Chaque livre papier coûte en plus sa fabrication (imprimeur), son transport, sa mise à disposition chez les libraires, ses frais de stocks, ses retours, son pilon...
. Chaque livre numérique se duplique pour rien, il est monté une seule fois sur la plateforme de vente (sauf en cas de corrections, ce qui est un avantage par rapport au livre papier) et il n'y a pas de transport à gérer, ni de retour, ni de stocks, ni de réimpression, etc.

Avec le livre numérique, on peut imaginer que des micro-ventes d'une centaine d'exemplaires génèrent des bénéfices... On peut aussi faire le travail de conversion de son catalogue une bonne fois et attendre, année après année, que les ventes numériques (qui sont fermes et n'entraînent pas de frais de fabrication supplémentaires) se poursuivent. Alors qu'avec l'édition papier, au bout de quelques mois, l'exploitation est quasiment morte.

Et une dernière chose : quand on part d'un fichier de mise en page (Indesign, Quark Xpress, etc.) fabriquer un ebook est un processus complexe (je vous renvoie au Forum de Bragelonne pour plus d'infos). Par contre, quand on part d'un fichier Word sans mise en page particulière (pas d'images incorporées partout, pas de changement de polices compliquées toutes les pages, en gros l'équivalent d'un bouquin Fleuve Noir de la grande époque), c'est extrêmement facile, ça prend moins de deux heures et le résultat est très correct, tout à fait manipulable de façon agréable et rapide par les lecteurs ebooks du marché. Pour l'avoir fait, et pour avoir analysé le code obtenu avec divers outils (Sigil et autres), je persiste et signe : c'est facile et vous pouvez le faire vous mêmes. Ceux qui vous diront le contraire ont quelque chose à vous vendre...
Je t'aime.

Avatar du membre
silramil
Messages : 1836
Enregistré le : sam. oct. 18, 2008 8:45 am

Message par silramil » mer. janv. 26, 2011 7:36 pm

Cibylline a écrit :Je t'aime.
Et encore des bisous !

Image
Ce dont on ne peut parler, il faut le faire.

Répondre

Retourner vers « Les infos sur la Science Fiction, la Fantasy et le fantastique en général »