Philippe Caza sur Actusf

Du mercredi matin 5 novembre au vendredi soir 7 novembre, Philippe Caza est votre invité et répondra à toutes vos questions.

Modérateurs : Charlotte, Eric, jerome, Jean

Avatar du membre
Philippe CAZA
Messages : 39
Enregistré le : lun. oct. 06, 2008 3:56 pm
Localisation : Sud de la France
Contact :

Message par Philippe CAZA » mer. nov. 05, 2008 3:06 pm

Sillage a écrit :
Philippe CAZA a écrit : Je me promets toujours de rédiger une version aboutie du scénario et de la mettre au moins sur mon site, histoire que les lecteurs frustrés en plein suspense sachent la fin ! (Mais le ferai-je ?)
Si,si, tu le feras ....hein .... :P
Sûrement, mais quand ? Le présent est tellement plus prenant que le passé !
En ces temps incertains, l'important, c'est de fluctuater sans mergiturer.

Avatar du membre
k_tastrof
Messages : 465
Enregistré le : sam. mai 12, 2007 10:09 am
Contact :

Message par k_tastrof » mer. nov. 05, 2008 3:31 pm

Tu as fait plusieurs incursions dans l'animation avec Gandahar, Comment Wong-fo fut sauvé , Les enfants de la pluie.
Quel était ton rôle dans ces œuvres? Qu'as-tu pensé de ces expériences? Plus généralement, comment perçois-tu l'image animée?
Kt
«Un spécialiste, c'est quelqu'un qui sait tout sur quelque chose et rien sur tout le reste.» Ambrose Bierce
Dernier article sur Actusf : ##39##
KtSteward, le site ou Le Blog

Avatar du membre
Aldaran
Messages : 1911
Enregistré le : dim. sept. 23, 2007 10:25 am

Message par Aldaran » mer. nov. 05, 2008 3:50 pm

Bonjour Caza,
Les petits points referont-ils un jour une apparition ou la souris a-t-elle définitivement bouffé les rotrings ?

Avatar du membre
Philippe CAZA
Messages : 39
Enregistré le : lun. oct. 06, 2008 3:56 pm
Localisation : Sud de la France
Contact :

Message par Philippe CAZA » mer. nov. 05, 2008 4:28 pm

k_tastrof a écrit :Tu as fait plusieurs incursions dans l'animation avec Gandahar, Comment Wong-fo fut sauvé , Les enfants de la pluie.
Quel était ton rôle dans ces œuvres? Qu'as-tu pensé de ces expériences? Plus généralement, comment perçois-tu l'image animée?
Kt
Je ne suis pas "animateur" : décomposer le mouvement, "faire bouger" des personnages, c'est un métier très spécial, je ne m'y suis jamais affronté. J'ai été contacté par René Laloux pour Gandahar plutôt comme "créateur graphique", et, par la suite, ça a été mon rôle principal sur les autres dessins animés. Essentiellement, il s'agissait de donner le style graphique du film, son graphisme, et de créer les personnages, leurs allures, costumes, etc, ainsi que les décors, tout cela sous forme de "modèles" destinés à être ensuite mis au propre et animés par les animateurs. Sur Gandahar, j'ai aussi dessiné le story-board, c'est-à-dire participé de très près à la mise en scène du film, à la narration, et même au scénario : bon nombre des différences entre le roman d'Andrevon et le film sont de moi, ou en tout cas nées dans le dialogue entre Laloux et moi. Finalement, j'ai aussi fait de la supervision sur le travail des décorateurs et animateur, du "suivi"…
Sur Wang-Fo, c'était un peu pareil. Sur les Enfants de la Pluie, par contre, je me suis impliqué à fond dans le scénario, l'écriture… La création graphique, pareil, et même en beaucoup plus pointu que sur GDH. Par contre, je n'ai pas dessiné le story-board.
Pour moi, le dessin animé, c'est un complément naturel et de la bande dessinée et de l'illustration. Le principe que mes idées graphiques puissent s'adapter au cinéma. L'image animée, ce que j'aime, c'est la quantité de possibilités que ça ouvre, du mickey pour gamins à Wall-E ou à Persépolis… quelle gamme… sans oublier les films "expérimentaux" bricolés par des passionnés dans leur garage… ni les apports de l'animation en 3D dans les grands films fantastiques (Hellboy 2 - joie !)
L'écriture scénaristique m'a aussi beaucoup passionné.
En ces temps incertains, l'important, c'est de fluctuater sans mergiturer.

Avatar du membre
Philippe CAZA
Messages : 39
Enregistré le : lun. oct. 06, 2008 3:56 pm
Localisation : Sud de la France
Contact :

Message par Philippe CAZA » mer. nov. 05, 2008 4:38 pm

Aldaran a écrit :Bonjour Caza,
Les petits points referont-ils un jour une apparition ou la souris a-t-elle définitivement bouffé les rotrings ?
Bien avant que je passe à la souris, j'avais abandonné les rotrings… pour des tas de raisons : fatigue de la main et yeux - et du temps passé. Envie d'expérimenter d'autres outils, d'autres pratiques, des choses plus picturales, où le travail du pinceau compte plus que tout. Des chose plus lisses : l'aérographe. Finalement l'ordinateur qui permet à peu près tout.
Et recherche d'efficacité : le travail "aux petits points" donne un modelé sculptural esthétique et statique qui ne convient pas à la bande dessinée, sauf cas très particuliers comme Sanguine ou L'Oiseau-Poussière (album Arkhê), alors j'ai travaillé le trait, petit, moyen, grand, etc. Et même dans le domaine du trait, tantôt à la plume, tantôt au feutre, maintenant au pinceau… ou garder le crayon en tant qu'encrage. Bref, on n'a jamais fini d'explorer les outils et les matériaux.
En ces temps incertains, l'important, c'est de fluctuater sans mergiturer.

rmd
Messages : 2248
Enregistré le : mer. mars 08, 2006 1:44 pm

Message par rmd » mer. nov. 05, 2008 4:47 pm

Hello Philippe,

tu prépares comment les illustrations de livres ? Tu lis les livres entièrement avant quand c'est possible ou tu pars juste d'une scène précise ? Tu as des contacts avec les auteurs pour savoir s'ils ont une idée ? Y'a t-il des livres que tu es particulièrement content d'avoir illustré ?
Après des années de cérémonie du Thé, il n’y a rien de meilleur que de vomir de la Bière.

Avatar du membre
Philippe CAZA
Messages : 39
Enregistré le : lun. oct. 06, 2008 3:56 pm
Localisation : Sud de la France
Contact :

Message par Philippe CAZA » mer. nov. 05, 2008 5:32 pm

rmd a écrit :Hello Philippe,

tu prépares comment les illustrations de livres ? Tu lis les livres entièrement avant quand c'est possible ou tu pars juste d'une scène précise ? Tu as des contacts avec les auteurs pour savoir s'ils ont une idée ? Y'a t-il des livres que tu es particulièrement content d'avoir illustré ?
Mon grand truc, c'est que je lis les livres ! La plupart du temps, c'est possible, quitte à insister un peu auprès de l'éditeur. J'ai souvent eu entre les mains l'édition précédente, ou le manuscrit, ou le manuscrit de la traduction en cours de relecture, avec passages barrés, soulignages en rouge, etc, ou le manuscrit en cours : Roland Wagner m'envoie ses fichiers par paquets de 5 ou 6 chapitres, ce qui me laisse le temps de m'imprégner du bouquin et parfois de faire la couverture avant qu'il ait fini d'écrire !
L'idée, pour moi, est de bien m'imprégner du bouquin, d'en saisir pas seulement l'anecdote et les détails visuel à ne pas rater, mais l'esprit général, le genre, le style. Après, je vais peut-être travailler sur une scène, mais peut-être aussi dans un esprit "collage", ou dans un genre symbolique… difficile à dire à l'avance. Tout va dépendre du livre et de ma réception - ce qu'on appelle l'inspiration. Je cherche quelque chose qui respecte le livre, mais aussi qui le serve (commercialement), et aussi où je me fasse plaisir. Si je peux mettre en évidence une sorte de sous-texte, je suis très content.
Il y a pas mal de bouquins que je suis heureux d'avoir illustré : les Brunner, les Vance, les Dick, des grands classiques. Et puis les auteurs français, toujours, parce que souvent, on se connaît, on échange, avant, pendant ou après, et il y a une sorte d'intimité supplémentaire, comme ça. Parfois ils me suggèrent quelque chose… parfois c'est moi. Exemple, encore avec RCW : pour Babaluma, il m'a envoyé la photo de son chat… et moi j'ai inventé le charobase… qu'il a intégré dans son texte !
En ces temps incertains, l'important, c'est de fluctuater sans mergiturer.

Katioucha
Messages : 932
Enregistré le : ven. janv. 26, 2007 11:28 am

Message par Katioucha » mer. nov. 05, 2008 6:19 pm

Bonjour Philippe,
et merci d'être là.

je trouve que ce qui a le plus évolué chez toi, entre disons, les années 80 et maintenant, c'est la colorisation : plus dense, plus sombre. Me gourre-je ?

Avatar du membre
Philippe CAZA
Messages : 39
Enregistré le : lun. oct. 06, 2008 3:56 pm
Localisation : Sud de la France
Contact :

Message par Philippe CAZA » mer. nov. 05, 2008 6:48 pm

Katioucha a écrit :Bonjour Philippe,
et merci d'être là.

je trouve que ce qui a le plus évolué chez toi, entre disons, les années 80 et maintenant, c'est la colorisation : plus dense, plus sombre. Me gourre-je ?
Maintenant, j'ai pris mon thé de five o'clock et je suis là de nouveau.
Hum, hum… Il y a sans doute des périodes, oui. Je ne passe pas mon temps à analyser ma production et son évolution, j'ai plutôt tendance à voir les périodes en fonction des outils, parceque c'est ma cuisine interne, ma pratique et, physiquement, ça change pas mal de choses, de passer des heures et des jours à faire des petits points au rotring, ou de faire de l'aérographe, qui exige beaucoup de temps à préparer des pochoirs, et ensuite pas mal de pertes de nerfs avec ce p… d'engin qui se bouche ou qui crachote… ou encore, au contraire, d'être à patouiller au pinceau dans l'acrylique, avec pas mal de plaisir sensuel, mais aussi pas mal de suspense, parce qu'il y a des moments où il faut bosser sans interruption avant que ça sèche. Et donc encore, être des heures devant l'écran, rassuré parce que je peux toujours revenir sur ce que j'ai fait. Moins de stress, donc.
Mais je vois que je n'ai pas vraiment répondu à ta question…
Plus de densité, oui, sans doute. Plus sombre… ça dépend un peu des bouquins… Quand je fais "Le Goût de l'immortalité", c'est pas follement gai ! Mais j'aime ça, oui, même travailler très gris, plombé, comme sur "Les Derniers hommes" de P. Bordage ou "Anima mea", de R. Canal.
Dans mon Arkadi tome 9 qui vient de sortir (pub !) j'ai fait quelques pages les plus sombres de ma vie ! Pas tellement que ça soit triste, mais qu'on plonge dans les profondeurs de la Terre.
En ces temps incertains, l'important, c'est de fluctuater sans mergiturer.

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » mer. nov. 05, 2008 6:58 pm

Bonjour Philippe!
As-tu une analyse des raisons pour lesquelles certaines discussions autour des illustrations de couverture (pour la SF et F) sont d'une incroyable violence et grossièreté (et accompagnées de très peu d'argument) par un certain nombre de lecteurs, un peu comme s'il y avait une compréhension flagrante commune des règles de l'esthétique partagées par tous, alors que, de toute évidence, ce n'est pas le cas? On a parfois l'impression qu'une sorte de "snobisme" (je ne sais pas si c'est le bon terme) se manifeste lorsque l'on critique des illustrations de couverture. L'image "figurative", quelque part, ce serait ringard, cela repousserait le lecteur "raffiné" (je fais exprès d'employer des guillemets...). Ton avis?
D'autre part, quand tu travailles avec les éditeurs en leur fournissant des illustrations de couverture, dialogues-tu avec des maquettistes professionnels, ou avec des gens qui ont un véritable discours esthétique, ou bien le plus souvent, est-ce des banalités du genre: "Ah ouais, ça c'est pas mal!" ou "Celle-là, j'aime moins..."... Ou alors, on n'ose rien te dire, et tu fais comme tu veux?
Oncle Joe (secrétaire du Rosny : merci pour la magnifique statuette!)

Avatar du membre
Philippe CAZA
Messages : 39
Enregistré le : lun. oct. 06, 2008 3:56 pm
Localisation : Sud de la France
Contact :

Message par Philippe CAZA » mer. nov. 05, 2008 7:39 pm

Lensman a écrit :Bonjour Philippe!
As-tu une analyse des raisons pour lesquelles certaines discussions autour des illustrations de couverture (pour la SF et F) sont d'une incroyable violence et grossièreté (et accompagnées de très peu d'argument) par un certain nombre de lecteurs, un peu comme s'il y avait une compréhension flagrante commune des règles de l'esthétique partagées par tous, alors que, de toute évidence, ce n'est pas le cas? On a parfois l'impression qu'une sorte de "snobisme" (je ne sais pas si c'est le bon terme) se manifeste lorsque l'on critique des illustrations de couverture. L'image "figurative", quelque part, ce serait ringard, cela repousserait le lecteur "raffiné" (je fais exprès d'employer des guillemets...). Ton avis?
D'autre part, quand tu travailles avec les éditeurs en leur fournissant des illustrations de couverture, dialogues-tu avec des maquettistes professionnels, ou avec des gens qui ont un véritable discours esthétique, ou bien le plus souvent, est-ce des banalités du genre: "Ah ouais, ça c'est pas mal!" ou "Celle-là, j'aime moins..."... Ou alors, on n'ose rien te dire, et tu fais comme tu veux?
Oncle Joe (secrétaire du Rosny : merci pour la magnifique statuette!)
A la première question, je n'ai aucune réponse… parce que je n'ai jamais constaté ça… Je suis surpris ! Ca se passe où, ces discussions d'une incroyable violence ?! Sur des forums ? Je ne les fréquente pas (sauf ces trois jours, ici). Mais là, n'est-ce pas surtout le phénomène forum qui entre en jeu ? où, au bout de trois ou quatre échanges, les habitués (sous pseudo) commence à se balancer des noms d'oiseaux dénébiens ?
Après, c'est vrai, qu'il y a des sortes de hiérarchies intellectuelles et des styles ou esprits liés à une collection. Moi, quand je débutais en tant que lecteur, j'aimais bien les Fleuve Noir flamboyants de Brantonne (j'avais 14 ans !) mais je les trouvais quand même un peu vulgaires. Les Rayon Fantastique de Forest, c'était autre chose, plus sophistiqué et "sexy" - je grandissais. Par contre les couvertures blanches à comète de PdF, ça ne faisait pas rêver l'adolescent que j'étais. C'était une approche plus adulte, plus littéraire, qui supposait de connaître au moins les noms des auteurs pour aller vers les livres. Une sorte de snobisme, peut-être… ou une évolution intellectuelle. Plus tard, les couvertures argentées d'Ailleurs et demain ont créé un choc visuel et une attirance "mode" sans passer par l'illustration. Phénomène intéressant.
Autrement, je dirais que ça dépend un peu des bouquins. Il y a ceux qui appellent presque automatiquement l'illustration figurative, comme la Fantasy ou le Space Op, d'autres, c'est moins évident. Dick, par exemple, c'est avant tout "dans la tête" que ça se passe, et ça pourrait être joué en costume cravate ou en jeans.
Je pense qu'il s'agit surtout que l'illustration ne se substitue pas au texte dans la capacité à faire rêver, mais en soit complémentaire.
Quant au rapport avec les éditeurs, tous les cas existent. On m'a le plus souvent laissé faire (ce que c'est que d'avoir acquis une réputation), maintenant, comme à tout le monde, on demande des roughs et on discute, rarement avec le maquettiste (mais je connais bien les questions de maquette), parfois avec l'auteur, plus souvent avec l'éditeur, qui lui-même discute avec l'auteur, tous cherchant avant tout ce qui va servir le livre au mieux, tant sur le plan de l'esprit, respect du texte, que de sa mise en valeur commerciale. Je n'ai eu que très rarement des heurts de goût, avec les éditeurs.
En ces temps incertains, l'important, c'est de fluctuater sans mergiturer.

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » mer. nov. 05, 2008 7:54 pm

Merci de tes réponses!
Tes évolutions en jugement esthétique me font assez penser aux miennes, d'ailleurs...
Je crois que tu as tout à fait raison sur le problème des disputes trop vives: c'est un défaut inhérent aux forums...
Oncle Joe

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » mer. nov. 05, 2008 8:23 pm

Bonjour Philippe,

ado j'ai été très frappé par les trois couvertures de la trilogie Hyponéros de Bordage, pour leur reprise chez J'ai Lu.
Ensuite par la couv du Simak Au carrefour des étoiles; le visage au premier plan est une image qui m'a marqué.
Cela fait vraiment partie des "flashs" que j'ai eus et qui ont contribué à me faire aimer la SF.
A l'époque, pour moi il y avait Siudmak chez Pocket, et vous chez J'ai Lu. C'était mon univers visuel de jeune lecteur.

En fait j'aimais bien (et j'aime toujours), dans le dessin, une espèce de compromis entre les courbes (ces formes dans la couv de Terra Mater...) et les angles plus "durs" (notamment les paumettes, souvent très soulignées ou très prononcées).
Est-ce que ça découle de votre propre perception du corps humain?

est-ce que la façon dont vous représentez le corps est réfléchie, instinctive?
Qu'est-ce que vous cherchez à montrer dans vos représentations du corps? La part d'érotisme qu'il y a parfois est-elle voulue, sciemment réfléchie...ou obéit-elle à certains codes du genre?
Y a-t-il quelque chose comme un désir fondamental, ou une violence fondamentale, que vous chercheriez à montrer, soit par des couvertures, soit par des illustrations diverses, ou encore en BD, ou bien ne s'agit-il, à chaque fois, que d'illustrer un scénario précis, un livre précis...?

Avatar du membre
Philippe CAZA
Messages : 39
Enregistré le : lun. oct. 06, 2008 3:56 pm
Localisation : Sud de la France
Contact :

Message par Philippe CAZA » mer. nov. 05, 2008 8:57 pm

systar a écrit :Bonjour Philippe,

ado j'ai été très frappé par les trois couvertures de la trilogie Hyponéros de Bordage, pour leur reprise chez J'ai Lu.
Ensuite par la couv du Simak Au carrefour des étoiles; le visage au premier plan est une image qui m'a marqué.
Cela fait vraiment partie des "flashs" que j'ai eus et qui ont contribué à me faire aimer la SF.
A l'époque, pour moi il y avait Siudmak chez Pocket, et vous chez J'ai Lu. C'était mon univers visuel de jeune lecteur.

En fait j'aimais bien (et j'aime toujours), dans le dessin, une espèce de compromis entre les courbes (ces formes dans la couv de Terra Mater...) et les angles plus "durs" (notamment les paumettes, souvent très soulignées ou très prononcées).
Est-ce que ça découle de votre propre perception du corps humain?

est-ce que la façon dont vous représentez le corps est réfléchie, instinctive?
Qu'est-ce que vous cherchez à montrer dans vos représentations du corps? La part d'érotisme qu'il y a parfois est-elle voulue, sciemment réfléchie...ou obéit-elle à certains codes du genre?
Y a-t-il quelque chose comme un désir fondamental, ou une violence fondamentale, que vous chercheriez à montrer, soit par des couvertures, soit par des illustrations diverses, ou encore en BD, ou bien ne s'agit-il, à chaque fois, que d'illustrer un scénario précis, un livre précis...?
Beaucoup de choses, là dedans… D'abord les couvertures citées, oui, font partie de mes préférées et de celles qui ont marqué. Pour des sacrés bouquins, faut dire !
La perception du corps humain, l'anatomie, y compris sa part érotique, bien sûr, est sans doute au centre de mon dessin, de mes envies de dessin, et de mon style. C'est à la fois spontané et réfléchi et codé, sans doute… C'est moi, en quelque sorte. Avec un goût pour des anatomies marquées, ou le muscle et l'os sont présents, apparents, le poids, la tension ou au moins la tonicité des corps, avec ce que ça a de violence, oui, fondamentale au sens de primitive ou sauvage. La force. Alors bien sûr, des pommettes, des méplats qui font asiatique ou africain… c'est "mon type de femme", sans doute, même si, maintenant, j'arrive aussi parfois à dessiner des maigres ou des mignonnes.
Ca vient sans doute plus de moi que des livres… ça vient aussi d'un courant graphique lié à l'heroic fantasy (les Frazetta girls !). Des codes, donc.
Et dans mes BD il y a va-et-vient entre scénario et dessin, en ce sens que mon dessin n'est pas une illustration de mon scénar. Aussi bien "mon univers", comme on dit, naît de mes désirs de dessin. Sur les premiers tomes du "Monde d'Arkadi", j'avais en tête une impatience : vivement le tome 4, que je dessine et mette en scène le personnage de Pan-Dra dont je rêvais depuis longtemps !
En ces temps incertains, l'important, c'est de fluctuater sans mergiturer.

Avatar du membre
Bruno
Messages : 579
Enregistré le : lun. mars 17, 2008 9:22 pm
Localisation : Vert Nouillet

Message par Bruno » mer. nov. 05, 2008 10:49 pm

Bonsoir Philippe,

Depuis quelques années, un nombre assez important d'artistes ont émergé dans l'illustration de SF (dans le désordre le plus complet et en oubliant la plupart : Scala, Brion, Eikasia, Graffet, Rossbach, Sorrentino, Daylon, Labarre, Martiniere...). Suis-tu l'évolution du genre, te sens-tu proche de ces illustrateurs ?

Autre question : illustrer un livre, c'est - parfois - se plier à la maquette de la couverture. Conçois-tu ces obligations comme des contraintes qui parfois t'exaspèrent (contrairement à la bédé où tu es je pense plus libre), ou plutôt comme un jeu qui stimule ta créativité ?

merci,
bruno

Verrouillé

Retourner vers « Philippe Caza répond à vos questions »