Wunderwaffen Nolane & Maza

Modérateurs : Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin, Jean

Répondre
Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Wunderwaffen Nolane & Maza

Message par Lensman » dim. déc. 09, 2012 10:41 am

Geheim !
Terminé le volume Wunderwaffen, 1. Le Pilote du Diable de Richard D. Nolane, dessiné par Maza.
Je dois avouer que suis très séduit.
Certes, on est dans le mauvais goût assumé, à savoir la fascination pour les « armes secrètes » allemandes (et pas seulement allemandes…) de la Seconde Guerre mondiale, mais j’assume aussi cette tendance douteuse, quelque part, alors… Plutôt que l’Histoire secrète, Richard Nolane a choisi comme terrain celui de l’uchronie. Les possibilités sont vastes, on peut même dire quasi infinies par définition, mais de ce fait très périlleuses, le fil reliant ce type d’uchronie à la vraisemblance ayant fâcheusement tendance, le plus souvent, à s’étirer, s’étrécir et casser… Mais la documentation est excellente, le point de divergence le plus apparent (échec du débarquement en Normandie) hautement crédible (dans le vrai monde, des discours avaient été préparés à l’avance, du côté allié, au cas où il faudrait annoncer la mauvaise nouvelle au public…). Cela tient assez bien le coup.
Certes, on pourra trouver à critiquer tant que l’on veut, y compris dans les détails techniques qui sont pourtant une force de l’album. Pour moi, le problème le plus flagrant est la part trop belle faite à, et l’exagération des performances (conjecturées) attribuées au fameux projet de Lippisch P.13, intercepteur en forme de fléchette propulsé par un statoréacteur (avec un moteur-fusée pour l’accélération initiale nécessaire au démarrage du stato) (*). L’engin est beau (selon les critères esthétiques des amateurs de ces mécaniques), ses lignes très futuristes (encore aujourd’hui !), de ce côté là, c’est un excellent choix. Cependant, sa maniabilité et son endurance (en autonomie, déjà) me donnent l’impression d’être bien exagérées. et les pilotes allemands sont un peu trop doués pour les acrobaties avec une machine qui n'est pas conçue pour cela… Mais bon… le dessin de Maza, dans les scènes de vol et de combat, est d’une belle efficacité, ça me plait ! (J’ajoutera aussi un choix de couleurs pas trop criardes, qui ne nuisent pas à la lisibilité du dessin, comme c’est bien trop souvent le cas dans les BDs d’aujourd’hui, selon mon goût). J’ai retrouvé là une partie de mon plaisir enfantin à lire Buck Danny ou Tangy et Laverdure, c’est un compliment que je fais rarement aux bandes dessinées d’aviation…
Et puis, il y a ce délicieux hommage rendu à Jacques Bergier, devenu une pièce maîtresse de l’espionnage de la France Libre dirigée par le général de Gaulle… C’est bien vu, très bien vu, même, avec les petits détails qui font… authentique (la mémoire photographique de Bergier !). La vérité historique (Bergier résistant et déporté) a fourni là à Richard D. Nolane une base solide, réellement émouvante.
J’ai l’impression que le tome 2 va nous réserver des horreurs beaucoup moins aéronautiques, mais plus malsaines, plus biologiques (le docteur Mengele est mentionné, Himmler fait son apparition…). Il faudra avoir l’estomac plus accroché. Attention, ce sera un défi nettement plus risqué à gérer que les spectaculaires combats aériens fantasmés. On va voir…
Mais déjà, tel quel, ce volume pris séparément, en lui-même, est une réussite.

(*)http://www.fiddlersgreen.net/models/air ... -P13a.html
La version planeur expérimental (DM1) a réellement été construite mais n’a jamais volé… bizarre, hein ?

Oncle Joe

Répondre

Retourner vers « Vos lectures BD  »