Gilles Dumay online

Gilles Dumay sera l'invité du forum Actusf lundi, mardi et mercredi 19, 20 et 21 octobre

Modérateurs : Charlotte, tom, Eric, jerome

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » mer. oct. 21, 2009 2:06 pm

Daylon a écrit :
Lensman a écrit :Rien compris aux explications de Daylon!
Joseph, sache que je m'excuse, je n'ai pas le temps d'écrire mes interventions en klingon.
En elfique, plutôt, pour moi... mais comme tu n'as pas le temps...
Joseph

Katioucha
Messages : 932
Enregistré le : ven. janv. 26, 2007 11:28 am

Message par Katioucha » mer. oct. 21, 2009 2:45 pm

GillesDumay a écrit : je crois qu'à un moment Catherine Dufour n'a pas compris que j'étais déjà au maximum sur son bouquin et qu'elle était un auteur dans une collection où y'en a trente, dans une maison où je publie ailleurs qu'en Lunes d'encre. J'ai été lâche j'aurais dû lui dire tout de suite : "Catherine fais-moi confiance, ce qui devait être fait a été fait."
Euh... si, tu me l'as dit. Quand l'attachée de presse s'est pété la jambe en 4.
c'est un tiers qui est rentré dans le jeu.
Mouahaha ! C'est toi qui as dit à Fabrice de me faire une scène ? Putain, les hommes, c'est des compliqués.
J'ai été maladroit ; elle était inquiète.
Ca fait partie du stress du boulot.
Ben oui. Parce que moi, dans ce milieu, j'ai une position un peu à part : je suis une touriste.
Tu gagnes ta vie avec des bouquins, Org aussi, et Béné, et Célia, et Audrey, et Fabrice, et Noirôme et la tête alouette.
Et le bouquin est un domaine commercialement sur le fil en permanence.
Moi pas. J'ai un boulot qui me tient loin des soucis d'argent, qui m'assure une position sociale CSP+ et qui m'occupe bien la tête merci, surtout avec cet enculé de dollar qui joue au yoyo et non, vous ne voulez pas entendre parler de versionning.
A partir de là, j'ai deux choix : dans le petit milieu du bouquin de SF, soit je fais touriste, je me fous des chiffres, je sèche les promos, je glose sur "l'art pour l'art et l'argent, les ventes, la promo, c'est pour les cochons", bref je fais ma Silhol, je gonfle tous ceux qui en vivent et je perds mes potes.
Soit je relis deux fois les épreuves, j'emmerde le monde pour trouver un titre, je scrute les chiffres, je vais en signure tant que je peux et je finis stressée parce qu'informatique la semaine et écrivain le week end, c'est pas comme ça que je vais me détendre surtout avec deux gosses en plus.
Mais c'est ça que j'ai choisi. Parce que j'aime pas les touristes. Tu sais ? C'est ces connards qui reviennent du Sénégal en disant que c'est un meeerveilleux pays sans même remarquer les gardes devant les plages qui ont des fouets pour empêcher les petits enfants noirs de venir mendier. Je m'en voudrais beaucoup de faire la diva au milieu de gens qui ont besoin de bouffer.
J'adore Catherine
Nan. C'est moi qui t'aime plus que toi. Et ça fait longtemps. Faut pas dèc'

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » mer. oct. 21, 2009 2:54 pm

Philémont a écrit :Bonjour Gilles,
Une petite question d'actualité... Tu viens d'annoncer sur le blog de Lunes d'encre l'arrivée au bureau de Radio Libre Albemuth de Dick, à paraître début novembre. On sait par ailleurs qu'il s'agit d'une "édition définitive". Peux-tu nous en dire plus sur ce caractère "définitif" ?
Et puis, tant qu'on y est, envisages-tu du coup une réédition de la Trilogie Divine dans son ensemble ?
Philémont
Je ne sais pas comment avait été "goupillée" la première édition française de Radio Libre Albemuth et c'est, en fait, assez inintéressant de donner des mauvais points aux uns et aux autres.
Elle était pas "top", disons. Et Bruno Della Chiesa et d'autres m'ont fait remarquer qu'il serait bon que quelqu'un se penche sur le problème. J'ai demandé à Gilles Goullet de le faire à partir du texte de référence fourni par l'agent et nous nous sommes mis d'accord sur une "édition définitive" ; est-ce que c'est une révision ou pas de la traduction d'Emmanuelle Jouanne, oui et non. Le service juridique de Denoël n'est pas convaincu par la "tournure".
En fait, je suis assez emmerdé à ce sujet, car Emmanuel était déjà très malade quand le projet s'est décidé. Il est mort en février. C'était pas le contexte idéal. Mais si je ne le faisais pas avec l'alibi du film, je n'aurais pas pu le faire du tout.
Tout ça pour arriver à cette nouvelle édition, la dernière en ce qui me concerne (donc aussi définitive que faire se peut), qui paraît à peu près au même moment où John Alan Simon achève son film.

Pour La Trilogie divine, je vais y réfléchir. Le volume LdE est épuisé depuis longtemps et introuvable ou presque (en plus j'ai une super idée de couv').

GD
Modifié en dernier par GillesDumay le mer. oct. 21, 2009 10:34 pm, modifié 1 fois.

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » mer. oct. 21, 2009 3:10 pm

AK a écrit :Bonjour Gilles,
Que penses-tu de l'état de la critique SF en France (tant sur papier que sur le Net) ?
Est-ce qu'elle répond à tes attentes d'éditeur et/ou de lecteur ?

A.K.
Bonjour Raphaël,

Je peux pas répondre à ta question... Pas bien.

Je sais ce que tu veux me faire dire : "il manque une vraie critique de la SF en France, des gens (qualifiés) qui affrontent le genre, qui le pressurent, qui le mettent face à ses contradictions, etc. Blah blah blah..."

C'est un petit milieu ; si on sort de notre ghetto-isation, ce problème devrait se régler de lui même, car la critique sera autant interne qu'externe, passionnée que dépassionnée.
Aujourd'hui, on est dans une piscine de trois mètres par trois ; le cul vissé dans une chambre à air de tracteur on se regarde le nombril en se grattant les couilles. C'est pas désagréable, mais on n'avance pas.
En même temps, je suis assez peu intéressé par les querelles d'experts. Je veux juste qu'on me dise : lis ça, tu vas adorer" dans un contexte où je comprends tout de suite que oui ce bouquin-là est pour moi.
J'en demande pas davantage (mais ça ne veut pas dire que j'ai raison).

GD

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » mer. oct. 21, 2009 3:13 pm

Katioucha a écrit :
GD a écrit :c'est un tiers qui est rentré dans le jeu.
Mouahaha ! C'est toi qui as dit à Fabrice de me faire une scène ? Putain, les hommes, c'est des compliqués.
Ah non je pensais pas à lui (je le connais très peu), je pensais plutôt à un type qui se crâne le rase (ou l'inverse) sous la douche et qui pourrait très bien jouer le rôle d'un tueur de pédés dans un film de William Friedkin.

GD

Katioucha
Messages : 932
Enregistré le : ven. janv. 26, 2007 11:28 am

Message par Katioucha » mer. oct. 21, 2009 3:16 pm

Celui qui écrit des trucs dans Bifrost et ensuite, il signe Cid Vicious et ensuite, tout le monde croit que c'est toi le méchant ? Je vois.

Avatar du membre
AK
Messages : 158
Enregistré le : mar. juil. 04, 2006 7:40 pm

Message par AK » mer. oct. 21, 2009 3:55 pm

si on sort de notre ghetto-isation, ce problème devrait se régler de lui même
Pas convaincu. La critique n'a-t-elle pas justement un rôle dans cette sortie de ghetto-isation ? Et je ne vois pas en quoi cette sortie changerait quelque chose. La SF y gagnerait une critique externe plus "littéraire", mais l'auto-critique du genre par le genre reste essentielle.

Tu parles (page 12) du rôle de "tri" des sites critiques qui devrait s'intensifier dans l'ère numérique. Comment la critique SF a-t-elle évoluée depuis 10 ans (la multiplication de la critique web a-t-elle changé quelque chose ?) et comment penses-tu qu'elle doive évoluer pour "être à la hauteur" de ce rôle ?

A.K.
Contains strong violence, pervasive language,
sexual content/nudity and drug use.

Akaylum
Messages : 3
Enregistré le : mar. oct. 20, 2009 3:32 pm

... sous un autre nom.

Message par Akaylum » mer. oct. 21, 2009 4:05 pm

GillesDumay a écrit :J'ai dit OK mais alors je veux pouvoir les faire ailleurs (j'ai cité La Volte, en pensant Le Bélial'), on m'a répondu "non, tu travailles en exclusivité pour Denoël, à l'exception de ton activité dans Bifrost, et ce n'est pas négociable, sauf si tu fais ça sous un autre nom".
Bon et donc ça sera sous quel autre nom, alors? Thomas Day? Gilles Solal-Cohen?

(Ouais je suis obsédé par les noms.)

Avatar du membre
Le_navire
Messages : 2341
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 4:15 pm
Localisation : Au milieu.

Re: ... sous un autre nom.

Message par Le_navire » mer. oct. 21, 2009 4:16 pm

Akaylum a écrit : Gilles Solal-Cohen?
Tu lui offres les cigares et les déjeuner à la Closerie ?
"Ils ne sont grands que parce que vous êtes à genoux"

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Re: ... sous un autre nom.

Message par systar » mer. oct. 21, 2009 4:18 pm

Akaylum a écrit : Gilles Solal-Cohen?
J'osais pas la faire!

Vivement qu'il y ait une émission Strip-Tease sur l'édition de SF française...

Merci Gilles, pour la longue réponse sur le style. J'en parlais récemment avec le type qui retouche des photos pour faire tes couv', c'est une question passionnante.

Depotte et Marguerite: d'après ce que tu as dit: notés sur la liste d'achats fort probables des prochains mois. Plus d'ailleurs pour ce que tu dis du style (on dirait que tu parles de Jaworski, en parlant d'eux), que pour les pitchs...

D'ailleurs, en pensant à ces "pitchs", il me revient en tête une idée: une connaissance commune m'avait dit que tu pensais que toutes les histoires ont déjà été racontées, et qu'on est forcément dans la variation sur thèmes. Le pensais-tu effectivement? (ou je confonds...?) Le penses-tu toujours?
Du coup, cherches-tu, comme éditeur, des textes originaux uniquement par le type de variations nouvelles qu'ils proposeraient sur des canevas déjà bien u(tili)sés?
Qu'est-ce que c'est, aujourd'hui, un roman qui serait d'une radicale nouveauté ou originalité?
Modifié en dernier par systar le mer. oct. 21, 2009 4:23 pm, modifié 1 fois.

Leeming
Messages : 17
Enregistré le : mer. oct. 24, 2007 8:28 am

Message par Leeming » mer. oct. 21, 2009 4:19 pm

Moi j'aime bien "sale gauchiste mou" !

Sale : défenses immunitaires au top
Gauchiste : tendance hautement respectable à mes yeux
Mou : confortable

Les 10 ans de LE ne semblent pas seulement être un bilan pour la collection mais aussi un bilan personnel.

Que certaines décisions prises aient été bonnes ou mauvaises, on s'en balance, ce qui est important c'est que le bilan soit assumé par quelqu'un de responsable et à te lire ça semble être le cas.

La question importante pour moi, en tant que lecteur, est de savoir si ça te fait toujours bander, si tu as toujours envie de te battre pour cette idée de l'édition.

Personnellement, et contrairement à ce qui a été dit plus haut, je n'achète pas simplement un livre pour son auteur, mais aussi en fonction de l'éditeur, de ses choix, de ses prises de risques, de son engagement ... c'est pour ça que j'ai un faible pour Le Bélial, La Volte ou LE. Cela m'a permis de découvrir Shepard, Beauverger, Ecken, Merjagan, ... Je ne suis pas sur que j'aurai pu les lire chez Brage par exemple.

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » mer. oct. 21, 2009 4:44 pm

AK a écrit :
si on sort de notre ghetto-isation, ce problème devrait se régler de lui même
Pas convaincu. La critique n'a-t-elle pas justement un rôle dans cette sortie de ghetto-isation ? Et je ne vois pas en quoi cette sortie changerait quelque chose. La SF y gagnerait une critique externe plus "littéraire", mais l'auto-critique du genre par le genre reste essentielle.

Tu parles (page 12) du rôle de "tri" des sites critiques qui devrait s'intensifier dans l'ère numérique. Comment la critique SF a-t-elle évoluée depuis 10 ans (la multiplication de la critique web a-t-elle changé quelque chose ?) et comment penses-tu qu'elle doive évoluer pour "être à la hauteur" de ce rôle ?

A.K.
(je préviens d'avance ; je réponds à côté, mais le moins possible)

Le livre électronique devrait accélérer la porosité des genres (à mon avis), et là je parle uniquement sur le plan de la création littéraire (un peu comme internet mixe toutes sortes de références culturelles a priori inconciliables), et il va sans doute se passer l'inverse sur les sites marchands où les livres seront multi-référencés selon les publics qu'ils visent (car un livre vise quasiment toujours plusieurs petits publics). Au lieu d'être dans un rayon de librairie, le texte sera référencé dans quatre ou cinq rayons virtuels différents, apparaissant là, là, là, et là pour autant de raisons distinctes. On peut imaginer voir se créer cent rayons virtuels d'imaginaire : hard-science, SF Gay et lesbien, fantasy naine, fantasy elfe, fantasy historique, ad nauseam (avec les textes de Jérome Noirez référencés dans 23 boîtes différentes). Et dans ce cas-là, il sera encore plus facile de se retrouver pour savoir quoi acheter SI les titres sont bien référencés. Qui référence vraiment, l'éditeur, le libraire ou le critique ?
Rassure-toi ; j'ai pas la réponse. (sauf que ce sera pas le critique)
J'ai proposé à Denoël de mettre des mots clés sur les argus commerciaux ; une ligne de cinq six mots-clés. Cette proposition n'a pas été retenue. On en reparle dans un an ?

Dans le futur immédiat, je n'aurais qu'à taper dans le MdR de jevendsenligne.com : "gros seins + vampire + punk" pour (a)voir ma came, puis faire une liste et aller feuilleter ça chez mon libraire (s'il les a) ou depuis mon fauteuil si j'ai pas envie de donner des sous à un vrai libraire sympa.

Qui vend le livre demain, le libraire physique qui en sus des bouquins papiers a une borne pour vendre du texte électronique, où le libraire en ligne ? Est-ce le même ?
Comment se ventilent les ventes entre le livre électronique et le livre papier ?

Va y avoir du sport.

Notre rapport au texte va changer.
Notre façon d'acheter du texte va changer.
Les textes vont changer - des romans en hypertexte avec des schémas techniques qui apparaissent quand on clique à un endroit précis, avec des plans, et pourquoi une seule carte si on peut en mettre 500 ? Et pourquoi expliquer les termes SF dans le corps du texte s'il suffit de cliquer sur le bon pixel pour avoir tout le pédigré du terme en question ?
On téléchargera des extraits pour "tester", comme aujourd'hui on télécharge des navets
en puissance pour ne pas griller 10 euros dans une place de ciné.
On se fera sans doute une bibliothèque idéale papier pour montrer qui on est et on aura dans nos liseuses tous les trucs "honteux" qui lavent le cerveau (vous vous souvenez gros seins, vampires, punk).

Comment la critique va réagir, comment va-t-elle se structurer, je l'ignore...
Ce que je vois, c'est que le marketing va se frotter les mains, pour eux l'évolution c'est du pain béni. Ils vont pouvoir donner un poids à leur travail qu'ils n'ont jamais eu. Jamais.

Aujourd'hui, je vois juste qu'il y a de plus en plus de livres bizarres critiqués sur le Cafardcosmique, ce qui devrait drainer un certain public et donc une certaine critique (et ça renvoie sur amazon ; supposons que demain ça vous envoie directement sans aucune manip intermédiaire le texte payé avec paypal ?) ; ici sur actusf il y a davantage d'ouvrages coeur de cible me semble-t-il, etc. Sur fluctuat y'a un peu d'imaginaire (j'allais écrire branchouille, ce qui est injuste pour le travail de Maxence).
Etc.

Et on aura nos "favoris". Et on ira en librairie pour voir des objets, pour acheter des cadeaux. Comment le paysage se recompose ? Et si la Sf disparaissait de la librairie physique car ces lecteurs sont pas essence des acheteurs en ligne ? Et si commençaient à pousser des toutes petites libraires de bibliophiles, en même temps que les grandes enseigne baisse les bras face à l'érosion du livre papier et de la place qu'il prend, donc du coût croissant que coûte sa commercialisation ?

Aujourd'hui avec les blogs tout le monde est un peu critique ; est ce que les avis autorisés de demain, ce sont pas ceux des auteurs à succès (qui ne feront pas de critique pure) ? Est-ce que la critique la vraie, ceux qui savent, ne sera plus qu'un truc d'universitaires se comptant sur les doigts de la main.

Have fun.

GD
Modifié en dernier par GillesDumay le mer. oct. 21, 2009 4:48 pm, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Aldaran
Messages : 1900
Enregistré le : dim. sept. 23, 2007 10:25 am

Message par Aldaran » mer. oct. 21, 2009 4:45 pm

/HS
Daylon a écrit :Joseph, sache que je m'excuse, je n'ai pas le temps d'écrire mes interventions en klingon.
Et refaire des photos d'auteurs en noir et blanc et donner tes impressions sur les sons qui te traversent les oreilles, tu aurais le temps ? C'était bien quand tu le faisais...
Et cogne pas trop fort sur les non avant-gardistes, on est plein à voir d'un bon œil les deux tendances exister...
/HS
Modifié en dernier par Aldaran le mer. oct. 21, 2009 4:53 pm, modifié 1 fois.

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Re: ... sous un autre nom.

Message par GillesDumay » mer. oct. 21, 2009 4:51 pm

Akaylum a écrit :
GillesDumay a écrit :J'ai dit OK mais alors je veux pouvoir les faire ailleurs (j'ai cité La Volte, en pensant Le Bélial'), on m'a répondu "non, tu travailles en exclusivité pour Denoël, à l'exception de ton activité dans Bifrost, et ce n'est pas négociable, sauf si tu fais ça sous un autre nom".
Bon et donc ça sera sous quel autre nom, alors? Thomas Day? Gilles Solal-Cohen?

(Ouais je suis obsédé par les noms.)
Ca ne se fera pas tant que je serai chez Denoël.

GD

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Re: ... sous un autre nom.

Message par GillesDumay » mer. oct. 21, 2009 5:09 pm

systar a écrit :Qu'est-ce que c'est, aujourd'hui, un roman qui serait d'une radicale nouveauté ou originalité?
(Je te déteste vraiment quand tu poses des questions.)

Supposons que les parachronies (qui ont toujours existé, du moins depuis 1819) soit un truc nouveau, dans le sens où on prend aujourd'hui conscience qu'il y a là un vrai courant et qu'il est en un sens assez novateur de par les chocs esthétiques inédits qu'il est susceptible de produire (un peu comme le steampunk et le cyberpunk ont été novateurs au temps de leur cristallisation).
Et donc on a un nouveau jouet et on va circonscrire son aire et trouver des précurseurs, des accoucheurs, des suiveurs... C'est "nouveau" jusqu'à ce qu'arrive le gars qui réinterpréte, réinvente le truc. Il prend le machin, le retourne comme un gant et te le jette à la face.

Je suis fasciné par les auteurs qui prennent un matériel éprouvé, le polar urbain, par exemple ou le steampunk et qui le réinventent peut-être pas totalement mais profondément (je pense à L'âge des lumières de Ian R. MacLeod, je pense à Elric de Moorcock qui a l'époque de sa sortie était une "nouveauté" par bien des aspects).

Alors oui toutes les histoires ont été écrites ou presque, rédemption, amour, vengeance, adultère, coming out, etc. Mais en SF il y a une différence, de nouvelles technologies permettent d'écrire de nouvelles histoires (ou du moins des histoires ayant une part de "jamais-lu"). C'est ce qui rend ce genre à part.
On peut trouver du "jamais-lu" dans toutes les autres genres littéraire, mais il y est infiniment plus rare. Par exemple en érotisme faut se lever tôt pour produire un truc nouveau sans avoir recours justement à l'outil 'sale' de la SF.

Produire un texte "jamais lu" ou possédant une composante "jamais lue" ; ça c'est fort.
Je crois que La horde du contrevent était d'une radicale originalité au moment de sa parution. Je crois qu'il y a quelque chose de très fort dans Le déchronologue de Stéphane Beauverger. L'éditeur qui publie ces deux titres s'appelle La Volte, pas Superfusée, Hypernova, Quasar.
La Volte.
Le gant a été retourné.

GD

Verrouillé

Retourner vers « Gilles Dumay répond à vos questions »