La fin d'Ailleurs et Demain

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean

Répondre
Herbefol
Messages : 1642
Enregistré le : mer. févr. 08, 2006 9:16 pm

Message par Herbefol » dim. oct. 20, 2013 3:33 pm

sarouken a écrit :
Herbefol a écrit :Pour moi, une partie de la solution consiste à évangéliser, ni plus, ni moins. Les lecteurs de SF doivent eux aussi participer à la résolution du problème et tenter de convaincre autour d'eux que non la SF ce n'est pas sale, débile, etc. Et que oui on peut en lire.
Déjà essayé ici : http://jaimepaslasf.blogspot.fr/
Organisé par une assos qui s'occupe de polar (sans doute plus ouverte que les fans SF ?). Invités, Norbert Merjagnan, des gens de l'atalante, une organisatrice des utopiales. Début du débat : "le fandom est consanguin" WTF dans le public. Les 3/4 ne connaissent pas le terme fandom et n'est pas venu pour qu'on lui en parle. On fait remarquer le coté parfois vieillot et rebutant de la SF. Les invités répondent que cela fait partie de l'histoire de la SF et qu'il faut le voir comme de l'auto-dérision. Cela ne doit faire rire que les fans de SF, les autres ne le voient pas.
Non, ce n'est pas à ça que je pense. Ce à quoi je pense c'est de parler autour de soi de la chose. A sa famille, ses amis, ses collègues, etc. D'essayer de les intéresser au truc, de les cerner en terme de goût pour savoir si c'est un genre qui peut les intéresser et si oui, trouver la bonne porte d'entrée, le bon livre pour les aider à franchir le pas et le leur offrir si besoin.
Les soirées et les rencontre c'est sympa, mais pour ça faut que les gens viennent vers vous. Et ça réduit quand même considérablement le champ d'action possible.
D'une certaine façon, ce dont je parle c'est presque de faire comme les témoins de Jéhovah. :lol:
Mais surtout c'est d'aller vers eux et pas de leur demander de venir vers nous. Ça me paraît le point clé de la démarche. Si les gens ne vont pas à la SF, la SF doit venir à eux.
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Omale de Genefort, L'arbre des pendus d'Aaronovitch, Le crépuscule des dieux de Przybylski, La patrouille du temps d'Anderson & L'héritier de Novron de Sullivan.

Avatar du membre
Erion
Messages : 5025
Enregistré le : sam. oct. 21, 2006 10:46 am

Message par Erion » dim. oct. 20, 2013 3:40 pm

sarouken a écrit : Suffit de comparer les illustrations de bouquins de SF avec ceux des jeux videos. Celles des JV font modernes, celles de SF non. Les illustrations de Manchu par exemple, ca donne un coté à la SF qui n'a pas bougé depuis la sortie de 2001, l'odyssée de l'espace. Celles de Corinne Billon chez la volte font moderne par contre.
On va retomber dans la discussion sans fin : "qu'est-ce qu'être moderne ?"
Avec "un classique, c'est moderne, parce que c'est un classique".

J'aimerais bien que tu expliques en quoi les JV font "moderne" à tes yeux.
Narrativement, scénaristiquement, c'est de la SF très ancienne, voire ringarde, à de rares exceptions près (qui sont toujours les mêmes). Le moindre roman de SF est souvent plus moderne que la plupart des JV.
Je veux bien qu'on en discute, mais c'est comme pour le cinéma, le jeu vidéo est au début d'une évolution. Ca reste très loin d'être satisfaisant (et en plus, la plupart des joueurs s'en foutent : le gameplay est bien plus essentiel que le propos, voire même le graphisme).
Pour avoir discuté avec un auteur de SF qui travaille dans le monde du jeu vidéo en France, les concepteurs et producteurs de jeu vidéo ne jugent pas la SF ancienne ringarde, ils ne la connaissent pas, tout simplement. Leur référence la plus ancienne, c'est "Blade Runner" et en dehors des blockbusters, ils ignorent les trucs les plus pointus au cinéma (ne parlons même pas littérature). Ce n'est pas très grave en soi, mais ce serait beaucoup extrapoler que de dire qu'ils jugent la SF "ancienne" ringarde. Pour avoir un tel jugement, il faudrait en avoir lu, en avoir vu. C'est loin d'être le cas pour la plupart des gens dans le monde du jeu vidéo.

Pour le reste, concernant les couvs, Gilles a dit l'essentiel, pas la peine d'y revenir.
"There's an old Earth saying, Captain. A phrase of great power and wisdom. A consolation to the soul, in times of need : Allons-y !" (The Doctor)
http://melkine.wordpress.com/

Omnibus
Messages : 354
Enregistré le : mar. oct. 21, 2008 9:12 pm

Message par Omnibus » dim. oct. 20, 2013 4:01 pm

Ouais, mais iconographiquement, c'est moderne. Si Dick écrivait aujourd'hui, on appellerait ça du rétrofuturisme : ce sont les années 60 avec des fusées, des androïdes et des mutants. Simak, que j'adore, développe un univers qui est complètement anachronique : on a des agriculteurs du midwest qui prennent leur café-bacon cuit sur le poele à bois par leur robot avant de prendre leur fusée interplanétaire (atomique).

Moi j'aime bien, mais ce n'est peut-être pas exactement ce que le client gavé de Mass Effect ou de Deus Ex s'attend à trouver dans une oeuvre SF.

Herbefol
Messages : 1642
Enregistré le : mer. févr. 08, 2006 9:16 pm

Message par Herbefol » dim. oct. 20, 2013 4:30 pm

Erion a écrit :(et en plus, la plupart des joueurs s'en foutent : le gameplay est bien plus essentiel que le propos, voire même le graphisme)
C'est pas franchement l'impression que j'ai à propos des JV et de leurs joueurs. Oui, le gameplay est important, c'est comme le fait qu'un livre soit écrit correctement. S'il y a des fautes partout, ça nuit à la lisibilité du truc, pareil pour le gameplay dans un jeu.
Mais l'histoire qui est servi et les personnages sont importants. Ce qui fait triper les joueurs d'un Mass Effect, ce sont les personnages, les possibilités d'évolution de l'intrigue et l'ensemble que forme l'univers. Ce n'est pas le gameplay.
L'affaire Herbefol
Au sommaire : Omale de Genefort, L'arbre des pendus d'Aaronovitch, Le crépuscule des dieux de Przybylski, La patrouille du temps d'Anderson & L'héritier de Novron de Sullivan.

Avatar du membre
Sybille
Messages : 1116
Enregistré le : sam. sept. 30, 2006 11:10 am

Message par Sybille » dim. oct. 20, 2013 4:44 pm

marc a écrit :Concernant la baisse du nombre de lecteurs, tout genres confondus, elle est surtout due à Internet qui est un dévoreur de temps. On pense passer 15 minutes pour trouver une info, et finalement on est resté deux heures scotchés sur son écran à regarder tout et rien. Temps perdu, qui aurait pu être utilisé pour lire un livre.
A moins qu'on n'ait lu plus autrefois que parce qu'on n'avait rien de mieux à faire ?

Sérieusement, ce genre d'idées m'agace : les gens font ce qu'ils veulent de leur temps libre et c'est à chacun de nous d'essayer de proposer des trucs qui vont leur plaire, mais sans juger s'ils préfèrent faire autre chose.

Pour ma part, j'oeuvre sur le créneau nouvelles ET auteurs francophones, alors vous ne m'en voudrez pas de n'accorder pas plus d'importance à la SF qu'au fantastique par exemple.
Parce que la nouvelle de fantasy ou de fantastique de l'auteur francophone n'a pas non plus spécialement le vent en poupe :wink:

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » dim. oct. 20, 2013 5:06 pm

Quand on reprend le fil après une aprème d'interruption, on a vraiment l'impression d'assister à une discussion de médecins dans une pièce de Molière. Des convictions personnelles aussi incompatibles que possible, les expériences et résultats divers, parfois numériques, des quelques dircol qui ont participé à cette discussion balayés comme non conformes aux dites convictions... bref une suite de yakas. (et je n'ai pas fait mieux que d'autres, et mes convictions sont aussi prononcées :oops: ).
Quant aux SFs (chacun a la sienne), elles ne risquent pas de trouver un nouveau lecteur dans ce débat... :twisted: :roll:
Qu'est-ce qui reste possible,? Lire le plus possible, faire savoir ce qu'on a apprécié... dans le milieu et hors milieu... et peut-être que, de temps à autre, un bouquin apprécié par un nombre suffisant de lecteurs finira par percer le mur de notre forteresse-ghetto...
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Fabien Lyraud
Messages : 2253
Enregistré le : mer. oct. 24, 2007 10:35 am
Localisation : St Léonard
Contact :

Message par Fabien Lyraud » dim. oct. 20, 2013 5:15 pm

Quant aux SFs (chacun a la sienne), elles ne risquent pas de trouver un nouveau lecteur dans ce débat...
On touche là à un problème. Toutes les formes de SF devraient pouvoir coexister.
Bienvenu chez Pulp Factory :
http://pulp-factory.ovh


Le blog impertinent des littératures de l'imaginaire :
http://propos-iconoclastes.blogspot.com

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » dim. oct. 20, 2013 5:43 pm

Ai-je écrit le contraire? :shock:
Non seulement elles coexistent bon gré mal gré mais elles devraient pouvoir s'entraider.
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

sarouken
Messages : 16
Enregistré le : mer. mars 24, 2010 9:23 pm

Message par sarouken » dim. oct. 20, 2013 6:27 pm

Patrice a écrit :Salut,
Celles des JV font modernes
Elles sont stéréotypées à mort. Toujours les mêmes poses, mêmes, etc. Comme les affiches de film. Si c'est ça la modernité...

A+

Patrice
C'est cela, cherchons les défauts chez les autres, ça évitera de les regarder chez nous. Elles ne sont pas stéréotypées les couvs en sf ?
Erion a écrit :J'aimerais bien que tu expliques en quoi les JV font "moderne" à tes yeux.
Narrativement, scénaristiquement, c'est de la SF très ancienne, voire ringarde, à de rares exceptions près (qui sont toujours les mêmes). Le moindre roman de SF est souvent plus moderne que la plupart des JV.
Je parlais des illustrations. Je suis d'accord pour dire que les romans de SF étaient en avance sur les JV, est-ce le cas aujourd'hui ? C'est quoi tes romans qui sont plus moderne que les JV ?

Prenez n'importe quels trucs de SF, livres, BD, conventions.... Regardez quelle est la part qui se rapproche du passé et quelle est la part qui se rapproche du futur, et pas d'un retrofutur. Pour le futur, je ne vois pas grand chose.

JDB
Messages : 1541
Enregistré le : mer. mai 03, 2006 1:37 pm
Contact :

Message par JDB » lun. oct. 21, 2013 8:55 am

Extrait de Du polar, recueil d'entretiens de François Guérif avec Philippe Blanchet, Payot, 2013.
C'est un peu long mais édifiant.
Au moment où j'ai créé Red Label (1977), la Série Noire était passée de huit volumes par mois à quatre. La collection Mystère aux Presses de la Cité n'existait quasiment plus. Le Masque publiait surtout Agatha Christie et Exbrayat. La collection Pierre Nord s'était arrêtée. Tout semblait au ralenti. On trouvait quelques collections vaguement grand format, comme Denoël Sueurs Froides, qui ne publiait que des auteurs français -- dont certains très bons d'ailleurs.
On est alors à la fin des années 1970 et la littérature populaire qui explose c'est la science-fiction, avec des auteurs comme Philip K. Dick, Robert Heinlein ou Robert Silverberg. Gérard Klein, avec la collection Ailleurs et Demain chez Robert Laffont, fait à l'époque un travail formidable. Juste derrière, on touve la collection Dimension chez Calmann-Lévy, qui va publier Frederik Pohl, J.G. Ballard ou Christopher Priest. Puis la collection de poche Albin Michel dirigée par Georges Gallet et Jacques Bergier. J'ai lu, qui s'est mis à la science-fiction, en publie à tire-larigot. Sans compter Le Club du Livre d'anticipation, la revue trimestrielle Univers chez J'ai lu, Le Masque Science-Fiction et les revues Fiction et Galaxie. En l'espace de deux ou trois ans, une bonne dizaine de collections de science-fiction ont vu le jour. Bref, la science-fiction est sur tous les fronts.
Et le polar se met à chuter.
J'ai une anecdote là-dessus. [Guérif raconte une réunion de représentants où il présente les quatre premiers volumes de Red Label, signés James Cain, Fredric Brown, David Goodis et Robert Bloch] A la fin de la réunion, le chef des représentants demande à me voir [...] et il me dit: "Mais mon pauvre ami, vous êtes complètement fou! Plus personne ne lira Fredric Brown et Robert Bloch! Ca n'intéresse pas les lecteurs." Et c'était d'autant plus vrai dans son esprit que des gens comme Jacques Sadoul, qui était très puissant avec J'ai lu, et qui connaissait bien le polar, n'était pas intéressé et misait tout sur la SF. Heureusement pour moi, car les éditions J'ai lu avaient mille fois plus de répondant financier que PAC [éditeur de Red Label].
A la même époque je me souviens d'ailleurs de Jacques Sadoul rentrant Au Troisième OEil [librairie créée par Guérif] et me disant -- il ne savait pas que c'était moi qui m'occupais de cette collection: "Vous avez vu la collection Red Label? Ils publient Ellery Queen! A qui ils croient qu'ils vont vendre ça aujourd'hui?" Cinq ans après, le même Jacques Sadoul devait republier l'intégralité d'Ellery Queen.
On peut offrir moult commentaires, mais je me contenterai d'un seul: si effectivement un genre peut frôler la disparition et se redresser ensuite de façon spectaculaire, comme l'a fait le polar depuis la fin des années 1970, alors je choisis d'être optimiste pour la SF.
Au passage, je recommande vivement ce livre, qui regorge d'observations et de réflexions non seulement sur le polar mais sur l'édition en général, avec parfois des conclusions applicables à tous les genres, y compris la SF.
JDB
“Miss Judith Lee, vous êtes l’une des choses les plus étranges de ce monde très étrange.”

Fabien Lyraud
Messages : 2253
Enregistré le : mer. oct. 24, 2007 10:35 am
Localisation : St Léonard
Contact :

Message par Fabien Lyraud » lun. oct. 21, 2013 10:12 am

Il faut bien voir que tant qu'il y aura un intérêt médiatique proche de zéro pour les genres de l'imaginaire on ne pourra construire que sur du sable. Jusqu'au milieu des années 2000 il y a eu des rubriques régulières dans la grande presse ( Jacques Baudou dans le Monde, Jean Claude Dunyach dans l'Express sans oublier des chroniques sporadiques dans l'évènement du jeudi) ou dans la presse littéraire ( Philippe Curval dans le Magazine Littéraire ou Alain Grousset dans Lire) ainsi que des émissions sur les radio nationales ( l'émission une Oeuvre un Auteur sur France Culture a consacré des numéros à Robert Silverberg, Mercedés Lackey, Philippe K Dick ou Rosny Ainé). Il restait une base critique certes loin de celle des années 70 ou 80 mais qui gardait une base suffisante.
Aujourd'hui il n'y a plus que les chroniques de Frédérique Rousselle dans Libération ( quoique j'en ignore la fréquence), et des numéros réguliers de Mauvais Genre sur France Culture). Il y a aussi quelques critiques dans des revues de BD (dans Lanfeust mag).
Les choses ont changé aujourd'hui.
Il faudrait :
- retrouver une critique importante dans la presse nationale et régionale
- avoir une présence à la TV avec des émissions sur le genre suffisamment vulgarisatrices.
- avoir des rubriques comparables à ce que faisait Roland dans Casus Belli dans les magazine de jeux de rôles ou de jeux vidéo.
Après on aurait une meilleure visibilité (c'est ce qui nous manque) et une image un plus valorisante.
Bienvenu chez Pulp Factory :
http://pulp-factory.ovh


Le blog impertinent des littératures de l'imaginaire :
http://propos-iconoclastes.blogspot.com

Avatar du membre
marc
Messages : 2396
Enregistré le : dim. mars 12, 2006 8:59 am
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Contact :

Message par marc » lun. oct. 21, 2013 11:25 am

sarouken a écrit :Mais ces publics sont en phase avec leur époque. Si tu leur donnes de la SF, tu vas les plonger dans le passé. Suffit de comparer les illustrations de bouquins de SF avec ceux des jeux videos. Celles des JV font modernes, celles de SF non. Les illustrations de Manchu par exemple, ca donne un coté à la SF qui n'a pas bougé depuis la sortie de 2001, l'odyssée de l'espace. Celles de Corinne Billon chez la volte font moderne par contre.
C'est bizarre, pour moi c'est l'inverse. Manchu est certainement le meilleur illustrateur du moment en imaginaire.
En tant que lecteur, j'aime voir une couverture qui correspond à une scène du livre. Ce n'est pas vraiment nécessaire, mais ça aide.
Marc Le Blog science-fiction de Marc et Phenix Mag
Auteurs préférés : Banks, Hamilton, Simmons, Heinlein, Reynolds, Vance, Weber, Bordage, P. Anderson, Eddings

XavierMauméjean
Messages : 332
Enregistré le : jeu. févr. 11, 2010 9:44 pm

Message par XavierMauméjean » mer. oct. 23, 2013 7:17 am

Fabien Lyraud a dit : "Il faut bien voir que tant qu'il y aura un intérêt médiatique proche de zéro pour les genres de l'imaginaire on ne pourra construire que sur du sable. Jusqu'au milieu des années 2000 il y a eu des rubriques régulières dans la grande presse ( Jacques Baudou dans le Monde, Jean Claude Dunyach dans l'Express sans oublier des chroniques sporadiques dans l'évènement du jeudi) ou dans la presse littéraire ( Philippe Curval dans le Magazine Littéraire ou Alain Grousset dans Lire) ainsi que des émissions sur les radio nationales ( l'émission une Oeuvre un Auteur sur France Culture a consacré des numéros à Robert Silverberg, Mercedés Lackey, Philippe K Dick ou Rosny Ainé)."


Et l'émission Mauvais Genres, tu en fais quoi ?Le même François Angelier a repris déjà depuis quelques temps la chronique régulière SF Fantasy dans le Monde. N'hésite pas à te tenir au courant !

Fabien Lyraud
Messages : 2253
Enregistré le : mer. oct. 24, 2007 10:35 am
Localisation : St Léonard
Contact :

Message par Fabien Lyraud » mer. oct. 23, 2013 7:30 am

@ Xavier : Sauf qu'il y a quelques mois Olivier Paquet disait que François Angelier avait de plus en plus de mal à monter des émission autour de la SF. Donc ça confirme que l'intérêt des médias pour le genre diminue. Déjà que dans le monde on est passé de la chronique mensuelle de Jacques Baudou à une chronique semestrielle riquiquiqui de Serge Lehman.
Il faut aussi arrêter de se raccrocher à des chimères. L'intérêt des média diminue.
Bienvenu chez Pulp Factory :
http://pulp-factory.ovh


Le blog impertinent des littératures de l'imaginaire :
http://propos-iconoclastes.blogspot.com

Avatar du membre
Erion
Messages : 5025
Enregistré le : sam. oct. 21, 2006 10:46 am

Message par Erion » mer. oct. 23, 2013 7:35 am

Fabien Lyraud a écrit :@ Xavier : Sauf qu'il y a quelques mois Olivier Paquet disait que François Angelier avait de plus en plus de mal à monter des émission autour de la SF. Donc ça confirme que l'intérêt des médias pour le genre diminue..
Pas du tout. C'est que la production actuelle, n'est pas d'une intensité suffisante pour favoriser des émissions régulières. Quand il a des ouvrages qui l'intéressent, François fait des émissions. Ce n'est absolument pas l'intérêt des médias pour le genre qui diminue (et dans le cas d'Angelier, le souci, c'est qu'il a un intérêt pour TELLEMENT de choses qu'il lui faudrait 30 ou 40 émissions par semaine pour écluser).
Et, pour être tout à fait exact, le constat d'Angelier que je rapportais date de 3 à 4 ans, la situation, et notamment pour la SF francophone, a bien évolué depuis.
"There's an old Earth saying, Captain. A phrase of great power and wisdom. A consolation to the soul, in times of need : Allons-y !" (The Doctor)
http://melkine.wordpress.com/

Répondre

Retourner vers « Les infos sur la Science Fiction, la Fantasy et le fantastique en général »