Message de Serge Brussolo

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean

Répondre
amandine astier
Messages : 184
Enregistré le : lun. mai 12, 2014 8:55 am

Message de Serge Brussolo

Message par amandine astier » mar. mai 20, 2014 8:55 am

Serge Brussolo, auteur de nombreux romans SF vient de poster ce message dans lequel il explique qu'il veut s'auto-publier à présent.

Le message:

Quoi de neuf docteur ? comme dirait Bunny, le lapin des cartoons de mon enfance.
Des changements importants se profilent à l'horizon 2015. En effet, lassé du formatage et des caprices de l'édition commerciale, j'ai décidé de devenir mon propre éditeur, ce qui me permettra enfin d'écrire ce qui me fait envie sans avoir à subir la tyrannie des études de marché et le rouleau compresseur des modes éphémères.
Cela me fournira surtout l'occasion de terminer des séries inachevées ou de renouer avec la science-fiction, genre qui fait grimacer les éditeurs car il ne touche, en France, qu'un public réduit... et donc ne rapporte pas grand-chose.Les lecteurs qui, depuis des années, me réclament des romans de SF seront donc contents, du moins je l'espère.
J'envisage de mettre en ligne des textes inédits, au fil de mes envies.
Il s'agira bien sûr de textes numériques, en Pdf, epub, mobi... ceux qui ne possèdent pas de liseuses pourront les lire sur ordinateur, il leur suffira pour cela de télécharger l'un des logiciels gratuits qui pullulent sur le net.
L'accès à ces textes sera d'abord gratuit. Il se peut, par la suite, que j'envisage de les mettre en ligne sur la plate-forme AMAZON, mais, si cela se fait, ce sera de toute manière à un prix très accessible, pour ne pas dire symbolique.
Parallèlement, continueront (pendant quelque temps) à paraître en librairie des romans « grand public », principalement des thrillers ou des romans historiques, puisque de tels livres sont en attente de publication et d'ores et déjà inscrits sur les programmes de telle ou telle maison d'édition. Toutefois, ces parutions finiront par s'espacer pour cesser tout à fait, et viendra le moment où l'on ne pourra me lire que sur ce site, je tenais à en prévenir les fans.
Ma démarche surprendra certains, mais je ne fais en cela que rejoindre d'autres auteurs professionnels qui, comme moi, ne supportent plus les contraintes du marché de l'édition.
A bientôt, donc, ici même, pour de nouvelles aventures !

Bien amicalement

Serge Brussolo
Modifié en dernier par amandine astier le mar. mai 20, 2014 1:17 pm, modifié 1 fois.

Avatar du membre
MF
Messages : 4466
Enregistré le : jeu. déc. 28, 2006 3:36 pm
Localisation : cactus-blockhaus

Message par MF » mar. mai 20, 2014 1:14 pm

il peut donc se brosser ?
Le message ci-dessus peut contenir des traces de second degré, d'ironie, voire de mauvais esprit.
Son rédacteur ne pourra être tenu pour responsable des effets indésirables de votre lecture.

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » mar. mai 20, 2014 1:27 pm

Un peu brutal comme réponse. Moi je lui donnerais au minimum le bénéfice du doute et serais intéressé pour savoir en quoi son écriture sera changée (et certainement améliorée, pour des raisons évidentes)..
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Fabien Lyraud
Messages : 2253
Enregistré le : mer. oct. 24, 2007 10:35 am
Localisation : St Léonard
Contact :

Message par Fabien Lyraud » mar. mai 20, 2014 1:55 pm

MF a écrit :il peut donc se brosser ?
Tu es au courant qu'aux USA des auteurs réputés comme Kristine Katherine Rush s'autoéditent pour pouvoir diffuser leurs textes. Et il y en a d'autres. Quand on ne vise pas le lectorat de supermarché et la ménagère de moins de cinquante ans c'est dur de se faire éditer. Ou alors il faut accepter des chiffres de ventes assez bas (ça c'est pour la France).
Bienvenu chez Pulp Factory :
http://pulp-factory.ovh


Le blog impertinent des littératures de l'imaginaire :
http://propos-iconoclastes.blogspot.com

Avatar du membre
MF
Messages : 4466
Enregistré le : jeu. déc. 28, 2006 3:36 pm
Localisation : cactus-blockhaus

Message par MF » mar. mai 20, 2014 10:57 pm

Fabien Lyraud a écrit :
MF a écrit :il peut donc se brosser ?
Tu es au courant qu'aux USA ...
tu es au courant que, avant correction par Amandine suite à mon message, ce fil s'intitulait "Message de Serge Brossolo" et commençait par : "Serge Brossolo, auteur de nombreux romans SF vient de poster ce message dans lequel il explique qu'il veut s'auto-publier à présent. " ?
Le message ci-dessus peut contenir des traces de second degré, d'ironie, voire de mauvais esprit.
Son rédacteur ne pourra être tenu pour responsable des effets indésirables de votre lecture.

JESS-KAAN
Messages : 79
Enregistré le : mer. sept. 15, 2010 2:58 pm
Contact :

Message par JESS-KAAN » mer. mai 21, 2014 8:00 am

Perso, je trouve sa démarche risquée et courageuse à la fois, révélatrice de galères de plus en plus vécues par des auteurs.
Je lui souhaite de réussir à fidéliser un lectorat conséquent.
Fissures Noires / ED le HERON D'ARGENT
http://www.editions-leherondargent.com/

amandine astier
Messages : 184
Enregistré le : lun. mai 12, 2014 8:55 am

Réponse au message de Serge Brussolo

Message par amandine astier » jeu. mai 22, 2014 8:57 am

Nicolas Gary, directeur de la publication de ActuaLitté a réagi au message de Serge Brussolo et aux réactions suscitées dans le monde de l'édition.

Vous pouvez retrouver ce message sur le site de ActuaLitté:

Depuis quelques jours, le message diffusé par Serge Brussolo, annonçant sa décision de « devenir [s]on propre éditeur » se propage. Auteurs, libraires : on commente çà et là, la prise de position, considérant qu'il y a là bien plus qu'une simple posture dans l'air du temps. Nous sommes parvenus à contacter l'écrivain, qui a accepté de répondre à quelques questions, posées en vrac. Avec des réponses, pour le coup très structurées.

« Des changements importants se profilent à l'horizon 2015 », assure-t-il. « En effet, lassé du formatage et des caprices de l'édition commerciale, j'ai décidé de devenir mon propre éditeur, ce qui me permettra enfin d'écrire ce qui me fait envie sans avoir à subir la tyrannie des études de marché et le rouleau compresseur des modes éphémères. »

Entre cinéma indépendant, et autopublication, il revient sur plusieurs sujets largement d'actualité, et contemporains - autant de sujets de réflexions, y compris sur le registre ReLIRE, chargé de la numérisation des oeuvres indisponibles du XXe siècle. À commencer par lui, d'ailleurs.

Le projet Relire témoigne, selon moi, de l'affaiblissement progressif de la notion de droit d'auteur. Je rencontre de plus en plus de gens estimant que tous les produits culturels devraient être gratuits, et qui se déclarent scandalisés par les « fortunes » amassées par les auteurs en échange de quelque chose qui « n'est pas, en réalité, un vrai travail ».

La faute en revient aux médias qui focalisent l'attention du public sur les rois du best-seller, et nous expliquent avec force détails que tel ou tel écrivain est plus riche que le roi ou la reine de tel pays, de là à croire qu'il en va de même pour tous leurs collègues il n'y a qu'un pas (C'est ignorer que 90 % des auteurs gagnent tout juste le SMIC.) A la lueur de cette peinture caricaturale, priver les auteurs de leurs odieux privilèges, devient en quelque sorte une punition méritée, non ?

Mais les racines du malaise sont peut-être plus profondes. Disons la vérité : en France, écrire est considéré comme un hobby, sans plus. Pourquoi s'étonner alors qu'on puisse disposer du travail des auteurs avec une telle désinvolture ? Là, est peut-être la vraie question, non ?

« Ah! Si seulement je pouvais m'autopublier ! »

Quant à l'autoédition, en presque quarante années en tant qu'auteur, directeur de collection, éditeur, tous les auteurs que j'ai rencontrés m'ont déclaré, un jour : « Ah! Si seulement je pouvais m'autopublier ! » À une époque, l'aventure était compliquée, coûteuse et très hasardeuse. Beaucoup y ont laissé des plumes. Seuls les très gros best-sellers pouvaient s'offrir ce luxe. Aujourd'hui, grâce à Internet et au livre numérique elle devient plus aisée. Pourquoi bouder cette occasion?

En tant que geek de la première heure, je n'ai aucune prévention contre le progrès du numérique, les écrans ne font pas peur, et je n'ai pas la nostalgie du livre qui sent bon la moisissure. Voyageant beaucoup, je me réjouis de pouvoir chaque fois transporter une bibliothèque de 300 volumes dans la poche de ma veste.

Mais je pense que lorsqu'on a inventé l'imprimerie, il s'est trouvé des gens pour dire : « C'est nul ce truc, c'était beaucoup mieux quand les moines recopiaient les textes à la main. Les enluminures étaient vachement plus jolies ! »

En ce qui concerne mes motivations, je suis un vieux con, ça me donne le droit de dire : « Tout était mieux avant ». J'ai eu la chance (ou la malchance, qui sait?) de débuter dans l'édition avec des gens passionnés de littérature et qui se faisaient un devoir de publier coûte que coûte de bons textes sans s'occuper de l'aspect financier des choses. Au fil du temps, l'édition étant de plus en plus malade (méfions-nous des cocoricos de rigueur!), les termes de l'équation se sont inversés. Ce qui fait loi aujourd'hui c'est le retour (très) rapide sur investissement, et l'obligation de séduire le plus grand nombre. Certains s'en satisfont. Pas moi.

Soyons clairs, si je deviens mon propre éditeur ce n'est pas pour retomber dans le « professionnalisme » forcené de l'édition commerciale et rebâtir une structure visant le profit. Restons zen. La démarche doit rester alternative. Fabriquant moi-même mes livres numériques, je ne dépendrai d'aucune autorité de censure ou comptable. Et si je veux travailler pour des queues de cerises, cela ne regarde que moi. Il s'agit avant tout d'un projet hygiénique.

À l'exemple du « cinéma indépendant », je veux pouvoir développer des projets qui ne toucheront qu'une poignée de lecteurs, mes fans, mes fidèles, ceux qui m'accompagnent et me soutiennent depuis le tout début et sont friands de ce genre de littérature parallèle qui effraye les éditeurs parce qu'elle ne rapporte pas grand-chose, c'est incontestable.

Voilà en gros le truc, comme on dit. Ceux qui m'aiment me suivront. Je publierai de toute façon des textes inédits, pas des vieux machins qui ont été piratés cent fois ou que Relire a ramenés dans ses filets… et qui datent parfois d'une trentaine d'années.

Cela dit, des miracles sont encore possibles, et il m'arrive encore de rencontrer au détour d'un couloir (chez Gallimard par exemple) un éditeur passionné par son métier (et qui me parle d'autre chose que de séries télé !). Je décide alors de faire un bout de route avec lui.

Répondre

Retourner vers « Les infos sur la Science Fiction, la Fantasy et le fantastique en général »