Gilles Dumay online

Gilles Dumay sera l'invité du forum Actusf lundi, mardi et mercredi 19, 20 et 21 octobre

Modérateurs : Charlotte, tom, Eric, jerome

Verrouillé
jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14674
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Gilles Dumay online

Message par jerome » ven. oct. 16, 2009 2:33 pm

Gilles Dumay est le directeur de la collection Lunes d'Encre chez Denoël depuis ses débuts il y a 10 ans.

Une collection prestigieuse et incontournable en France pour tous les amateurs de science fiction.

Une collection qui accueille dans ses rangs des auteurs comme Robert Charles Wilson, Christopher Priest, Philip K.Dick, Issac Asimov, Tim Powers, Gene Wolfe, Hal Duncan et des français comme Catherine Dufour, Serge Lehman ou Norbert Merjagnan.

La collection a deux grosses actualités en cet automne 2009. D'abord elle fête ses 10 ans. Ensuite sort l'anthologie Retour sur l'Horizon de Serge Lehman, une anthologie événement.

Autant de raisons d'inviter Gilles Dumay a discuter avec vous les internautes du forum pendant trois jours, pour que vous puissiez lui poser toutes vos questions.

Rendez-vous lundi matin !
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14674
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. oct. 19, 2009 9:24 am

Bonjour Gilles

J'ouvre le bal des questions :-)

Au bout de 10 ans, quel bilan fais-tu de la collection Lunes d'Encre ?

Quels sont les livres qui ont été selon toi les plus importants dans la collection ?

Comment choisis-tu les titres que tu publies ? Et as-tu les mêmes critères de choix aujourd'hui qu'il y a dix ans ?
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » lun. oct. 19, 2009 9:26 am

Dans la même veine, est-ce que tu peux nous retracer ton parcours chez Denoël ? Comment tu es arrivé dans cette auguste maison, et comment tu as su y imprimer ta marque ?
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Avatar du membre
Don Lorenjy
Messages : 1442
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 9:03 am
Contact :

Message par Don Lorenjy » lun. oct. 19, 2009 9:37 am

Bonjour Gilles,

Question un peu bilan aussi (mais dont la réponse peut être oui/non) : avec tes 10 ans d'expérience, des succès et des échecs,
arrives-tu mieux à repérer les livres qui trouveront un large public
et - question à 100 balles - la façon de les présenter (titre/couverture/communication...) pour qu'ils arrivent justement à toucher ce public ?
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons

Avatar du membre
Sillage
Messages : 89
Enregistré le : jeu. juin 12, 2008 11:25 am

Message par Sillage » lun. oct. 19, 2009 9:41 am

Bonjour

Qu'est ce que vous n'aimez pas dans la S-F ? ....Mouais, question étrange....!!..... Quel est pour vous l'auteur de référence de ces 15 dernières années, tout pays confondu, toute collection confondue ?
Est-ce que vous allez développer les livres électroniques ? Pensez-vous qu'il y a un avenir certains avec cette nouvelle possibilité de diffusion ?

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » lun. oct. 19, 2009 9:44 am

Bonjour Gilles,

Personnellement, c'est ton parcours antérieur à Denoël que je souhaiterais éclairer. Qu'étaient donc les éditions Orion, et quelle y était ta place?
Tu as aussi réalisé les couvertures pour Etoiles Vives. Et maintenant plus rien en matière d'illustration. Pourquoi?

A+

Patrice

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » lun. oct. 19, 2009 9:54 am

jerome a écrit :Bonjour Gilles

J'ouvre le bal des questions :-)

Au bout de 10 ans, quel bilan fais-tu de la collection Lunes d'Encre ?


Bonjour Jérôme,

Je suppose que le "bilan" est le passage obligé...

Sur le plan littéraire, je trouve le bilan plutôt bon, quand on regarde le catalogue de la collection il y a vraiment de bons titres, des nouveautés, des classiques publiés dans de bonnes conditions, des choses inclassables qui n'ont pas marché mais que je regrette pas d'avoir publié. Il y aussi des livres qui ont rien à faire là (Resident Evil, eXistenZ) mais bon il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas de conneries et ces erreurs ont été en fait plutôt profitables, elles me montrent jusqu'où je suis prêt à aller aujourd'hui, et jusqu'où j'étais prêt à aller il y a dix ans. Beaucoup de choses se sont passées entre eXistenZ et Vélum, par exemple.

Sur le plan commercial, la collection est dans une sorte d'impasse. Elle a connu un tunnel de vingt titres déficitaires après Spin, les résultats au 30 septembre 2009 sont catastrophiques, je ne vois pas d'autre mot, avec un taux de retours qui a bondi à 37% et un ratio tirage/vente qui est de 44% alors qu'il faut que je fasse 66% pour tenir mon budget. C'est la pire crise traversée par la collection en dix ans. Axis devrait faire remonter mes stats, mais ça ne suffira pas. La promo des dix ans, peut-être... On verra ça au 31 décembre.
jerome a écrit :Quels sont les livres qui ont été selon toi les plus importants dans la collection ?


En n'en prenant qu'un par an :
Elle qui chevauche les tempêtes (1999)
La magnificence des oiseaux (2000)
Le Prestige (2001)
Mother London (2002)
Les Chronolithes (2003)
La Guerrière oubliée (2004)
La Séparation (2005)
Le Royaume Blessé (2006)
Spin (2007)
Vélum (2008)
Roi du matin, reine du jour (2009)

Si je ne devais en garder qu'un j'hésite entre Le Prestige et Vélum.

Mais bon, c'est comme pour les enfants, c'est toujours malsain d'avoir un préféré. Le diable est dans les détails, je préfère considérer la collection ou les auteurs que j'y publie.
jerome a écrit :Comment choisis-tu les titres que tu publies ? Et as-tu les mêmes critères de choix aujourd'hui qu'il y a dix ans ?
C'est une alchimie délicate entre ce que j'aime et qui peut rapporter de l'argent (WIlson), ce que j'aime et qui n'en rapportera probablement jamais (Duncan) et ce qu'il faut que je publie car Denoël a une histoire avec la science-fiction, longue de 55 ans maintenant.

Sinon ce que j'aime aujourd'hui (en tant que lecteur) n'a pas grand chose à voir avec que j'aimais il y a dix ans. Disons que je suis devenu très sensible, trop sensible pour être tout à fait clair, au style.

GD

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » lun. oct. 19, 2009 9:55 am

Bonjour Gilles

D'abord, un grand merci et bravo pour ton travail chez Denoël (et ailleurs). Une direction vraiment stable, avec une vraie ligne éditoriale et de vrais choix qui sont faits, le soutien apporté aux auteurs, etc. Bref, un authentique travail d'éditeur, voilà qui est précieux, voire indispensable dans un monde (l'édition) où de l'extérieur, on a une impression (peut-être à tort) d'instabilité croissante, de jeu de chaises musicales permanent (à peine a-t-on mémorisé le nom d'un directeur(trice) de collection qu'il a changé!). Donc, bravo!
Mes questions vont porter sur l'avenir du livre papier face au livre électronique.
Jusqu'à il y a très, très peu de temps, c'était un truc lointain, d'un monde futur, voire un autre monde (les romans, les "fictions" en gros ne semblaient guère concernés, par exemple). C'était juste un domaine de discutions foireuses et sans fin (et amusantes). Mais j'ai l'impression que tout s'accélère prodigieusement: les nouveau "lecteurs" arrivent, ils sont étonnants, ça ne rigole plus. Enfin, j'en ai très nettement l'impression.
Mes questions:
Dans ta maison d'édition, quelle est la philosophie de l'approche du sujet, et quelle est la politique menée (pas dans les détails... mais en gros, car je suppose que ce n'est pas forcément destiné à être entièrement public).
Quelle-est ta position personnelle? (entre "Je j'en fous et je fais comme si ça n'existait pas" et "Grands dieux! c'est une révolution prodigieuse et terrible, et il faut agir avec force!") Peut-être (même sans doute...) n'as-tu pas de "pouvoir" de décision à ce niveau, mais comment vois-tu les choses?

Amitiés
Joseph

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » lun. oct. 19, 2009 10:00 am

Eric a écrit :Dans la même veine, est-ce que tu peux nous retracer ton parcours chez Denoël ? Comment tu es arrivé dans cette auguste maison, et comment tu as su y imprimer ta marque ?
Bonjour Eric,

Durant l'été 98, alors que je dirigeais Orion Editions et communication (qui publiait les livres Etoiles Vives), Olivier Rubinstein, sur le conseil de Marion Mazauric, m'a appelé pour qu'on se rencontre. Il venait de reprendre la direction de Denoël et cherchait quelqu'un pour prendre la suite de Serge Brussolo qui avait très brièvement dirigé « Présence du futur ». Il m'a aussi proposé de m'occuper du polar et des thrillers, ce que j'ai refusé (quel crétin !).
J'ai pris la direction de « Présence du futur » en croyant pouvoir "sauver" la collection, mais j'ai très vite compris que j'étais là pour l'enterrer. Après un premier clash (lettre de démission et tout le bazar qui va avec), je me suis laissé convaincre d'enterrer "Présence du futur", de lancer "Lunes d'encre" (qui était déjà budgétée) et de participer au lancement de "Folio-SF".

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » lun. oct. 19, 2009 10:10 am

GillesDumay a écrit : Bonjour Eric,
Oops.... Feu de l'action toussa, toussa.

Bonjour Gilles...

Tu parles d'"un premier clash" avec Olivier Rubinstein, et par ailleurs, tu ne fais pas mystère qu'il y en a eu d'autres. On a néanmoins l'impression d'un respect mutuel et d'une confiance renouvelée de la part de ta direction.

Au bout de dix ans, quelle place as-tu réussi à te faire chez Denoël ?
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » lun. oct. 19, 2009 10:22 am

Don Lorenjy a écrit :Bonjour Gilles,

Question un peu bilan aussi (mais dont la réponse peut être oui/non) : avec tes 10 ans d'expérience, des succès et des échecs,
arrives-tu mieux à repérer les livres qui trouveront un large public
et - question à 100 balles - la façon de les présenter (titre/couverture/communication...) pour qu'ils arrivent justement à toucher ce public ?
Bonjour Laurent,

Je suis toujours béat d'admiration devant les gens qui savent à coup sûr ce qui va marcher ou ne va pas marcher. D'autant plus béat que je n'ai encore jamais rencontré personne qui sait vraiment. (Après coup, c'est toujours plus facile).

Quand je suis arrivé chez Denoël, j'ai "vendu" la trilogie de Barry Hughart à tout le monde en disant que c'était du Terry Pratchett en Chine, que ça allait tout déchirer, etc. Plusieurs personnes chez Denoël ont lu le premier et adoré. Y'avait du grip, j'étais aux anges.
J'en rigole maintenant, mais à l'époque quand j'ai vu venir le four, j'en menais pas large.
C'est injuste, c'est incompréhensible, mais c'est le monde du livre.

Je ne promets plus rien à qui que ce soit dans la boîte où je travaille ; je présente les livres en disant
1/ J'adore ! Faut le faire ; ça coûte 3000 euros à l'achat et 11 000 euros en trado
ou
2/ C'est le nouveau Tartenpion, on publie Tartenpion depuis 2003 et celui est bien, pas génial, mais bien. Faut le faire.
ou
3/ Ca me semble commercial, on est plusieurs sur le coup, que fait on ? Ca va coûter 8000 euros d'à-valoir après enchères et 7000 euros à la traduction. A mon avis faut le faire.

Quant aux couvertures ? On va faire 36 pages pour arriver à la conclusion que quoi que tu fasses, du moment que c'est "adapté", il y en a la moitié qui déteste, l'autre moitié qui adore. Et évidemment tout le monde a raison.

Au-delà de mes goûts (qui tendent vers le travail de Daylon et Lasth, par exemple), mon critère c'est plutôt "est-ce que ça fonctionne ?". Mais je ne suis jamais sûr, avant, pendant et après. Et par conséquent, je cède très facilement face à mon patron, à mes commerciaux, s'ils ont une opinion négative très marquée. Ca fait partie du jeu de se "tromper" sur les couvertures.

Sur Outrage et Rébellion, il y avait deux options :
Une bonne et une bonne.
La première était de demander à Manchu de représenter Shangai dans 300 ans.
La seconde était de demander à Daylon d'illustrer le texte, et de chercher une image "originale"
Ce sont deux projets très différents, mais qui n'ont pas la même destination : le premier, c'est dire aux lecteurs de SF : Ce livre est pour vous (ce qui est faux d'une certaine façon, tout en étant une démarche commerciale sans doute payante). le second c'est de dire aux lecteurs qui aiment l'image : ce livre est pour vous (tout en sachant que certains vont adorer l'image et détester le livre, ou inversement).

On peut se complaire à enfermer les couvertures dans la sempiternelle série de clichés SF (ou fantasy) ; commercialement c'est sans doute payant. Mais moi ça ne me suffit pas, je veux essayer des tas d'autres choses, emprunter d'autres pistes.

GD

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » lun. oct. 19, 2009 10:34 am

Lensman a écrit :Bonjour Gilles

Mes questions vont porter sur l'avenir du livre papier face au livre électronique.
Jusqu'à il y a très, très peu de temps, c'était un truc lointain, d'un monde futur, voire un autre monde (les romans, les "fictions" en gros ne semblaient guère concernés, par exemple). C'était juste un domaine de discutions foireuses et sans fin (et amusantes). Mais j'ai l'impression que tout s'accélère prodigieusement: les nouveau "lecteurs" arrivent, ils sont étonnants, ça ne rigole plus. Enfin, j'en ai très nettement l'impression.
Mes questions:
Dans ta maison d'édition, quelle est la philosophie de l'approche du sujet, et quelle est la politique menée (pas dans les détails... mais en gros, car je suppose que ce n'est pas forcément destiné à être entièrement public).
Quelle-est ta position personnelle? (entre "Je j'en fous et je fais comme si ça n'existait pas" et "Grands dieux! c'est une révolution prodigieuse et terrible, et il faut agir avec force!") Peut-être (même sans doute...) n'as-tu pas de "pouvoir" de décision à ce niveau, mais comment vois-tu les choses?
Bonjour Joseph,

C'est marrant, à chaque interview que je donne pour les dix ans de Lunes d'encre cette question revient.
Au jour d'aujourd'hui, sur Lunes d'encre, la demande en livre électronique est nulle ou presque.
Cela dit, chez Gallimard on prépare depuis presque dix ans ce passage à l'électronique et depuis quelques mois, on sent que les choses sérieuses commencent.

La position des professionnels français me semble schizophrène : ils sentent bien qu'ils ne pourront pas y échapper, mais il font tout pour ralentir le truc, alors que c'est probablement "le premier qui va gagner" - Amazon ou Google. C'est pas mon domaine, je ne sais à ce sujet que ce qu'on m'en dit dans les couloirs. Mais ça bosse, au niveau de la diffusion (il faut que le livre électronique soit présent dans les librairies physiques), au niveau de l'éditorial, du commercial, etc.

Je suis un des derniers éditeurs de la maison Denoël qui n'a pas de liseuse, pour la bonne raison qu'il faudrait que je la paye avec mes sous, et bon pour le moment j'ai autre chose à faire de mon argent. Mais je vais y passer tôt ou tard (j'attends le modèle ou on pourra annoter les textes) puisque les agents ne m'envoient plus de livres, mais des fichiers (que j'imprime pour les passer à mon lecteur).

GD

Avatar du membre
Don Lorenjy
Messages : 1442
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 9:03 am
Contact :

Message par Don Lorenjy » lun. oct. 19, 2009 10:40 am

GillesDumay a écrit : On peut se complaire à enfermer les couvertures dans la sempiternelle série de clichés SF (ou fantasy) ; commercialement c'est sans doute payant. Mais moi ça ne me suffit pas, je veux essayer des tas d'autres choses, emprunter d'autres pistes.

GD
Comme je te comprends ! (et merci pour cette réponse étayée)

Et en termes de communication, est-ce de ton ressort chez Denoël ou sous la seule responsabilité des commerciaux ?
Penses-tu qu'il y ait de nouvelles pistes à creuser (ce qu'Erion appelle de ses vœux répétés, et peut-être à juste titre) ?

Je viens de voir dans les gares parisiennes le matraquage d'affiches pour le nouveau Loevenbruck : un résultat équivalent est-il envisageable avec moins de budget ?
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » lun. oct. 19, 2009 10:41 am

Merci, Gilles
Effectivement, l'impression schizophrénique est là... (enfin, à moi ça me rappelle plutôt le rendez-vous chez le dentiste qu'on repousse très, très stupidement...); ça va être curieux...
Oncle Joe

GillesDumay
Messages : 654
Enregistré le : sam. oct. 03, 2009 8:30 pm

Message par GillesDumay » lun. oct. 19, 2009 10:50 am

Sillage a écrit :Bonjour
Qu'est ce que vous n'aimez pas dans la S-F ?
Bonjour Sillage,

Quand je lis de la SF je ne la lis pas avec les outils critiques habituels du genre, j'en ai bien conscience, et je crois que c'est de là que vient l'originalité de Lunes d'encre et le caractère atypique de mes goûts. Je suis dur avec ce genre, exigeant, et exigeant au niveau des traductions. Ce qui m'intéresse c'est la littérature, et la SF fait partie de la littérature comme le polar, le roman historique. Je ne considère pas la SF en bloc en disant "j'adore la SF" ou "je déteste la SF", je suis plutôt conscient que j'aime beaucoup certains livres de SF : Smilla ou l'amour de la neige de Peter Hoeg, les deux premiers Dune, Seigneur de lumière, Un Cantique pour Leibowitz, Baleinier de la nuit, etc.

Et ce que j'aime le plus dans ce genre ce sont plutôt les nouvelles et novellae ; la SF a su produire quantité de nouvelles "parfaites" comme Déchiffrer la trame de Jean-Claude Dunyach ou HPL de Roland C. Wagner.

Tout ça pour arriver à votre question "ce que je n'aime pas dans la SF" : souvent son style, trop pauvre. Si le style est pauvre, les idées doivent tout sauver, comme chez Greg Egan. Je ne lis quasiment plus de SF qui se passe dans l'espace, car ce futur-là relève à mes yeux de la fantasy et ne pose plus à mon sens les bonnes questions.
Sillage a écrit :Quel est pour vous l'auteur de référence de ces 15 dernières années, tout pays confondu, toute collection confondue ?
Sur le plan de SF, j'hésite entre Ian McDonald et Greg Egan. Disons que la somme de ces deux-là montre que ce genre littéraire a encore beaucoup à offrir.

GD

Verrouillé

Retourner vers « Gilles Dumay répond à vos questions »