Thèse sur le merveilleux-scientifique

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Jean

Répondre
FleurH
Messages : 1
Enregistré le : mer. août 24, 2016 5:30 pm

Thèse sur le merveilleux-scientifique

Message par FleurH » jeu. août 25, 2016 12:27 pm

Bonjour à tous,

Je me permets de poster ce petit message pour recueillir vos idées ou critiques sur mon travail universitaire. Je réalise actuellement une thèse sur le merveilleux-scientifique et sa fascination pour l'invisible (1882-1914) à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Je suis très avancée dans ma tentative de définir ce qu'est le merveilleux-scientifique, rendu populaire par Renard en 1909 et je montre globalement comment cette étiquette peut-être comprise comme un état d'esprit du passage du siècle (mutation du merveilleux et non pas mort du conte de fées / scientification de disciplines autrefois considérées comme merveilleuses, comme l'hypnose).
Je fais donc une espèce d'histoire culturelle du passage du siècle pour montrer comment cette expression de "merveilleux-scientifique" qualifie aussi bien un spectre de romans - qui est bien plus qu'une proto-science-fiction - qu'un état d'esprit plus global. Je montre aussi comment on retrouve le M.-S dans le théâtre ou l'imagerie enfantine et je ne limite donc pas mon corpus aux seuls romans et feuilletons. Pour le chapitre consacré aux microbes par exemple, je présente des affiches médicales et illustrations dans lesquelles le savant est devenu microscopique pour aller combattre à mains nues l'envahisseur microbien.

Pour faire un éventail de ce que j'explore :
- débat autour de l'élargissement de la littérature à la même époque (questionner le statut de genre populaire, d'infra-littérature)
- le roman scientifique, cité par beaucoup de critiques comme le roman de l'avenir et le futur de la littérature (comment ça s'inscrit plus largement dans une interrogation autour du roman d'aventures)
- le danger que représente le M.-S selon certains (perversion de la jeunesse notamment ou idées scientifiques fausses)
- successeur du récit merveilleux (mutation du merveilleux selon Pallacio, Matthey, Pezard)
- mort du conte de fées mais renouveau permis par le M.-S (Renard et ses acolytes présentés comme des conteurs, des successeurs de Perrault)
- rapport littérature et science
- para-sciences comme l'hypnose, autrefois merveilleuses, qui se scientisent (Durand de Gros, Grasset)
- remonter la taxonomie pour montrer quelles ont été les premières utilisation de l'expression (je remonte jusqu'en 1875).
- relation au "roman scientifique" et multiples appellations comme "scientific romance", "roman d'hypothèse", "roman conjectural" etc.. et réflexion autour des nombreuses expressions sœurs comme "merveilleux logique", "merveilleux de l'avenir", "merveilleux vrai" etc...
- dialogue entre matière française et de langue anglaise puisque Renard devient le "Wells Français", Jules Verne un "américain manqué = je montre que le M.-S n'est pas simplement une déclinaison de la scientific romance comme on le présente hâtivement.
- le M.-S comme héritier du roman expérimental de Zola dans sa méthode (Manifeste de Rosny).

J'utilise aussi le couple connu / inconnu, plutôt que le rationnel / irrationnel (utilisé par beaucoup pour séparer fantastique / merveilleux / S.-F) pour donner à penser le M.-S. et j'évoque évidemment la question de sa filiation avec la S.-F. plus tardive même si cet aspect problématique autour de l'absence d'anticipation dans le M.-S. me préoccupe moins.

Mon thème de travail étant le M.-S. et sa relation à l'invisible (la fameuse "plongée dans l'inconnu" de Renard) je visite plusieurs thèmes (encore en construction), tous composés autour de romans, feuilletons, spectacles, iconographies d'époque (de 1880 à 1914 donc) :
- voir l'infiniment petit : les microbes, entre monstres et merveilles (spectacle de lanterne magiques projetant des microbes géants et récits mettant en scène des hommes miniatures découvrant des microbes + questionner l'existence d'un théâtre merveilleux- scientifique avec Figuier, Gouhier) => Toujours plus petits de Bleunard, Microbe de Gaston Vassy, Albert Robida (même si Renard me botterait les fesses en disant qu'il n'a rien à faire là mais ce qui m'intéresse c'est la liaison entre lanterne magique et microscope dans son œuvre)
- un regard endoscopique : voyage dans le corps humain (conte scientifique pour enfants) => Luke et Belinda ; Les aventures du Petit Poucet dans le corps humain (je manque douloureusement de récits mettant en scène des petits personnages dans l'organisme).
- voir les extraterrestres invisibles, généralement faits d'électricité (Rosny, Renard)
- aller à la rencontre des monstres des abysses (Verne, Le rouge, La Hire, Paul de Semant... À définir)
- les récits de l'homme invisible (mais c'est assez problématique parce que ça excède les bornes chronologiques)
- sans doute un chapitre sur les rayons-X (à problématiser et sans doute fondu dans la problématique du corps subtil)
- voir les pensées des personnages comme un tableau vivant (je remonte la tradition des récits où le Diable efface les murs des maisons ou rend palpables les pensées des personnages à l'aide d'appareils optiques).
Tout ceci est encore très largement en chantier comme vous le voyez.

Je m'interroge encore sur les bornes temporelles car si le merveilleux-scientifique en tant qu'état d'esprit apparaît selon moi en 1882 grâce à Charcot et son inclusion de l'hypnose dans la recherche scientifique, je me demande si j'intègre ou non la Guerre. Là où ça devient épineux c'est que les romans sont plutôt écrits après-guerre. Je me demandais aussi si je n'utilisais pas les textes théoriques de Renard sur le roman d'hypothèse et la littérature para-scientifique pour faire de nouvelles césures.
C'est en partie l'idée de "super sciences" dans la BD La Brigade Chimérique qui a motivé la cassure à la Première Guerre Mondiale. L'idée que l'on passe du merveilleux-scientifique à la Superscience avec cette guerre totale me plait beaucoup.

Je serais donc ravie de discuter avec vous de tout cela car le merveilleux-scientifique littéraire irrigue toute ma thèse et ses romans servent de fondations à chaque chapitre. C'est tout particulièrement sur mon corpus d'œuvres autour de la relation à l'invisible que je m'interroge en ce moment car je crains de rater certaines nouvelles ou romans peu connus.

Un grand merci !

Fleur
hopkins.fleur@gmail.com
https://univ-paris1.academia.edu/FleurHopkins

Avatar du membre
jeandive
Messages : 503
Enregistré le : ven. oct. 12, 2007 2:01 pm
Contact :

Message par jeandive » sam. août 27, 2016 12:48 pm

tu es peut etre deja passé sur la page facebook des Savanturiers , specialisée notement sur le merveilleux scientifique ( pas mal d'inscrits passent aussi sur actusf ) , j'y transfere ton message au cas ou ( et tu pourras nous tenir au courant de la parution de ta thèse qui en interessera sans doute plus d'un :) )


https://www.facebook.com/groups/1880866 ... p_activity

Répondre

Retourner vers « Du fond de la salle (pour parler d'autre chose) »