Page 1 sur 1

Narration au présent de l'indicatif

Posté : mar. oct. 31, 2017 12:01 pm
par Fred Combo
Hello !

Je me pose des questions, depuis quelque temps...

J'ai beaucoup de mal à m'intéresser aux fictions rédigées au présent, au point que c'est devenu un de mes critères de sélection lorsque j'achète un bouquin. Du coup, j'en élimine un grand nombre d'office !

Hors, j'ai l'impression que c'est un temps de plus en plus employé, que ce soit en traduction ou chez les auteurs francophones. D'ailleurs, un petit tour sur le net donne quelques articles qui tendent à montrer que ce phénomène existe aussi chez les anglo-saxons...

Ma question est simple : POURQUOI ?

C'est une mode ? Une influence des reportages dans lesquels les témoins racontent leurs expériences passées au présent ? Est-ce que ça répond à une exigence des éditeurs ? A un désir (un peu méprisant pour le lecteur) de simplification du texte ?

Alors si quelqu'un a des éléments de réponses, ça m'intéresse...

Merci !

Posté : mar. oct. 31, 2017 11:14 pm
par PierrePaul
Il m'arrive de passer un texte du prétérit anglais au présent de narration français. De mémoire, je l'ai fait une fois dans le recueil de Nancy Kress qui sort dans trois semaines au Bélial'. Je le fais essentiellement pour les textes à la première personne du singulier où la narration emploie fréquemment "'nous". "Nous partîmes", "nous entrâmes", je ne peux pas, sauf cas très particulier (un texte daté ou au style visiblement soutenu). L'emploi du pronom "on" peut résoudre le problème, mais pas toujours ; le passé composé aussi, mais pas toujours. Dans ces cas-là, comme c'est un des outils dans ma caisse, j'utilise le présent si ça me paraît coller.

Après, en tant que lecteur, ça ne me dérange pas du tout. Je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde (la preuve), donc j'évite d'en abuser comme traducteur.

Je ne trouve pas que ça simplifie le texte. Mais c'est moi. Et je peux t'assurer que ce n'est pas une exigence des éditeurs, en tout cas dans nos domaines.

Posté : mer. nov. 01, 2017 12:25 am
par Erion
L'usage du présent n'est pas du tout une simplification, c'est un temps très difficile à utiliser dans la narration, pour tout un tas de raisons qui demanderaient de longs exemples pour expliquer.

Posté : mer. nov. 01, 2017 10:53 am
par Fabien Lyraud
Disons que quand c'est une narration à la première personne, le récit au présent passe mieux que pour une narration à la troisième personne. Dans ce dernier cas, on crée une distanciation qui rend le récit artificiel. Tandis que dans le récit à la première personne, on a plus une impression de naturel.

Posté : jeu. nov. 02, 2017 7:52 am
par Jean24
L'utilisation de ce temps dans la narration me dérange vraiment!

Posté : jeu. nov. 02, 2017 11:08 am
par Fred Combo
PierrePaul a écrit :Il m'arrive de passer un texte du prétérit anglais au présent de narration français. De mémoire, je l'ai fait une fois dans le recueil de Nancy Kress qui sort dans trois semaines au Bélial'. Je le fais essentiellement pour les textes à la première personne du singulier où la narration emploie fréquemment "'nous". "Nous partîmes", "nous entrâmes", je ne peux pas, sauf cas très particulier (un texte daté ou au style visiblement soutenu). L'emploi du pronom "on" peut résoudre le problème, mais pas toujours ; le passé composé aussi, mais pas toujours. Dans ces cas-là, comme c'est un des outils dans ma caisse, j'utilise le présent si ça me paraît coller.

Après, en tant que lecteur, ça ne me dérange pas du tout. Je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde (la preuve), donc j'évite d'en abuser comme traducteur.

Je ne trouve pas que ça simplifie le texte. Mais c'est moi. Et je peux t'assurer que ce n'est pas une exigence des éditeurs, en tout cas dans nos domaines.
Merci pour cette réponse.
Une seule fois dans le recueil de Nancy Kress, hein ! Parce que j'ai bien l'intention de le lire... :wink:

Mon côté parano se demandait s'il n'y avait pas un côté commercial derrière tout ça, tu me rassure...

Il est vrai que le présent est parfois justifié, mais je trouve qu'on en abuse un peu, ces dernières années.

Posté : jeu. nov. 02, 2017 11:18 am
par Fred Combo
Fabien Lyraud a écrit :Disons que quand c'est une narration à la première personne, le récit au présent passe mieux que pour une narration à la troisième personne. Dans ce dernier cas, on crée une distanciation qui rend le récit artificiel. Tandis que dans le récit à la première personne, on a plus une impression de naturel.
Chacun son ressenti, mais je trouve qu'un récit de fiction doit créer une distanciation puisque dans tous les cas, que ce soit un récit à la première ou à la troisième personne, c'est une autre personne qui raconte son histoire au lecteur. Et qu'un personnage me raconte ses aventures au présent ne rend pas son récit plus naturel, à mon avis.

Après, c'est vraiment un truc personnel, mais quand je lis une fiction, je ne veux pas (sauf exceptions...) avoir l'impression de lire un rapport réaliste ou un documentaire. Je veux plutôt avoir affaire à un texte qui se présente délibérément comme une œuvre imaginaire.

C'est pour cette raison, entre autres, qu'au cinéma je préfèrerai toujours voir le premier Godzilla plutôt que le dernier Star Wars...

Posté : jeu. nov. 02, 2017 4:33 pm
par Pontiac
Le présent est plus simple, j'ai l'impression. Le français est une langue parfois casse-bonbon.

Je pense que le présent passe mieux pour une nouvelle.

Posté : mar. nov. 07, 2017 8:06 pm
par Sybille
Je peux écrire à la première ou à la 3e personne, au passé, au présent...
Tout dépend de mon intention, de mon texte.
Bref, c'est mon choix d'écrivaine et ça dépend de ce que j'ai envie de faire.
J'avoue que ça ne me viendrait pas à l'idée d'abandonner une forme ou l'autre juste pour faire plaisir aux lecteurs :lol:
Et ça ne me viendrait pas à l'idée de choisir mes lectures selon un tel critère :shock: