Laurent Kloetzer online

Dialogue en ligne avec Laurent Kloetzer

Modérateur : jerome

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Laurent Kloetzer online

Message par jerome » lun. sept. 25, 2006 7:19 am

Né en 1975 Laurent Kloetzer est un jeune écrivain talentueux.

Il fait une première apparition en 1997 avec Mémoire Vagabonde, un roman tirant sur la fantasy avec un héros voyageur et aventurier mais aussi schizophréne.

Deux ans plus tard, il récidive avec La voie du cygne mêlant cette fois fantasy et polar autour du thème du jeu de l'oie.

Puis en 2001, on le retrouve cette fois en science-fiction avec un recueil de nouvelles assez étonnant : Réminiscences 2012 avec les aventures d'un détective un peu déprimé dans un futur déprimant...

Ensuite, c'est le silence... jusqu'à cette année et la sortie du Royaume blessé, un nouveau roman de fantasy de quelques 740 pages.

Auteur rare donc, mais passionnant, Laurent Kloetzer nous fait l'amitié de venir sur le forum pour discuter avec vous.

A vos questions ! Le dialogue commence dans deux jours !

Je vous mets quelques liens pour plus d'infos :
Tous les articles d'Actusf sur Laurent Kloetzer
Le site de Laurent Kloetzer
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Roland C. Wagner
Messages : 3588
Enregistré le : jeu. mars 23, 2006 11:47 am

Message par Roland C. Wagner » mar. sept. 26, 2006 8:19 pm

Bon, je me lance pour les deux premières questions :

Est-ce que tu mets encore des chemises à jabot ?

T'as pas cent balles ?
« Regarde vers Lorient / Là tu trouveras la sagesse. » (Les Cravates à Pois)

الكاتب يكتب

PEREKAAN

Message par PEREKAAN » mar. sept. 26, 2006 8:52 pm

Tu as été absent pendant très longtemps , avais tu perdu la foi dans ta volonté d'écrire ?
Ou alors préparais tu ce roman ?

Amitiés.
Jess

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mer. sept. 27, 2006 7:49 am

Oui, que s'est-il passé pendant ces cinq ans ?

Et puis précisément, comment est né l'idée de ce nouveau roman ? Il est assez gros (740 pages), il a été long ou difficile à écrire ?

Quelle était ton idée au départ ? Que voulais-tu faire et es-tu satisfait du résultat ?

Quels sont les retours des lecteurs ?
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Laurent Kloetzer
Messages : 49
Enregistré le : lun. sept. 18, 2006 3:54 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Laurent Kloetzer » mer. sept. 27, 2006 10:08 am

Je pense qu'il faut commencer par répondre aux questions vraiment importantes.
Roland C. Wagner a écrit : Est-ce que tu mets encore des chemises à jabot ?
C'est un aspect de ma tenue professionnelle auquel je prends bien garde! Les visiteurs des utopiales pourront admirer mes nouvelles chemises (défilé de mode, la nuit du samedi à 2h du matin dans le palais des festivals désert).
Roland C. Wagner a écrit : T'as pas cent balles ?
Toujours à la recherche de subventions pour ton uchronie algérienne?

LK

Avatar du membre
Laurent Kloetzer
Messages : 49
Enregistré le : lun. sept. 18, 2006 3:54 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Laurent Kloetzer » mer. sept. 27, 2006 10:19 am

PEREKAAN a écrit :Tu as été absent pendant très longtemps , avais tu perdu la foi dans ta volonté d'écrire ?
J'imagine que beaucoup de gens qui écrivent connaissent des périodes de doute et j'en fais partie.
De plus, ayant une double vie - des gens ont eu la curieuse idée de bien vouloir me verser un salaire en échange d'un travail régulier - je suis obligé de prendre des vacances pour pouvoir écrire. Donc, de manière générale, ça n'avance pas vite. Chaque fois que je commence à écrire, ce que je produis durant les premières heures est à jeter et il faut souvent plusieurs jours avant d'aboutir à des choses correctes.
Je suis toujours intéressé d'ailleurs, pour savoir comment les autres écrivains-à-mi-temps aménagent leur temps pour bien se consacrer à l'écriture.

De plus, le royaume blessé était un gros projet, assez compliqué à écrire (je voulais pourtant faire simple). Il a connu plusieurs versions et a séjourné plus d'un an dans les tiroirs d'un éditeur qui a fini par le refuser (grmph). Et après avoir été finalement accepté par Gilles Dumay, il y a encore eu pas mal de travail à faire dessus, car Gilles est un directeur d'ouvrage consciencieux.
Moralité, j'avais commencé la rédaction du roman en 99 et il est paru 7 ans plus tard.
Voilà pour la longue "absence".

Amitiés,

LK

Avatar du membre
Laurent Kloetzer
Messages : 49
Enregistré le : lun. sept. 18, 2006 3:54 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Laurent Kloetzer » mer. sept. 27, 2006 10:44 am

Et puis précisément, comment est né l'idée de ce nouveau roman ?
Il est assez gros (740 pages), il a été long ou difficile à écrire ?
Il y a plusieurs idées à l'origine du Royaume Blessé.
Vers 95-96, j'ai fait jouer une campagne de jeu de rôle mettant en scène Allander Ap'Callaghan, le grand conquérant Kelte, clairement inspirée de l'histoire d'Alexandre le grand. Et il y avait dans l'entourage du conquérant un enfant, Eylir (dit "le jeune"), son héritier. Je me suis dit très vite que ce gamin serait un bon personnage de roman. Parce qu'il allait devoir passer après un frère très brillant, que sa carrière fulgurante et sa mort très jeune allaient rendre indépassable. Donc je m'étais dit à l'époque que je pourrais faire un chouette roman d'heroic fantasy mettant en scène le "petit frère du grand conquérant".
Autre source du roman, des discussions avec pas mal de gens (dont Stéphane Marsan) sur la manière de raconter des histoires (notamment de fantasy). J'avais entendu tout un discours qui m'agaçait selon laquelle le schéma de Campbell (le héros au mille visages) et surtout sa transposition Hollywoodienne (dis, Roland, ce n'est pas Vance qui parle de l'histoire de "l'empereur de l'univers" ?) était le modèle indépassable de tout roman d'heroic fantasy, voire de toute histoire populaire. Le genre d'histoire: "un enfant est élevé à la campagne par des gens qui ne sont pas ses parents. Un jour, un vieux type avec une barbe vient lui dire que son destin est ailleurs. Après une hésitation, il finit par le suivre, et découvre alors qu'il est l'héritier/l'élu ... à la fin, il bashe le méchant". J'ai eu envie de faire une histoire qui commençait un peu comme ça, puis qui se passait autrement.
Enfin, dernière idée, l'envie de faire un roman qui serait, d'une certaine façon, un peu comme les Conan, les Elric, les bouquins de Leiber, etc: les aventures d'un héros, racontées dans des nouvelles, qui peuvent éventuellement se lire séparément. Je rêvais d'un livre avec une histoire et plein d'histoires dedans à la fois.
es-tu satisfait du résultat ?
C'est une question difficile. Le livre est devenu ce qu'il est devenu. J'ai réussi à faire une partie de ce que je voulais, mais pas tout. Au final, je l'aime beaucoup. Mais quel auteur détesterait ses livres?
Quels sont les retours des lecteurs ?
J'ai eu des retours de lecteurs contents, qui ont trouvé dans le livre des sentiments, des images que j'avais voulu y mettre, ce qui m'a fait très plaisir. Mais les lecteurs mécontents viennent rarement se plaindre à l'auteur, sauf sur amazon pour les livres de Roland. :D
J'ai aussi eu des retours de quelques rares lecteurs déçus (qui me l'ont dit), notamment parmi mes amis. Parfois pour des raisons amusantes : comme l'univers du roman est aussi un univers dans lequel j'ai fait jouer des parties de jeu de rôle (et aussi un grandeur nature), ils avaient avec le texte et avec certaines situations des relations émotionnelles fortes.

Amitiés,

LK

Invité

Message par Invité » mer. sept. 27, 2006 11:15 am

Bonjour et merci pour cette interview.

Tu a écris de la Fantasy et de la science-fiction

1) A-tu un genre de prédilection ou ce sera en fonction des sujets à traiter ?
2) Existe t’il de nouveaux projets (éventuellement en cours) qui te tienne à cœur et que tu voudrais faire aboutir ?

Avatar du membre
Laurent Kloetzer
Messages : 49
Enregistré le : lun. sept. 18, 2006 3:54 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Laurent Kloetzer » mer. sept. 27, 2006 12:12 pm

Bonjour "Invité",
1) A-tu un genre de prédilection ou ce sera en fonction des sujets à traiter ?
Je ne conçois pas tellement les romans en termes de "sujets". Ca dépend plutôt d'envies profondes. J'ai écrit des romans de "Fantasy" (je n'aime pas du tout ce terme, mais j'ai pas mieux) parce que c'était le style d'histoires que j'aimais, les univers dans lesquels je me sentais à l'aise.
Sachant qu'écrire un livre signifie passer des mois, voire des années en compagnie de ses personnages, de son univers, de son sujet, il y a intérêt à ce que la motivation soit puissante, pour tout simplement ne pas s'en lasser. (Je repense à ce que Roland disait dans son itw de son truc d'alterner les narrations dans les futurs mystères pour ne pas se lasser de Tem ; je comprends très bien ça).
J'ai abandonné beaucoup de projets parce que, revenant sur un synopsis quelques semaines plus tard, il ne me disait plus rien.
2) Existe t’il de nouveaux projets (éventuellement en cours) qui te tienne à cœur et que tu voudrais faire aboutir ?
Oui, j'en ai encore. J'ai en cours un roman plus ou moins fantastique, que je vais devoir réécrire encore une fois (je suis en train de m'y résoudre), très différent de ce que j'ai déjà fait.
J'ai également commencé à développer l'idée d'une série d'aventures d'un duo de super-consultants de la mort travaillant pour une multinationale. Des héros super-bien payés, qui iraient résoudre des problèmes tordus aux quatre coins du monde et où les méchants (la multinationale) gagnent toujours à la fin. (un premier exemple, sorte de prototype, se trouve ici: mais j'ai raffiné un peu le concept.)
Et j'ai plusieurs autres projets dont je ne parlerai pas, parce que trop jeunes et pas encore assez précis ni assez avancés (dont un projet de "vraie" science-fiction, contrairement à Réminiscences 2012)

Amitiés,

LK

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mer. sept. 27, 2006 2:56 pm

Laurent Kloetzer a écrit : Il y a plusieurs idées à l'origine du Royaume Blessé.
Vers 95-96, j'ai fait jouer une campagne de jeu de rôle mettant en scène Allander Ap'Callaghan, le grand conquérant Kelte, clairement inspirée de l'histoire d'Alexandre le grand.
Et est-ce que le jeu de rôle t'a aidé à passer à l'écriture ? Est-ce que sa pratique t'a appris des choses ? (je pense évidemment à la construction d'un univers, éventuellement à la narration). Ou au contraire il t'a fallu un peu s'en éloigner...

Laurent Kloetzer a écrit :
Autre source du roman, des discussions avec pas mal de gens (dont Stéphane Marsan) sur la manière de raconter des histoires (notamment de fantasy). J'avais entendu tout un discours qui m'agaçait selon laquelle le schéma de Campbell (le héros au mille visages) et surtout sa transposition Hollywoodienne (dis, Roland, ce n'est pas Vance qui parle de l'histoire de "l'empereur de l'univers" ?) était le modèle indépassable de tout roman d'heroic fantasy, voire de toute histoire populaire. Le genre d'histoire: "un enfant est élevé à la campagne par des gens qui ne sont pas ses parents. Un jour, un vieux type avec une barbe vient lui dire que son destin est ailleurs. Après une hésitation, il finit par le suivre, et découvre alors qu'il est l'héritier/l'élu ... à la fin, il bashe le méchant". J'ai eu envie de faire une histoire qui commençait un peu comme ça, puis qui se passait autrement.
Et justement, ce qui frappe, aussi bien dans Le Royaume blessé que dans La Voie du cygne ou même dans Réminiscence 2012, c'est que tes structures ne sont jamais linéaires ou "simples" (je mets le mot entre guillemets parce le terme ne correspond pas tout à faire à mon idée). On sent qu'il y a beaucoup de travail dans ce domaine avec des structures assez fignolées et "complexes".

Sur Le Royaume Blessé ou La Voie du Cygne, c'était une volonté dès le départ ou ça s'est imposé au fur et à mesure du projet ? comment choisis tu la forme de tes livres par rapport au fond ?
Laurent Kloetzer a écrit :
C'est une question difficile. Le livre est devenu ce qu'il est devenu. J'ai réussi à faire une partie de ce que je voulais, mais pas tout.
Qu'est-ce que tu n'as pas réussi à faire ? :-)
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mer. sept. 27, 2006 3:01 pm

Laurent Kloetzer a écrit :
Roland C. Wagner a écrit : Est-ce que tu mets encore des chemises à jabot ?
C'est un aspect de ma tenue professionnelle auquel je prends bien garde! Les visiteurs des utopiales pourront admirer mes nouvelles chemises (défilé de mode, la nuit du samedi à 2h du matin dans le palais des festivals désert).
Les chemises à jabot. Un univers qui tire un peu sur la Renaissance lorsque tu fais de la fantasy... Aimerais-tu tout particulièrement cette période et pourquoi ?
Laurent Kloetzer a écrit :
Roland C. Wagner a écrit : T'as pas cent balles ?
Tiens, en parlant de sous, pas mal de gens ont un peu râlé en voyant le prix du Royaume Blessé. J'imagine que tu n'y es pour rien. C'était une mauvaise surprise pour toi de découvrir que ton roman allait être vendu 28 euros ?
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Laurent Kloetzer
Messages : 49
Enregistré le : lun. sept. 18, 2006 3:54 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Laurent Kloetzer » mer. sept. 27, 2006 3:18 pm

Et est-ce que le jeu de rôle t'a aidé à passer à l'écriture ? Est-ce que sa pratique t'a appris des choses ? (je pense évidemment à la construction d'un univers, éventuellement à la narration). Ou au contraire il t'a fallu un peu s'en éloigner...
Vaste question. Je suis curieux de savoir ce qu'y répondraient les auteurs qui ont été rôlistes avant de commencer à écrire... S'il y en a dans la salle...
En gros, mes premiers textes écrits étaient situé dans les mondes de jdr dans lesquels je jouait. J'avais déjà un univers, des personnages que j'aimais, sur lesquels j'avais envie de raconter des histoires, etc. Donc oui, dans ce sens, ça facilite les choses. L'univers de mes romans de fantasy est "mon" univers de jeu, un peu adapté pour les livres. Ca explique pourquoi il est si peu original.
Par contre, les histoires qu'on raconte en JdR (on = le MJ + les joueurs) sont souvent très peu intéressantes d'un point de vue littéraire, fonctionnant souvent sur des clichés déjà vus. Je ne les critique pas pour ça : on ne cherche pas spécialement à être original, quand on joue. On cherche à crééer notre histoire, à se faire plaisir.... A vivre des aventures.
Seules certaines scènes, certaines situations, créées ensemble, peuvent donner parfois de l'inspi pour un texte. Mais cela, c'est vrai surtout parce que le jdr est une activité sociale, qui révèle des choses sur les relations entre les personnages et surtout entre les joueurs. Ainsi, l'expérience humaine issue du jeu peut nourrir l'écriture.
Par exemple, dans le RB, je crois que seulement deux scènes sont issues (même si très adaptées/transformées) d'une partie jouée. La première est la mort d'Angus. Je laisse les lecteurs chercher la seconde.
Et justement, ce qui frappe, aussi bien dans Le Royaume blessé que dans La Voie du cygne ou même dans Réminiscence 2012, c'est que tes structures ne sont jamais linéaires ou "simples" (je mets le mot entre guillemets parce le terme ne correspond pas tout à faire à mon idée). On sent qu'il y a beaucoup de travail dans ce domaine avec des structures assez fignolées et "complexes".

Sur Le Royaume Blessé ou La Voie du Cygne, c'était une volonté dès le départ ou ça s'est imposé au fur et à mesure du projet ? comment choisis tu la forme de tes livres par rapport au fond ?
Je pense que la forme fait partie du sens du livre, elle doit donc avoir un rapport avec l'histoire. Je pense notamment à l'Usage des armes, de Iain Banks, roman que, je le précise, j'avais bien aimé. Par contre, sa construction "à rebours", bien qu'amusante, ne m'a jamais parue justifiée par l'histoire, semblant être juste une envie de ballader un peu le lecteur. Ou alors je n'ai pas compris, et j'aimerais que qqun m'explique.
Qu'est-ce que tu n'as pas réussi à faire ? :-)
Le roman est un roman "choral" : les aventures d'Eylir sont rapportées au narrateur par des tiers. J'aurais aimé pouvoir, dans chacun de ces récits rapportés, faire entendre la voix, le point de vue des tiers personnages. C-a-d changer de style à chaque récit. Je l'ai fait parfois, mais pas partout. Et j'ai plutôt fait entendre le point de vue du narrateur, parce que je le maîtrisais plus facilement et que je ne sais pas écrire dans autant de "voix" différentes.
Un lecteur s'en est rendu compte, ce qui prouve que ça se voit un peu...

LK

Avatar du membre
Laurent Kloetzer
Messages : 49
Enregistré le : lun. sept. 18, 2006 3:54 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Laurent Kloetzer » mer. sept. 27, 2006 3:27 pm

Aimerais-tu tout particulièrement cette période et pourquoi ?
Heu, joker, j'en sais trop rien du pourquoi. :)
Ca doit venir du fait que Jael de Kherdan est un peu inspiré de Casanova et des écrivains romantiques.
Tiens, en parlant de sous, pas mal de gens ont un peu râlé en voyant le prix du Royaume Blessé. J'imagine que tu n'y es pour rien. C'était une mauvaise surprise pour toi de découvrir que ton roman allait être vendu 28 euros ?
Je n'ai pu que le constater, hein? Mais je préfère ça, plutôt que de vendre deux tomes à 20 euros (le roman aurait très bien pu être coupé en deux volumes, vu sa taille - j'avais même prévu un endroit où faire la séparation). :twisted:
Après, il faudrait demander à Gilles Dumay comment les prix des livres sont calculés chez Denoël...

LK

Avatar du membre
fabrice
Messages : 461
Enregistré le : dim. mai 21, 2006 12:51 pm
Contact :

Message par fabrice » mer. sept. 27, 2006 7:38 pm

Hello Laurent,

- Je n'en suis plus totalement certain mais il me semble que Jacques Baudou évoquait à notre endroit - avec Gaborit et Calvo - une certaine "génération fantasy" (les quatre mousquetaires, ce genre) révélée par Mnemos et Stéphane Marsan. Avec le recul, quel regard portes-tu sur cette époque ?

- Les critiques du Royaume blessé sont plutôt dithyrambiques - et à mon sens méritées. Il a pourtant été refusé par un éditeur avant Denoël. J'aimerais bien connaître ta version de l'histoire (tu n'es pas obligé de donner de noms) : comment tu as réagi, comment tu as rebondi et ce que tu en as retenu.

- Bon, euh, Gilles Dumay t'a-t-il déjà parlé d'une éventuelle reprise en poche pour ce roman (question légèrement intéressée) ?

Merci pour tes réponses et félicitations.
J'espère bien te voir aux Utopiales !

Fabrice

Invité

Message par Invité » mer. sept. 27, 2006 9:00 pm

Bonjour,
Ce sera une question rhétorique pour moi: pourquoi y a pas moyen d'acheter Réminiscence 2012 en Belgique?
(bon allez je donne même la réponse: la maison d'édition n'est plus distribuée par ici :cry:)

Verrouillé

Retourner vers « Laurent Kloetzer répond à vos questions (27-28-29 septembre) »