Nnedi Okorafor

Modérateurs : Travis, Charlotte, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » jeu. août 23, 2018 11:16 am

Une interview sur Just a word :)
Quelque chose de remarquable dans votre recueil de nouvelles Kabu Kabu et dans votre roman Qui a peur de la Mort ?, c’est votre volonté d’avoir des personnages féminins forts, et plus important des personnages de femmes africaines fortes.
En quoi cela est-il important pour vous dans la littérature et avez-vous noté une évolution récente à propos de la représentativité ?

Je pense que nous voyons certainement et lentement davantage de diversité dans les personnages.
C’est amusant parce que l’on ne pose jamais cette question à des écrivains mâles blancs qui écrivent à chaque fois sur des personnages mâles blancs : Pourquoi écrivez-vous des personnages mâles et blancs ? On suppose juste que c’est normal ! C’est juste comme ça, c’est logique.
Mais, quand une femme noire écrit des personnages féminins noirs, ça interroge, c’est intéressant.
Nous voyons petit à petit plus de diversité dans les personnages et davantage d’écrivains issus de la diversité écrivant ces personnages. Je pense que nous avons encore un long chemin à faire. Je pense que nous avons passé tant de siècles à voir le même type de personnage dominer au point que si vous décrivez — par exemple en tant qu’écrivain — un personnage dans votre histoire, si vous ne dites pas de quoi a l’air ce personnage, si vous ne dites pas de quelle ethnie il est, on suppose toujours que c’est un homme et qu’il est blanc, à moins que vous ne dites le contraire. Ce préjugé est fort à ce point là. J’espère que cela changera en temps voulu.
Mais ce qui est inquiétant, c’est que c’est ce que les lecteurs supposent souvent et, en tant qu’auteure, j’en ai toujours conscience et j’ai conscience que je dois décrire à fond mes personnages à de multiples reprises ou sinon on suppose qu’ils sont autre chose. C’est en train de changer mais graduellement.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mer. oct. 10, 2018 7:44 pm

Voici une interview sur Binti :)
@lenadunham: Binti is an amazing title character – a strong woman entering academia at a price. Is she based on anyone? 😉

@Nnedi: ok, so Binti is based largely on me.
at the time, i’d just accepted the position of a lifetime from the University at Buffalo. i come from an academically-gifted but insular family and they didn’t want me to go…but i went anyway.
writing Binti was me coping with all that…when things shift abruptly in the plot, that was me exploring the possibility of my family being right, that leaving was me making the worst mistake of my life. writing it made me have to work through that fear…also, i’d never written anything set in outer space. i wanted to try that, but on my terms.
Image
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » dim. oct. 21, 2018 7:43 pm

En 2019, Nnedi Okorzfor sortira son premier livre de "non fiction" : Broken Places & Outer Spaces.
Nnedi Okorafor was never supposed to be paralyzed. A college track star and budding entomologist, Nnedi’s lifelong battle with scoliosis was just a bump in her plan—something a simple operation would easily correct. But when Nnedi wakes from the surgery to find she can’t move her legs, her entire sense of self begins to waver. Confined to a hospital bed for months, unusual things begin to happen. Psychedelic bugs crawl her hospital walls; strange dreams visit her nightly. Nnedi begins to put these experiences into writing, conjuring up strange, fantastical stories. What Nnedi discovers during her confinement would prove to be the key to her life as a successful science fiction author: In science fiction, when something breaks, something greater often emerges from the cracks.

In Broken Places & Outer Spaces, Nnedi takes the reader on a journey from her hospital bed deep into her memories, from her painful first experiences with racism as a child in Chicago to her powerful visits to her parents’ hometown in Nigeria. From Frida Kahlo to Mary Shelly, she examines great artists and writers who have pushed through their limitations, using hardship to fuel their work. Through these compelling stories and her own, Nnedi reveals a universal truth: What we perceive as limitations have the potential to become our greatest strengths—far greater than when we were unbroken.
Image
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Re: Nnedi Okorafor

Message par jerome » mer. mars 27, 2019 6:41 pm

Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Re: Nnedi Okorafor

Message par jerome » dim. mai 19, 2019 6:59 pm

Un article à lire ici sur Nnedi Okorafor.
In Who Fears Death, the book on which the forthcoming HBO series is based, lead character Onyesonwu uses her powers of shapeshifting and sorcery to battle evils endemic in African conflict zones such as genocide, rape as a weapon of war, and female genital mutilation. “Onyesonwu is an unapologetic, fully-rounded character—she is loyal and loving, but also brash and impulsive,” Okorafor says. “She’s a real person with flaws and virtues that women can relate to, who has extraordinary abilities to affect change as she moves through the world.”
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Répondre

Retourner vers « Les infos sur vos auteurs »