Alain Damasio

Modérateurs : Estelle Hamelin, Travis, Charlotte, marie.m, Eric, jerome

alephaleph
Messages : 450
Enregistré le : mar. nov. 12, 2013 2:55 pm

Alain Damasio

Message par alephaleph » mar. juil. 07, 2015 4:45 pm

L’auteur de La Horde du Contrevent a publié Vos souvenirs sont notre avenir, une nouvelle qui s’inscrit dans ce projet Fusion, son monde transmedia

L'info avec le lien vers la nouvelle à télécharger

Extrait :

« Une sentinelle mémorielle est pure surface d’inscription. Elle ne doit rien interpréter. Pas regarder : juste voir. Pas écouter : juste entendre. Ne rien ressentir : juste recevoir. Une sentimem est un disque de cortex sur lequel le laser du réel vient graver ses exactitudes. » J’aime la poésie bizarre d’Argus, mon mentor. Hier, il m’a dit : « Ava, je t’ai prise parce que tu es la plus brillante hypermnésique que j’aie pu former. Ton pouvoir de restitution est d’une précision hors norme, avec des taux de fidélité aux discours supérieurs à 99 %. Mais tu as un défaut très pénible pour ceux qui s’injectent tes souvenirs : tu n’arrives pas à éliminer ta subjectivité. Quand j’ingère une réunion secrète en relife, je veux juste pouvoir restituer au client ce qui s’est dit, pas revivre deux heures de réflexion et d’émotions — aussi passionnantes soient-elles. Car tu es passionnante, Ava. Mais de toi, je veux juste des mots exacts. Une rétine qui imprime. Des faits. S’il te plaît, évite de me polluer avec tes sensations ! »

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mar. oct. 04, 2016 8:12 am

Alain Damasio est en interview sur le site lesinrocks.

C'est payant mais la première partie est accessible gratuitement. Je vous mets la première question :

"Vous êtes un écrivain de science-fiction des plus appréciés. Pourtant, à relire La Zone du dehors (1999), on vous imaginerait plutôt auteur politique. Votre premier livre donne en effet envie de descendre dans la rue pour tout brûler…
Ha, ha ! Je suis venu à la science-fiction par la politique… Et dans l’idée, oui, de faire passer un message ! Mais surtout, soyons clairs : je suis un philosophe raté, comme David Lynch voulait être peintre et se révèle cinéaste de génie. C’est ce ratage qui me nourrit justement… Prenez Deleuze : cinq pages de post-scriptum que l’on a mis cinq ans à comprendre ! Hop ! Pareil pour Nietzsche ! On est vraiment dans le rôle de passeur, là. Les philosophes, c’est le parfum. Moi ? Je ne suis que l’eau de toilette…"
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mar. oct. 18, 2016 9:11 am

Je signale une chronique de la Brigade du Livre sur la Horde... Vraiment chouette...
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. mars 13, 2017 10:17 am

Je signale une interview d'Alain Damasio à propos d'une expo, « Extravaillance » dans le cadre de la 10ème Biennale Internationale Design de Saint-Etienne. C'est une expo d’Alain Damasio, Nobert Merjagnan et Didier Fiuza Faustino.

C'est ici
Usbek & Rica : Que signifie exactement ce titre, « Extravaillance » ? Faut-il l'entendre comme la traduction d'une conception du travail dépassée ?
Oui, c’est un mot imaginé pour donner aux gens le courage de faire le deuil d'une conception totalement absurde du travail. On recoupe les thèses accélérationnistes selon lesquelles il faut automatiser au maximum nos activités pour débarrasser l’homme de tâches qui seront, de toute façon, robotisées. Soit tu donnes aux êtres humains des tâches machinales absurdes qui mènent tout le monde au burn out, soit tu acceptes et tu accélères le processus en libérant du temps et de la liberté pour l'homme, grâce au revenu universel par exemple.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. juin 05, 2017 5:54 pm

Alain Damasio est dans les Inrocks : “La réalité virtuelle peut devenir un médium qui te rapproche du monde plutôt que t’en couper”

C'est à lire ici
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. juin 19, 2017 10:04 pm

La Horde du Contrevent, une alternative à la posthumanité technologique. C'est le thème d'une table ronde qui a eu lieu à Paris.

Il y a une retranscription sur Facebook par ici.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. août 28, 2017 9:37 am

Alain Damasio : « Il faut faire le deuil d'une conception totalement absurde du travail »
« Extravaillance ». À comprendre dans le sens de « ex-travaillance ». Le titre de l’exposition d’Alain Damasio, Nobert Merjagnan et Didier Fiuza Faustino présentée dans le cadre de la 10ème Biennale Internationale Design de Saint-Etienne donne tout de suite le ton au spectateur : le travail tel qu’on le connaît aujourd’hui, à savoir l'emploi salarié aliénant, synonyme d’effort et de souffrance, appartient au passé. Et au cas où le jeu de mot ne serait pas assez clair, le sous-titre de l’exposition (« Working Dead ») finira d’achever les espoirs des spectateurs les plus convaincus des vertus du capitalisme. L'heure est plutôt à la robotisation des tâches et à la libération de la créativité humaine par la réappropriation des savoir-faire et la valorisation des activités de chacun, nous dit l'écrivain de science-fiction Alain Damasio.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » ven. sept. 15, 2017 9:44 am

A lire ici, un monde sans Macron par Alain Damasio
Imaginons : des brigades anarchitectes capables de (co-)monter des cabanes et des abris solides en une seule nuit, en mode solo— ou mieux, avec des migrants et des sans abris — et que s’y installent aussitôt ces populations qu’on traque et qu’on chasse, tout autant que des étudiants ou des sympathisants, des groupes et des grappes militantes. Selon la vitesse, la dextérité, les matériaux utilisés, on peut imaginer construire des hameaux en une nuit, des quasi-villages, particulièrement dans des zones moins fliquées que le centre-ville ou sur des espaces plus difficiles à repérer ou à déloger : zones intersticielles, îlot sur la Loire, îlot artificiel de palettes, cabanes perchées, rond-points immenses d’entrée de ville, nœuds d’échangeurs, Calanques, hippodrome, friches, usines fermées…
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. oct. 16, 2017 8:23 pm

Interview


Comment lier art et engagement sans verser dans la propagande ?

Il y a une chose essentielle qui différencie l’art de la propagande. La propagande, comme disait Foucault, c’est l’art de « conduire des conduites », de créer quelque chose dans un registre argumentatif afin d’amener les gens à adopter certains comportements. Il y a une vraie volonté de manipuler la liberté des personnes, de la canaliser vers des points considérés comme relevant de la vérité. La grande différence et la grande chance, pour nous, artistes, c’est que nous sommes des « ouvreurs » : on ouvre le crâne des gens. Ce qui m’intéresse, c’est d’arriver à ce point où un déclic se fait, où les gens, simplement, ouvrent les yeux, les oreilles et parviennent à quelque chose d’autre. L’art doit permettre le décollement de la norme subie au quotidien. Il t’ouvre sur l’émotion, sur la perception, mais ne les ferme pas. La différence vient aussi du registre. Entre un registre poétique et un registre argumentatif, il y a une énorme différence. Toute la propagande relève de l’argumentatif : tu accumules des arguments qui te conduisent à une « vérité », tu réduis le cône jusqu’à toucher ce que tu veux faire croire aux gens. L’art opère en sens inverse : c’est un cône d’ouverture. Ce n’est pas si évident que ça, à l’écrit : des amis extrêmement littéraires me reprochent de trop fermer certaines de mes productions écrites. Je n’en ai pas l’impression, mais c’est possible.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mar. nov. 07, 2017 9:31 pm

Alain Damasio est dans le journal Le "1 hebdo" pour un récit à lire ici
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » jeu. févr. 01, 2018 12:12 pm

Un article dans les Inrockuptibles : Alain Damasio : “C’est tout le rapport de l’Occident à l’activité qu’il faut repenser”

Nos vies vous semblent-elles de plus en plus réduites à cette seule activité : le travail ?

J’ai le sentiment qu’on continue en tout cas à nous faire croire que l’horizon peut être le plein-emploi, qu’il suffit d’y mettre le fric, ou de “libérer” le travail pour qu’on recrée de l’emploi. Je suis convaincu qu’il faut au contraire définitivement enterrer cette idée. Pour moi, l’avenir du travail réside peut-être dans le revenu universel, même si le capital peut s’en accommoder. Cette idée ne fait d'ailleurs pas consensus entre nous.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » sam. févr. 17, 2018 4:52 pm

Alain est en interview sur ce blog.
La SF est, à mes yeux, aujourd’hui le genre majeur parmi les genres parce que la SF a toujours été une façon puissante d’interroger l’homme à partir de la technologie et que, précisément, en ce XXIe siècle naissant, jamais l’homme n’aura subi mutation anthropotechnique plus radicale et plus immersive. Nous n’avons plus un rapport à la technologie qui peut s’interroger, nous naissons, croissons, vivons et mourrons à l’intérieur du champ technologique. Internet est notre second cerveau, nous pensons par et à travers le web ; le téléphone portable, le tchat, le tweet, le mail, ne sont plus des façons de communiquer, tous nos rapports sociaux, à 80% ne se construisent et n’existent qu’à travers les réseaux. Et même la sculpture de soi, si précieuse pour Nietzsche, elle est inenvisageable sans passer par le jeu vidéo, les réseaux sociaux, l’apprentissage par les moteurs de recherche, notre propre façon d’être publics en ligne.

La SF ne peut donc connaître qu’un nouvel âge d’or, que le cinéma restitue d’ailleurs très bien, mais qu’on trouve aussi en BD, jeu vidéo et bien sûr en littérature et dans les nouveaux médias numériques.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mar. mars 27, 2018 7:49 am

Le procès Tarnac raconté par Alain Damasio, c'est à lire ici.
Où l’on assiste, par l’œil ouvert d’Alain Damasio et la voix rauque de Gilles Deleuze à un jour de procès ordinaire et fou ; où l’on découvre les stratégies d’entubage de l’accusation et l’importance des traces dans les nouvelles dynamiques de la preuve ; où l’on comprend que construire un récit et scénariser l’improbable est un art désormais bien partagé ; où l’on apprend que la vérité ne préexiste jamais et qu’elle doit être produite, toujours, par une écriture du réel.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mer. mai 09, 2018 8:22 am

Alain Damasio parle de la ZAD.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » mer. juin 20, 2018 8:29 pm

Alain Damasio imagine la ZAD en 2045 sur Vice...
Hyphe…?

Par Alain Damasio

 Mon nom est Blasius, mais ça n’a pas grande importance. Lorsqu’a été instaurée, en 2041, la Loi de Libération des Territoires, et que les villes en faillite budgétaire ont commencé à être vendues ; quand on a vu Nestlé racheter Lyon, capitale de la gastronomie ; que Clermont-Ferrand est devenue Clermont-Michelin ; que la Warmount a racheté Cannes et LVMH Paris et Bordeaux en lot groupé, j’ai tout de suite su que la ZAD n’y échapperait pas. Chez nous, ça a été plus massif en un sens, puisque c’est sur l’ensemble du département de Loire-Atlantique qu’ils ont « libéré » les territoires.
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Répondre

Retourner vers « Les infos sur vos auteurs »