Philippe Curval

Modérateurs : Travis, Charlotte, marie.m, Eric, jerome, Estelle Hamelin

Répondre
jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14707
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Philippe Curval

Message par jerome » dim. déc. 09, 2018 4:14 pm

Philippe Curval est en interview dans Usbek et Rica.

Il revient sur son parcours et sur l'évolution de la science fiction.
Vous parler d'évolution dans les thématiques abordées. Elle consiste en quoi ?

D'une part, il y a eu un mélange : la SF d'Ayerdahl, par exemple, est beaucoup plus généraliste puisqu'elle introduit le monde vivant. Il n'y a pas cette espèce de fermeture par rapport à la SF d'origine, qui se voulait rigoureuse et à forte teneur scientifique. La science-fiction française ne se focalise pas uniquement sur les sciences dures, elle intègre la sociologie, l'ethnologie, toutes les sciences humaines.

Cela a permis d'intégrer beaucoup plus d'humanité dans le récit. Comme depuis 1953, la SF a fait son oeuvre et envahit la publicité, le cinéma et même la littérature générale, on peut dire qu'elle s'est un peu dissoute dans l'imaginaire français. Et ce n'était pas gagné puisque l'une des grandes difficultés en France, c'est que les gens n'aiment pas tellement l'imagination. On le voit bien aujourd'hui, notamment au cinéma. Dès qu'il y a l'histoire d'une handicapée qui retrouve le sens de la vie à travers une expérience, les critiques sont ravis. Alors que quand on parle d'un extraterrestre qui arrive et qui a des rapports tout à fait nouveaux avec la race humaine, ça n'intéresse personne.
Image
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Répondre

Retourner vers « Les infos sur vos auteurs »