Le forum d'ActuSF.com Index du forum Le forum d'ActuSF.com

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour voir ses messages privésSe connecter pour voir ses messages privés   ConnexionConnexion 

Rêves de Gloire - R.C. Wagner
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 18, 19, 20  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre à ce sujet    Le forum d'ActuSF.com Index du forum -> Vos dernières lectures
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Eons



Enregistré le: 17 Fév 2007
Messages: 6338
Localisation: Le cœur de Flandre

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 6:55 am    Poster un sujet: Répondre en citant

Allez, la totale en 1mn via ProMT :

Citation:
Depuis quelque part au début de la science-fiction des années 1960 et de la fantaisie ont été basketed ensemble dans les termes commerciaux comme "SF", car cette étiquette de produit a contenu assez dans le contenu ordinaire pour être commercialisée dans la même catégorie de genre à quelque chose comme le même nombre de lecteurs les caractéristiques sociodémographiques de nombre de lecteurs démographiques, ou au moins chevauchantes. Et depuis qu'alors il y a eu un argument en cours quant à si en effet "la science-fiction" et "la fantaisie" étaient vraiment des aspects de la même chose, ou si en les mélangeant puisque “SF” était vraiment un mariage de fusil de chasse pour l'avantage du marketing des éditeurs tenant dite arme du marketing.

Dans les termes d'affaires, il est vrai que le succès commercial du Seigneur de Tolkien de la trilogie d'Anneaux dans le livre de poche du marché de masse a créé un marché de masse pour les romans de fantaisie originaux qui n'avaient pas existé auparavant, que les éditeurs ont tourné aux "auteurs de science-fiction” pour les produire et que c'était vraiment comment la science-fiction et la fantaisie sont venues pour cohabiter dans les lignes de genre “SF”.

Il est vrai aussi incontestablement que dans sévèrement technique littéraire et les termes effectivement philosophiques, il y a une différence claire entre "la science-fiction" et "la fantaisie", que par définition, la science-fiction est la littérature qui spécule dans les limites des lois connues de masse et énergie, la réalité dans laquelle les lecteurs se trouvent et la fantaisie est la littérature qui vit à l'extérieur des limites de scientifiquement possibles, la littérature ce c'est ce que c'est parce qu'il embrasse le clairement impossible.

Bien peut-être.

Dans ces termes, cela a semblé la coupe assez claire que la science-fiction et la fantaisie étaient tout à fait évidemment pas la même chose du tout dans les termes littéraires, étaient effectivement des opposés polaires et je dois avouer que j'ai vu des choses plus ou moins dans ces termes moi-même jusqu'à assez récemment et je soutiendrais encore que cette distinction soutient encore et est de l'importation claire et sérieuse quand il vient à la fantaisie et “la science-fiction dure,” et même à la sorte de “science-fiction dure prolongée” j'écris la plupart du temps moi-même.

Au jour, “la science-fiction dure” a signifié plus ou moins la science-fiction dans laquelle l'élément scientifique et/ou technologique spéculatif était McGuffin de l'histoire, a produit le complot et le thème, était, d'une manière ou d'une autre, de quoi l'histoire était. Mais ce que je veux dire par la "science-fiction dure prolongée” est simplement et plus largement la fiction qui a une sorte d'élément spéculatif et fait attention de ne pas violer les lois connues de masse et d'énergie, mais ne fait pas nécessairement le devant de spéculation scientifique et/ou technologique et le centre dans l'histoire ou les termes thématiques.

Mais à ce moment-là, les choses ayant élaborées la façon qu'ils ont, peut-être c'est ce que l'on devrait appeler “la science-fiction dure” ou juste la période "de science-fiction" et toute l'autre fiction survenant en réalité entoure différent de ce du nombre de lecteurs devrait être appelé quelque chose d'autre.

J'appellerais ce qui est à cornes de la chaussure maintenant dans le logo “SF” commercial “la Fiction de Réalité Alternante” parce que ce serait exact et inclus de la science-fiction, la fantaisie et la fiction d'histoire alternante, si seulement il est tombé vite sur l'oreille intérieure, à laquelle, hélas, il ne semble pas.

Pour regardé cette voie, science-fiction, la fantaisie et l'histoire d'histoire alternante, ont vraiment une très grande chose en commun, quelque chose de si central, qu'ils font appel vraiment un peu sur le fait de laper des nombres de lecteurs.

Les histoires de tous les trois d'entre ceux-ci le mode littéraire sont mises dans les réalités autre que cette de la réalité de consensus des lecteurs ici et maintenant. Et la façon que ce clade de modes, ou les genres ou quelque chose de cette sorte que vous voulez les appeler, a évoluée plus récemment, les frontières entre eux a été fuzzing.

Il y a quelques décades, Alexei Panshin écrivait de la "science-fiction qui sait que c'est la science-fiction,” mais ces termes induisaient un peu en erreur à comme ce quoi Panshin montrait en fait, à savoir cette science-fiction répandue avec les choses plus vite que la lumière starships, les lézards de marais sur la Vénus, les Canaux Martiens, et ainsi de suite pas connaissance scientifique connue seulement violée, mais savait qu'il faisait ainsi.

Pas vraiment la science-fiction qui le savait était la science-fiction, mais la science-fiction qui savait (quand ce n'était pas ignorant simplement) que c'était vraiment la fantaisie.

De cela et beaucoup plus récemment, est survenu le soi-disant “Nouvel Opéra Spatial,” qui a dit dans le fond à lui et aux lecteurs, “Pourquoi bon Dieu non ?”

L'histoire la chose et en se livrant littérairement et en divertissant la fiction de fantaisie peut être mise dans les réalités alternantes où les magies impossibles différentes travaillent, où les licornes la mouche de dragons espiègle et respirant le feu, où les vampires et les loups-garous sont des prédateurs supérieurs, où le souhait peut le faire ainsi, pourquoi nous ne pouvons pas avoir des dinosaures sur la Vénus et des civilisations de côté du canal sur Mars et plus vite que les galions clairs - la science-fiction qui sait que c'est vraiment la fantaisie dans les vêtements "de science-fiction" et l'admet et se libèrent ainsi pour devenir le Nouvel Opéra Spatial ?

2002 quelque chose a appelé le “Mouvement SF Banal” a été fondé et a été pris fait et cause par l'auteur excellent Geof Ryman, la thèse de ce mouvement être pour purifier "la science-fiction" de cette sorte de chose, ou de toute façon prendre fait et cause pour un sous-genre de science-fiction qui est libre de cela et le jeu entièrement sur la Terre.

Bien à coup sûr, j'ai écrit beaucoup d'un tel truc moi-même, mais par le choix créateur individuel, mais j'ai écrit aussi des choses comme le PRINTEMPS RUSSE, qui réussissent à travailler dans les contraintes de “science-fiction dure” sans être confinées entièrement à Terra, Firma ou autrement, aussi bien que la science-fiction qui survient entièrement sur cette planète; il est fait par beaucoup d'auteurs partout dans la longue histoire de fiction spéculative.

Et cette sorte de manifeste arbitrairement restrictif me rappelle le dogme de Goûter d'aucune augmentation fiscale peu importe que.

Et entre les apparitions du Nouvel Opéra Spatial et le Mouvement SF Banal nous avons eu Mieville chinois Nouveau Bizarre, quel à moi ne semble rien beaucoup plus ou moins qu'Aleister Crowley “Fait ce que vous la volonté doit être toute la Loi” s'est appliqué à la libération de la fantaisie de même les contraintes de consistance intérieure dans sa propre réalité alternante créée.

Et maintenant nous avons EMBASSYTOWN par Mieville chinois lui-même, qui pourrait être classifié comme une sorte de Nouvel Opéra Spatial, avez mis comme c'est et fictivement dépendant sur une réalité qui inclut plus vite que la lumière starships et une civilisation humaine assez lancée dans l'étoile et l'empire d'humain de colonialiste un peu moins lancé dans l'étoile, dans une galaxie où les étrangers sages abondent.

Le Mouvement SF Banal pourrait juger vertueusement ce Nouvel Opéra Spatial et les Nouveaux gens D'opéra Spatiaux pourraient l'approuver dans à leurs grades et techniquement et taxinomiquement ils pourraient avoir raison les deux.

Mais pendant que sous certains aspects cela pourrait être la chose la plus bizarre Mieville a encore écrit, le Nouveau Bizarre que ce n'est pas, pour cela est conséquent scrupuleusement interieurement pour une fois, la science-fiction dure même, si vous êtes disposés à avaler la marque particulière de Mieville de science de caoutchouc voyage plus vite que la lumière et très sérieux effectivement dans certains d'autres termes scientifiques, termes absolus impliquant que le plus central de questions, le rapport entre la langue et la conscience et donc entre la réalité externe et l'expérience de cela par sapients.

Vous ne pouvez pas devenir beaucoup plus profonds dans les profondeurs littéraires de réalités alternantes que cela.

La voix de récit, une première personne femelle un, est cette d'Avice Benner Cho, la fille coloniale humaine de l'Embassytown du titre, qui a quitté Arieka, la planète de sa naissance là-bas sur les franges des régions de la galaxie connue aux humains, pour une vie cosmopolite plus aventureuse comme un "immerser", crewing sur plus vite que la lumière starships le fait d'exercer le starways via un des moyens de science de caoutchouc ordinaires concoctés pour les buts d'histoire, mais qui revient à Arieka et à Embassytown pour les raisons personnelles et plus ou moins politiques complexes près du début du roman.

Embassytown est juste ce que le titre dit que c'est, une ambassade humaine à l'indigène Ariekei parmi une ville étrangère sur une planète où les humains ne peuvent même pas respirer l'atmosphère sans permettre la technologie.

Les Ariekei sont des étrangers vraiment étrangers, peut-être la plupart des étrangers étrangers dans la littérature, de toute façon certainement aussi étrangère aux humains qu'une espèce sage peut devenir, aussi étrangère, c'est-à-dire qu'une espèce sage fictive peut être présentée au lecteur par un romancier aussi puissant que Mieville chinois.

C'est un travail magistral de cela, fait si en partie par quel Mieville ne décrit pas, à savoir à quoi les Ariekei ressemblent en fait, en prenant un signal peut-être de H.P. Les non-descriptions délibérément adjectivement vagues de Lovecraft des Vieux hideux, mais être un artiste littéraire beaucoup meilleur et plus subtil que Lovecraft, en le faisant beaucoup plus intelligemment et beaucoup plus subtilement.

Ce que nous recevons au lieu des tentatives d'une description physique totale est des descriptions du foyer étroit d'organes outranciers différents et d'appendices, en donnant l'impression que les Ariekei sont si physiquement différents de n'importe quoi d'élaboré dans la biomasse terrestre qu'ils ne peuvent même pas être complètement appréhendés par l'appareil visuel humain comme un tout cohérent.

Cela ne devient pas plus étranger que cela, maintenant cela ?

Bien, oui il fait.

Pour quoi Mieville est au centre après que voici la moulure de conscience sage et donc aussi culture sage par la langue et l'étau versa dans un boucle de retour.

Il y a un complexe politique et à la fin la lutte anticoloniale qui est la colonne vertébrale d'histoire d'EMBASSYTOWN, ni est l'histoire personnelle d'Avice scanted et les fils différents se réunissent vraiment avec succès dans une Epiphanie culminante à la fin. Mais cette exploration de comment la langue, la conscience et la culture communiquent l'un avec l'autre et se forment pour sans doute créer une réalité perceptive subjective qui est la seule réalité que la sagesse peut savoir directement consiste en ce ce qui prend EMBASSYTOWN bien plus profond que ce qui serait autrement le tiroir simplement supérieur le Nouvel Opéra Spatial.

L'Ariekei ne peut pas être. Ce n'est pas une affaire de vertu morale. Leur langue, unique dans la galaxie connue, n'a aucune voie de description directe de quelque chose qui n'existe pas actuellement. Ce n'est pas qu'ils n'aillent pas ou ne peuvent dire rien sauf la vérité, mais qu'ils ne peuvent devenir enceintes de rien de non-existant dans en temps réel parce que leur langue n'est pas équipée pour leur permettre de faire ainsi.

Et ce n'est pas qu'ils ne veuillent pas être capables font ainsi non plus, pas après qu'ils entrent en contact avec les humains, qui n'ont aucun problème linguistique avec le fait de devenir enceinte et le fait de parler plus que la vérité concrète actuelle et sont capables donc de croire et transmettre des pensées qui sont spéculatives.

Pour rendre des affaires linguistiques encore plus compliquées, Ariekei est une sorte de langue fugal que l'on parle via l'action réciproque de deux différentes voix en même temps et les Ariekei ne reconnaissent rien qui ne parle pas cette voie comme sage. Ce n'est pas le racisme, ce n'est pas le chauvinisme d'espèces, c'est la façon qu'ils sont câblés biologiquement.

Les humains, évidemment, n'ont pas l'appareil physique pour le faire, donc ils doivent travailler d'une façon ou d'une autre autour de cela et ils font cela en créant "des Ambassadeurs" composés de deux humains génétiquement identiques a levé et s'est entraîné de la naissance pour fonctionner comme une entité simple et donc capable de dire deux choses en même temps et donc reconnaissable comme l'être sage simple par l'Ariekei.

Qui veulent vraiment apprendre comment être dans leur propre langue, pas simplement être capables de dissimuler pour l'augmentation personnelle ou politique, mais pour être capables de développer leurs consciences linguistiques et conceptuelles pour en inclure la considération spéculative qui n'existe pas comme les humains peuvent.

Cela ils essaient de faire en transformant des humains spécifiques en similies et finalement peut-être dans les métaphores. Ils mettent l'humain par une sorte d'acte physique comme le "fait de manger lui est donné du tout” et ensuite ils peuvent dire et concevoir quelque chose comme “ce que l'on me demande de faire ressemble à la fille qui a mangé ce qui lui a été donné.” Cela introduit le même concept de comparaison et de métaphore dans une langue étrangère et donc une conscience étrangère et donc une réalité subjective étrangère où il n'avait pas existé auparavant.

Mieville Chinois n'est pas fol ou hubristic assez pour essayer de mettre le lecteur en fait à l'intérieur la conscience d'Ariekei, c'est tout connu de l'extérieur du point de vue d'Avice, qui est un de similies humains et qui pour les raisons compliquées est la partie de pourquoi elle est revenue à Embassytown.

Et pendant que le susdit peut être l'inquiétude spéculative centrale brillamment décrite d'EMBASSYTOWN, le roman n'est sec pas du tout aussi et théorique que le susdit peut le faire sonner. Il y a une histoire bien écrite d'une lutte d'anticolonialiste complexe ici et comme presque toujours avec Mieville, il y a une passion politique vraie et sophistiquée derrière lui, ni est Avice et d'autres caractères de carton de joueurs intransigeants.

Mais c'étant dit, c'est l'exploration de Mieville d'une langue étrangère, une conscience et une culture et effectivement comment il est changé par le contact avec cette de langue humaine, conscience et culture, qui lève EMBASSYTOWN au-dessus des définitions de sous-genre comme le Nouvel Opéra Spatial, le Nouveau Bizarre, et ainsi de suite et le rend un travail spécial de littérature en général, intellectuellement stimulant et avec émotion engageant en même temps et tout à fait unique. La fiction c'est vrai spéculative et la vraie science-fiction si ces termes doivent avoir un sens réel et utile du tout.

LE PILOTE ÉNIGMATIQUE par Kris Saknussemm, d'autre part, est la fiction de réalité effectivement alternante, mais pas la science-fiction du tout, “Une Grande Histoire Aussi c'est vrai,” puisque le sous-titre sur la couverture proclame, qui, évidemment, n'est pas vrai du tout. C'est une sorte d'histoire d'histoire alternante, mais c'est vraiment pas tout à fait cela non plus.

Le texte de présentation de couverture par Michael Moorcock le compare au travail de Thomas Pynchon dans les termes généraux et Moorcock a vraiment un point, bien que je compare le PILOTE ÉNIGMATIQUE plus spécifiquement au MAÇON de Pynchon ET À DIXON et même à la série de Créateur d'Alvin d'Orson Scott Car, car pendant que je ne supposerais pas pour soutenir que Saknussemm ou Carte sont tout à fait sur le niveau littéraire de Pynchon, ces trois travaux ont vraiment quelque chose de central en commun, quelque chose qui les distingue des histoires d'histoire alternantes comme Philip K. Dick L'HOMME DANS LE HAUT CHÂTEAU ou Harcelez les romans de Seconde Guerre mondiale alternants de Tourterelle, ou n'importe quel nombre de jeu d'histoires dans les histoires alternantes où le Sud a gagné la guerre civile américaine.

C'est l'histoire alternante d'une sorte, mais pas cette sorte.

LE PILOTE ÉNIGMATIQUE, comme MASON & DIXON, est mis dans le passé américain, bien que dans une période dernière et comme le Pynchon et à une mesure moindre la Carte, soient un hybride de ce que l'on pourrait appeler l'histoire alternante interstitielle et la fantaisie absolue.

Par quoi je veux dire par l'histoire alternante interstitielle est le jeu de fiction dans les trous dans le record historique, en niant ou le renversement d'aucun monde réel ont enregistré l'histoire, mais la chaussure-horning son histoire dans les événements, le cadre, les caractères, peut-être même la technologie, qui pourrait avoir existé juste dans un monde réel la période historique.

La fantaisie est la fiction qui exige la violation de la connaissance actuelle des lois de masse et d'énergie, même quand il vient aux événements dans le passé, donc les pouvoirs magiques, et ainsi de suite - soigneusement limité dans la série de Créateur d'Alvin, jouée autour d'avec la forme plus libre dans MASON & DIXON et de la un peu différente manière dans le PILOTE ÉNIGMATIQUE - rendent cette sorte de chose sans doute la fantaisie.

Sans doute parce que si les éléments de fantaisie ne changent pas d'histoire, ne finissez pas par créer ou autoriser un présent alternant, une réalité différente de ce du lecteur, donc qui doit dire ce qui était réel et ce qui n'était pas.

C'est le milieu du 19ème siècle dans le Midwest américain, qui, cependant, dans cette période était la frontière américaine. Le protagoniste principal de ce qui est effectivement une grande histoire, mais plutôt que trop vrai, vraiment trop grand pour être vrai, est Lloyd Sitturd, l'enfant prodige d'un dur - tâtonnent la famille de frontière, qui, parmi les pouvoirs psychiques plus mystérieux, est un inventeur de sorcier, une sorte de décades de préadolescent de punk à vapeur Thomas Edison devant la technologie historique de son temps. Le préadolescent mais non pré-pubescent, avec une libido sexuelle diplômée, sinon une perception sophistiquée ou un contrôle de même au moins quand son voyage commence.

Par les bordels différents dont Lloyd n'est pas innocent exactement, la famille Sitturd perd sa ferme et grâce à une missive mystérieuse d'un parent dans Texas lointain promettant le secours et les plus grandes choses, se met en route sur un tour de mystère difficile, périlleux, magique d'une odyssée de leur ferme perdue a installé dehors relativement Ohio Zanesville via la terre et le fleuve par les villes de frontière sauvages, de laine et colorées comme la rue Louis vers le pot énigmatiquement promis de quelque chose dans Texas lointain.

Le voyage est l'intérêt principal pour cette sorte d'histoire et d'une grande histoire que c'est, en impliquant des conflits complexes et équivoques entre deux sociétés secrètes de maîtres ou de maîtres soi-disants du monde cherchant à utiliser Lloyd comme un pion ou peut-être même un chevalier dans leur jeu, le réveil sexuel de Lloyd et conclusion de son peut-être longtemps perdu aime c'est vrai être, fuites, inventions fantastiques et le long de la voie la représentation colorée, apparemment bien explorée, engageante de cette période salement baroque de la première frontière américaine.

Admirablement écrit, en couleurs vives rendu, extraordinairement riche dans le détail inventif, l'amusement aventureux, évocateur de Pynchon effectivement, le PILOTE ÉNIGMATIQUE est tout sauf lequel cette sorte de grande histoire devrait être....

... si seulement...

Le roman commence par un avancé de l'éclat à 1869 et à un Lieutenant de Cavalerie au Dakota rencontrant des entités mystérieuses qui semblent peut-être être quelque chose comme les étrangers sur leur voie au Cintre futur 51, dont le mystère n'est pas résolu et l'insertion de cela avancé de l'éclat du point de vue d'un caractère qui n'apparaît pas dans le reste du roman n'est expliquée ni l'un ni l'autre puisque vous vous approchez des pages finales.

Et la famille Sitturd ne semble pas avoir assez de pages pour atteindre le but de leur voyage à Texas non plus....

Oh non!

Il n'irait pas!

Ah oui, il irait et il a fait.

LE PILOTE d'ENGIMATIC met fin sans même une résolution partielle. Les fils de société secrets ne sont pas résolus. Lloyd n'est pas réuni avec son amour perdu elle n'est non plus définitivement perdue non plus. Quel est le sens de l'ouverture avancée de l'éclat ? Qu'est-ce qui attend Lloyd à Texas ?

Achetez l'acompte suivant pour apprendre!

Seulement à la fin du livre fait le PILOTE ÉNIGMATIQUE se révèlent comme le premier livre d'une série originale. Plus mauvais encore, beaucoup plus mauvais, outrageusement plus mauvais, infuriatingly plus mauvais, nulle part dans le paquet n'est cela a même révélé!

Kris Saknussemm écrit comme un romancier important pour venir. Le texte de présentation de Moorcock n'est pas l'hyperbole. J'ai beaucoup apprécié le PILOTE ÉNIGMATIQUE jusqu'à peu de dernières pages quand je me suis rendu compte que j'avais été si injustement manoeuvré et avais à la contrainte moi-même de lancer le livre à travers la pièce.

Au moins n'importe quel premier roman dans une série devrait se terminer avec une vraie résolution partielle pour quitter les lecteurs partiellement satisfaits. Pour manquer de le faire sans même laisser vous savoir que vous lisez le premier roman dans une série êtes passionnément séduits et avez quitté ensuite la pendaison par vos pouces dans le plein vol haletant avec un cas des boules bleues littéraires.

Et pour les buts actuels, sans même une compréhension claire de ce que l'espèce de fiction de réalité alternante ce roman, ou plutôt cette série originale, va se révéler être, comme il est impossible de répéter quelle voie il va. Se transformera-t-il d'une façon ou d'une autre en une sorte de science-fiction de réalité alternante ou le Nouvel Opéra Spatial avec l'être dans le premier éclat a révélé en avant comme les étrangers changeants de l'histoire ? Continuera-t-il comme l'histoire alternante interstitielle avec la danse du serpent d'histoire par les espaces dans le record historique ?

Quien sabe ?

Bien il certainement ne va pas se transformer en quelque chose comme REVES DE GLOIRE par Roland C. Wagner même s'il fait à la fin font peser à presque 700 pages. Puisque, autant que je sais, personne n'écrivait jamais un roman d'histoire alternant comme REVES DE GLOIRE.

Je devrais m'occuper des divulgations d'abord.

REVES DE GLOIRE est écrit en français bien qu'il mérite certainement d'être traduit en anglais. Roland Wagner est un ami mien de longue date qui a co-translated certains de mes romans en français. Il a écrit aussi une introduction à une édition du RÊVE EN FER qui va être essentiel à cette discussion.

Ainsi comment osent je suppose pour reconsidérer un roman actuellement disponible seulement en français par un auteur que j'admets est un ami personnel ?

La version d'haîku d'une réponse :

Il y a quelques décades, Algys Budrys, un romancier parfait et peut-être le critique de science-fiction le plus important du jour, avait le culot stupéfiant pour reconsidérer son propre roman et tout à fait favorablement aussi.

A écrit à Budrys, dans le fond : je suis un critique important et cela une est-ce qu'amende est-elle originale, pourquoi devrait-il souffrir de ne pas être reconsidéré par le grand moi ?

Bien, je n'ai pas écrit REVES DE GLOIRE et Roland Wagner n'écrit pas cette révision, mais c'est un roman cassant la terre et à part si l'auteur devrait ou ne devrait pas en souffrir n'étant pas reconsidéré dans ces pages, les auteurs d'Anglophone d'histoire alternante ne devraient pas être dépossédés sûrement de ce que cela signifie pour l'évolution de ce mode juste parce qu'il est écrit dans les Français et le critique qui a été impressionné assez pour être attiré pour lire ses 700 pages dans sa deuxième langue arrive à avoir un rapport personnel avec l'auteur de cela.

Effectivement, comme nous verrons, dans ce cas-là, c'est un avantage critique.

La méthode littéraire consacrée par l'usage pour écrire un roman d'histoire alternant doit changer un point d'inflexion historique clé simple et provenir là pour créer une réalité alternante dérivant de cette modification essentielle. À que le monde ressemblerait-il si les nazis avaient gagné la Deuxième Guerre mondiale ? Si Hitler était mort dans les tranchées de Première Guerre mondiale ? Si le Sud avait gagné la Guerre civile ? Si Lincoln n'était pas parti au théâtre être assassiné par John Wilkes Booth ? Et ainsi de suite.

Ce n'est pas ce que Roland Wagner a fait dans REVES DE GLOIRE.

Il n'a pas changé un point d'inflexion, mais beaucoup. Charles De Gaul est assassiné et ne met pas fin à la guerre algérienne d'indépendance de la France. JFK ne meurt pas à Dallas et reste vivant comme le président dans un fauteuil roulant. Lavrenti Beria est le souverain de l'Union Soviétique pendant le soulèvement hongrois et lobe une bombe nucléaire à Budapest qui ne part pas. La Course Spatiale à la Lune entre l'Union Soviétique et l'Uni
Les États finissent avec deux vaisseaux spatiaux courant en fait à la Lune, les Russes recevant là des minutes devant les Américains, mais s'écrasant sans survivants. Et cetera et ainsi de suite.

Une histoire alternante créée par l'action réciproque complexe de beaucoup de changements indépendants. Et non seulement politiques.

REVES DE GLOIRE traduit littéralement en “Rêve de la Gloire” en anglais, mais dans le roman ce sont plus multiplex que cela. Le roman est de rêve de la gloire certes, mais Gloire est le nom d'un médicament psychédélique qui peut ou peut ne pas être le LSD (et il y a un jeu de mots bilingue non indiqué ici parce que dans la Gloire du Matin anglaise les graines sont un autre psychédélique) mais qui est certainement introduit dans l'Europe par Timothy Leary (plus loin disclosure:Tim était un ami mien) le fait de lancer d'abord un parti permanent dans une grande suite luxe à l'Hôtel Ritz à Paris qu'il ne pourrait jamais s'être permis dans notre réalité et ensuite à une sorte de Woodstock d'été et long dans Biarritz le fait d'engendrer une contreculture a appelé le "vautriens", quelque chose comme les hippies, mais plus trop politiquement socialiste de cette manière des kibboutz israéliens et plus pragmatiquement ensemble.

Et Wagner crée plus loin une histoire future déconcertamment détaillée de musiciens de combinaison de rock and roll, groupes, chansons, albums, sous-genres, de notre propre tradition de culture populaire relative à la musicologie avec les entièrement inventés, au point où on devrait vraiment être aussi obsédé par ce truc que le collectionneur record et le marchand qui est un de ses caractères principaux pour trouver qui est que.

Il y a plus, il y a beaucoup plus et Wagner va encore plus loin sur son membre littéraire en écrivant ce long roman entier comme une série de premières narrations de personne par beaucoup de caractères, certains en cours, le quelqu'un-coups, dont aucun ne se présente au lecteur de nom ou est présenté de nom par l'auteur et dont les noms le lecteur apprennent s'ils les apprennent du tout, seulement si mentionné de nom par un autre premier caractère de point de vue de personne.

Et faire des affaires encore plus compliquées, l'histoire de REVES DE GLOIRE, en couvrant des décades d'histoire alternante, pas déroule seulement dans trois ruisseaux du temps séparés, mais pas même dans l'ordre, pour que le plein sens d'événements et de personnages dans les futurs les plus éloignés puisse être élucidé par les révélations de leur pasts formateur seulement vers la fin du roman.

Comment, vous pouvez bien demander, peut tout cela tous ont peut-être assez de sens cohérent porter quelqu'un par 700 pages de lecture de cela même dans leur première langue sans détacher et s'égarer, sans parler de dans leur seconde ?

Mais il fait.

Et pas seulement que, même avec mon beaucoup moins que la maîtrise parfaite de français, même avec les styles multiples là-dedans produits par la forme de récit, il ne lit pas comme la fiction expérimentale prétentieuse et ennuyeuse du tout, il lit vite, il se balance et il roule, comme la science-fiction populaire relativement franche précédente de Wagner. Et cela pour un Anglophone la lecture de cela en français, qui peut imaginer seulement jalousement comment facilement il doit lire à un lecteur français.

Comment, vous pouvez bien demander, Wagner réussit-il à l'enlever ?

C'est la fiction aussi expérimentale qu'il arrive, mais ce n'est pas l'expérimentation juste pour le plaisir, Wagner utilise avant tout ces techniques expérimentales et formes dans le service d'une histoire passionnément dite et engageante et c'est pour cela que REVES DE GLOIRE est une expérience qui travaille.

Cela, enfin, est ce que la fiction fictive expérimentale devrait essayer d'accomplir, n'est-ce pas ? S'il ne fait pas c'est juste un échec techniquement intéressant.

Et maintenant nous sommes arrivés au point où le rapport personnel du critique avec l'auteur du roman et ce qui est révélé dans l'introduction de l'auteur au propre roman du critique devient un avantage critique, plutôt que juste un peu d'embarras indigeste.

REVES DE GLOIRE est, entre autres, au centre un roman politique, créé dans large, profondément, exposé en détail et oui le détail intellectuel même si l'histoire il décrit est un remplaçant imaginaire un et pendant que Roland Wagner a écrit l'abondance de fiction inculquée dans le rock and roll et psychedelia même au point de fronting une bande appelée la Lésion cérébrale, il n'a jamais écrit rien comme cela auparavant et certainement pas avec ce niveau de passion politique et culturelle, a insufflé à la colère réelle et à la fin en touchant la tragédie réelle.

L'histoire alternante centrale est ici ce de ce qui dans notre réalité est une Algérie simple, à partir des années 1950 à plus ou moins ce jour, mais qui dans la réalité fictive de Wagner est partagé dans "Algerie", la portion arabe et "Algerois", la portion française qui inclut initialement la capitale de tout cela dans notre réalité, Alger, mais qui devient plus tard la cité d'Alger dans le roman, politiquement et culturellement modelé à un certain degré sur la Commune de Paris de 1871, et/ou San Francisco de l'Été 1967 d'Amour.

Il n'y a pas le fait de confondre sur lequel côté la loyauté psychédélique politique, culturelle, musicale et mystique de Wagner et la passion sont dans REVES DE GLOIRE, à savoir contre les coups fascistes et chauvins sans fin dans son “Algerie” et “Algerois” et sa France alternante et avec les communards vautrien multiculturels d'Alger, au moins provisoirement tué par la macropolitique et par un fléau du "fait de blanchir", une poudre blanche, qui peut être de l'héroïne, ou peut être de la cocaïne, ou peut être très methedrine qui a tourné l'Été d'Amour à San Francisco dans un Hiver de Désespoir.

Ce que je ne savais pas jusqu'à ce que je réel l'essai tangentiellement autobiographique que Wagner a écrit pour une édition du RÊVE EN FER - qui est une histoire alternante dans une histoire alternante déconstruisant psychologiquement l'Allemagne nazie et la pathologie psychique d'Adolf Hitler et donc la psyché fasciste - parce que n'en avait parlé jamais vraiment beaucoup à moi soit que Wagner vient de “Noir Bigarré” le fond de famille.

C'est de la culture politique et psychique des des millions de familles françaises qui étaient des citoyens et des produits culturels de l'Algérie coloniale dans notre réalité et ont fui en France après que toute l'Algérie est devenue un Etat indépendant.

Ainsi la participation profondément personnelle et passionnée dans l'histoire totale de REVES DE GLOIRE et de la capacité intéressante et surprenante de Roland Wagner de néanmoins le dire dans le multiplex et même mesurément les avec compassion premiers points de vue de personne pas seulement de ceux avec qui l'auteur est sympathique de tout coeur, mais permettre aux musulmans arabes de niveaux différents de fondamentalisme islamique et passion, les vétérans de la Légion Étrangère française et les fascistes même délirant, avoir leur propre première personne crédible dit.

Qui est pourquoi REVES DE GLOIRE est une percée personnelle pour l'auteur, un "chef-d'œuvre" dans le vieux sens Médiéval d'une percée à un niveau littéraire plus adulte.

Mais cela c'est aussi un bond formel et stylistique dans les possibilités littéraires du roman de réalité alternant, peu importe quelle langue il est écrit dans, ou comment réussi sur autre niveau est pourquoi je le reconsidère ici s'il est traduit jamais en anglais ou non. Pas tellement essentiellement à l'intention de l'auteur, mais à l'intention des auteurs soi-disants futurs du roman d'histoire alternant, dont les possibilités Roland C. Wagner se sont développées ci-dessus.

Et en parlant des bonds, je ne suis non plus sur le point de reconsidérer LE BOND DE VAUDOU, un livre de littérature non-romanesque par Reginald Crosley, M.D. essentiellement à l'intention de l'auteur, bien que ce livre obscur mérite beaucoup plus d'attention que n'importe quelles accolades qu'il et son auteur ont réussies à recevoir, mais à l'intention de n'importe quel nombre de lecteurs intéressé du tout à l'aspect scientifique de science-fiction.

Puisque les deux ou trois premiers chapitres sont au moins probablement le meilleur, l'explication la plus complète, la plus lucide et la plus lisible de physique quantique et effectivement l'histoire entière de physique, jamais écrite pour un nombre de lecteurs raisonnablement instruit mais non spécialisé.

D'abord publié en 2000 par une tenue dans la rue Paul, Minnesota appelé des Publications Lyewellyn, apparemment jamais réimprimées et difficiles à arriver, LE SAUT DE VAUDOU mérite un beaucoup plus large nombre de lecteurs et vice versa, pour étaient là un Prix Nobel pour instruire des lecteurs dans la physique, Reginald Crosley aurait mérité de l'avoir reçu et je me compte parmi les bénéficiaires même si je ne me suis pas compté comme quelqu'un qui aurait profité d'une “Physique Quantique Pour les Mannequins” à l'amorce.

Mais la Physique Quantique pour les Mannequins ce n'est pas!

Je suis tombé SUR LE BOND DE VAUDOU pour un autre but, en cherchant un manuel de non-conneries crédible sur le vaudou comme la recherche pour un roman j'écris et me crois il n'y a pas beaucoup de telles choses.

J'ai été attiré par le titre, mais aussi par l'arrière copie de couverture :



“Dans cette synthèse unique de spiritualité africain-haïtien, Religion de L'Ouest, mysticisme de L'est et science moderne, Dr Crosley présente Vodou comme une expérience métaphysique - un pont pour égaler des univers et des dimensions mystiques, confirmées par les doctrines angoissantes de physique quantique.”



Pour une fois, la copie de couverture était la vérité, la vérité entière et rien que la vérité.

J'ai constaté que le livre de Reginald Crosley était de loin la meilleure chose autour de pour mon but original aussi, extrêmement intellectuel l'histoire complète encore bien écrite et éminemment lisible, l'amorce théologique et métaphysique et l'étude anthropologique de l'évolution de vaudou haïtien, en le faisant remonter à plusieurs versions africaines Ouest et à panthéons loa, qui était exactement de quoi j'avais besoin.

Mais Crosley, comme la copie de couverture a promis clairement, était après beaucoup plus que cela. Reginald Crosley est un docteur haïtien vivant et travaillant aux États-Unis et un poète publié en français, bien que LE BOND DE VAUDOU ait été écrit en anglais. Sa thèse est ici que les loas de plusieurs panthéons de vaudou, plutôt qu'être "Dieux" dans le sens conventionnel, sont des entités douées de sensations en fait réelles existantes dans la réalité alternante de physique quantique, les entités d'affaire sombres avec les désirs et moins que les ordres du jour moralement parfaits de leur propre, pour simplifier un argument exhaustivement complexe et ce qui est plus que la métaphysique africaine Ouest venait longtemps raisonnablement près de cette vérité au moins sur un niveau métaphorique.

Bien c'est très intéressant de dire le moindre et s'il vous intéresse, lisez certainement son livre pour cette raison seul si vous pouvez y mettre la main, mais ce n'est pas pourquoi j'écris du livre de Crosley dans un essai des réalités alternantes dans un magazine de science-fiction.

Je conduis des lecteurs de science-fiction au BOND DE VAUDOU parce que quelqu'un intéressé à la fin de science de science-fiction et de ses réalités alternantes fictives devrait avoir sûrement un peu d'intérêt pour la physique quantique. Pour le quantum la physique présente une réalité alternante qui, pendant qu'actuellement plus ou moins accepté par la science comme l'affaire réelle sur le niveau quantique microcosmique, est certainement une réalité tout à fait différente de ce que nous percevons en fait sur le niveau macrocosmique, un paradoxe encore être complètement résolus et impénétrables et assez difficile à complètement comprendre sur un niveau métaphysique pour les semblables de Nils Bohr et d'Albert Einstein pour nous en disputer pour les années sans venir à un plein accord quant à la nature de réalité ultime.

Reginald Crosley essaie en fait ci-dessus de le résoudre via une grande synthèse de théologie de L'Ouest, mysticisme de L'est, vaudou africain et physique quantique et vient assez fichu près du fait d'y construire un pont avec une spéculation quant à la nature quantique d'affaire sombre et pendant que cela peut être soumis à l'argument très intéressant sur un niveau métaphysique et scientifique, je ne suis pas sur le point d'y entrer ici.

La raison que je recommande ainsi de tout coeur LE BOND DE VAUDOU aux lecteurs de science-fiction est les deux ou trois premiers chapitres de ce huit livre de chapitre. Puisque pour rendre son cas à un nombre de lecteurs général - pas un d'experts en physique quantique ou passionnés de vaudou ou même lecteurs de science-fiction - Crosley doit l'instruire complètement dans l'histoire entière de physique et de son rapport aux traditions différentes de métaphysique, jusqu'à et en incluant la relativité générale et spéciale, la physique quantique et leurs désaccords et les paradoxes.

Et il l'enlève en fait.

Avant de s'asseoir pour lire LE BOND DE VAUDOU, je croyais que peu de premiers chapitres étaient quelque chose que j'allais devoir entrer en coup de vent par pour recevoir aux renseignements sur le vaudou que j'étais après. Je

Le garçon était je mal!

Je me croyais raisonnablement bien documenté quand il est venu à la physique quantique. J'étais entré dans la cosmologie quantique au détail significatif et à la profondeur dans IL a MARCHÉ PARMI les Etats-Unis et fait les devoirs nécessaires, j'avais même lu Einstein et avais traversé le Côté sous le vent Smolin LE PROBLÈME AVEC LA PHYSIQUE pour comprendre la théorie de ficelle, ou donc je pensais.

Mais je crois que même Stephen Hawking pourrait avoir quelque chose pour apprendre ou au moins considérer des trois premiers chapitres ou ainsi du BOND DE VAUDOU. Et je leur recommanderais certainement comme exigé lisant dans n'importe quel niveau du collège le cours préliminaire dans la physique ou même un cours de diplômé dans la Physique Quantique 101.

L'explication de Reginald Crosley de l'évolution de physique et de son statut actuellement élaboré est l'introduction la plus lucide et bien écrite aux sujets généraux et spécifiques que je lisais jamais ou ai entendus de et scientifiquement et intellectuel assez rigoureux pour gagner le respect des spécialistes qui pourraient s'intéresser plus à ses spéculations métaphysiques dans ces contraintes que dans le fait de gagner une éducation dans ce qu'ils savent plus ou moins déjà.

Je peux attester certainement qu'autant que je suis personnellement inquiété, en lisant LE BOND DE VAUDOU a été un bond pour ma propre compréhension de physique quantique.

Qui ne doit pas dire que je peux comprendre encore tout à fait la physique quantique sur le niveau que Reginald Crosley fait, bien que je croie que peut-être je pourrais si j'ai relu ces trois premiers chapitres plusieurs fois très lentement. Bien écrit ils sont et brillamment d'explication, mais un rapide et facile a lu ils ne sont pas. Puisqu'il n'y a rien de facile du sujet, depuis qu'enfin, Bohr et Einstein eux-mêmes n'étaient jamais capables de venir à l'accord clair sur cela.

Lecture exigée pour les cours de niveau universitaires ? Les trois premiers chapitres du BOND DE VAUDOU pourraient servir tout aussi bien du seul manuel pour la Physique Quantique 101.

Et certainement pour les auteurs et les lecteurs intéressés à la physique alternante et à la métaphysique littéraire de réalité quantique.

_________________
Les beaux livres, c’est aussi par ici : www.eons.fr
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
MF



Enregistré le: 28 Déc 2006
Messages: 4462
Localisation: cactus-blockhaus

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 10:02 am    Poster un sujet: Répondre en citant

Eons a écrit:
Allez, la totale en 1mn via ProMT
était-ce vraiment utile de basketed ensemble les cornes de la chaussure maintenant dans le logo “SF” commercial “la Fiction de Réalité Alternante”?

d'un autre coté ça explique pas mal de choses sur les traductions dans certaines revues ou chez certains éditeurs...
_________________
Le message ci-dessus peut contenir des traces de second degré, d'ironie, voire de mauvais esprit.
Son rédacteur ne pourra être tenu pour responsable des effets indésirables de votre lecture.

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lensman



Enregistré le: 24 Jan 2007
Messages: 20391

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 11:00 am    Poster un sujet: Répondre en citant

Je cite:

J'appellerais ce qui est à cornes de la chaussure maintenant dans le logo “SF” commercial “la Fiction de Réalité Alternante” parce que ce serait exact et inclus de la science-fiction, la fantaisie et la fiction d'histoire alternante, si seulement il est tombé vite sur l'oreille intérieure, à laquelle, hélas, il ne semble pas.

C'est très juste!

Oncle Joe
_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Eons



Enregistré le: 17 Fév 2007
Messages: 6338
Localisation: Le cœur de Flandre

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 11:46 am    Poster un sujet: Répondre en citant

En 1mn tout compris, je ne pouvais ni relire ni corriger (en fait, je n'ai même rien lu du tout). Ça laisse évidemment quelques perles plus ou moins savoureuses. Laughing

« À cheval donné, on ne regarde pas les dents. »
Wink
_________________
Les beaux livres, c’est aussi par ici : www.eons.fr
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Sand



Enregistré le: 16 Avr 2008
Messages: 3529
Localisation: IdF

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 11:53 am    Poster un sujet: Répondre en citant

quelques ? Shocked
_________________
Esclave en chef d'Eclats de Rêves

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bormandg



Enregistré le: 12 Fév 2007
Messages: 11901
Localisation: Vanves (300 m de Paris)

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 12:07 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

En numération papou, "quelques" désigne tout ce qui dépasse 2. Cool
_________________
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
bormandg



Enregistré le: 12 Fév 2007
Messages: 11901
Localisation: Vanves (300 m de Paris)

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 12:13 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Eons a écrit:
En 1mn tout compris, je ne pouvais ni relire ni corriger (en fait, je n'ai même rien lu du tout). Ça laisse évidemment quelques perles plus ou moins savoureuses. Laughing

« À cheval donné, on ne regarde pas les dents. »
Wink

C'est aussi pourquoi je n'ai pas essayé de donner un résultat minute; j'ai téléchargé la partie du texte qui concerne Rêves de gloire et je me suis attaqué à la traduction que je n'ai pas encore terminée (pas que ça à faire, et puis ton envoi peut, peut-être, permettre à Hoël d'entrevoir une réponse).....
_________________
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
MF



Enregistré le: 28 Déc 2006
Messages: 4462
Localisation: cactus-blockhaus

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 12:27 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Sand a écrit:
quelques ? Shocked
mais il faut bien admettre que l'exercice peut virer à l’extraordinaire et que le babelfish donne parfois dans le clin d’œil fantastique le plus audacieux et le plus savoureux: "... Wagner va encore plus loin sur son membre littéraire..."

pense à rentrer la béquille , Roland...
_________________
Le message ci-dessus peut contenir des traces de second degré, d'ironie, voire de mauvais esprit.
Son rédacteur ne pourra être tenu pour responsable des effets indésirables de votre lecture.

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dracosolis



Enregistré le: 07 Fév 2006
Messages: 7417

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 12:33 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

bormandg a écrit:
En numération papou, "quelques" désigne tout ce qui dépasse 2. Cool
alors qu'en troll, c'est "beaucoup"
MF a écrit:
Sand a écrit:
quelques ? Shocked
mais il faut bien admettre que l'exercice peut virer à l’extraordinaire et que le babelfish donne parfois dans le clin d’œil fantastique le plus audacieux et le plus savoureux: "... Wagner va encore plus loin sur son membre littéraire..."

pense à rentrer la béquille , Roland...

et sors couvert...
on sait jamais, la fantasy parfois, c'est sexuellement transmissible
_________________
Antéchrist N°4
Idéologue Relativiste à mi-temps
Antéchrist N°4 :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
bormandg



Enregistré le: 12 Fév 2007
Messages: 11901
Localisation: Vanves (300 m de Paris)

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 12:41 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

dracosolis a écrit:

et sors couvert...
on sait jamais, la fantasy parfois, c'est sexuellement transmissible

Il est vacciné, il a assez de fantaisie. Ca protège bien. Cool
_________________
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Lensman



Enregistré le: 24 Jan 2007
Messages: 20391

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 12:41 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

dracosolis a écrit:
et sors couvert...
on sait jamais, la fantasy parfois, c'est sexuellement transmissible


Quelle horreur !!!
Oncle Joe
_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Eons



Enregistré le: 17 Fév 2007
Messages: 6338
Localisation: Le cœur de Flandre

MessagePosté le: Jeu Mar 22, 2012 12:58 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

MF a écrit:
Sand a écrit:
quelques ? Shocked
mais il faut bien admettre que l'exercice peut virer à l’extraordinaire et que le babelfish donne parfois dans le clin d’œil fantastique le plus audacieux et le plus savoureux: "... Wagner va encore plus loin sur son membre littéraire..."

pense à rentrer la béquille , Roland...
Y'en a qui ont toujours l'esprit mal tourné.

Les mains qui servent à exprimer le talent littéraire ne sont-elles pas les extrémités des membres supérieurs ?

La perle est jolie, et même pas faussse. Wink

Quant à "quelques", toutes les fautes du logiciel ne pouvant être qualifiées de perles, le nombre de celles-ci reste donc relativement modeste et justifie l'adjectif.
_________________
Les beaux livres, c’est aussi par ici : www.eons.fr
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Roland C. Wagner



Enregistré le: 23 Mar 2006
Messages: 3588

MessagePosté le: Mar Mar 27, 2012 8:07 am    Poster un sujet: Répondre en citant

MF a écrit:
... Wagner va encore plus loin sur son membre littéraire...


Faut pas me faire des trucs comme ça, j'ai des images de Tarzoon plein la tête, maintenant…
_________________
« Regarde vers Lorient / Là tu trouveras la sagesse. » (Les Cravates à Pois)

الكاتب يكتب
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dracosolis



Enregistré le: 07 Fév 2006
Messages: 7417

MessagePosté le: Mar Mar 27, 2012 10:52 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

c'est pas nous, c'est Eons qui louche sur ton membre littéraire
_________________
Antéchrist N°4
Idéologue Relativiste à mi-temps
Antéchrist N°4 :
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Eons



Enregistré le: 17 Fév 2007
Messages: 6338
Localisation: Le cœur de Flandre

MessagePosté le: Mer Mar 28, 2012 8:43 am    Poster un sujet: Répondre en citant

Membre littéraire (ici, effaçant une erreur). Mr. Green
Mr. Green
_________________
Les beaux livres, c’est aussi par ici : www.eons.fr
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Afficher les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre à ce sujet    Le forum d'ActuSF.com Index du forum -> Vos dernières lectures Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... , 18, 19, 20  Suivante
Page 19 de 20

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster des nouveaux sujets sur ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos posts dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos posts sur ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

?
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par Support-phpBB2.com