Patrick K. Dewdney

Modérateurs : Travis, Charlotte, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin

Répondre
jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Patrick K. Dewdney

Message par jerome » mar. juin 12, 2018 5:50 pm

Patrick K. Dewdney vient de signer un roman chez Le Diable Vauvert de fantasy : L’Enfant de Poussière.

Il est en interview sur Just a Word.

Syffe est le héros de L’Enfant de Poussière. C’est un orphelin qui grandit prématurément en se retrouvant confronté à un monde d’adultes particulièrement brutal. Comment es-tu arrivé à te distinguer de l’archétype habituel de l’orphelin dans le genre fantasy ?
Je ne sais pas si j’ai la prétention de dire si j’apporte quelque chose de plus. Peut-être que mon angle de narration est vaguement différent de ce que l’on peut lire en fantasy. Il me semble pourtant que je suis, pour ce premier tome, dans un scénario assez classique de roman initiatique.
Pour éviter le cliché, j’ai misé sur la sobriété de l’univers d’une part et sur un travail autour de la langue d’autre part. La poésie m’a appris des choses très importantes sur la façon d’écrire un roman, sur ce qui est important ou pas et de quelle manière on suscite certaines choses chez le lecteur ? On peut parfois lui donner l’illusion d’avoir lu quelque chose d’extrêmement détaillé alors que c’est le lecteur qui fait le travail. Je crois que c’est cela qui arrive avec le personnage de Syffe à cause de mon travail sur la langue qui fait que l’on est sans cesse dans des choses suggérées qui renvoient par leur sonorité, par leur rythme à des éléments qui sont connus ou qui appartiennent à un inconscient collectif. En tout cas, c’est de cette façon que j’ai travaillé le récit. De là, je crois que j’arrive à dégager quelque chose d’unique parce que c’est le lecteur qui se retrouve responsable de son histoire à un certain degré. J’ai envie de dire qu’il y a autant d’histoires que de lecteurs.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » dim. nov. 18, 2018 8:15 pm

Une interview sur fantastinet
Puisque nous parlons de la volumétrie de l’œuvre, j’ai cru comprendre que tu anticipais sur 7 volumes ?

Oui. C’est conçu comme une heptalogie. Après, qu’on soit clair, je sais exactement où je vais, je connais mes axes narratifs principaux, j’ai la plupart de mes axes narratifs secondaires mais je conçois aussi l’écriture comme un processus un peu organique. La par exemple, je me retrouve dans un début de troisième tome que je n’avais pas prévu d’écrire. Je vais essayer de rassurer tout de suite, car pas mal de personnes en off ont l’air un peu inquiètes à l’idée que je puisse R.R. Martinisé, ce n’est pas le cas, tout va bien. Le cycle suit son cours tranquillement. J’écris pas beaucoup actuellement car en promo mais j’attaque l’écriture d’une partie que je n’avais pas prévu d’écrire mais ça ne change rien radicalement. Tout Va Bien.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Répondre

Retourner vers « Les infos sur vos auteurs »