Jean-Philippe Jaworski et Relire

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Jean

Répondre
jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Jean-Philippe Jaworski et Relire

Message par jerome » mar. avr. 23, 2013 2:21 pm

Beaumarchais et la loi scélérate du 1er mars 2012, un texte de Jean-Philippe Jaworski contre la loi sur les livres indisponibles du XXème siècle et le dispositif Relire. Il est dispo ici et sur facebook ici.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Lionel
Messages : 66
Enregistré le : lun. mai 08, 2006 8:33 am

Message par Lionel » mar. avr. 23, 2013 8:12 pm

J'ai trouvé l'article très agréable à lire et plus accessible par rapport aux autres textes pêchés ça et là sur le net.
Qu'en est-il pour les petits structures d'éditeurs ? Les répercussions à court et moyen terme...

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mer. avr. 24, 2013 7:57 am

Lionel a écrit :J'ai trouvé l'article très agréable à lire et plus accessible par rapport aux autres textes pêchés ça et là sur le net.
Qu'en est-il pour les petits structures d'éditeurs ? Les répercussions à court et moyen terme...
Tout dépend de la structure. Soit elle existe depuis plus de 12 ans et elle peut avoir des livres dans la liste (et elle peut si opposer SI elle a les droits numériques), soit elle existe depuis moins de douze ans et elle peut être concernée si elle fait des rééditions.

Hormis cette histoire de droits (et soyons honnête, ce sont surtout les auteurs qui sont en premières lignes), je vois deux conséquences à relire :
- Une gène dans le travail de réédition de certains auteurs (dans le cas où leurs oeuvres sont déjà en numérique).
- Une saturation du marché et donc des problèmes de visibilité pour les nouveaux ebooks. Le monde du numérique progresse vite avec chaque mois de plus en plus de nouveautés numériques. Relire va se surajouter à cela, avec des dizaines de milliers de nouveaux titres par an. Imaginez que l'état décide de rééditer en papier tous les livres indisponibles, ce serait un vrai bordel en librairie. Là c'est pareil.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » mer. avr. 24, 2013 12:08 pm

Puisque tu as expliqué le cas général, Jérôme, ne serait-ce pas le moment de détailler plus précisément le cas d'ActuSF? On devine à travers tes généralités les énormes risques que présente la loi pour votre maison, mais tu pourrais développer ce cas précis; laisser à Gilles Dumay ou à Olivier Girard le soin d'expliquer ce qu'il en est pour le Bélial, qui est dans un autre cas de figure...
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mer. avr. 24, 2013 12:58 pm

bormandg a écrit :Puisque tu as expliqué le cas général, Jérôme, ne serait-ce pas le moment de détailler plus précisément le cas d'ActuSF? On devine à travers tes généralités les énormes risques que présente la loi pour votre maison, mais tu pourrais développer ce cas précis; laisser à Gilles Dumay ou à Olivier Girard le soin d'expliquer ce qu'il en est pour le Bélial, qui est dans un autre cas de figure...
Pour nous, les choses se passent à deux niveaux.
D'abord on a quelques titres chez Relire. On va donc faire opposition. Cela concerne aussi des titres qu'on va ou qu'on a publié uniquement en numérique.

Ensuite les risques sont pour nous de deux ordres.
- On y regardera à deux fois avant de rééditer un titre. Imaginons qu'on ait des vues sur un vieux Vance ou Silverberg. S'il existe déjà en numérique, on se posera de plus en plus la question d'une réédition en papier. En gros, on prend de plus en plus en compte dans un projet de livre la part de la version numérique. Si cette part est enlevée, à voir si on fera quand même le papier. Pour rééditer un titre, il faut qu'il soit indisponible depuis quelques années. S'il est dispo en numérique, on perd un argument... Rééditer un livre, c'est aussi faire un boulot sur le fond, faire redécouvrir un titre ou un auteur, bosser sur une trad si c'est un étranger... Tout ça, Relire le balaie... En terme de patrimoine, s'il y aura beaucoup plus de choses disponibles, il vivra moins.

- Dans les premières discussions, il était question via cette loi de mettre en numérique 600 000 titres en 3 - 4 ans. Cela pose donc le souci de la visibilité de nos titres en numérique. Le numérique c'est un marché qui est tout petit et qui touche un petit nombre de lecteurs. On sent bien aujourd'hui que la problématique, ce n'est pas tant de mettre en ligne un fichier ebook, mais bien de lui donner une chance de se vendre avec un peu de visibilité. Sur le site emaginaire.com que l'on gère, on a aujourd'hui en magasin 170 000 livres disponibles (dans tous les genres, cuisine, jeunesse, bd, sf...). Imaginez ce chiffre multiplié par quatre. En tant qu'éditeur cela va accroître nos difficultés à être visible. C'est le même phénomène que la surproduction en librairie et tous les problèmes que cela pose (et là je parle en tant qu"éditeur hein. Cela a aussi des avantages pour les lecteurs en terme d'offre). Comme nous sommes de petits éditeurs, nous sommes d'autant plus sensibles à tout cela. Parce que les gros best sellers ne sont pas chez nous. Les gens continueront à acheter en numérique le Trône de Fer. Continueront-ils à acheter Skin Trade ou Dragon de Glace ?

On est bien d'accord que ces deux écueils sont secondaires par rapport aux auteurs qui doivent défendre leurs droits. Simplement Relire est pour nous une difficulté supplémentaire. Mais ce n'est qu'une difficulté de plus. La situation en librairie est bien plus inquiétante. En tant que "petit éditeur", on est très sensible au marché dans sa globalité. Et en ce moment, les signaux ne sont pas très bons. La situation de Virgin par exemple est très très inquiétante. On perd pas mal de points de ventes. Idem pour Chapitre. Ce sont des gros clients.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Répondre

Retourner vers « Du fond de la salle (pour parler d'autre chose) »