Barjavel est-il si mauvais ?

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean

Avatar du membre
Charlotte
Administrateur - Site Admin
Messages : 1518
Enregistré le : lun. janv. 23, 2006 2:28 pm
Localisation : Paris
Contact :

Barjavel est-il si mauvais ?

Message par Charlotte » mer. févr. 08, 2006 11:09 am

Je sens que je vais me faire lyncher mais je garde un bon souvenir de La Nuit des Temps que j'ai du lire quand j'avais 15 ans..

Le côté amants maudits à la Roméo et Juliette ou Tritan et Yseult, j'avais adoré. Je suis une grande sentimentale :oops:

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » mer. févr. 08, 2006 12:08 pm

Charlotte a écrit :je garde un bon souvenir de La Nuit des Temps
Ah tu parles de l'histoire de Barbie et Ken coincés dans le bac à glaçons de leur congélateur et qu'un gentil savant blanc retrouve, avec l'aide totalement fortuite d'assistants "nègres" et asiatiques ?

Outre une histoire complètement cucul, la société du futur décrite est totalement risible.

Après cette triste aventure et une ou deux tentatives avortées de lire ses autres romans - qui me sont tombés des mains - j'ai définitivement classé Barjavel dans la catégorie des "vieux cons réacs à la renommée totalement surfaite".

Audiard disait "Ce n'est pas de ma faute si les écrivains de droite écrivent mieux que les écrivains de gauche", ce qui prouve que :

1) même Audiard pouvait dire des conneries, et que
2) il faut se méfier des formules à l'emporte pièce.

Quitte à lire un auteur réac, lisez plutôt les Nouveaux Mystères de Paris de Léo Mallet (Auxquels font bien-sûr référence les Futurs Mystères de Paris de Wagner. Wagner qu'en revanche, on ne peut évidemment pas taxer d'être réac).
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Avatar du membre
Jean
Messages : 546
Enregistré le : dim. janv. 22, 2006 4:57 pm
Localisation : Yvelines
Contact :

Message par Jean » mer. févr. 08, 2006 6:33 pm

:shock:

Je ne me suis jamais intéréssé aux opinions politiques des auteurs qui n'en font pas étalage (voir ailleurs mes remarques sur Jacobs).
Barjavel, pour moi, c'est un auteur de livres pour ados. Entendez par là que j'ai lu des livres de lui quand j'étais ado et que j'ai aimé.

Maintenant, aujourd'hui... Il faudrait que je le relise. Et en effet, connaissant la chute digne des pires séries B américaines, je ne pense pas que je le relirais un jour.

Avatar du membre
Charlotte
Administrateur - Site Admin
Messages : 1518
Enregistré le : lun. janv. 23, 2006 2:28 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Charlotte » mer. févr. 08, 2006 9:16 pm

OUAIS, ben à ans j'ai comme bien aimé

Je ne me souviens absolument pas que c'était tendancieux ?!

Le truc c'est que le héros il s'appelle comme mon frère, alors çà crée des liens avec le bouquin qu'on le veuille ou non.

Et puis, je le répète à cette époque, j'étais très fleur bleue et les histoires d'amour impossible je trouvais çà super rrooooooooooooommmmmantique (Je te rassures, Eric, je n'avais pas de journal intime :wink: )

et le coup des deux faux cadavres dans la graine géante au fin fond de l'Artique, j'avais trouvé çà génial (je ne lisais pas du tout de SF).

Et ma page préférée à longtemps été celle où les deux amants pas encore pétrifiés faisaient l'amour dans l'eau en harmonie avec la nature (ouais, je sais je cherche les baffes)

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » jeu. févr. 09, 2006 12:09 am

Jean a écrit : Je ne me suis jamais intéréssé aux opinions politiques des auteurs qui n'en font pas étalage (voir ailleurs mes remarques sur Jacobs).
Faudra que tu m'expliques comment tu peux être aussi attaché à tes convictions, et les défendre au quotidien comme tu le fais, et en même temps pouvoir faire l'impasse sur les opinions d'un auteur, surtout lorsqu'elles débordent autant sur son écriture ?

Mais là encore, ce n'est pas tant la question de ses idées que le fait qu'elle viennent en plus d'un style médiocre et d'une dramarturgie qui l'est encore plus. Et trop c'est trop.
Charlotte a écrit :Et puis, je le répète à cette époque, j'étais très fleur bleue...
D'accord... Alors que maintenant plus du tout en fait...
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Avatar du membre
Lumpen P.
Messages : 6
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 12:19 am
Localisation : Oulan Bator

Message par Lumpen P. » jeu. févr. 09, 2006 11:42 am

+1:!:

Barjavel est un facho qui écrit comme un pied. A l'extreme limite je veux bien excuser un mec comme Céline d'avoir des idées qui puent des pieds (et encore tout juste) parce qu'il a du talent, mais quand en plus t'écris mal, c'est poubelle !!!
Quand la merde vaudra de l'or, le cul des pauvres ne leur appartiendra plus.
[Henri Miller]

Avatar du membre
Anne
Messages : 1218
Enregistré le : dim. janv. 22, 2006 4:18 pm

Message par Anne » jeu. févr. 09, 2006 7:14 pm

J'adore cette façon de rêgler en deux remarques un débat qui tient les universitaires en haleine depuis des générations... :)

Je me réveille mais je reviendrai pour en parler! (ahahhahaha)

Avatar du membre
Jean
Messages : 546
Enregistré le : dim. janv. 22, 2006 4:57 pm
Localisation : Yvelines
Contact :

Message par Jean » jeu. févr. 09, 2006 7:39 pm

Eric a écrit :
Faudra que tu m'expliques comment tu peux être aussi attaché à tes convictions, et les défendre au quotidien comme tu le fais, et en même temps pouvoir faire l'impasse sur les opinions d'un auteur, surtout lorsqu'elles débordent autant sur son écriture ?
J'ai dit "qui n'en font pas étalage"...

Et puis j'ai lu Barjavel quand j'avais pleins de boutons et pas de moustaches... Mes vues ont évoluées depuis, surtout mon esprit critique !

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » jeu. févr. 09, 2006 7:43 pm

Ton corps aussi manifestement...
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » jeu. févr. 09, 2006 7:43 pm

Anne a écrit :J'adore cette façon de rêgler en deux remarques un débat qui tient les universitaires en haleine depuis des générations... :)

Je me réveille mais je reviendrai pour en parler! (ahahhahaha)
C'est vrai que c'est un peu lapidaire, mais...
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

alantea
Messages : 3
Enregistré le : jeu. févr. 09, 2006 8:24 pm
Contact :

Message par alantea » jeu. févr. 09, 2006 8:38 pm

Je ne suis pas d'accord avec ceux qui refusent de lire Barjavel sous pretexte de ses idées politiques !

Un auteur que j'adore est Ron Hubbard : Sa trilogie de "Terre Camp de Bataile" est géniale !

Ce n'est pas pour ça que je vais adhérer à ses idées.

En BD, je raffole de Jacobs et ses deux héros. Pourtant il avait des idées déplaisantes

On pourrait aller plus loin : dans le contexte actuel, est-il correct de lire des livres d'auteurs américains ?

Donc il vaut mieux se concentrer sur le texte et ses qualités - et ses défauts aussi.

Bon, je conviens que dans le cas de Barjavel, là aussi la qualité est discutable.
Chacun de nous est un Dieu qui s'ignore...

Avatar du membre
dracosolis
Messages : 7417
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 8:08 pm
Contact :

Message par dracosolis » jeu. févr. 09, 2006 9:06 pm

alantea
tu ne ferais pas un peu rapidement l'amalgame américains= infââmes dieu sait quoi (democrates/républicains/capitalistes/rayer la mention inutile) ?:)

depuis quand le fait d'appartenir à une nationalité quelconque augure de tes opinions politiques? :shock:
sinon moi je suis désolée, mais dans barjavel (outre qu'il écrit avec son pied) les idées politiques je les sens à plein nez et quand je tombe sur l'utopie façon barjavel (les femmes à la cuicine enceintes jusqu'aux sourcils j'ai du mal désolée)
d'ailleurs les passages antisémites de Céline désolée là aussi mais je les saute hop!
je peux tout simplement pas (même écrit par un dieu)
:lol:
Antéchrist N°4
Idéologue Relativiste à mi-temps
Antéchrist N°4 :

Avatar du membre
dracosolis
Messages : 7417
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 8:08 pm
Contact :

Message par dracosolis » jeu. févr. 09, 2006 9:13 pm

quant à régler le débat Anne , quand on est une vraie facho de la littérature comme moi, y'en a pas! :D
je brûle sans demander l'avis à personne quand ça m'arrange 8)
Antéchrist N°4
Idéologue Relativiste à mi-temps
Antéchrist N°4 :

alantea
Messages : 3
Enregistré le : jeu. févr. 09, 2006 8:24 pm
Contact :

Message par alantea » jeu. févr. 09, 2006 9:43 pm

dracosolis a écrit :alantea
tu ne ferais pas un peu rapidement l'amalgame américains= infââmes dieu sait quoi
C'est exactement ce que je voulais dire : Pas de jugement hâtif !
Prenons les textes pour ce qu'il sont, sans plus.
Chacun de nous est un Dieu qui s'ignore...

Avatar du membre
Anne
Messages : 1218
Enregistré le : dim. janv. 22, 2006 4:18 pm

Message par Anne » jeu. févr. 09, 2006 10:36 pm

C'est là où je ne suis pas d'accord.

D'un côté, tout écrit peut être assimilé à un message et certains messages sont dangereux (sans devoir être interdits, je le souligne). Si on se base sur la critique du XXeme, la biographie rentre dans l'analyse de la bibliographie et l'écrit devient porteur des idées de son auteur, même lorsque le support n'en a pas la fonction.

D'un autre, le roman est un genre tout à fait à part, assimilé à un monde parallèle où la parole devient porteuse de sens artistique et non obligatoirement social.

Céline écrivait comme un dieu et ses propos antisémites choquent mais les nier revient à nier toute une partie de son oeuvre. On a le droit d'être antisémite et même de le dire. Ce qui est devient problématique, c'est quand le message a une fonction de propagande. Et c'est là que la frontière devient difficile à définir.

Lewis Carroll était considéré comme un pédophile (certes passif) et des générations d'enfants l'ont lu, sans voir ce que nous voyons, adultes familiarisés avec sa biographie: ces enfants-objets qui ne doivent pas grandir et cet auteur omniprésent et vampirique qui se nourrit d'eux.
Doit-on arrêter de lire Céline et Carroll?

Doit-on idéaliser les écrivains? Sont-ils immunisés à la connerie ou à la haine?

Et surtout, ont-ils systématiquement une fonction sociale bienveillante et positive?

Je pense qu'on a tort d'assimiler l'écriture à la fonction sociale. A part au XVIIIeme et à la seconde moitié du XIXeme et du XXeme (et encore...), les auteurs n'ont jamais eu spécialement à coeur de dénoncer. Ou du moins, il n'y a pas obligatoirement de mouvements dont c'était la fonction ou qui le permettaient (les Lumières, certains naturalistes...)

On s'extasie encore sur la parole romantique alors qu'elle développe une image de la femme absolument dégueulasse (meurs en crachant tes poumons dans ton mouchoir de batiste, Joséphine...) qui a empêché son évolution au XIXeme. Les romantiques étaient d'affreux petits bourgeois qui fuyaient dans l'imaginaire (et oui, déjà) pour oublier l'instabilité politique et les conséquences des guerres napoléoniennes. Leurs idées vont proprement à l'encontre de toute évolution sociale. La femme est un petit objet magnifique et statique.

Alors, je suis d'accord, le cas de Céline est à part, puisqu'il dénonçait et que ses écrits peuvent donc s'inscrire dans une logique politique. Pour prendre un autre auteur du XXeme: Boris Vian qui était franchement misogyne et dans la dénonciation également. Il n'empêche que ses Vernon Sullivan sont des petits bijoux de noirceux et d'humour. Et qu'il a écrit le deserteur (même si c'est Mouloudji qui en a fait une chanson pacifiste, en l'influençant).

Le problème n'est pas, à mon avis, de surestimer ou pas l'écrivain mais de ne pas sousestimer son lectorat. Je doute que le faf de base s'extasie sur Céline et s'il le fait (il y a des cons cultivés, sinon, le monde serait plus simple), son cas est de toutes façons perdu pour l'humanité.
L'acte de lire implique que l'on sache ce qu'on lit et également que l'on puisse s'armer contre certaines idées.

Que l'on lise en toute connaissance de cause. C'est là que la lecture, même antisémite, même facho, devient une véritable nourriture, à mon avis.

(Et sinon, j'adore Wagner. Et Niesztche. C'est sa soeur Elizabeth qui me pose un vrai problème).

Répondre

Retourner vers « Les infos sur la Science Fiction, la Fantasy et le fantastique en général »