Découverte d'un ancien écosystème sans oxygène

Discussions autour des sciences

Modérateurs : Travis, Charlotte, marie.m, Eric, jerome, Magda Dorner, Bull

Répondre
jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Découverte d'un ancien écosystème sans oxygène

Message par jerome » ven. avr. 17, 2009 5:54 am

Je vous mets une brève de l'AFP :

Découverte d'un ancien écosystème sans oxygène sous un glacier antarctique

WASHINGTON, 16 avr 2009 (AFP) - Des scientifiques ont mis au jour sous un glacier de l'Antarctique des bactéries qui avaient survécu au moins 1,5 million d'années sans oxygène ni lumière, dans une eau salée glaciale, révèle une étude parue jeudi.
(...)
Ces bactéries se sont développées en transformant en nutriments des composants de soufre et de fer abondant dans cette eau piégée sous le glacier Taylor à proximité du lac Bonney dans l'est de l'Antarctique, explique John Priscu, professeur de sciences environnementales à l'Université du Montana (nord-ouest), coauteur des travaux.
L'existence d'un tel écosystème pourrait expliquer comment la vie pourrait s'être développée sur d'autres planètes comme Mars, sous une épaisse couche de glace, sans lumière et donc sans possibilité de photosynthèse, note John Priscu.
Cet écosystème "est une sorte de capsule du temps unique venue tout droit d'une autre période de la Terre", explique Jill Mikucki, scientifique du Dartmouth College (New Hampshire, nord-est), principale auteur de ces travaux.
Selon elle, ce microcosme "peut être potentiellement l'équivalent de la géochimie et de la biochimie de la Terre il y a des millions d'années".
"Je ne connais aucun autre environnement comme celui-là sur notre planète", dit-elle.
"Les espèces de bactéries formant cet écosystème sont curieusement similaires aux micro-organismes contemporains marins mais aussi, sans surprise, très différents" dans leur métabolisme, ajoute Ann Pearson, professeur de science planétaire et de la terre à l'Université de Harvard (Massachusetts, est), coauteur de l'étude.
Ces similitudes suggèrent que les ancêtres de ces micro-organismes vivaient dans l'océan.
"L'une des grandes questions posées par cette découverte consiste à savoir comment la vie a pu subsister et se développer sous 400 mètres de glace dans l'obscurité et le froid permanents pendant aussi longtemps", souligne Jill Mikucki.

(...)

.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Poum Poum Pouloum
Messages : 595
Enregistré le : jeu. mars 19, 2009 10:25 pm
Localisation : Lille

Message par Poum Poum Pouloum » sam. avr. 18, 2009 4:02 pm

Un autre article sur le même sujet :

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=6520

Avatar du membre
Bull
Messages : 1604
Enregistré le : mar. juil. 18, 2006 6:02 pm

Message par Bull » sam. avr. 18, 2009 4:20 pm

Abstract en anglais pour les anglophones :
Science. 2009 Apr 17;324(5925):397-400.

A contemporary microbially maintained subglacial ferrous "ocean".

Mikucki JA, Pearson A, Johnston DT, Turchyn AV, Farquhar J, Schrag DP, Anbar AD, Priscu JC, Lee PA.
Department of Earth and Planetary Sciences, Harvard University, Cambridge, MA 02138 USA. jill.a.mikucki@dartmouth.edu


An active microbial assemblage cycles sulfur in a sulfate-rich, ancient marine brine beneath Taylor Glacier, an outlet glacier of the East Antarctic Ice Sheet, with Fe(III) serving as the terminal electron acceptor. Isotopic measurements of sulfate, water, carbonate, and ferrous iron and functional gene analyses of adenosine 5'-phosphosulfate reductase imply that a microbial consortium facilitates a catalytic sulfur cycle. These metabolic pathways result from a limited organic carbon supply because of the absence of contemporary photosynthesis, yielding a subglacial ferrous brine that is anoxic but not sulfidic. Coupled biogeochemical processes below the glacier enable subglacial microbes to grow in extended isolation, demonstrating how analogous organic-starved systems, such as Neoproterozoic oceans, accumulated Fe(II) despite the presence of an active sulfur cycle.

Répondre

Retourner vers « Section 2 : Discussions »