Alain Damasio et vous...

Alain Damasio online sur Actusf

Modérateurs : Charlotte, Eric, jerome

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Appel d'air N°2

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 4:35 pm

Travis a écrit :Bonjour Alain,

Je crois savoir que tu es quelqu'un d'engagé politiquement, au vu de la situation culturelle de notre pays et des récentes expulsions, crois tu que le moment est venu pour un nouvel "Appel d'air"?

Merci à toi et comme d'habitude à Actu SF de permettre cet échange.
Salut Travis,

Le problème est qu'il faudrait faire un appel d'air par semaine et même tellement d'appels d'air que le vent dévasterait tout et laverait cette crasse, cette rongeasse pour faire mon Dantec, qui a pour nom la Sarkozie. Avec Jérome Vincent et Ugo Bellagamba, on l'a déjà évoqué. Faut-il attendre les élections de 2012 ? Peut-être pas au vu de la réforme des retraites, de l'expulsion des roms, des déchéances de nationalité, de la destruction rampante et quotidienne des services publics, du bouclier fiscal maintenu (quelle invention lexicale, chapeau, le "bouclier", protection suprême des riches)… Mais je crois moins à l'action littéraire qu'à l'action directe et il faut tout simplement descendre dans la rue, militer. Je suis fier de l'appel d'air qui avait été publié, tout à fait pertinent au regard de ce qui se passe depuis 3 ans, mais il y a sans doute des fenêtres de tir pour ça, des moments idéaux. Ta question est : maintenant ? J'avoue que, oui, ça me tenterait, maintenant, mais sous une autre forme ? Plus orale ? Davantage située sur le terrain des luttes ? Plus proche d'une forme théatrale, même SF ? À voir !

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 5:12 pm

Nébal a écrit :Salutations, citoyen.

Pour commencer, une anecdote : j'ai parmi mes fréquentations - on ne les choisit pas toutes - un certain nombre d'anarcho-squatteurs-truc. Invariablement ou presque - non, j'exagère, mais c'est au moins arrivé deux ou trois fois -, quand les susdits apprennent mon intérêt pour la science-fiction, ils me disent : "Ah ouais, ouais, on a un bouquin, là, comment il s'appelle déjà...". Moi, à tout hasard : "La Zone du dehors ?" Eux : "Ouais ! C'est ça !" Qu'est-ce que ça t'évoque ? Et que penses-tu de ce livre avec le recul ?

Et l'Appel d'air ? Du vent - aha - ou un peu plus que ça ?

Pour rester sur la - ou le - politique, où en es-tu aujourd'hui ? Ces questionnements sont-ils amenés à avoir toujours une grande importance dans ton oeuvre à venir, ou bien... ?
Ce que je pense de la zone du dehors, avec le recul ? Que c'est un livre de jeunesse, écrit entre 22 et 26 ans, avec une vraie maturité précoce en réflexion politique mais une vraie naïveté aussi dans la perception des conditions de la lutte. Ce qui est le plus difficile, c'est le "united we stand", très concrètement. Beaucoup de particules individuelles, et même dividuelles (des fractions de soi, des affects communs à beaucoup) mais très peu de mise en résonance de ces particules d'une façon efficace. Sarkozy ne devrait pas être là, ni son gouvernement, ni l'UMP : leur présence, leur hégémonie est un pur hold-up et ce hold-up, il vient de l'éclatement de la mobilisation individuelle, à gauche. Il vient de notre incapacité à constituer une masse, une force parce que le désir est multiforme et girasol alors que la peur, sur laquelle est fondée le vote de droite est unificatrice, elle fonctionne à partir du cerveau reptilien et elle soude une masse moutonnière et conservatrice.

Pour mon troisième roman, je vais revenir très fort au politique, notamment autour de la philosophie de l'argent et du vecteur argent comme plateforme d'articulation des particules individuelles. On n'a pas encore assez compris à quel point l'argent avait tout changé, tout révolutionné dans les rapports sociaux et combien le "système d'échange généralisé" à partir duquel nos sociétés sont rendus fluides explique ce qui nous arrive. Donc oui, une tentative de lecture politique nouvelle, à partir des nouvelles technologies de traçabilité et de contrôle, des nouvelles formes de gestion douce et aliénante, de l'argent comme système de conversion et de la furtivité face à tout cela, comme force de métamorphose à opposer aux métamorphoses de l'argent et de l'économie libidinale du capital.

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Lisandro for ever !

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 5:18 pm

Pete Bondurant a écrit :Cher Alain,

Dans la dernière anthologie de La Volte, tu mentionnes comme héros virtuel "Lisandro Lopez".

D'abord, c'est peu compatible avec un discours d'extrême gauche, et ensuite, cela témoigne d'un fort mauvais goût an matière de football.

Voilà. Ce n'est pas une question.

+
p
Tudieu, je peux pas laisser passer ça, Pete Bondurant !!! Lisandro, meilleur joueur de la Ligue 1 l'année dernière mais surtout, modèle absolu de sacrifice collectif, d'énergie mise au service de l'équipe, de gniaque, de hargne, de combativité argentine, avec en plus la capacité de marquer, bref l'agressivité offensive et joyeuse ! Le tout avec la grâce des contrôles orientés et une intelligence de jeu qui fait qu'avec de faibles capacités athlétiques, peu de vitesse, une taille modeste, il parvient à se hisser parmi les meilleurs. Lisandro, c'est quelqu'un de passionnant parce qu'il n'a ni la vitesse d'un Ronaldo, ni le dribble d'un Messi, ni la puissance d'un Drogba, il n'a rien pour lui et pourtant, il se hisse. Et c'est cette façon de se hisser qui m'émeut.

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 5:20 pm

arsenie a écrit :Bonjour,
j'ai été happée par "la horde", au point de le finir en apnée jusqu'à l'aube, presque sans dormir avant de partir en vacances (ouf que je n'ai pas eu à conduire!)
Je n'ai pas tout compris aux chrones - une lecture trop rapide, sans doute),
mais vous aviez laissé l'espoir de les retrouver dans un autre livre,
qu'en est-il?
Salut Arsenie,

La horde a été conçu à l'origine comme un dyptique et ce que vous avez lu n'est que le tome 1. J'écrirai le 2 un jour, plus vieux, mais pas maintenant. Maintenant, la politique m'appelle et je veux écrire un roman qui traverse l'époque, qui tente une lecture de l'époque.

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 5:28 pm

marypop a écrit :Bonjour Alain,

questions bateau sur La Horde :
- as-tu été surpris par le succès du bouquin ?
- en as-tu marre que les lecteurs (certains) ne te parlent que de ce livre alors que tu as tourné la page ?
- Que penses-tu de l'attitude assez ... "exclusive" de certains de tes fans ?
1. Oui, j'ai été surpris par le succès du livre et je continue de l'être. Je pensais que le livre aurait un succès d'estime, pour tout te dire, au moment où il est sorti, en 2004. J'avais même dit à mon éditeur qu'on en vendrait 1500, pas plus, c'est un bon chiffre pour un bon livre de SF et de très bon livres n'atteignent pas ce niveau. Alors 70 000 ! Qui l'eût cru ? Personne, ni éditeur, ni folio SF, ni l'auteur surtout. Pouquoi ? Parce que c'est un livre difficile à lire, avec une syntaxe parfois complexe, un lexique exigeant, aucune rampe d'accès, une entame qui ne facilite rien. Bref, c'est pas du easy-reading, quoi !! J'ai d'ailleurs pas mal de gens qui lâchent le bouquin dans les 30 premières pages.

2. Je n'en ai pas marre qu'on me parle du livre, mais je souffre d'être depuis 4 ans à côté de ma vertèbre, à côté de ce que je devrais faire, à savoir écrire les furtifs, mon 3e roman. Et j'ai peur de ne plus être capable d'écrire quelque chose d'aussi engagé, d'aussi intense que la horde, d'avoir vieilli, molli, d'avoir perdu ce qui faisait ma force.

3. Sur les fans, je suis assez scotché quand je reçois des photos de gens qui se sont tatoués les blasons de la horde sur le dos, en même temps c'est beau. Pour le côté exclusif, je ne sais pas, mais je pense que les gens devraient lire davantage de philo et de socio et ils seraient épatés de l'intelligence de certains livres, qui valent dix fois ce que je fais et apportent beaucoup plus.

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 5:34 pm

Toros a écrit :Cher M. Damasio,

Je ne me pencherai pas sur tout le respect et l'admiration que j'ai pour vos deux romans, mais je m'en tiens aux règles posées par ce forum, et vous pose donc deux questions...

J'ai pu lire que vous travaillez actuellement sur le scénario d'un jeux vidéo, pouvez-vous nous en dire plus ?
Cette activité vous laisse t-elle le temps de travailler sur un nouveau roman ?
Ola Toros,

Modération on
Contenu supprimé à la demande d'Alain Damasio. (Il concernait le jeu vidéo sur lequel il a travaillé).
Modération off

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 5:36 pm

Julien a écrit :Bonjour !
Je viens d'acheter le dernier recueil de nouvelles en date, "Souriez, vous êtes gérés" (je pensais qu'il sortait le 7 ?).
Comme toujours, ouvrage de la Volte très original, avec une petite présentation de chaque auteur et double couverture !
Bref, très content de vous retrouver quelque part ! Ma prof' de philosophie et son conjoint ont adoré la Zone du Dehors en tout cas !

On se retrouve aux Utopiales :)
Salut Julien,

Tu me diras si le recueil te plaît ! Je l'ai initié sur le plan politique avec Olivier Gainon, mon premier éditeur et mon plus fidèle ami. C'est conjoint avec la ligue des droits de l'homme et ça touche des thèmes extrêmement actuels, notamment sur les technos intrusives. Toujours bon à mettre dans la main des geeks béats et des adulateurs de facebooook !

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 5:38 pm

Virprudens a écrit :Bonjour Alain,

Il est 16h00. Il semblerait donc que tu ais pris ton temps pour le déjeuner. As-tu pris un café ?

Bien cordialement,
Virprudens
J'ai fait la journée terrible du bloom idéal : Leroy-Merlin, Ikéa, garage, changement de pneus, fuite d'eau, retour 17h. Ça casse le mythe, hein ? :cry:

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 5:39 pm

Transhumain a écrit :"Hello ! Is anyone here ?"
G. Romero, Dawn of the Dead.
Je croyais que c'était Pink Floyd, the Wall… Is anybody here ? Bon, ça va, I'm back. Kicking and alive.

Pete Bondurant
Messages : 231
Enregistré le : dim. nov. 23, 2008 5:47 pm

Re: Lisandro for ever !

Message par Pete Bondurant » mer. oct. 06, 2010 5:49 pm

Alain Damasio a écrit :Tudieu, je peux pas laisser passer ça, Pete Bondurant !!! Lisandro, meilleur joueur de la Ligue 1 l'année dernière mais surtout, modèle absolu de sacrifice collectif, d'énergie mise au service de l'équipe, de gniaque, de hargne, de combativité argentine, avec en plus la capacité de marquer, bref l'agressivité offensive et joyeuse ! Le tout avec la grâce des contrôles orientés et une intelligence de jeu qui fait qu'avec de faibles capacités athlétiques, peu de vitesse, une taille modeste, il parvient à se hisser parmi les meilleurs. Lisandro, c'est quelqu'un de passionnant parce qu'il n'a ni la vitesse d'un Ronaldo, ni le dribble d'un Messi, ni la puissance d'un Drogba, il n'a rien pour lui et pourtant, il se hisse. Et c'est cette façon de se hisser qui m'émeut.
C'est une façon de voir les choses. Un jeu de langage, en quelque sorte.

Il y en a un autre qui rapporterait le joueur à son coût (24 millions d'euros, le record absolu en Ligue 1), et décrirait l'OL comme un concentré de capitalisme (actions cotées en bourse, promotion d'un football d'élite, pillage des clubs modestes), bien loin des valeurs de sacrifice que vous semblez affectionner.

Mais je ne vous fais pas la leçon, je ne suis pas mieux loti. C'est le propre de l'amateur de football d'être traversé de contradictions.

Et puis, on va embêter tout le monde avec nos histoires...

+
p

Pete Bondurant
Messages : 231
Enregistré le : dim. nov. 23, 2008 5:47 pm

Message par Pete Bondurant » mer. oct. 06, 2010 5:52 pm

Alain Damasio a écrit : C'est conjoint avec la ligue des droits de l'homme et ça touche des thèmes extrêmement actuels, notamment sur les technos intrusives. Toujours bon à mettre dans la main des geeks béats et des adulateurs de facebooook !
D'ailleurs, votre nouvelle est-elle bien dans le sujet ?

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 6:43 pm

D'ailleurs, votre nouvelle est-elle bien dans le sujet ?
C'est une vraie question… Pour moi, elle est complètement dans le sujet en ce sens que l'enfer que je décris est un enfer technophile : technococon, feedbacks incessants, sécuritarisme (comme c'est près de sectarisme…), avec ces parents obnubilés par la protection de leur fille… Mais le traitement est très métaphorique et j'essaie de dissoudre la techno dans l'organique, d'en restituer les sensations masquées derrière l'écran lisse.

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Re: Lisandro for ever !

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 6:52 pm

Pete Bondurant a écrit :
Alain Damasio a écrit :Tudieu, je peux pas laisser passer ça, Pete Bondurant !!! Lisandro, meilleur joueur de la Ligue 1 l'année dernière mais surtout, modèle absolu de sacrifice collectif, d'énergie mise au service de l'équipe, de gniaque, de hargne, de combativité argentine, avec en plus la capacité de marquer, bref l'agressivité offensive et joyeuse ! Le tout avec la grâce des contrôles orientés et une intelligence de jeu qui fait qu'avec de faibles capacités athlétiques, peu de vitesse, une taille modeste, il parvient à se hisser parmi les meilleurs. Lisandro, c'est quelqu'un de passionnant parce qu'il n'a ni la vitesse d'un Ronaldo, ni le dribble d'un Messi, ni la puissance d'un Drogba, il n'a rien pour lui et pourtant, il se hisse. Et c'est cette façon de se hisser qui m'émeut.
C'est une façon de voir les choses. Un jeu de langage, en quelque sorte.

Il y en a un autre qui rapporterait le joueur à son coût (24 millions d'euros, le record absolu en Ligue 1), et décrirait l'OL comme un concentré de capitalisme (actions cotées en bourse, promotion d'un football d'élite, pillage des clubs modestes), bien loin des valeurs de sacrifice que vous semblez affectionner.

Mais je ne vous fais pas la leçon, je ne suis pas mieux loti. C'est le propre de l'amateur de football d'être traversé de contradictions.

Et puis, on va embêter tout le monde avec nos histoires...

+
p

Tu sais, comme Systar, je suis passionné par le sport et j'adore le foot que j'ai pratiqué en compétition jusqu'à 15 ans (j'étais demi-défensif). Et pour moi, discuter d'un joueur et de ce qu'il incarne, et porte, n'a rien de dérisoire. Sans être emphatique, Lisandro est un joueur qui me touche profondément, je peux regarder un match de Lyon uniquement pour suivre son placement, son pressing, ses appels de balle, ses courses à vide, sa façon d'irriguer la gniaque à ses partenaires. Lisandro est un taiseux, qui ne s'exprime que sur la pelouse, mais ce qu'il dit, nous dit, est très précieux. Son coût, le fait que l'OL soit devenu le fer de lancer du petit capitalisme à la française, qu'Aulas soit un businessman communicant très représentatif de l'époque, ça m'intéresse bien sûr mais ça ne dit rien de Lisandro, de l'aérolithe Lisandro dans ce monde où le footeux n'est qu'une marchandise vivante, très vite péremptée. Grâce à Lisandro, le foot sort de l'écrin de fric qui le sertit et redevient une quête. C'est comme ça que je le ressens.

Alain Damasio
Messages : 82
Enregistré le : ven. mars 26, 2010 12:48 am

Message par Alain Damasio » mer. oct. 06, 2010 7:12 pm

Travis a écrit :Quand tu écris, as tu des "rituels"? Est ce que tu peux écrire n'importe où ou bien seulement chez toi. Et travailles-tu en musique, si oui qu'est ce qui tourne sur ta platine pour accompagner tes créations?

Merci
Je n'ai pas de rituels mais j'ai des conditions d'énergie, sans lesquels rien de ce que je sors n'est bon. Préparer et atteindre ces hautes conditions d'énergie est plutôt lié à un état général : bonne condition physique, vélo, rando, que j'ai en moi plus de jus que ce que la position assise demande, que ça déborde, que j'ai une sorte de surplus, de gniaque en surplus quand je m'assois. j'ai vraiment besoin d'une forme d'impact, d'aborder l'écrit avec de l'impact, la volonté d'empoigner, de fendre, de traverser, une sorte de rage sage.
Je ne peux absolument pas écrire n'importe où, je suis un handicapé total à ce titre. Sans le silence, l'isolement, je ne fais rien et j'ai besoin de plusieurs heures sans aucune coupure, sans astreinte sinon je me dévide. Le rapport à la musique dépend complètement du passage à écrire. Parfois la musique m'aide, me soutient, crée une enveloppe adéquate au passage à écrire et permet de se maintenir dans la sensation (que ce soit la rage, la nostalgie, l'espoir, la vivacité, la pesanteur, le spleen, etc.) mais parfois, elle fait écran ou perturbe la sensation et là je coupe immédiatement. J'écoute essentiellement du rock, de la pop actuelle, des groupes comme Muse, Placebo, Coldplay, Noir Désir, des potes comme Sliver et Rone et beaucoup de choses de mon adolescence 80-90 : The Cure, New Order, Trisomie 21, Siouxsie, Depeche mode, Anne Clark, Pixies, Marylin Manson, les Bérus, Pj Harvey, Rammstein… Rien de très original. Ça m'arrive très rarement de boucler sur du rap, Eminem notamment, à cause du flow, qui m'intéresse. Par contre, je ne supporte pas le Jazz et je n'arrive pas à écouter du classique non plus, pas l'ADN pour. Trop bourrin pour ça. J'aime beaucoup Cat Power aussi, dans un tout autre style, j'admire énormément Cat Power.

Pete Bondurant
Messages : 231
Enregistré le : dim. nov. 23, 2008 5:47 pm

Message par Pete Bondurant » mer. oct. 06, 2010 7:27 pm

Alain Damasio a écrit : des groupes comme Muse, Placebo, Coldplay, Noir Désir.
Ça, ça casse le mythe bien plus efficacement que l'histoire d'Ikéa ! :)

Verrouillé

Retourner vers « Alain Damasio en ligne »