Interview de Gérard Klein

Modérateurs : Estelle Hamelin, Jean, Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome

Avatar du membre
DuncanI
Messages : 523
Enregistré le : mer. mars 15, 2006 10:30 pm
Localisation : Bordeaux

Message par DuncanI » ven. nov. 10, 2006 8:14 pm

marc a écrit :Et le troisième volume sur l'empire de David Weber, il sort avant ou après Honor Harrington?
Ouh là, après, je pense.
Promis, j'essaierai d'être plus précis après ce week-end.

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14740
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. nov. 13, 2006 11:38 am

sandrine.f a écrit :
Ca ne fait pas longtemps que je suis éditeur (et en plus pas avec mes sous, c'est facile de parler !), mais il est peut-être bon de rappeler que l'"éditeur" ne touche qu'une part minime du prix de vente.
j'ai coupé la suite du texte mais la détresse des pauvres éditeurs m'a presque arraché des larmes.

C'est aussi beau qu'une plaquette publicitaire, un discours d'une association de petits commerçants ou une action de lobbying.

Pour revenir à des choses moins lyriques et moins dignes des misérables, prenons au hasard ( :wink: ) un grand éditeur français.

Gallimard par exemple.

D'après les chiffres trouvables, son CA 2005 est de l'ordre de 150 ME et son résultat d'exploitation est de l'ordre d'une douzaine de ME.

Outre une rentabilité d'exploitation qui frôle les 10% (ce qui est un chiffre enviable mais normal pour ce secteur, voir Hachette qui est dans les mêmes eaux), cela veut dire que sur chaque Euro de prix de vente au libraire d'un livre (qui est différent du prix public), 10% (je vous fais grace des autres composantes du résultat) vont potentiellement dans la poche des actionnaires (il me semble que c'est un actionnariat familial).

Pas mal pour une activité que l'on nous dépeint comme étant presque du mécénat.

Bon j'en remets une couche...

Sur un livre les éditeurs touchent 10% du prix (en moyenne, en moyenne). Ca me semble normal et finalement assez peu compte tenu de la prise de risque financière. (parce que dans les faits, avant de toucher des bénéfices, il faut qu'ils atteignent leurs points mort). Dans le monde de l'économie, faire une culbute aussi faible par rapport à l'investissement est assez rare et faible.

Après il faut comparer ce qui est comparable. Gallimard, l'Oxymore, Le Bélial, Fleuve Noir, J'ai lu ou Organic ne sont pas les mêmes éditeurs. Ils n'ont pas la même taille, la même puissance financière, le même nombre de bouquins édités... Y'a des petits et des gros donc. Ne nous sort par le CA de Gallimard. C'est un gros groupe, qui rassemble plusieurs éditeurs, qui a d'autres activités etc.

Comme le dit Eric, l'édition n'est pas du mécénat. Mais c'est une économie où l'on touche assez peu et dans laquelle vu les difficultés des uns et des autres, les risques sont importants.

Y'a pas de gentil ou de méchant. L'éditeur est un acteur indispensable de la littérature. C'est lui qui fait le lien entre les auteurs, les imprimeurs et les libraires. Maintenant, comme dans toute entreprise, il a aussi des objectifs financiers avec la necéssité de faire l'équilibre entre ce qu'il publie et ses comptes. On va quand même pas leur cracher dessus lorsqu'ils font des sous. Après tout c'est ce qui leur permet de continuer à éditer d'autres livres.

Maintenant oui tout n'est pas tout blanc ou tout noir. Oui ça saoule les romans américains coupés en deux en France, les cycles qui ne sont pas terminés, les éternelles rééditions (toujours plus mieux que les précédentes), les parodies d'Harry Potter qui sentent l'opé commerciale à plein nez... Ca saoule encore plus quand un livre n'est pas bon et où tu sens que l'éditeur n'a pas fait son taf avec l'auteur.
Merci Sandrine pour cette mise au point.
Maintenant on sait comment on se fait *** .
Mais par qui ? Les gens comme Les Moutons, feu l'Oxy, Le Bélial, Mnémos ou Le Fleuve qui te proposent des inédits de la littérature que tu aimes ? Ou J'ai lu, Folio SF ou le Livre de Poche qui te proposent des rééditions à "relativement" pas cher ?

Et tu as toujours le choix de ne pas acheter de bouquins, d'aller dans les magasins qui font de l'occasion, de t'abonner à une bibliothèque, de te faire prêter des livres. Faire 10% de marge sur ce que tu produits, ça ne me semble pas franchement scandaleux...

L'édition ce n'est pas le cinéma, les fabricants de chaussures ou les producteurs de disques...

Tout n'est pas rose m'enfin quand même...
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Qui?
Messages : 69
Enregistré le : dim. mai 21, 2006 6:30 pm

Message par Qui? » lun. nov. 13, 2006 1:12 pm

L'édition ce n'est pas le cinéma, ou les producteurs de disques...
c'est quoi la différence ? :shock:

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14740
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. nov. 13, 2006 1:15 pm

Qui? a écrit :
L'édition ce n'est pas le cinéma, ou les producteurs de disques...
c'est quoi la différence ? :shock:
Le coût de fabrication du produit et la marge que tu peux faire.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Mélanie
Messages : 1224
Enregistré le : lun. avr. 03, 2006 9:32 am
Localisation : Paris
Contact :

Message par Mélanie » lun. nov. 13, 2006 1:16 pm

Qui? a écrit :c'est quoi la différence ? :shock:
Les chiffres, aussi. Le nombres de ventes nécessaire pour qu'on considère un livre comme un succès est bien inférieur à ce qu'il serait pour un disque.

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » lun. nov. 13, 2006 1:30 pm

Salut,
Les chiffres, aussi. Le nombres de ventes nécessaire pour qu'on considère un livre comme un succès est bien inférieur à ce qu'il serait pour un disque.
Ce qui est bien paradoxal d'ailleurs car le coût de fabrication d'un Cd (enregistrement inclu) est bien inférieur à celui d'un livre.

A+

Patrice

Avatar du membre
Mélanie
Messages : 1224
Enregistré le : lun. avr. 03, 2006 9:32 am
Localisation : Paris
Contact :

Message par Mélanie » lun. nov. 13, 2006 1:36 pm

Patrice a écrit :Ce qui est bien paradoxal d'ailleurs car le coût de fabrication d'un Cd (enregistrement inclu) est bien inférieur à celui d'un livre.
En fait, je n'y pensais pas sous cet angle (mais c'est vrai que c'est intéressant). Je ne parlais pas juste du nombre de ventes nécessaires pour rentabiliser : je voulais dire qu'un livre à succès se vend beaucoup moins qu'un disque à succès, les chiffres ne sont pas du tout du même ordre.

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » lun. nov. 13, 2006 1:46 pm

Qui? a écrit : c'est quoi la différence ? :shock:
La multiplicité des formats. L'industrie du disque réalise d'énormes bénéfices avec les ventes de singles.

Multiplicité des supports. Cf le très rentable iTunes, mais aussi les bénéfs confortables que génèrent les droits de synchro (sur les pubs), les sonneries de téléphones (plus de 7 milliards de dollars l'année dernière), les concerts,

Les chiffres de ventes, les sommes en jeu, l'investissement dérisoire que cela implique en regard des bénéfices, autant de choses qui font qu'on a là un marché clairement balisé et réactif, donc épidermique. A titre d'exemple, durant le temps où est diffusée la Star Ac', ils sortent quelques chose comme 4 ou 5 singles avec tous les "étudiants". Singles dont la durée de vie n'excède pas quelques semaines, mais qui vont tous décorcher le disque d'or (200 000 ex), et dont le coût de fabrication est intégralement payé par les sponsor pub de l'émission.

Avant que l'édition n'arrive à de tels rendements, et de tels bénéfices potentiels en jeu, il y a une marge. Même Loevenbrück a besoin d'un peu de temps pour écrire un livre.

Il y avait Anticipation du Fleuve tu vas me dire. Mais justement il y a plus, et puis là encore les sommes en jeu n'avaient rien à voir. Les anciens du Fleuve qui traînent ici pourront peut-être confirmer, mais je crois que les auteurs gagnaient quelque chose entre 1000 et 1500 € par bouquins. Tu parles d'une régalade !
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » lun. nov. 13, 2006 1:56 pm

Patrice a écrit :Salut,
Les chiffres, aussi. Le nombres de ventes nécessaire pour qu'on considère un livre comme un succès est bien inférieur à ce qu'il serait pour un disque.
Ce qui est bien paradoxal d'ailleurs car le coût de fabrication d'un Cd (enregistrement inclu) est bien inférieur à celui d'un livre.

A+

Patrice
Pas si paradoxal que ça, parce que les structures de diffusion sont très différentes, les budgets com aussi. Ensuite, les frais de fontionnement d'une major se pensent au niveau mondial, et plus seulement national, comme c'est le cas pour un éditeur, même un gros.

Maintenant, si vous trouvez que les éditeurs jouent les pleureuses, essayez un peu de discuter avec quelqu'un d'une maison de disque.

Et puis il y aussi une autre donnée. Les maisons de disques partagent le gâteau en beaucoup plus de parts que les éditeurs, et leurs actionnaires sont nombreux, gourmands et avides. Les profits attendus pour un disque sont bien plus élevés que pour un livre.
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » lun. nov. 13, 2006 2:18 pm

Salut,
mais qui vont tous décorcher le disque d'or
Moi, c'est mes oreilles que ça (d)écorche... ;-)

A+


Patrice

Avatar du membre
sandrine.f
Messages : 315
Enregistré le : mer. juil. 05, 2006 6:04 pm

Message par sandrine.f » lun. nov. 13, 2006 2:23 pm

jerome a écrit :Bon j'en remets une couche...

Sur un livre les éditeurs touchent 10% du prix (en moyenne, en moyenne). Ca me semble normal et finalement assez peu compte tenu de la prise de risque financière. (parce que dans les faits, avant de toucher des bénéfices, il faut qu'ils atteignent leurs points mort). Dans le monde de l'économie, faire une culbute aussi faible par rapport à l'investissement est assez rare et faible.
Non, une rentabilité (pour simplifier) de 10% du CA se situe dans la moyenne haute, surtout pour des structures de taille importante.
jerome a écrit :Ne nous sort par le CA de Gallimard. C'est un gros groupe, qui rassemble plusieurs éditeurs, qui a d'autres activités etc.
Bah, vieille tactique, l'exemple que l'on donne à un détracteur n'est jamais le bon. Pour ton info, j'ai pris les chiffres des 'Editions Gallimard' (je dois pouvoir te retrouver le SIRET) et non d'une holding.

Tiens, juste pour te montrer combien tu as tort, le RE de l'oymore était, en 2002, de 9734 Euros pour un CA de 91751 Euros, ce qui, même pour une marchande de soupe comme moi, semble très proche des fameux 10% évoqués.

Je pourrais, bien sûr te fournir les comptes de toutes les maisons d'édition que tu cites mais tu te doutes bien que j'ai, moi aussi, autre chose à faire.
jerome a écrit :L'édition ce n'est pas le cinéma, les fabricants de chaussures ou les producteurs de disques...
Ah bon. Pris littéralement c'est une tautologie, pour le reste j'ignorais que les éditeurs avaient une dispense spéciale pour ne pas être tenus par les lois du marché.

Avatar du membre
Qui?
Messages : 69
Enregistré le : dim. mai 21, 2006 6:30 pm

Message par Qui? » lun. nov. 13, 2006 3:53 pm

Merci pour les explication mais je trouve quand même formidable que beaucoup monte au créneau quand je compare un maison d'edition a une fabrique de pots de yaourt et que la personne ne remarque la comparaison avec les chaussures.

Sinon je vois pas pourquoi on ne peux pas comparé la rentabilité des différents producteurs de loisir je suis sur que certains livres sont bien plus rentable que certains films ou CD.

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14740
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. nov. 13, 2006 3:57 pm

sandrine.f a écrit :
Non, une rentabilité (pour simplifier) de 10% du CA se situe dans la moyenne haute, surtout pour des structures de taille importante.
Pris sous cet angle sans doute. Moi à mon petit niveau j'avoue qu'investir 100 euros pour en récolter au mieux 110, ça me semble léger. Maintenant évidemment, quand tu es un gros groupe, c'est plus simple.

Bah, vieille tactique, l'exemple que l'on donne à un détracteur n'est jamais le bon. Pour ton info, j'ai pris les chiffres des 'Editions Gallimard' (je dois pouvoir te retrouver le SIRET) et non d'une holding.
C'est pas une tactique. tu réagis à Pascal qui explique qu'en gros un éditeur touche autour de 10% et qu'il trouve pas ça énorme. Et tu prends les chiffres de Gallimard pour expliquer qu'un éditeur de cet taille gagne de l'argent. OK. Sauf que je trouves juste qu'on ne peut pas prendre un seul exemple pour parler du monde de l'édition où des grands groupes comme Gallimard existent à côté de structures plus petites (alors que la règle des 10% gagnés marche pour presque tout le monde sans doute). C'est tout. Sortir le CA de Gallimard, c'est bien, mais ça n'illustre pas la réalité du marché. Evidemment que Gallimard gagne de l'argent. Tant mieux pour eux. Mais Gallimard, ce n'est pas le marché. Juste un exemple parmi d'autres

Quand à l'oxymore, 9734 euros de bénéf sur un an, c'est pas bézef quand même. Ils ont mangé quoi, des patates pendant un an ?
sandrine.f a écrit :Je pourrais, bien sûr te fournir les comptes de toutes les maisons d'édition que tu cites mais tu te doutes bien que j'ai, moi aussi, autre chose à faire.
Holà Sandrine, keep cool. Je crois pas avoir mis un seul mot sur ton temps libre. Ni fait une attaque perso.
sandrine.f a écrit :
Ah bon. Pris littéralement c'est une tautologie, pour le reste j'ignorais que les éditeurs avaient une dispense spéciale pour ne pas être tenus par les lois du marché.
Bah c'est à peu près ce qu'on dit. L'édition est aussi une économie. Je la trouve moins rentable que certains autres secteurs (cf les posts d'Eric).
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14740
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. nov. 13, 2006 4:06 pm

Qui? a écrit : Merci pour les explication mais je trouve quand même formidable que beaucoup monte au créneau quand je compare un maison d'edition a une fabrique de pots de yaourt et que la personne ne remarque la comparaison avec les chaussures.
attention, ils ne sont peut-être pas encore rentré du taf... :-)

Peut-être aussi que comparer le cas unique de l'oxymore à une marque de Yaourt et évoquer le marché de l'édition dans son ensemble à celui de la chaussure n'est pas tout à fait du même ordre.

Qui? a écrit : Sinon je vois pas pourquoi on ne peux pas comparé la rentabilité des différents producteurs de loisir je suis sur que certains livres sont bien plus rentable que certains films ou CD.
Sans doute as-tu raison. Les frais de fabrication et le bénéfice que tu en tires ne sont pas tout à fait comparable. Cf le post d'Eric pour les CD.

Bon après, évidemment que certains producteurs de cinéma se plantent tout comme certains albums de musique ou certains singles.

Disons que faire des livres, ce n'est pas ce qu'il y a de plus rentable dans le marché des loisirs, même si certains s'en sortent plutôt très bien.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

bastien
Messages : 225
Enregistré le : ven. févr. 10, 2006 9:56 am
Localisation : paris pas loin de scylla

Message par bastien » lun. nov. 13, 2006 4:18 pm

jerome a écrit : Quand à l'oxymore, 9734 euros de bénéf sur un an, c'est pas bézef quand même. Ils ont mangé quoi, des patates pendant un an ?

Je vais peut être dire une connerie, mais pour moi les bénéfices c'est ce qui reste aprés les dépenses salaires y compris. Il ne faut pas confondre marge et bénéfice.
Mais effectivement ca laisse peut de marge d'échec.

Répondre

Retourner vers « Les infos sur la Science Fiction, la Fantasy et le fantastique en général »