Interview de Gérard Klein

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean

Répondre
jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14737
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Interview de Gérard Klein

Message par jerome » jeu. nov. 09, 2006 8:12 am

Un petit mot pour signaler l'interview de Gérard Klein chez nos confrères de Fantasy.fr. Il est un peu désabusé le garçon :

http://www.fantasy.fr/news/interview/69.html

"Si vous aviez un conseil à donner à un jeune éditeur ou directeur de collection, lequel serait-il ?
De chercher un autre métier, Ou s'il n'en est vraiment pas capable, de se trouver un conjoint riche ou fonctionnaire.
"
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » jeu. nov. 09, 2006 8:35 am

Salut,

Merci pour le lien.

C'est marrant mais finalement, on y retrouve, en mieux dit, la pensée de Léa Silhol: la médiocrité ambiante tue l'édition de qualité. Mais quand Gérard Klein ouvre une comparaison avec la musique classique et le jazz, il se trompe. Si ces genres musicaux ne représentent plus que 5% des ventes, il faut noter que c'est un chiffre constant depuis des années. Il ne faut donc pas trop déprimer.

A+

Patrice

Avatar du membre
marc
Messages : 2396
Enregistré le : dim. mars 12, 2006 8:59 am
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Contact :

Message par marc » jeu. nov. 09, 2006 10:37 am

Effectivement, cette interview est plutôt pessimiste de la part de Gérard Klein. Mais dans l'ensemble je suis d'accord avec lui. Ce que j'ai retenu, c'est :

En ce qui concerne la science-fiction (et la fantasy), j'ai dit dans le dossier de Bifrost ce que je pensais d'une situation de surproduction effarante qui écrase la qualité et l'originalité sous la vulgarité et la répétition et qui ne peut mener qu'à une catastrophe. Cela dit, la sf est un phénix et je ne doute pas qu'elle survivra à la crise probable

Je n'ai pas lu le Bifrost. C'est vrai qu'on produit beaucoup trop de livres médiocres. J'ai parfois l'impression qu'avant on produisait moins, mais c'était de meilleur qualité. La fantasy qui est à la mode attire les bouses. Certaines collections de poche ne semblent constituées que de livres médiocres. Elles attirent aussi un public plus jeune et tirent vers le bas la qualité littéraire. Et la SF, on dirait que les auteurs ont peur d'en écrire, car elle n'est pas à la mode pour le moment. Mais comme Klein le dit très bien, la SF est un phénix qui renaitra de ses cendres.
Marc Le Blog science-fiction de Marc et Phenix Mag
Auteurs préférés : Banks, Hamilton, Simmons, Heinlein, Reynolds, Vance, Weber, Bordage, P. Anderson, Eddings

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14737
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » jeu. nov. 09, 2006 11:20 am

marc a écrit : J'ai parfois l'impression qu'avant on produisait moins, mais c'était de meilleur qualité. .
Oué enfin moi j'ai surtout l'impression que ça fait des années qu'on crie au loup. Dans le premier numéro d'Univers (1980 si j'ai des bonnes mémoires) Sadoul expliquait déjà qu'on était en surproduction au niveau de la SF (enfin je cite tout ça de mémoire).

Je me méfie de l'"avant". On en retient à mon avis surtout le meilleur aujourd'hui. Avant c'était aussi des kilos d'Anticipation, beaucoup de J'ai lu (et pas que du bon non plus), des Galaxies Bis à foison etc.

Ce qui est sûr c'est que la situation là maintenant est délicate pour la SF. Et je suis d'accord avec toi que la mode de la fantasy a conduit à une augmentation de la production et qu'aujourd'hui certaines bouses sortent (les deux phénomènes ne sont pas forcément liés). Mais il y a aussi quelques bouses en SF, rassurons nous.
marc a écrit : La fantasy qui est à la mode attire les bouses. Certaines collections de poche ne semblent constituées que de livres médiocres. Elles attirent aussi un public plus jeune et tirent vers le bas la qualité littéraire.
Oué en même temps, si elles attirent un public jeune, moi je dis que c'est cool. Parce que si une partie continue à en lire adulte, voir même découvre la SF, c'est tout bon. Ce seront les lecteurs de demain. Après tout je me suis tapé jeune du moorcock au kilo et tout n'était pas bon. Mais ça m'a assez emballé à l'époque pour me donner envie de continuer. (mais si on peut leur filer des maintenant de la haute qualité littéraire en fantasy, faisons le !!! Je ne milite pas pour la médiocrité)
marc a écrit :Et la SF, on dirait que les auteurs ont peur d'en écrire, car elle n'est pas à la mode pour le moment. Mais comme Klein le dit très bien, la SF est un phénix qui renaitra de ses cendres.
Comme m'a dit un auteur hier, pour l'heure il fait de la fantasy en attendant que la SF revienne et qu'il puisse poursuivre ses cycles en cours. En gros, j'ai l'impression que certains prennent ça avec philosophie avec comme crédo "y'a eu des crises, on a survécu donc on va juste attendre la fin de celle-là et une nouvelle embellie".
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Papageno
Messages : 2270
Enregistré le : dim. sept. 10, 2006 10:28 am
Localisation : Auxerre (Yonne)

Message par Papageno » jeu. nov. 09, 2006 12:59 pm

Oui, mais cela confirme bien une inquiétude des lecteurs (et des auteurs) sur l’avenir du genre donc le lectorat est fidèle, mais (peut-être) plus assez nombreux pour assurer un niveau de ventes économiquement viable.
Le phénomène nouveau par rapport au passé (et pas seulement dans l’édition), c’est la recherche de la rentabilité a tout pris – sans aucun compromis – avec élimination totale de ce qui menace cette rentabilité. A coup sur une telle conception menace tous les produits, livres (culturel ou pas) dont le nombre de lecteurs est insuffisant pour assurer ladite rentabilité.
PS: Pour le disque classique, certes le niveau 5% existe de puis des années, mais je peux te dire que dans une petite ville de province comme la mienne (50000 habitants), le disque classique à maintenant pratiquement disparut des rayons des disquaires, et en tant qu’amateur de cette musique, je suis obligé de commander sur le net . Est-ce aussi l’avenir du livre de SF ?

Ombrelune
Messages : 13
Enregistré le : ven. nov. 03, 2006 2:25 pm

Message par Ombrelune » jeu. nov. 09, 2006 1:29 pm

Je ne peux m'empêcher de rebondir sur ces propos :

Effectivement c'est tout a fait ce que je ressent, entre les livre "découpés" arbitrairement en deux (quelques fois trois) pour assurer une meilleur vente (un ex : "La Roue du Temps" de Robert Jordan), les cycles arrêtés brusquement car dis "non rentable" alors qu'ils ont leur public ("Anita Black" de Laurell-K Hamilton est un assez bon exemple), les début de cycles arrêtés au premier tomes car pas assez vendu malgré la qualité de leurs écritures ("les jardins de la lune" de Steven Erikson)... tout cella pousse à faire ressentir une recherche de bénéfice dépassant de loin la notion de rentabilité, un peut comme une entreprise qui va "débaucher" x membres de son personnel car le chiffre d’affaire n’est pas assez haut (même si il est positif).

Les exemples sont légions et un simple lecteur comme moi ne peux s’empêcher de se demander ce qui se passe... Je ne m’en prend pas du tout aux "petits" éditeurs soyons clair, mais on à l’impression (a part pour nos portefeuilles) de n’être que quantité négligeable dans l’équation.

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » jeu. nov. 09, 2006 1:51 pm

Salut,
es cycles arrêtés brusquement car dis "non rentable" alors qu'ils ont leur public ("Anita Black" de Laurell-K Hamilton est un assez bon exemple), les début de cycles arrêtés au premier tomes car pas assez vendu malgré la qualité de leurs écritures ("les jardins de la lune" de Steven Erikson)...
Une solution: arrêter les cycles! De toutes façons, il y en a beaucoup trop et ça empêche d'autres auteurs de percer. Place à la diversité.

A+

Patrice

Avatar du membre
marc
Messages : 2396
Enregistré le : dim. mars 12, 2006 8:59 am
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Contact :

Message par marc » jeu. nov. 09, 2006 2:16 pm

Patrice a écrit :Une solution: arrêter les cycles! De toutes façons, il y en a beaucoup trop et ça empêche d'autres auteurs de percer. Place à la diversité.
Ce n'est pas la solution non plus. Des cycles comme La compagnie des glaces ou Perry Rhodan se vendent depuis des décennies. Ces cycles ont leurs publics et il n'y a pas de raison de pénaliser ceux-ci. Le problème vient plutôt des éditeurs qui ne vont pas jusqu"au bout des cycles pour un problème de rentabilité ou qui découpent de gros livres simplement pour augmenter leur revenus. Mais c'est vrai qu'il y trop de cycles. Certains éditeurs se sont même spécialisés dans ces cycles. C'est dommage.

Concernant les cycles interrompus, il faudrait plutôt s'en prendre aux directeurs de collection qui ne sont pas capables de sentir les besoins du marché. Si ils avaient un peu plus de flair, il y aurait moins de déchets et les lecteurs dépenseraient moins d'argent sur les débuts de cycles dont ils ne voient jamais la fin. Ce qui leur permettrait d'acheter d'autres livres de SF ou fantasy plus intéressants !
OmbreLune a écrit :on à l’impression (a part pour nos portefeuilles) de n’être que quantité négligeable dans l’équation
Tu n'es pas le seul à le penser :!: Le lecteur n'est que le cochon payeur de l'éditeur.
Marc Le Blog science-fiction de Marc et Phenix Mag
Auteurs préférés : Banks, Hamilton, Simmons, Heinlein, Reynolds, Vance, Weber, Bordage, P. Anderson, Eddings

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » jeu. nov. 09, 2006 2:28 pm

Salut,
Mais c'est vrai qu'il y trop de cycles. Certains éditeurs se sont même spécialisés dans ces cycles. C'est dommage.
N'est-ce pas d'ailleurs en partie ce qui a fait couler la collection Anticipation du Fleuve Noire? Certains cycles étaient intéressants, mais impossible à suivre d'un bout à l'autre, même quand ils étaient publiés intégralement, du fait du rythme de parution.

Quand à Perry Rhodan ou la Compagnie des Glaces, c'est différent: ils tiennent plus du feuilleton que du cycle tel qu'on l'entend habituellement. Un cycle a une fin. Pas Perry Rhodan.

A+

Patrice

Pascal
Messages : 739
Enregistré le : lun. oct. 16, 2006 9:54 am

Message par Pascal » jeu. nov. 09, 2006 3:52 pm

marc a écrit :Le lecteur n'est que le cochon payeur de l'éditeur.
Ca ne fait pas longtemps que je suis éditeur (et en plus pas avec mes sous, c'est facile de parler !), mais il est peut-être bon de rappeler que l'"éditeur" ne touche qu'une part minime du prix de vente. Bon, je ne vais pas vous faire un cours de quoi que ce soit, d'autant que chaque livre est particulier (d'un point de vue artistique, c'est évident, mais d'un point de vue "technique" également), toutefois sur le prix public d'une réédition poche on a (en gros, dans la plupart des cas, pas tout le temps...) :

5,5% (en France) de TVA (certaines librairies font -5% aux clients donc, ça compense)

40% qui vont au libraire (35% s'ils appliquent ces fameux -5% ; ça peut paraître énorme, et pourtant, les libraires tirent la langue...)

10% à l'auteur, traducteur, éditeur original (ça peut paraître ridicule, et d'ailleurs, les auteurs, traducteurs, éditeurs originaux tirent la langue...)

Après je n'ai pas le détail mais il y a l'imprimeur (un truc idiot, mais le prix du papier a augmenté ces dernières années à un point inimaginable ; perso, je ne savais pas). Puis la structure de diffusion (les représentants qui vont parler des bouquins aux libraires, prendre les commandes...). Puis la structure de distribution (qui stocke, facture les livres, les prépare, les expédie, gère les retours...)

Enfin bref, lorsque le cochon payeur (dont je suis encore) débourse 10 euros, l'éditeur n'en voit qu'une fraction probablement proche du dixième, mais je peux me planter...

Tout ça pour dire que ce n'est pas si simple... En fait, on ne peut pas dire d'un côté (voir par ailleurs) "L'oxymore, bien fait pour eux, ils n'avaient qu'à appliquer les lois du marché qui sont compréhensibles par un enfant de dix ans" et de l'autre (ici) "c'est scandaleux d'arrêter tel cycle au tome 27 parce que c'est plus rentable". Marché or not marché ?

Je suis un peu caricatural, mais en gros "avoir son public" (pour reprendre une expression utilisée) ne suffit pas forcément à faire bouffer tous les gens que j'ai évoqué un peu plus haut. Je suis le premier à le regretter et bien décidé à faire ce que je peux pour que ça change, mais j'ai bien peur que ça ne tienne pas qu'à moi.

Pascal Godbillon

Avatar du membre
kibu
Messages : 2901
Enregistré le : mer. mars 08, 2006 3:54 pm

Message par kibu » jeu. nov. 09, 2006 6:55 pm

ICI , ils sont euphoriques. En cas de déprime, c'est radical pour se regonfler le moral.


Pardon ?


C'est vrai, c'est encore plus déprimant.
A l'envers, à l'endroit

Ô Dingos, ô châteaux

Avatar du membre
K2R2
Messages : 152
Enregistré le : jeu. juin 22, 2006 8:14 am
Localisation : Perdu dans l'espace

Message par K2R2 » jeu. nov. 09, 2006 8:21 pm

En un sens nous sommes dans le Fahrenheit 451 de Bradbury. Mais contrairement à sa vision naïve, trop proche des autodafés nazis et soviétiques, il n'est plus nécessaire de brûler les livres. Il suffit de les pilonner après retour au bout de six semaines. Maintenir un titre en vie tient de l'exploit.
On ne saurait mieux le dire. C'est personnellement ce qui m'énerve le plus dans l'édition. Qu'on publie de la merde, j'ai rien contre, mais que des bons bouquins soient pilonnés sans avoir eu la possibilité de trouver leur lectorat, c'est vraiment pénible.
C'est l'une des raisons pour lesquelles ma pile à lire est aussi massive, dès qu'un livre me tente je l'achète, de peur qu'il devienne rapidement indisponible.

Papageno
Messages : 2270
Enregistré le : dim. sept. 10, 2006 10:28 am
Localisation : Auxerre (Yonne)

Message par Papageno » jeu. nov. 09, 2006 8:31 pm

Moi, je n'accuse pas les éditeurs, je pense qu'il a font tous ce qui est en leurs pouvoir, et finalement il y a encore actuellement de bons livres qui sortent.
Mais aujourd'hui, partout, dans tous les domaines, on cherche la rentabilité - personne (ou presque) n'a plus choix, c'est souvent une question de vie ou de mort. alors pour les produits culturels qui ont souvent un public restreint, c'est un pente savonneuse qui peut conduire à plus ou moins long terme, à leurs disparitions.
Bien sur, on en est encore pas la - heureusement d'ailleurs - mais on est inquiet, c'est pourquoi ce sujet fait beaucoup parler et intéresse tous le monde.

PS : Pour la SF c'est encore pire car c'est indiscutablement un produit culturel, mais absolument pas reconnue comme tel par la majorité des gens dit cultivé!

Avatar du membre
Qui?
Messages : 69
Enregistré le : dim. mai 21, 2006 6:30 pm

Message par Qui? » jeu. nov. 09, 2006 8:49 pm

kibu a écrit : ICI , ils sont euphoriques. En cas de déprime, c'est radical pour se regonfler le moral.


Pardon ?


C'est vrai, c'est encore plus déprimant.
ils ont quoi sur ce forum ?

Avatar du membre
marc
Messages : 2396
Enregistré le : dim. mars 12, 2006 8:59 am
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Contact :

Message par marc » jeu. nov. 09, 2006 9:15 pm

K2R2 a écrit :On ne saurait mieux le dire. C'est personnellement ce qui m'énerve le plus dans l'édition. Qu'on publie de la merde, j'ai rien contre, mais que des bons bouquins soient pilonnés sans avoir eu la possibilité de trouver leur lectorat, c'est vraiment pénible.
C'est l'une des raisons pour lesquelles ma pile à lire est aussi massive, dès qu'un livre me tente je l'achète, de peur qu'il devienne rapidement indisponible.
J'applique le même principe que toi. J'achète le livre dès qu'il sort (dans le pire des cas, un mois plus tard). Et il vient renforcer la vingtaine de livres qui m'attendent déjà dans ma bibliothèque. Mais ça m'oblige aussi à être plus rigoureux dans mes choix et de ne pas me lancer dans l'achat de la 3ème suite alors que je n'ai pas encore lu le premier (ce qui m'est déjà arrivé dans le passé). Et me rendre compte alors que ça ne me plait pas du tout !
Marc Le Blog science-fiction de Marc et Phenix Mag
Auteurs préférés : Banks, Hamilton, Simmons, Heinlein, Reynolds, Vance, Weber, Bordage, P. Anderson, Eddings

Répondre

Retourner vers « Les infos sur la Science Fiction, la Fantasy et le fantastique en général »