Page 2 sur 2

Posté : dim. juil. 22, 2018 7:48 pm
par jerome
Une interview d'Alain dans Libé sur la ZAD.
Ça me rappelle la Zone du dehors [le premier roman de Damasio, ndlr], où je décris cette capacité, sous l’apparence d’une démocratie parfaite, d’utiliser des pointes fascistes à certains moments. Michel Foucault décrit très bien les trois grands types de pouvoir : féodal, disciplinaire et normatif. On peut les aborder de façon chronologique. Le pouvoir féodal domine jusqu’aux XVIIe-XVIIIe siècles. Avec l’industrialisation, le pouvoir disciplinaire prend le pas. Et ensuite, on passe à ce régime très moléculaire, que Gilles Deleuze appelle le régime de contrôle, où on réindividualise à fond. Et ces particules individualisées, on les aimante, on les dirige avec des mécanismes subtils. Mais Foucault l’a dit : ces pouvoirs ne se succèdent pas vraiment, ils coexistent en permanence avec des dominantes à certaines époques. Et nous sommes dans une telle dominante du contrôle qu’on est toujours sidérés quand revient la composante disciplinaire. Mais elle n’a pas disparu, elle est juste sollicitée au moment où le pouvoir considère qu’on va trop loin. Et là, on a vu cette résurgence d’un coup, avec une violence qui a surpris tout le monde. Mais c’est vrai que ces images, quand on est écrivain, c’est passionnant. C’est de la bonne came pour écrire.

Posté : lun. août 20, 2018 10:05 am
par jerome
Une émission sur France Inter a réécouter : Avec Alain Damasio : que peut dire la science-fiction quand on vit déjà dans un épisode de "Black Mirror" ?
La science-fiction, c’est “la branche de la littérature qui se soucie des réponses de l'être humain aux progrès de la science et de la technologie”. Voilà ce qu’en disait l’incontournable Isaac Asimov, un peu le Larousse du genre.

Re: Alain Damasio

Posté : mar. avr. 16, 2019 4:10 pm
par jerome
La presse s'active autour de la sortie du nouveau roman d'Alain Damasio, les Furtifs.

Voici l'article des Inrocks :
Les Furtifs raconte la découverte par les hommes en 2040, dans une société autoritaire et économiquement ultralibérale, d'une espèce à la source du vivant jusque-là passée inaperçue, et la lutte acharnée de militants écolos insurrectionnels pour les sauver.

On s’imaginait un ermite hermétique et farouche. De fait, Alain Damasio n’a toujours pas de téléphone portable, par mépris pour la géolocalisation, ce qui le handicape un peu : “J’adorerais utiliser une trottinette électrique, mais je ne peux pas !” C’est pourtant un personnage énergique, enthousiaste et avenant que nous rencontrons.

Les yeux clairs et rieurs – et écarquillés, car il est curieux de savoir comment son livre est reçu –, Alain Damasio se confie sur l’attention qu’il suscite chez un public qui voit en lui une sorte de guide spirituel : “Je suis content d’avoir un espace de parole et d’écoute où je peux véhiculer des valeurs, contre la dévitalisation, pour le vivant.

Re: Alain Damasio

Posté : mar. avr. 16, 2019 4:17 pm
par jerome
Sans oublier notre interview donc

Re: Alain Damasio

Posté : mer. avr. 17, 2019 3:40 pm
par jerome
Voici ce qu'en dit le Point Pop :
Vingt ans après ses débuts dans la SF, Alain Damasio a compris où résidait la véritable force d'une société. Plus abouti que La Zone de dehors, plus optimiste et bienveillant que La Horde du contrevent, Les Furtifs est le roman de la maturité. Son vrai chef-d'œuvre.
Image

Re: Alain Damasio

Posté : jeu. avr. 18, 2019 7:25 am
par jerome
Voici une interview sur Médiapart.

Alain Damasio: «La science-fiction se doit de proposer des alternatives»

Re: Alain Damasio

Posté : jeu. avr. 18, 2019 4:18 pm
par Pontiac
jerome a écrit :
jeu. avr. 18, 2019 7:25 am
Voici une interview sur Médiapart.

Alain Damasio: «La science-fiction se doit de proposer des alternatives»
Des alternatives bolcheviques, sans doute. :lol:

Re: Alain Damasio

Posté : ven. avr. 19, 2019 12:38 pm
par PierrePaul
Et donc, Les Furtifs est troisième des ventes TOUS LIVRES CONFONDUS sur Amazon, derrière le Branco et le Hugo. Outre la rime en O, le bolchevisme semble bien se porter.

Re: Alain Damasio

Posté : ven. avr. 19, 2019 2:26 pm
par Pontiac
PierrePaul a écrit :
ven. avr. 19, 2019 12:38 pm
Et donc, Les Furtifs est troisième des ventes TOUS LIVRES CONFONDUS sur Amazon, derrière le Branco et le Hugo. Outre la rime en O, le bolchevisme semble bien se porter.
Pas étonnant. La Horde du contrevent est un monstre de la littérature tout court. Son auteur écrivant très peu, ça génère une énorme attente. Et donc, une horde d'acheteurs dès sa sortie.

Re: Alain Damasio

Posté : dim. mai 05, 2019 9:00 pm
par jerome
Le voici sur reporterre.net...
Reporterre — L’histoire se déroule en 2040, soit dans un futur assez proche. Pourquoi avoir aussi peu poussé le curseur ?

Alain Damasio — Je voulais un livre qui soit autant que possible une lecture de l’époque. Le tout petit décalage que je fais permet de rendre visibles des choses qui ne sont encore que potentielles ou latentes.

Je veux que mes livres permettent aux gens de se battre intelligemment contre ce qui ne va pas dans le système actuel. J’aime bien ce terme de Deleuze qui dit qu’on doit « entrer dans un livre comme dans une armurerie ». Pas au sens guerrier, mais au sens où tu vas pouvoir employer un certain nombre d’armes pour ta vie, ta militance, tes rapports collectifs et que tout cela t’empuissante.

Re: Alain Damasio

Posté : jeu. juin 06, 2019 8:50 pm
par Jean-Claude Dunyach
Mardi soir, grâce entre autres à l'indispensable Cathy Martin-LeGat, libraire à BDCiné, j'ai connu le plaisir pervers d'endosser le rôle du méchant désagréable, d'une violence mesquine à la limite de la mauvaise foi, face à l'ami Alain Damasio. Qui, lui, incarnait un philosophe humaniste puissant, sympathique et profondément vrai, qui défendait les idées exposées dans son superbe roman "Les furtifs" (La Volte).
Comme vous vous en doutez, c'est quand même moi qui ai gagné, en trichant un peu. Si vous ne me croyez pas, le match a été filmé :
https://vimeo.com/340694493

Je vous poutoune,

Re: Alain Damasio

Posté : mar. juil. 16, 2019 7:45 am
par jerome
J'ajoute une autre interview d'Alain.
ALAIN DAMASIO — Je suis traversé par des enjeux qui me coupent en deux. Comme beaucoup de gens, j’ai la fascination technologique et puis la répulsion, la terreur de ce que ça peut produire. La grosse difficulté est de trouver des critères pour déterminer ce que technologiquement on doit accepter ou non. Comment bâtir un art de vivre technologique ? Comment trouver un épicurisme technologique ? Épicure est le premier à distinguer les désirs vains, les désirs superflus, et les désirs fondamentaux. Si tu parviens à faire le tri entre ces désirs, tu arrives à une sorte d’existence sobre mais heureuse, épanouie. Aujourd’hui, l’épicurisme technologique, on l’attend. On a été bouffés par la vague numérique, on se débat là-dedans.