La fin d'Ailleurs et Demain

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » ven. oct. 18, 2013 10:15 am

]
justi a écrit :Quant aux langues autres que l'anglais, ça n'a jamais été une préoccupation pour la majorité des éditeurs francophones.
C'est bien ce que certains lecteurs leurs reprochent. Dont moi. Je compense sur des langues que je lis; mais pas sur celles que je ne lis pas. Or LES science-fictions des différentes langues sont assez différentes, même si elles s'articulent toutes sur la SF anglo-saxonne.
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Avatar du membre
Sybille
Messages : 1116
Enregistré le : sam. sept. 30, 2006 11:10 am

Message par Sybille » ven. oct. 18, 2013 10:32 am

MF a écrit :
GillesDumay a écrit :L'incapacité du lectorat SF (et n'y voyez aucune attaque contre quiconque, juste un constat) à se rassembler autour de 2 ou 3 titres-phares par an, empêche bien des projets de voir le jour dans les maisons qui ont une certaine culture de la SF, payent correctement leurs traducteurs et savent comment le genre fonctionne.
n'y voit l'attaque de quiconque, mais en l'absence d'un appareil critique qui toucherait ce lectorat et le fédèrerait, ça ne risque pas d'arriver

loin de moi l'idée de taper sur bifrost ou galaxies (ils font ça très bien eux-mêmes sans mon aide ^^), mais quand tu additionnes le nombre de leurs abonnés et/ou lecteur, et que tu divises par le nombre de "bonnes critiques" (1), tu dois probablement arriver au chiffre moyen des ventes des collections spécialisées

le bouche-à-oreille et les agrégations de blog ne peuvent se substituer à une critique "professionnelle", portée par des professionnels ; il y a bien sur des exceptions, comme d'habitude : Spin doit en être une...

c'est là que l'on se prend à regretter que Serge Lehman, par exemple (2),ne puisse faire une intervention périodique dans Le Monde (ou tout autre support périodique de réputation)
Si j'ai compris ce que tu as dit et ai pensé la même chose... ça doit surement être vrai :shock:

Il y a deux types de lecteurs :
- les gens comme ma mère qui chronique pour les Vagabonds : quand elle ne reçoit pas de SP, elle achète des nouveautés en grand format et elle lit, elle lit, elle lit...
- et des gens comme moi : les petits lecteurs (pour des tas de raisons, comme le fait que je suis malvoyante et que j'ai envie d'avoir du temps pour les séries télé et les jeux vidéo, activités qui n'intéressent pas ma petite mère).

Pourquoi je cause de ça ?
Parce que ce sont les petits lecteurs qui pourraient faire le différence sur certains titres.
Grosso modo, je lis ce que ma mère me conseille. Et, au fil du temps... elle, grosse lectrice, trouve de moins en moins de choses... alors que les titres s'accumulent, se multiplient...

Le gros lecteur (le nombre de ventes minimum) continue parce qu'il préfère la lecture au reste.
Le petit lecteur, lui, passe plus de temps sur GoT et Justified.

Ni ma mère ni moi ne sommes anglophones.
Si un appareil critique nous disait que tel truc, c'est vraiment de la balle et qu'il faut qu'on le lise, on le ferait... mais, là, de titres en titres qui ronronnent...

Dernier livre que j'ai refermé : Rainbow Warriors (Ayerdhal).
Prochain que je vais ouvrir : Porcelaine (Faye).
Pourquoi ces deux ? Parce qu'ils sont sortis du lot des échos, que tout le monde en dit du bien.
Je n'ouvrirai probablement pas la Longue Terre alors que j'adore Pratchett parce que les gens ont l'air déçu.

Bref, il y a des choses à faire... en pensant au petit lecteur, celui qui n'est pas un intellectuel, celui qui lit peu et referme le livre dès le premier chapitre si ça le gonfle.
Ce lecteur, un peu méprisé parce qu'il ne doit pas être bien fufute, on pourrait lui proposer des nouvelles de tous ces auteurs anglosaxons qu'il ne peut pas lire en VO.
De la nouvelle et pas de gros pavés de 500 ou 1.000 pages parce qu'il n'y a que 24 heures dans une journée...

Bon, voilà, c'était pour dire parce que je trouve la discussion intéressante et que j'ai compris, au fil du temps, qu'étant une matheuse et pas une littéraire, certains littéraires ne pensaient pas à me vendre leur came :wink:

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » ven. oct. 18, 2013 11:16 am

Salut,
bormandg a écrit :]
justi a écrit :Quant aux langues autres que l'anglais, ça n'a jamais été une préoccupation pour la majorité des éditeurs francophones.
C'est bien ce que certains lecteurs leurs reprochent. Dont moi. Je compense sur des langues que je lis; mais pas sur celles que je ne lis pas. Or LES science-fictions des différentes langues sont assez différentes, même si elles s'articulent toutes sur la SF anglo-saxonne.
En même temps, je commence à comprendre la frilosité des éditeurs... En SF et fantasy, tout ce qui n'est pas traduit de l'anglais (à quelques exceptions près, heureusement), fait un four. Le meilleur moyen pour un roman de SF ou de fantasy non-anglo-saxon de marcher est d'être publié par un éditeur non spécialisé.

A+

Patrice

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » ven. oct. 18, 2013 11:22 am

Patrice a écrit :Salut,
bormandg a écrit :]
justi a écrit :Quant aux langues autres que l'anglais, ça n'a jamais été une préoccupation pour la majorité des éditeurs francophones.
C'est bien ce que certains lecteurs leurs reprochent. Dont moi. Je compense sur des langues que je lis; mais pas sur celles que je ne lis pas. Or LES science-fictions des différentes langues sont assez différentes, même si elles s'articulent toutes sur la SF anglo-saxonne.
En même temps, je commence à comprendre la frilosité des éditeurs... En SF et fantasy, tout ce qui n'est pas traduit de l'anglais (à quelques exceptions près, heureusement), fait un four. Le meilleur moyen pour un roman de SF ou de fantasy non-anglo-saxon de marcher est d'être publié par un éditeur non spécialisé.

A+

Patrice
Il y a des exemples de ce que tu dis (je citerai Paasilina, qui ne dit pas que ses livres sont assez fortement SF et Johanna Sinisalo qui ne le cache pas); et des contre-exemples (Eschbach, Evangelisti)...
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » ven. oct. 18, 2013 11:26 am

à quelques exceptions près, heureusement

A+

Patrice

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » ven. oct. 18, 2013 11:38 am

Ceci étant, en y réfléchissant: en quoi ta remarque est-elle limitée à la SF d'origine non anglo-saxonne ou française? Elle ne pourrait pas s'appliquer à des comparaisons entre les tirages du Seigneur des guèpes et des livres de la Culture? ou ceux de Tranparences et de Rainbow warriors?
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Avatar du membre
dracosolis
Messages : 7417
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 8:08 pm
Contact :

Message par dracosolis » ven. oct. 18, 2013 12:38 pm

La sf est - entre autres - la littérature du futur, mais elle donne à l'heure actuelle l'impression d'une littérature passéiste, de vieux, écrite par de vieux auteurs récurrents, soutenus par de vieux fans ringards.
j'entends ça tous les dix ans ^^
^L'incapacité du lectorat SF (et n'y voyez aucune attaque contre quiconque, juste un constat) à se rassembler autour de 2 ou 3 titres-phares par an, empêche bien des projets de voir le jour dans les maisons qui ont une certaine culture de la SF, payent correctement leurs traducteurs et savent comment le genre fonctionne.
le lectorat vu comme une oNG qui fait pas son taf, huhu (ça faisait longtemps ça aussi) (salaud de lecteur)
Antéchrist N°4
Idéologue Relativiste à mi-temps
Antéchrist N°4 :

Avatar du membre
dracosolis
Messages : 7417
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 8:08 pm
Contact :

Message par dracosolis » ven. oct. 18, 2013 12:43 pm

c'est moi où ça bégaye sur ce fil ?^^
Antéchrist N°4
Idéologue Relativiste à mi-temps
Antéchrist N°4 :

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » ven. oct. 18, 2013 1:20 pm

dracosolis a écrit :
^L'incapacité du lectorat SF (et n'y voyez aucune attaque contre quiconque, juste un constat) à se rassembler autour de 2 ou 3 titres-phares par an, empêche bien des projets de voir le jour dans les maisons qui ont une certaine culture de la SF, payent correctement leurs traducteurs et savent comment le genre fonctionne.
le lectorat vu comme une oNG qui fait pas son taf, huhu (ça faisait longtemps ça aussi) (salaud de lecteur)
Tu ne savais pas que les auteurs sont une espèce en voie de dispârition, depuis qu'Internet leur a fait comprendre que n'importe qui ne pouvait pas publier n'importe quoi sans passer par un éditeur diplomé? :D
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » ven. oct. 18, 2013 1:28 pm

le lectorat vu comme une oNG qui fait pas son taf, huhu (ça faisait longtemps ça aussi) (salaud de lecteur)
Exactement le contraire de ce que je voulais dire...
Je ne considère pas le lectorat comme une entité (ou une ONG), mais plutôt comme une "donnée économique", un facteur à prendre en compte sur le plan économique (les gens lisent ce qu'ils veulent comme ils veulent pour les raisons qu'ils veulent).
Les habitudes d'achat en SF ont changé ces quinze dernières années, le lectorat a un spectre de lecture plus large, ne se jette plus sur les nouveautés, accorde une importance accrue au bouche à oreille, les blogs remplacent souvent le libraire dans le rôle de "prescripteur"... L'achat est très éparpillé (le CA progresse chaque année, contrairement à ce qu'on pourrait croire) et très resserré sur quelques titres comme le TdFer ou le dernier King. Là où c'est resserré les sommes en jeu sont considérables, là où c'est éparpillé personne ou presque ne fait de marge.

La SF est un genre de plus en plus poreux (le lectorat SF est très vaste et le prouve chaque année), on en trouve beaucoup en rayon de littérature étrangère et même un peu en rayon de littérature française. Cette porosité n'est pas un sujet d'inquiétude, c'est juste un fait pour lequel la plupart des groupes ne sont pas "outillés".

Pour un groupe, quasiment le seul moyen de publier de la SF aujourd'hui c'est de le faire sans le dire. Ce qui signifie, à peu de choses près ne plus faire de politique d'auteur et faire une politique de coups permanente (typiquement le contraire de ce que j'ai envie de faire dans l'édition).

GD

Avatar du membre
dracosolis
Messages : 7417
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 8:08 pm
Contact :

Message par dracosolis » ven. oct. 18, 2013 1:31 pm

GillesDumay a écrit :
le lectorat vu comme une oNG qui fait pas son taf, huhu (ça faisait longtemps ça aussi) (salaud de lecteur)
Exactement le contraire de ce que je voulais dire...
Je ne considère pas le lectorat comme une entité (ou une ONG), mais plutôt comme une "donnée économique", un facteur à prendre en compte sur le plan économique (les gens lisent ce qu'ils veulent comme ils veulent pour les raisons qu'ils veulent).
Les habitudes d'achat en SF ont changé ces quinze dernières années, le lectorat a un spectre de lecture plus large, ne se jette plus sur les nouveautés, accorde une importance accrue au bouche à oreille, les blogs remplacent souvent le libraire dans le rôle de "prescripteur"... L'achat est très éparpillé (le CA progresse chaque année, contrairement à ce qu'on pourrait croire) et très resserré sur quelques titres comme le TdFer ou le dernier King. Là où c'est resserré les sommes en jeu sont considérables, là où c'est éparpillé personne ou presque ne fait de marge.

La SF est un genre de plus en plus poreux (le lectorat SF est très vaste et le prouve chaque année), on en trouve beaucoup en rayon de littérature étrangère et même un peu en rayon de littérature française. Cette porosité n'est pas un sujet d'inquiétude, c'est juste un fait pour lequel la plupart des groupes ne sont pas "outillés".

Pour un groupe, quasiment le seul moyen de publier de la SF aujourd'hui c'est de le faire sans le dire. Ce qui signifie, à peu de choses près ne plus faire de politique d'auteur et faire une politique de coups permanente (typiquement le contraire de ce que j'ai envie de faire dans l'édition).

GD
ah ben excuse-moi, donc je l'ai mal lu, du coup je préfère...^^
Antéchrist N°4
Idéologue Relativiste à mi-temps
Antéchrist N°4 :

Gérard Klein
Messages : 1595
Enregistré le : ven. oct. 06, 2006 6:06 pm
Localisation : En face de la Fac Jussieu

Message par Gérard Klein » ven. oct. 18, 2013 2:00 pm

Aux judicieuses remarques de Dumay, il faut ajouter ceci (qui n'est pas très nouveau):
en librairie, un livre est mort au bout de trois semaines s'il n'a pas fait son quota de ventes. Et au bout de trois mois tout au plus, s'il n'est pas parti pour devenir un best-seller de plus de trente ou quarante mille, il est introuvable, raide mort, enterré, sauf commandes sur Amazon..
Ça ne facilite pas les choses dès qu'il s'agit d'inconnus. Ou de textes un peu difficiles.
Il suffit de consulter Edistat toutes catégories confondues pour comprendre que les ventes inférieures à cent exemplaires (j'ai bien écrit 100)- sont de plus en plus fréquentes.
Alors…
Autrefois, on restait sur table ou en rayon, trois mois, six mois, des années pour,peu que ça marche un peu. Sept ans pour vendre 10 000 exemplaires de Dune. Aujourd'hui, on ferait deux/trois mille et basta.
C'est comme les films. essayez de voir un film qui n'a pas cartonné, trois semaines après sa sortie…
Nous vivons dans le monde de l'éphémère.
Mon immortalité est provisoire.

Avatar du membre
Sybille
Messages : 1116
Enregistré le : sam. sept. 30, 2006 11:10 am

Message par Sybille » ven. oct. 18, 2013 4:41 pm

GillesDumay a écrit :Pour un groupe, quasiment le seul moyen de publier de la SF aujourd'hui c'est de le faire sans le dire. Ce qui signifie, à peu de choses près ne plus faire de politique d'auteur et faire une politique de coups permanente (typiquement le contraire de ce que j'ai envie de faire dans l'édition).
Bon, je pose la question : pourquoi ?
(A moins que je n'ai pas du tout compris ce que tu as voulu dire...)
Pourquoi préfères-tu publier un auteur particulier plutôt qu'un "bon coup" (j'imagine par là un roman qui va faire de bonnes ventes parce que...) ?
Ne serait-ce justement pas mieux de préférer un titre à un auteur ?

justi
Messages : 852
Enregistré le : dim. janv. 28, 2007 9:57 pm

Message par justi » ven. oct. 18, 2013 10:42 pm

dracosolis a écrit :
La sf est - entre autres - la littérature du futur, mais elle donne à l'heure actuelle l'impression d'une littérature passéiste, de vieux, écrite par de vieux auteurs récurrents, soutenus par de vieux fans ringards.
j'entends ça tous les dix ans ^^

Ben moi pas.

C'est mes jeunes qui me le disent.

Avatar du membre
dracosolis
Messages : 7417
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 8:08 pm
Contact :

Message par dracosolis » sam. oct. 19, 2013 3:17 am

justi a écrit :
dracosolis a écrit :
La sf est - entre autres - la littérature du futur, mais elle donne à l'heure actuelle l'impression d'une littérature passéiste, de vieux, écrite par de vieux auteurs récurrents, soutenus par de vieux fans ringards.
j'entends ça tous les dix ans ^^

Ben moi pas.

C'est mes jeunes qui me le disent.
http://www.cafardcosmique.com/Esthetiqu ... r-prisepar

(fabrice colin, esthétique du lâcher prise, 2010)


insecte nuisible 2010
http://insecte-nuisible.com/contre-la-science-fiction/

ça fait seulement trois ans mais ça ressemble non ?^^

pour le reste, les jeunes n'ont qu'à écrire une autre littérature moins ringarde si ça leur chante et s'ils le peuvent, les vieux ringards ne sont pas là pour les empêcher car contrairement à ce que les jeunes révoltés aimeraient, les vieux s'en foutent du moment qu'on leur laisse leur came^^
Antéchrist N°4
Idéologue Relativiste à mi-temps
Antéchrist N°4 :

Répondre

Retourner vers « Les infos sur la Science Fiction, la Fantasy et le fantastique en général »