Duré d'attente pour les reprises en format poche

Modérateurs : Estelle Hamelin, Jean, Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Nathalie

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » ven. août 05, 2011 6:53 pm

Sand a écrit :
Lensman a écrit : Cependant, comment appelle-t-on le délit d'assister à un spectacle sans le payer (ou éventuellement en payant à la mauvaise personne) ? Il doit y avoir un terme, qui n'est pas exactement "vol".

Oncle Joe
"regarder la télé"
... ça colle bien ! Sauf pour "délit", il me semble...
Oncle Joe, hilare

Avatar du membre
Sand
Messages : 3529
Enregistré le : mer. avr. 16, 2008 3:17 pm
Localisation : IdF

Message par Sand » ven. août 05, 2011 6:58 pm

Et globalement j'ai l'impression de voir rejouer le désespoir des fabricants d'armures à cause de la fin des croisades.

Le monde évolue, des professions vont disparaitre, d'autres vont apparaitre. Figer les marchés (= loi Lang) n'a pas changé grand chose à cette évolution.

Il me semble qu'un des problèmes, pour le secteur du livre, est que les conglomérats cherchent à sauver leur distribution avant toute chose. Marchera pas. Et ce qu'on aura consacré à cette vaine tâche ne pourra pas être consacré à renforcer l'édition ou la librairie, voire à ce qui est sauvable de la diffusion.

Quant à l'office... ça mériterait d'y coller une enquête du conseil de la concurrence au cul, c'est une pratique de merde qui tue les libraires encore plus sûrement que tout ce qui est reproché aux lecteurs ! Il faut que des libraires portent plainte, ils se font spolier.

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » ven. août 05, 2011 7:03 pm

Sand a écrit :Et globalement j'ai l'impression de voir rejouer le désespoir des fabricants d'armures à cause de la fin des croisades.
.
Et encore... on pouvait toujours espérer en relancer... ou changer d'adversaires (ça s'est vu...) ... alors que là...
Oncle Joe

Fabien Lyraud
Messages : 2241
Enregistré le : mer. oct. 24, 2007 10:35 am
Localisation : St Léonard
Contact :

Message par Fabien Lyraud » ven. août 05, 2011 7:06 pm

Le marché du livre est un marché de niches pas un marché de masse. Il faudrait que les professionnels de la grande édition le comprennent.
Bienvenu chez Pulp Factory :
http://pulp-factory.ovh


Le blog impertinent des littératures de l'imaginaire :
http://propos-iconoclastes.blogspot.com

Gérard Klein
Messages : 1595
Enregistré le : ven. oct. 06, 2006 6:06 pm
Localisation : En face de la Fac Jussieu

Message par Gérard Klein » ven. août 05, 2011 7:45 pm

> JDB

Sur le Quatuor, attends la rentrée. Cela dit s'il est massivement piraté ou simplement aisément piratable, ça va être dur.

Sur l'office, il y a indiscutablement un problème, comme pour la distribution de la presse, surtout depuis que certains éditeurs s'en servent pour faire de la cavalerie financière. Mais sans l'office, neuf titres sur dix n'atteindraient jamais les étals des libraires donc ne seraient pas vendus et par suite pas édités du tout. Les auteurs Grand-Bretons et Américains nous envient souvent ce système. Et de plus en plus. Le problème, sur lequel je n'ai aucune lumière particulière, serait de parvenir à le civiliser en faisant supporter par les distributeurs une partie au moins du financement. Ça ne poserait pas un gros problème aux grands groupes. En revanche, ce serait la fin des petits éditeurs ou des petites collections chez les grands. qui sont déjà très attentifs aux taux de retour.

Aucun doute que le numérique va changer beaucoup de choses. Mais ne vendez pas prématurément la peau de l'ours. Il faudra encore cinq à dix ans pour que les choses changent profondément en tout cas en Europe. Même aux ÉU, le CA numérique demeure très inférieur aux CA des hard covers. Le trade et le poche semblent touchés mais marginalement. C'est surtout la librairie dont les marges réelles ont toujours été très faibles qui est durement touchée avec la disparition de chaînes entières dans un pays qui compte déjà très peu de libraires.

Mais je ne crois pas que les grands groupes d'édition soient menacés. Au contraire, il y aura un mouvement supplémentaire de concentration. Sur quoi croyez-vous que Hachette se fasse du blé?: Dan Brown, Stephanie Meyer, très marginalement B.W. après qu'Albin s'est servi.
Et Editis: Marc Lévy et alii.
Les supports, comme Google, ont besoin de titres. Les éditeurs ont ou auront besoin de supports. Donc, ils passeront des accords comme aujourd'hui Hachette et Google.

Évidemment qu'ils essaient de préserver leurs circuits de distribution (qui appartiennent aux groupes, pas aux éditeurs) et les libraires par nécessité. Mais ils les abandonneront dès que ce sera indispensable.

Certains des fabricants d'armures ou leurs fournisseurs se sont très bien reconvertis dans la sidérurgie, les canons, les armes légères (enfin, à l'époque, elles pesaient au moins quarante kilos). En général les plus gros.

Dans l'état actuel des choses les éditeurs, du moins en France, continuent à faire des livres dont ils savent qu'ils seront déficitaires, en partie par sentimentalisme, en partie par ce qu'on ne sait jamais. Mais seuls les très gros groupes peuvent le faire et avec de plus en plus de prudence, ce qui n'arrange pas nos affaires.

> MF:
Il ne s'agit pas de refus de vente mais d'indisponibilité. Ce n'est pas du tout la même chose.
Un catalogue comme celui du Livre de Poche doit compter dix mille titres. Je crains que certains ne soient mieux suivis que d'autres. Disons une centaine qui doivent faire à eux seuls la moitié du chiffre et les huit-dixièmes de l'EBITBA.

Il est possible et même crédible qu'avec le numérique, ces problèmes de disponibilité disparaissent. Mais je n'en suis même pas sûr avec la durée des contrats qui rétrécit et la voracité des agents qui conduit souvent à l'abandon pur et simple de titres.
Mon immortalité est provisoire.

Avatar du membre
Erion
Messages : 5025
Enregistré le : sam. oct. 21, 2006 10:46 am

Message par Erion » ven. août 05, 2011 7:50 pm

Et y'a aussi une chose, oubliée par beaucoup dans les discussions, c'est la notion de "service".

Il suffit de regarder sur l'itunes store les commentaires sur l'application d'achat/lecture mise en place par les éditeurs : sans doute l'une des plus mal notées.

Bref, en matière de plateformes de vente numérique, les éditeurs font tout pour punir l'acheteur légal (ergonomie inexistante, problèmes de programmation, DRM), alors qu'à côté se développe une offre illégale facile d'accès et pratique.
Je sais plus sur quel site consacré aux e-books j'ai vu ça, mais en gros, à part publie.net, bélial et Bragelonne, tous les fichiers LEGAUX sont mal faits.
Du coup, le choix des lecteurs est assez simple : acheter légalement au prix fort un fichier électronique mal fichu, avec tellement de contraintes que rentrer dans une banque avec un fusil semble plus facile, ou se procurer illégalement un fichier de très bonne qualité utilisable sans problème sur toutes les liseuses possibles.

On voit bien que la démarche d'Amazon ou Apple est bien différente : ils offrent un service de grande qualité, soit dans le domaine du choix (cas d'amazon, avec en plus la subtilité que le fichier acheté se télécharge tout seul dans le Kindle) soit dans l'ergonomie (l'affichage des pages dans l'appli ibooks a été parfaitement travaillé pour paraître naturel).
Si désormais j'achète ma musique sur iTunes plutôt que la télécharger illégalement, ce n'est pas pour des raisons morales ou de mécénat, c'est que c'est infiniment plus pratique et je n'ai pas à me casser la tête (par contre, pour la vente des albums, c'est une catastrophe).
En l'état actuel du marché, en dehors du bélial ou de Bragelonne, aucun lecteur n'a intérêt (s'il est raisonnable et rationnel) à acheter sur une plateforme d'éditeur mais plutôt à télécharger illégalement s'il veut lire confortablement et avec la même qualité qu'il peut attendre d'un livre papier.
Et après, ils diront "ouais, de toute manière, le numérique ça vend pas", mais quand on fait tout pour, aussi, faut pas s'étonner.
"There's an old Earth saying, Captain. A phrase of great power and wisdom. A consolation to the soul, in times of need : Allons-y !" (The Doctor)
http://melkine.wordpress.com/

Avatar du membre
Sand
Messages : 3529
Enregistré le : mer. avr. 16, 2008 3:17 pm
Localisation : IdF

Message par Sand » ven. août 05, 2011 7:59 pm

non non, on a déjà parlé des DRM zombies.

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » ven. août 05, 2011 8:02 pm

Erion a écrit : Et après, ils diront "ouais, de toute manière, le numérique ça vend pas", mais quand on fait tout pour, aussi, faut pas s'étonner.
On fait tout pour vendre du numérique sauf fournir des objets vendables, on estime que la mise en vente légale dispense de tout contenu à la vente.
Alors fatalement les objets ne se trouvent que sur les plateformes illégales.... :twisted:
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » ven. août 05, 2011 8:35 pm

Gérard Klein a écrit : Mais je n'en suis même pas sûr avec la durée des contrats qui rétrécit et la voracité des agents qui conduit souvent à l'abandon pur et simple de titres.
Enfin une suggestion constructive ! Il faut éliminer les agents. Ils ne doivent pas être bien nombreux (pas plus que les Templiers), et en une nuit, ça doit pouvoir se mener !

Oncle Joe

Avatar du membre
Sand
Messages : 3529
Enregistré le : mer. avr. 16, 2008 3:17 pm
Localisation : IdF

Message par Sand » ven. août 05, 2011 8:42 pm

bah, et les supermarchés parlent de la voracité des fabricants !

Tout est toujours trop cher.

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » ven. août 05, 2011 8:46 pm

Sand a écrit :bah, et les supermarchés parlent de la voracité des fabricants !

Tout est toujours trop cher.

De toute façon, la vraie plaie, dans ce métier, ce sont les lecteurs, jamais contents, versatiles, radins, etc... Juste après, les auteurs (je crois que ça se tient, d'ailleurs, difficile à départager...)

Oncle Joe

Avatar du membre
Hoêl
Messages : 4288
Enregistré le : mer. mars 04, 2009 5:20 pm
Localisation : GREAT NORTH

Message par Hoêl » ven. août 05, 2011 9:33 pm

Lensman a écrit :
De toute façon, la vraie plaie, dans ce métier, ce sont les lecteurs, jamais contents, versatiles, radins, etc... Juste après, les auteurs (je crois que ça se tient, d'ailleurs, difficile à départager...)

Oncle Joe
T'as oublié insatiables !
"Tout est relatif donc rien n'est relatif !"

Avatar du membre
MF
Messages : 4464
Enregistré le : jeu. déc. 28, 2006 3:36 pm
Localisation : cactus-blockhaus

Message par MF » ven. août 05, 2011 10:31 pm

Gérard Klein a écrit :Mais je ne crois pas que les grands groupes d'édition soient menacés. Au contraire, il y aura un mouvement supplémentaire de concentration. Sur quoi croyez-vous que Hachette se fasse du blé?: Dan Brown, Stephanie Meyer, très marginalement B.W. après qu'Albin s'est servi.
Et Editis: Marc Lévy et alii.
Les supports, comme Google, ont besoin de titres. Les éditeurs ont ou auront besoin de supports. Donc, ils passeront des accords comme aujourd'hui Hachette et Google.
Inversion de la cause et de l'effet.
La concentration a déjà eu lieu.
Les grands groupes ont intégré la distribution en leur sein.
Je ne vais pas t'apprendre qu'en économie appliquée au produits intellectuels, ce qui rapporte ce sont les flux et pas les produits eux-même.
Un tout petit peu de méca flux appliqué à la chaine du livre permet de regarder le passé, le présent et de proposer des avenirs possibles.

Google n'a pas besoin de titres ; un seul lui suffirait si il était le seul gestionnaire du flux.
Ce serait 'achement plus rentable en terme de coût d'exploitation...
JDB a écrit :
Hoêl a écrit :Je suis peut-être naïf , mais des livres piratés , il y en a vraiment beaucoup ?
J'ai plutôt l'impression que ça intéresse des lecteurs qui , majoritairement , semblent se reporter sur des occases .
Et des librairies qui voient plonger leur chiffre d'affaire, il y en a beaucoup ?
Mais, si ça se trouve, ça n'a aucun rapport.
The most merciful thing in the world, I think, is the inability of the human mind to correlate all its contents.
H.P. Lovecraft, "The Call of Cthulhu"
Quelques éléments d'appréciation si l'on veut faire des corrélations.
Pour chaque C$lt$ra qui s'est ouvert dans une ville préfecture sur les années 2009 et 2010, il s'est fermé dans ces mêmes villes, en moyenne, 1,3 librairie.

Des fois je me demande si les rapports "économiques" payés à grands frais par les professionnels sont lus par ces mêmes professionnels ?
Le message ci-dessus peut contenir des traces de second degré, d'ironie, voire de mauvais esprit.
Son rédacteur ne pourra être tenu pour responsable des effets indésirables de votre lecture.

JDB
Messages : 1541
Enregistré le : mer. mai 03, 2006 1:37 pm
Contact :

Message par JDB » ven. août 05, 2011 10:52 pm

Gérard Klein a écrit :> JDB

Sur le Quatuor, attends la rentrée. Cela dit s'il est massivement piraté ou simplement aisément piratable, ça va être dur.
La manipulation obligeamment décrite quelques pages plus haut ne donne rien. Mëme pas d'édition électronique Laffont -- faut dire qu'à 18 ou 20 €...
JDB
“Miss Judith Lee, vous êtes l’une des choses les plus étranges de ce monde très étrange.”

Avatar du membre
Eons
Messages : 6338
Enregistré le : sam. févr. 17, 2007 6:49 pm
Localisation : Le cœur de Flandre
Contact :

Message par Eons » sam. août 06, 2011 6:01 am

Erion a écrit :En l'état actuel du marché, en dehors du bélial ou de Bragelonne, aucun lecteur n'a intérêt (s'il est raisonnable et rationnel) à acheter sur une plateforme d'éditeur mais plutôt à télécharger illégalement s'il veut lire confortablement et avec la même qualité qu'il peut attendre d'un livre papier.
Liste incomplète. :evil:
Les beaux livres, c’est aussi par ici : www.eons.fr

Répondre

Retourner vers « Vos questions sur l'écriture et l'édition en général »