LA JUSTICE DE L'ANCILLAIRE de Ann Leckie

Modérateurs : Jean, Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome

Répondre
eleanore-clo
Messages : 53
Enregistré le : mar. janv. 09, 2007 10:22 pm
Localisation : paris

LA JUSTICE DE L'ANCILLAIRE de Ann Leckie

Message par eleanore-clo » lun. nov. 02, 2015 9:26 pm

Bonsoir

Aux États-Unis, en 2013, 11 208 personnes ont été tuées par des arme à feu (cf. : https://en.wikipedia.org/wiki/Gun_viole ... ed_to_guns ). Cette violence se retrouve dans l’ouvrage d’Ann Leckie où la vie est (très) peu de chose et où les frontières entre l’amour et la mort (Eros et Thanatos) sont inexistantes. Dans un lointain futur, la destinée humaine s’incarne dans l’expansion de l’empire radchaaï. Cet empire galactique (a minima !) est dirigé par un gestalt, l’impératrice ou l’empereur Mianaai. Par gestalt, il faut entendre que la personnalité de Mianaai est présente dans de très nombreux corps (les ancillaires), chacun étant en quelque sorte la « main » d’un « cerveau unique ». Le concept n’est pas totalement nouveau car déjà exploré par Théodore Sturgeon dans Les plus qu’humains. Le genre de l’empereur n’est d’ailleurs pas évident car Ann Leckie joue sur ce registre en féminisant tous les personnages. On va dire en étant gentil que l’auteure rend hommage à Ursula Le Guin et sa Main gauche de la nuit. Mais Leckie n’est pas Le Guin et j’avoue n’y voir qu’un féminisme creux, sans réel justification ni exploration des conséquences de cette asexualité. La même « gestaltisation » permet aux intelligences artificielles des vaisseaux spatiaux d’animer des armées de « cadavres » en les transformant en ancillaires. Mais Mianaai est schizophrène et certaines de ses composantes luttent contre d’autres, dans les prémisses de ce qui sera une guerre civile, et dont on comprend qu’elle sera au cœur des autres opus de la saga. Durant ce conflit, l’impératrice/empereur détruit un vaisseau, le Justice de Toren, dont, par miracle, une des composantes, Un-Esk, réussit à s’enfuir. L'ancillaire décide alors de se venger. L’ouvrage est centré sur la vie passée et présente d’Un-Esk.

Les références à la SF classique sont, on le voit, très présentes. Les IA des vaisseaux ne peuvent que nous rappeler Le cycle de la Culture de Ian M.Banks ; et la vengeance de Un-Esk fait écho à celle de Foyle dans Terminus, les étoiles d’Alfred Bester. Leckie brasse donc énormément de concepts, un peu à la manière d’un Simmons avec Hypérion. Mais la ressemblance s’arrête là. Les personnages de Leckie sonnent malheureusement creux. On pourrait ainsi trouver habile qu’Un-Esk oscille entre la froideur d’une IA et la chaleur d’un être humain. Sauf que ses motivations manquent de réalisme. Ainsi, Un-Esk chaperonne un autre personnage, Seivarden, et lui sauve plusieurs fois la vie sans que l’on comprenne vraiment pourquoi. De même, au début du récit, on pourrait voir dans l’ordre impérial de tuer un « gentil » lieutenant le germe de la rébellion ou plutôt de l’humanisation d’Un-Esk, sauf que ce n’est pas crédible, vu que l’IA était alors totalement inféodée à l’impératrice/empereur Mianaai. Et que dire de cette dirigeante/dirigeant d’un immense empire galactique et qui donne le coup de main, ici ou là. Certes, la multiplication des corps par le biais du gestalt multiplie ses capacités d’intervention mais on frise le ridicule avec l’absence de tout gouvernement ou relais de pouvoir. Louis XIV avait quand même Colbert ! La schizophrénie de Mianaai est par ailleurs explorée très superficiellement, à coup d’armes, alors qu’on aurait pu imaginer un dialogue ou une souffrance. De même, la solitude d’Un-Esk est totalement passée sous silence. Et l’ultime rebondissement, lorsque l’IA d’un nouveau vaisseau choisit, la larme à l’œil, Un-Est comme capitaine, est risible voire même mièvre.

A contrario, la narration est ingénieusement construite. Deux trames, une située « aujourd’hui » et l’autre 20 ans avant, progressent en parallèle. Et le présent et le passé d’Un-Esk convergent dans les dernières pages du roman lorsque l’auteure nous dévoile les clés de son intrigue.

Le style est peu rugueux sans que je sache si cela est dû à la traduction de Patrick Marcel ou au style de Leckie. Le lecteur doit clairement surmonter l’obstacle de la féminisation de tous les noms mais, on s’y habitue vite. Mais surtout, de nombreuses phrases sonnent étrangement, comme, par exemple, en page 23 : « Pour l’heure, l’air du temple bruissait faiblement dans un coin des prières susurrées par une douzaine de fidèles ». Le titre lui-même pose souci. En français (cf. dictionnaire de l’académie française : http://atilf.atilf.fr/academie9.htm (1)ANCILLAIRE (les deux l se prononcent sans mouillure) adj. XIXe siècle. Emprunté du latin ancillaris, dérivé de ancilla, « servante ». Relatif aux servantes. Soucis ancillaires. Souvent iron. Amours ancillaires, liaisons avec des servantes), ancillaire est un adjectif faisant référence aux servantes alors qu’en anglais (dictionnaire Oxford http://www.oxforddictionaries.com/defin ... /ancillary), ancillary est un adjectif ou un substantif faisant référence à des assistants.

Au final, je suis extrêmement déçue par ce roman, brillant mais par trop glacial. Les personnages sont peu attachants et leur comportement étrange. Au final, l'émotion n'y est pas. Le NSA (Nouveau Space Opera) a livré du bon (par exemple le très noir Cycle des Inhibiteurs d’Alastair Reynolds) et du moins bon (le très baroque Algébriste de Ian M.Banks). Il me semble qu’on peut classer La justice de l’ancillaire dans cette dernière catégorie. Cet avis n’est cependant pas partagé car l’ouvrage a rassemblé les suffrages d’une quantité impressionnante de jurys : Hugo du meilleur roman 2014, Arthur C. Clarke 2014, Locus du meilleur premier roman 2014, Nebula 2013 et British Science Fiction 2013 !

Cordialement
Eléanore-clo

Avatar du membre
Pontiac
Messages : 1691
Enregistré le : jeu. avr. 02, 2009 8:41 am
Localisation : Lyon

Re: LA JUSTICE DE L'ANCILLAIRE de Ann Leckie

Message par Pontiac » mer. nov. 04, 2015 11:48 pm

eleanore-clo a écrit :Cet avis n’est cependant pas partagé car l’ouvrage a rassemblé les suffrages d’une quantité impressionnante de jurys : Hugo du meilleur roman 2014, Arthur C. Clarke 2014, Locus du meilleur premier roman 2014, Nebula 2013 et British Science Fiction 2013 !
Les "gens de Gauche" n'ont pas besoin de faire de campagne de pression pour faire gagner leurs livres. :lol:
~~~~~~~~~~~~~~~~

Avatar du membre
kibu
Messages : 2901
Enregistré le : mer. mars 08, 2006 3:54 pm

Message par kibu » ven. nov. 06, 2015 8:51 am

"Ils" ont besoin de quoi ?
A l'envers, à l'endroit

Ô Dingos, ô châteaux

Avatar du membre
kibu
Messages : 2901
Enregistré le : mer. mars 08, 2006 3:54 pm

Message par kibu » ven. nov. 06, 2015 8:54 am

Image
A l'envers, à l'endroit

Ô Dingos, ô châteaux

Avatar du membre
Pontiac
Messages : 1691
Enregistré le : jeu. avr. 02, 2009 8:41 am
Localisation : Lyon

Message par Pontiac » ven. nov. 06, 2015 6:10 pm

J'ai lu plus d'une centaine de pages et pour l'instant, rien ne justifie tous ces prix.
~~~~~~~~~~~~~~~~

Avatar du membre
Hoêl
Messages : 4288
Enregistré le : mer. mars 04, 2009 5:20 pm
Localisation : GREAT NORTH

Message par Hoêl » sam. nov. 07, 2015 2:26 pm

kibu a écrit :Image
Ca ne se fait pas de poster des photos de chats mineurs... ça évoque trop Lolita...
"Tout est relatif donc rien n'est relatif !"

Soleil vert
Messages : 458
Enregistré le : mar. déc. 26, 2006 2:17 am

Message par Soleil vert » sam. nov. 07, 2015 6:29 pm

Image

Avatar du membre
Pontiac
Messages : 1691
Enregistré le : jeu. avr. 02, 2009 8:41 am
Localisation : Lyon

Message par Pontiac » dim. nov. 08, 2015 1:45 pm

Hoêl a écrit :
kibu a écrit :Image
Ca ne se fait pas de poster des photos de chats mineurs... ça évoque trop Lolita...
Comparaison tirée par les cheveux. Mais je n'au rien lu qui rapproche ce livre de celui d'Ann Leckie.
~~~~~~~~~~~~~~~~

Soleil vert
Messages : 458
Enregistré le : mar. déc. 26, 2006 2:17 am

Message par Soleil vert » mer. juil. 05, 2017 7:45 pm

Premier chapitre de la version Poche :

Page 15 :"qu' est ce que vous voulez, a grondé la marchand". Féminisation ou pas quelle élégance dans la langue de Chateaubriand.

Page 18 : "Tirer Sveirarden de la neige m'avait coûté du temps et de l'argent dont je m'aurais du mal me passer"

Commence bien ...

07/2017.Jet de l' éponge à la page 87. La féminisation des mots masculins, le pitch en flash black ne m'ont pas inspiré, mais je n'ai peut être pas fait l'effort nécessaire.

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » jeu. nov. 16, 2017 9:37 pm

Autant je récuse les procédures d'apartheid linguistique que sont la féminisation des noms de fonction quand exercés par des femmes qualifiées de ce fait de non-hommes ou l'écriture exclusive qui vise le même but sexiste, autant je n'ai pas le moins du monde été géné par l'emploi systématique du second genre grammatical de façon épicène. Lis les livres de Leckie, je ne les crois pas différentialistes, mais bien constructivistes (la forme égalitaire et non-séparatiste du féminisme).
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Avatar du membre
Byrautor
Messages : 77
Enregistré le : sam. janv. 13, 2007 10:44 am
Localisation : IdF
Contact :

Message par Byrautor » ven. mai 18, 2018 8:08 pm

500 pages à la première personne, c'est épuisant pour le lecteur et l'auteur !
Enfin pour ce que j'ai pu en lire c'est plus un casse tête qu'un loisir.
On saucissonne maintenant partout, en littérature, au cinéma, en TV.
Merci pour la mémoire, il est vrai que pour lire de tels ouvrages il faut être courageux.
D'accord, ça ne mérite pas les prix qu'il a reçus, qui accrédite la thèse des groupes de pression.
Pontiac a écrit :
eleanore-clo a écrit :Cet avis n’est cependant pas partagé car l’ouvrage a rassemblé les suffrages d’une quantité impressionnante de jurys : Hugo du meilleur roman 2014, Arthur C. Clarke 2014, Locus du meilleur premier roman 2014, Nebula 2013 et British Science Fiction 2013 !
Les "gens de Gauche" n'ont pas besoin de faire de campagne de pression pour faire gagner leurs livres. :lol:
J(e)' (n)'en ai rien retenu.
Bon courage
http://www.vegafed.com
L'Espoir est le soleil de l'Esprit

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » ven. juin 15, 2018 8:17 am

Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Byrautor
Messages : 77
Enregistré le : sam. janv. 13, 2007 10:44 am
Localisation : IdF
Contact :

Message par Byrautor » ven. juin 15, 2018 11:07 am

Je signale cet article : How Ann Leckie’s Ancillary Justice Avoids the Dreaded Infodump

à retenir :
Ideally, your story will charm them enough that they lose track of time and hang out with you until you both suddenly realize that the restaurant has closed, all the other diners have left, and an annoyed busboy has to unlock the front door to let you out.

Idéalement, votre histoire les charmera suffisamment pour qu'ils perdent le fil du temps et traînent avec vous jusqu'à ce que vous vous aperceviez soudainement que le restaurant est fermé, que tous les autres clients sont partis, et qu'un chauffeur agacé doit ouvrir la porte d'entrée pour vous laisser en dehors.

Il y en a qui ont de la chance !
:D[/quote]
http://www.vegafed.com
L'Espoir est le soleil de l'Esprit

Avatar du membre
Hoêl
Messages : 4288
Enregistré le : mer. mars 04, 2009 5:20 pm
Localisation : GREAT NORTH

Message par Hoêl » mer. juin 20, 2018 8:08 am

Je ne comprends pas ton acharnement contre ce bouquin, en tout cas, pour ma Pomme, la trilogie est très réussie malgré quelques passages un peu mièvres dans le troisième tome.
"Tout est relatif donc rien n'est relatif !"

Répondre

Retourner vers « Vos dernières lectures »