Rencontre avec Etienne Klein

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean

Répondre
jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Rencontre avec Etienne Klein

Message par jerome » dim. janv. 06, 2019 5:39 pm

Une interview d'Etienne Klein est disponible sur le site Fantastinet.
Nous sommes aux Utopiales, festival mêlant science et science-fiction : quel est votre regard sur la Science-Fiction ?

Alors je ne suis pas du tout un expert de Science-Fiction. J’ai lu des livres qui racontaient des voyages dans le temps parce que je m’intéressais à la question du temps. J’ai pu constater qu’aucun livre ne raconte de voyages dans le temps, puisqu’il y a toujours le temps du voyageur temporel et le temps dans lequel il voyage donc toujours deux temps qui cohabitent et raconter ces soi-disant voyages dans le temps, c’est raconter le voyage d’un temps dans un autre temps.

Il en faut deux et ça fait qu’assez rapidement, on se retrouve dans une situation qui fait un peu compliquée à suivre. Maintenant je sens que la Science-Fiction se répartit suivant deux grandes tendances. D’une part une Science-Fiction qui laisse libre court à l’imaginaire sans se soucier de ce qui est possible ou pas mais de ce que la science dit. Elle est complètement libre et imagine les mondes en suivant les pistes de sa propre fantaisie. Elle est intéressante et elle peut par exemple utiliser ce stratagème pour interroger des problèmes de l’époque ou au contraire faire de l’utopie, de l’imaginaire pur on pourrait dire. Et puis une autre Science-Fiction qui prend la science et qui la fait jouer dans des contextes qui ne nous sont possibles de tester expérimentalement. Par exemple, Interstellar qui joue avec les équations d’Einstein et la relativité générale. Donc, c’est une Science-Fiction qui a aussi une forme d’ambition de vulgarisation, en racontant des histoires dans des contextes qui permettent de comprendre certaines implications de la physique dans des domaines qui ne sont pas directement perceptibles. Donc je pense que les deux cohabitent très bien et les Utopiales, dans lesquelles j’ai bien circulé, me semblent faire vivre les deux pistes à part égales.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Répondre

Retourner vers « Les infos sur la Science Fiction, la Fantasy et le fantastique en général »