Salon du livre = les foires aux auteurs bestiaux ?

Modérateurs : Jean, Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome

Avatar du membre
Hoêl
Messages : 4288
Enregistré le : mer. mars 04, 2009 5:20 pm
Localisation : GREAT NORTH

Message par Hoêl » mar. sept. 28, 2010 8:53 am

Un auteur pro , ça signifie qu'il gagne sa vie exclusivement avec ce qu'il écrit ?
Parce que dans ce cas , ça fait pas des masses...
"Tout est relatif donc rien n'est relatif !"

Avatar du membre
Don Lorenjy
Messages : 1442
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 9:03 am
Contact :

Message par Don Lorenjy » mar. sept. 28, 2010 9:02 am

Hoêl a écrit :Un auteur pro , ça signifie qu'il gagne sa vie exclusivement avec ce qu'il écrit ?
Parce que dans ce cas , ça fait pas des masses...
Pas des masses de pro ? Ou pas des masses de thune ?
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons

Avatar du membre
Virprudens
Messages : 1550
Enregistré le : mer. févr. 07, 2007 11:34 am
Localisation : Exception raised

Message par Virprudens » mar. sept. 28, 2010 9:09 am

Hoêl a écrit :Un auteur pro , ça signifie qu'il gagne sa vie exclusivement avec ce qu'il écrit ?
Parce que dans ce cas , ça fait pas des masses...
Qu'il commence déjà par écrire 7h par jour (il a droit au 35h). Après on verra.
Les heures passées à glander sur le net ne comptent pas.
- Please, be polite.
- Go fuck yourself.

Avatar du membre
Hoêl
Messages : 4288
Enregistré le : mer. mars 04, 2009 5:20 pm
Localisation : GREAT NORTH

Message par Hoêl » mar. sept. 28, 2010 9:13 am

Don Lorenjy a écrit :
Hoêl a écrit :Un auteur pro , ça signifie qu'il gagne sa vie exclusivement avec ce qu'il écrit ?
Parce que dans ce cas , ça fait pas des masses...
Pas des masses de pro ? Ou pas des masses de thune ?
Les 2 , mon capitaine !
"Tout est relatif donc rien n'est relatif !"

Avatar du membre
Erion
Messages : 5025
Enregistré le : sam. oct. 21, 2006 10:46 am

Message par Erion » mar. sept. 28, 2010 9:27 am

Hoêl a écrit :Un auteur pro , ça signifie qu'il gagne sa vie exclusivement avec ce qu'il écrit ?
Parce que dans ce cas , ça fait pas des masses...
Auteur pro, ca signifie qu'il est dans une relation de fournisseur à client avec son éditeur, et pas dans une relation d'esclave à maître.
"There's an old Earth saying, Captain. A phrase of great power and wisdom. A consolation to the soul, in times of need : Allons-y !" (The Doctor)
http://melkine.wordpress.com/

Avatar du membre
LDavoust
Messages : 62
Enregistré le : mar. avr. 06, 2010 12:56 pm
Localisation : À la verticale d'Atlantis
Contact :

Message par LDavoust » mar. sept. 28, 2010 9:35 am

Pour moi, la différence entre une intervention payée et la signature se situe dans... l'intervention. Dans le premier cas, on invite un auteur pour qu'il parle; en théorie, il a donc un savoir à transmettre et c'est sa compétience qui justifie le déplacement. Comme pour un atelier d'écriture, ou le cours d'un prof.

Payer l'auteur dans le second cas me paraît franchement injustifiable. Défrayer son déplacement me semble la moindre des choses - ou alors, l'auteur se déplace à ses frais en profitant de la proximité de l'événement ou d'un autre déplacement, et c'est lui que ça regarde. Au-delà, non. Ces métiers ont un aspect financier indéniable (il faut manger et payer le toit) mais ils ne se fondent pas uniquement sur l'argent; la relation avec le lectorat, comme dit Mizio, est pour moi le coeur de ces rencontres, et surtout faire connaissance avec ceux qu'on n'aurait pas touchés autrement.

Après, c'est sûr qu'il y a un côté loterie - parfois, ça marche du tonnerre, et parfois pas du tout alors que toutes les conditions sont réunies. J'ai envie de dire: c'est le jeu, ma pauvre Lucette, comme les ventes d'un livre se font, ou ne se font pas. Oui, on prend le risque de voir passer deux personnes comme cinquante dans une journée; ma foi, il faut y aller en y étant conscient. Si on n'est pas à l'aise dans cet exercice, personne ne vous oblige à le faire.

Mizio n'a cependant pas tout à fait tort sur le côté foire aux bestiaux qu'on éprouve parfois, coincé derrière la table, à lancer des sourires et des bonjours au gens qui passent et ne vous adressent d'une grimace de dégoût en comprenant que vous écrivez de l'imaginaire avant de s'enfuir. C'est vrai, c'est démoralisant. Faut un peu de courage pour rester souriant et disponible toute la journée dans ces conditions. Mais c'est le jeu aussi, ma pauvre Lucette, et j'ai envie de dire davantage: être disponible, c'est aussi le métier. Quand on publie, on sait que certains n'aimeront pas ce qu'on fait. Aller en dédicace, c'est prendre le risque de tomber dessus. Ben oui. C'est pas pour eux qu'on vient: c'est pour ceux avec qui la rencontre se fera.
Virpurdens a écrit :Un auteur pro, une balle.
Tu n'es pas assez progressiste. J'ai un meilleur programme: une phrase à l'emporte-pièce, une balle.
Qu'il commence déjà par écrire 7h par jour (il a droit au 35h). Après on verra.
Ah ouais?
J'aimerais bien avoir déjà droit aux 50h.

D'autre part, Raymond Feist m'a dit aux Imaginales: "staring in empty space is work". J'entends déjà hurler les "olol² Feist çay deu la mayrde", n'empêche qu'avec la carrière qu'il a, je crois qu'il sait vaguement à quoi ressemble le métier d'écrivain.

Sans compter que comme ça a été rappelé, un auteur a souvent un boulot à côté pour vivre. Si on parlait de la couverture sociale des auteurs américains de l'âge d'or, par exemple?
"Comparé au métier d'écrivain, celui de joueur de courses est une occupation stable et sûre." - John Steinbeck
http://lioneldavoust.com

Avatar du membre
Don Lorenjy
Messages : 1442
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 9:03 am
Contact :

Message par Don Lorenjy » mar. sept. 28, 2010 9:44 am

Erion a écrit :
Hoêl a écrit :Un auteur pro , ça signifie qu'il gagne sa vie exclusivement avec ce qu'il écrit ?
Parce que dans ce cas , ça fait pas des masses...
Auteur pro, ca signifie qu'il est dans une relation de fournisseur à client avec son éditeur, et pas dans une relation d'esclave à maître.
Pas complet, mais bien dit.
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons

Avatar du membre
Patrice
Messages : 3535
Enregistré le : jeu. mai 04, 2006 10:26 am
Contact :

Message par Patrice » mar. sept. 28, 2010 9:45 am

Salut,
"olol² Feist çay deu la mayrde"
Faute!

Le Kevinkikoolol ignore l'usage de la cédille.

A+

Patrice

Avatar du membre
LDavoust
Messages : 62
Enregistré le : mar. avr. 06, 2010 12:56 pm
Localisation : À la verticale d'Atlantis
Contact :

Message par LDavoust » mar. sept. 28, 2010 9:46 am

Pardon! Say vray.
"Comparé au métier d'écrivain, celui de joueur de courses est une occupation stable et sûre." - John Steinbeck
http://lioneldavoust.com

Avatar du membre
Virprudens
Messages : 1550
Enregistré le : mer. févr. 07, 2007 11:34 am
Localisation : Exception raised

Message par Virprudens » mar. sept. 28, 2010 9:52 am

En même temps, je sais même pas pourquoi je m'énerve : des auteurs pros français en SFFF, doit y'en avoir cinq. A tout péter.
- Please, be polite.
- Go fuck yourself.

Avatar du membre
LDavoust
Messages : 62
Enregistré le : mar. avr. 06, 2010 12:56 pm
Localisation : À la verticale d'Atlantis
Contact :

Message par LDavoust » mar. sept. 28, 2010 9:53 am

Selon la très juste définition d'Erion, bien plus.
"Comparé au métier d'écrivain, celui de joueur de courses est une occupation stable et sûre." - John Steinbeck
http://lioneldavoust.com

Avatar du membre
Virprudens
Messages : 1550
Enregistré le : mer. févr. 07, 2007 11:34 am
Localisation : Exception raised

Message par Virprudens » mar. sept. 28, 2010 10:06 am

Selon la vision du lecteur lambda, le chiffre est juste.

Mais je comprends que ça puisse faire mal au cul de certains d'être considérés comme des amateurs.

Vous voudriez pas un statut d'intermittents du spectacle pendant que vous y êtes ?
- Please, be polite.
- Go fuck yourself.

Avatar du membre
LDavoust
Messages : 62
Enregistré le : mar. avr. 06, 2010 12:56 pm
Localisation : À la verticale d'Atlantis
Contact :

Message par LDavoust » mar. sept. 28, 2010 10:16 am

Tu es très colère, dis-donc.

Image
"Comparé au métier d'écrivain, celui de joueur de courses est une occupation stable et sûre." - John Steinbeck
http://lioneldavoust.com

Avatar du membre
Virprudens
Messages : 1550
Enregistré le : mer. févr. 07, 2007 11:34 am
Localisation : Exception raised

Message par Virprudens » mar. sept. 28, 2010 10:21 am

(Non, c'est pas ça, j'essaye de troller, mais comme en face, j'ai des gens gentils, cools et sensés, ça marche pas super)




Ah, merde, ça devait être un MP.
- Please, be polite.
- Go fuck yourself.

Avatar du membre
Mélanie
Messages : 1224
Enregistré le : lun. avr. 03, 2006 9:32 am
Localisation : Paris
Contact :

Message par Mélanie » mar. sept. 28, 2010 10:49 am

LDavoust a écrit :Payer l'auteur dans le second cas me paraît franchement injustifiable. Défrayer son déplacement me semble la moindre des choses - ou alors, l'auteur se déplace à ses frais en profitant de la proximité de l'événement ou d'un autre déplacement, et c'est lui que ça regarde. Au-delà, non. Ces métiers ont un aspect financier indéniable (il faut manger et payer le toit) mais ils ne se fondent pas uniquement sur l'argent; la relation avec le lectorat, comme dit Mizio, est pour moi le coeur de ces rencontres, et surtout faire connaissance avec ceux qu'on n'aurait pas touchés autrement.
J'ai rencontré un cas de figure intéressant récemment : un salon qui était organisé en partenariat avec des lycées et collèges du coin et où la plupart des auteurs invités participaient à des rencontres scolaires, ou à des ateliers dans certains cas particuliers (je pense notamment à une des intervenantes qui publiait des bouquins sur la couture et animait un atelier sur le sujet). Une des organisatrices m'avait expliqué qu'ils essayaient de faire en sorte que chaque intervenant participe au moins à une intervention de ce genre histoire qu'ils puissent être rémunérés, puisqu'elle considérait qu'ils donnaient de leur temps et de leur énergie en participant au salon. C'était la première fois que j'entendais tenir ce discours et j'avais trouvé ça intéressant (outre que le salon lui-même était vraiment une réussite).

Pour le reste, je suis très loin d'être accord avec tout ce que dit Francis Mizio dans ce papier, je voulais surtout souligner que je lui donne raison dans la partie où il explique que certaines activités de promo font perdre plus d'argent qu'elles n'en font gagner. Ce n'est effectivement pas pour les sous qu'on participe aux signatures, mais je conçois qu'on puisse vouloir ralentir quand on a l'impression d'y perdre pas mal.

Répondre

Retourner vers « Du fond de la salle (pour parler d'autre chose) »