Le forum d'ActuSF.com Index du forum Le forum d'ActuSF.com

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour voir ses messages privésSe connecter pour voir ses messages privés   ConnexionConnexion 

David Calvo online
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante
 
Ce forum est verrouillé: vous ne pouvez pas poster un nouveau sujet, répondre ou éditer des messages.   Ce sujet est verrouillé: vous ne pouvez pas éditer vos messages, ni poster des réponses.    Le forum d'ActuSF.com Index du forum -> Dialogue en ligne avec David Calvo
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Epikt



Enregistré le: 06 Mar 2007
Messages: 234
Localisation: PapichanLand

MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 10:58 am    Poster un sujet: Re: colin Répondre en citant

Pitié... pas de politique...
(David, t'as le droit de rembaler les gens, hein)

(par contre pense à répondre à systar sur les flocons, hein)


david a écrit:
il faudrait en finir avec la dictature de la narration, du sens et de la Raison.

Alors autant sur la raison, je suis d'accord (on écrit du fantastique bordel), sur le sens je suis d'accord (sinon on écrirait un essai), autant sur la narration, non, j'ai du mal. La narration, c'est ce qui fait tenir le texte debout (et dans les meilleur des cas lui donne un "sens"), lui donne un rythme, et "guide" le lecteur. Bazarder toute notion de narration (je parle pas d'"histoire", hein ?), c'est soit de la branlette (regardez comme je fais de la littérature expérimentale mais que j'y comprend rien) soir de l'inconscience (regardez comme je suis un gros rebelle).
Koikigna de ton avis sur la question ?
_________________
« Je m’en fiche. Dans ma tête je peux aller où je veux. C’est moi qui décide.
Je n’ai qu’à décider, et je peux aller où je veux... Ailleurs, n’importe où.
»
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Invité






MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:00 am    Poster un sujet: Répondre en citant

orcusnf a écrit:
Salut, es tu plutôt

Alain Damasio ou Roland Wagner ?

Gauchiste de Gauche ou Radical de Gauche ?

pour Fleurus ou pour Denis Guiot ?

Pour ou contre Appel d'air ?

un Razzieur ou un Razzié ?

Spirtualiste ou religieux ?

(c'est un résumé des débats qui animent le forum en ce moment)


salopard ^^

déjà je prends pas position pour ou contre, c est tellement un combat d arrière garde. mais je vais quand même jouer le jeu, rien que pour voir si j arrive à être plus intelligent que moi même ^^

roland ou alain... mmmh... je réponds pas à ca, pourquoi vouloir foutre la merde ? roland c est un pote, alain je le connais peu (vu qu'une fois, lu que la horde) mais j ai bcp de respect, voilà quoi..

la gauche ?

j'adore denis guiot comme personne, et comme éditeur, quelqu un qui publie colin et legendre, ben c est mon pote quoi

pour appel d air, pr tout vous dire, j ai de plus en plus de mal avec la revendication politik, je crois que la subversion par l imaginaire, par le rêve, est quelque chose de cent fois plus puissant aujourd'hui (je vous parle de revendication par l écrit, pas personnelle : moi, tous les jours, dans le réel, j essaye d être à la hauteur de mes engagements, humains, écologiques, moraux...). c est à nous de déplacer le champs de bataille. et rien ne vaut une bonne descente sur le terrain, crash de réalités, tout ça. on changera rien tant qu'on se sera pas attaqué à la sédimentation des mentalités. le problème de l abétissement de nos actes par l entertainement est désespérant. fighter le mainstream, déjà, ça me parait être, pour nous qui créeons des choses, une bonne solution. c est concret, de s attaquer aux violeurs.

oula, je suis un razzié moi Wink

la religion, c est pas mon truc. même si j ai bcp de respect pour tous ceux qui ont la foi.

l invisible par contre, ce qui n est pas nommé...
_________________

Revenir en haut
Epikt



Enregistré le: 06 Mar 2007
Messages: 234
Localisation: PapichanLand

MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:02 am    Poster un sujet: Répondre en citant

En passant, pense à te reconnecter, ça fait pas sérieux Rolling Eyes
_________________
« Je m’en fiche. Dans ma tête je peux aller où je veux. C’est moi qui décide.
Je n’ai qu’à décider, et je peux aller où je veux... Ailleurs, n’importe où.
»
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Invité






MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:09 am    Poster un sujet: Répondre en citant

C'est normal. C'est pas lui. C'est le faux Calvo. Un simulacre. Il bouge pareil, il écrit pareil, c'est Canada dry, mais en fait non.
(Et c'est vrai que t'as le droit de remballer les gens)
_________________

Revenir en haut
Invité






MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:09 am    Poster un sujet: Re: colin Répondre en citant

Epikt a écrit:
Pitié... pas de politique...
(David, t'as le droit de rembaler les gens, hein)

(par contre pense à répondre à systar sur les flocons, hein)


david a écrit:
il faudrait en finir avec la dictature de la narration, du sens et de la Raison.

Alors autant sur la raison, je suis d'accord (on écrit du fantastique bordel), sur le sens je suis d'accord (sinon on écrirait un essai), autant sur la narration, non, j'ai du mal. La narration, c'est ce qui fait tenir le texte debout (et dans les meilleur des cas lui donne un "sens"), lui donne un rythme, et "guide" le lecteur. Bazarder toute notion de narration (je parle pas d'"histoire", hein ?), c'est soit de la branlette (regardez comme je fais de la littérature expérimentale mais que j'y comprend rien) soir de l'inconscience (regardez comme je suis un gros rebelle).
Koikigna de ton avis sur la question ?


bah ca dépend des gens tu sais. moi je connais des gens qui arrivent à lire que de fragments de trucs abscons, d'autres qui lisent dune. ce que je veux dire par narration, c est vraiment cette vieille idée de la cause et de l effet. comme si tout devait etre raconté de la meme manière, avec un début, un milieu et une fin. la tradition orale qui a donné naissance au kalevala était fragmentaire, et les gens trippaient. on a fossilisé la forme dans une tradition normative qui me semble obsolète, c 'est tout (même si elle donne encore de très beaux résultats - normam mailer dit : je ne pense pas que le roman soit mort, mais je pense que les lecteurs le sont). j espère qu on arrivera à des films "instants", à des séries de fragments littéraires. je crois que c est ce que gibson a voulu dire dans pattern recognition, avec cette vision qu'ont les gens du "footage", certains pensent que ce sont des fragments pas reliés, d'autres des extraits d'une grande oeuvre. c est surpuissant comme vision. c est juste dommage que gibson nous fasse pas son footage à lui et soit obligé de terminer son livre comme une mauvaise série M6. c est là, la limite de la narration pour moi. après, je comprends qu'on aime dune et tout. mais on est au XXIème siècle bordel ! après, je dis pas, faut avoir les moyens de ses aspirations (et je les ai pt pas, en tout cas, j ai pt pas la rigueur qu'il faut), mais merde, faut essayer de bouger les choses. quitte a s'aliéner des lecteurs qui pensent que 1/ tu te prends pour antonin artaud et 2/ que tu veux foutre le bordel parcequ'en fait, tu sais pas écrire...

c est pt vrai. mais quelqu'un qui créé et qui n'admet pas être un menteur / imposteur, c est pour moi une imposture.
_________________

Revenir en haut
Invité






MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:10 am    Poster un sujet: Répondre en citant

fabrice a écrit:
Dave a écrit:
avec fab, on a bossé un peu comme bon nous semblait. ca dépendait des projets. la dernière fois qu'on a bossé ensemble, pour une très belle nouvelle qui devrait sortir un jour proche, c était pas comme avant, et c'était cool. je sais pas ce qui va se passer maintenant. on verra bien. après, concernant nos bites, je sais pas, je pense qu'elles sont de tailles égales Wink)) t'en penses quoi fab ?


Le jour où on a pris la résolution de ne jamais se les montrer, on a compris qu'on serait amis pour la vie.


putain mec, je t'aime ^^
_________________

Revenir en haut
Invité






MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:11 am    Poster un sujet: Répondre en citant

Epikt a écrit:
En passant, pense à te reconnecter, ça fait pas sérieux Rolling Eyes


ben quoi, je suis un invité, non ? et puis des gens se feront passer pour moi, ca va être sympa ce forum, on va finir par faire une orgie.

ouééééé
_________________

Revenir en haut
Invité






MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:12 am    Poster un sujet: Répondre en citant

Anonymous a écrit:
C'est normal. C'est pas lui. C'est le faux Calvo. Un simulacre. Il bouge pareil, il écrit pareil, c'est Canada dry, mais en fait non.

Oui, d'ailleurs, moi aussi, j'ai envie de devenir David Calvo. C'est bien d'être David Calvo.
_________________

Revenir en haut
david



Enregistré le: 11 Juil 2007
Messages: 65

MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:17 am    Poster un sujet: Répondre en citant

je voulais aussi dire à systar que je réfléchis à sa (ses) question(s) et que je prends mon temps pr répondre. minuscules flocons est complexe, et j ai bcp à dire sur le pixel, car c est mon métier (je fais des jeux vidéos hein).
_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Virprudens



Enregistré le: 07 Fév 2007
Messages: 1550
Localisation: Exception raised

MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:23 am    Poster un sujet: Répondre en citant

Anonymous a écrit:
C'est normal. C'est pas lui. C'est le faux Calvo. Un simulacre. Il bouge pareil, il écrit pareil, c'est Canada dry, mais en fait non.
(Et c'est vrai que t'as le droit de remballer les gens)

ca en vrai c'était moi en David Calvo qui croyait pas qu'il était David Calvo pour pas dire qui il était passqu'en fait il croyait vraiment qu'il était pas David Calvo mais peut-être les gens ont cru que c'était David Calvo mais en fait non c'était pas David Calvo
mais sinon, le jeu est marrant
_________________
- Please, be polite.
- Go fuck yourself.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
david



Enregistré le: 11 Juil 2007
Messages: 65

MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 11:52 am    Poster un sujet: Répondre en citant

systar a écrit:
Bonjour David, quelques questions sur les Minuscules Flocons, par la lecture duquel je vous ai découvert...
D'où est venue cette idée d'examiner, le temps d'un roman, cette idée de pixellisation du monde? Pourquoi votre livre introduit-il alors la notion d'un "suicide de l'Occident"? Pourquoi réintroduire ce terme d'Occident, alors même que personne ne sait réellement ce que c'est, ni si, à titre de civilisation, il est suffisamment unifié pour qu'on puisse en parler au singulier?
Il y a une autre thèse dans votre roman qui est liée à la première: puisque la réalité virtuelle est propre, ne sécrète pas d'excréments, il semblerait que ce soit l'humain qui devienne la prothèse excrémentielle de sa propre machine...

(ça fait plein de thèmes très "à la Dantec", tout ça... Une similitude dans la réflexion qui est consciente, assumée, ou totalement distincte, ou parfaitement inconsciente?)

Autre et dernière question pour cette première rafale: d'où vient votre intérêt pour l'univers de Disney, que visiblement vous connaissez très bien? L'utilisez-vous en littérature parce qu'il serait caractéristique d'un des phénomènes que je cite plus haut, ou bien est-ce juste... un plaisir personnel de resituer votre travail dans un univers que vous appréciez?

Voilà, en vous remerciant par avance, et en attendant de prendre le temps de lire Nid de Coucou...

Bruno


salut !

bon allez j y vais (mais je parlerai pas de dantec car je le lis pas vraiment ce mec, c est trop lourd, bien trop lourd, j ai pas la patience pour les pensums)

d abord sur l occident. peut etre que le terme était abusif, oui, votre remarque est très juste, en même temps, l occident chrétien est, il me semble, une notion pas si tirée par les cheveux que ça, mais c était pas à ça que je pensais en écrivant le livre. pour moi, le sédiment de cet occident, qui n est absolument pas localisé géographiquement, qui est un meta-occident, c est bien l entertainment et la technologie de l'information. les sociétés post industrielles ont développé un rapport quasi mythique à leurs créations virtuelles récentes, et la technologie est le bras armé d une nouvelle façon d envisager l espoir de voir tout ça s'animer (la singularité, tout ca). en soit, ça ne me gène pas, je veux dire, je suis le premier à gloser sur le bien fondé de star wars ou du premier panzer dragoon, et moi même je participe largement à l'enfermement de notre belle jeunesse dans les affres du pixels et de l'imaginaire, les gardant bien loin du darfour. ma responsabilité de développeur, et d'auteur, est pourtant là : à quel moment allons-nous pouvoir utiliser le pixel comme une arme pour changer la façon dont pensent les gens ? la façon dont la réalité elle-même est percue ? c est aussi une des fonction de l art, de la littérature, de ce que vous voulez, mais le jeu vidéo est encore à la traine, car, si jeune dans son développement, il a été empaqueté, maché, vendu comme peut l etre le cinéma hollywoodien. l essentiel de la production du jeu vidéo est faite pour les gros cakes ou pour les connards. désolé. maintenant, c est pas parce que c est le cas qu il faut rien faire. l impact d un jeu comme super columbine massacre RPG est énorme. l indépendant se développe. les mondes virtuels cherchent d autres moyens d impacter le réel, par déviation. c est forcément enrichissant. l arrivée d une technologie permettant de rendre réel ce qui était jusqu'ici invisible nous confronte à un choix moral énorme : soit on se braque, on dit : olala, c était mieux avant quand les momes apprenaient le latin et je sais pas quoi, soit on prends le train en marche et on essaye de court-circuiter le système, en créant des poches de résistances actives sur le marché (comme la diffusion online des jeux, la mise en place de boites indés etc), dans les médias, dans la tête des gens, sur le terrain. c est un risque : envisager notre belle civilisation, si tant est qu'elle en soit une, comme abrutie, enfermée dans une réalité parallèle, c est évidemment un danger (voir même un danger d'une certaine beauté - on rentre dans la grace de la désincarnation). mais ce danger, il existe aussi dans la réalité médiatique, dans la réalité religieuse, politique, dans toute caverne aménagée par le pouvoir (merci seb Wink). le net et les mondes virtuels nous permettent, aujourd'hui, peut etre pas pour longtemps, de prendre ça en main. c est inespéré. faut y aller, c est tout. c est un enjeu concret, pas de la branlette auteuriste ou de la pose d artiste à écharpe. et si l occident se suicide en basculant dans une réalité artificielle, au moins, on en sera débarrassé ! il restera forcément des gens un peu illuminés pour trouver le chemin de la sortie, avec des torches. il doit y avoir une part d inconscience aussi, de naiveté un peu utopiste de ma part de vouloir mettre autant d espoir dans ce qui reste alimenté par de l électricité. je dois donc préciser que j ai l espoir de pleins d autres trucs, notamment la spiritualité. mais on change de sujet là. le virtuel est pas spécialement mon unique préoccupation.

concernant les sécrétions, bon. l une des mes grandes thèses de développement, c est la présence du déchet dans le virtuel (comme dirait marianne faithful). pas le déchet designé, pas celui qu'on met au bas du mur pr que ca fasse beau, mais celui qui est généré par l'univers lui même. la pollution. la merde. le débris. le déchets. le résiduel. on n y est pas encore, même s'il y a des chouettes tentatives (y compris dans le jeu sur lequel je bosse). alors envisager que pour l'instant, le déchet du jeu, c est forcément la trace du jeu sur le joueur, ses marques corporelles, cicatrices d'expériences, escares, fourmis; son suintement, ses boutons, sa merde, ca me parait intéressant de tenter de rendre organiquement quelque chose qui nous semble aussi froid qu'un petit pixel. j essaye toujours de faire revenir mon écriture vers une vision primitive, organique des choses. du msn sur papier chiottes. du sperme dans la moustache de walt disney. ce genre de trucs quoi.

je ferai un autre post sur disney car celui là est déjà trop long. et très (trop) schématique. je suis pas très fort pour les discussions super intellos, je lis pas de philo, sorry ^^
_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité






MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 12:35 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

bonjour david,

Te sens-tu déphaser par rapport à la réalité? t'interroges-tu sur ton état psychique?
_________________

Revenir en haut
Epikt



Enregistré le: 06 Mar 2007
Messages: 234
Localisation: PapichanLand

MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 12:50 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

David "Anonymous" Calvo a écrit:
bah ca dépend des gens tu sais. moi je connais des gens qui arrivent à lire que de fragments de trucs abscons, d'autres qui lisent dune. ce que je veux dire par narration, c est vraiment cette vieille idée de la cause et de l effet. comme si tout devait etre raconté de la meme manière, avec un début, un milieu et une fin. la tradition orale qui a donné naissance au kalevala était fragmentaire, et les gens trippaient. on a fossilisé la forme dans une tradition normative qui me semble obsolète, c 'est tout (même si elle donne encore de très beaux résultats - normam mailer dit : je ne pense pas que le roman soit mort, mais je pense que les lecteurs le sont). j espère qu on arrivera à des films "instants", à des séries de fragments littéraires. je crois que c est ce que gibson a voulu dire dans pattern recognition, avec cette vision qu'ont les gens du "footage", certains pensent que ce sont des fragments pas reliés, d'autres des extraits d'une grande oeuvre. c est surpuissant comme vision. c est juste dommage que gibson nous fasse pas son footage à lui et soit obligé de terminer son livre comme une mauvaise série M6. c est là, la limite de la narration pour moi. après, je comprends qu'on aime dune et tout. mais on est au XXIème siècle bordel ! après, je dis pas, faut avoir les moyens de ses aspirations (et je les ai pt pas, en tout cas, j ai pt pas la rigueur qu'il faut), mais merde, faut essayer de bouger les choses. quitte a s'aliéner des lecteurs qui pensent que 1/ tu te prends pour antonin artaud et 2/ que tu veux foutre le bordel parcequ'en fait, tu sais pas écrire...

c est pt vrai. mais quelqu'un qui créé et qui n'admet pas être un menteur / imposteur, c est pour moi une imposture.

<HS> J'aime pas Dune , une belle balourdise comme on en fait trop </HS>


Ce que tu n'aimes pas, c'est la narration linéaire, et les structures tradtionnelles (les trois actes et cie), pas la narration en elle même.
(tu peux me contredire si j'ai rien pigé)

L'idée de cause et d'effet à beau être une "vieille idée", c'est bien de cela dont il s'agit. Tu veux provoquer un "effet" sur ton lecteur, il va te falloir réfléchir à comment tu vas mettre en oeuvre sa "cause". Ou alors tu construis une "cause", afin d'observer quel "effet" cela provoque. Dans les deux cas, tu ne me feras pas dire que tu ne t'intéresses pas à la narration.
Refuser l'eternel "début => milieu => fin", c'est déjà réflechir à la narration.

Ensuite, déconstruire, zapper, "footager", pourquoi pas ? mais quel intérêt ? si c'est juste dans le but de tourner le dos aux conventions, n'est-ce pas de la subversion à courte vue ?
Je suis de ceux qui concidèrent la forme comme primordiale, mais surtout comme porteuse de sens(ation). D'où, l'utilisation d'une structure narrative ou d'une autre fait l'objet d'une réflexion sur son impact sur le lecteur (exemple con : que penser d'un livre pronant des idées subversives à tout va, mais enfermé dans une structure traditionnelle ? la forme ne contredit-elle pour le coup pas le fond, l'invalidant ? pour ce genre de raison la narration ne doit pas être négligée).
C'est pour cela qu'emprunter une forme narrative hors-norme se doit d'être motivée.
(dans la famille "Epikt se tire une balle dans le pied" : en quel honneur je concidérerais la forme narrative traditionnelle comme forme narrative par défaut ?)

Entre nous, tu as le droit de me répondre : "ça me vient comme ça, je vais pas me faire chier à l'écrire autrement, c'est vrai quoi !"

Tout ça pour dire que je trouve ton affirmation "il faudrait en finir avec la dictature de la narration" peu judicieuse. La narration me semble au contraire trop souvent négligée.
Même s'il me semble comprendre ce que tu veux dire par là, et si j'ai conscience de m'être accroché à une faille due à une rédaction un peu rapide. Mais c'est aussi un terrain sur lequel ça ne me déplairait pas de t'entendre.

E.
(qui aime se faire l'"avocat du diable" et surtout utiliser des guillemets)
_________________
« Je m’en fiche. Dans ma tête je peux aller où je veux. C’est moi qui décide.
Je n’ai qu’à décider, et je peux aller où je veux... Ailleurs, n’importe où.
»
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
david



Enregistré le: 11 Juil 2007
Messages: 65

MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 1:09 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Anonymous a écrit:
bonjour david,

Te sens-tu déphaser par rapport à la réalité? t'interroges-tu sur ton état psychique?


je ne réponds à cette question que si tu as les couilles de me dire qui tu es ^^
_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
david



Enregistré le: 11 Juil 2007
Messages: 65

MessagePosté le: Lun Juil 16, 2007 1:26 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Epikt a écrit:
David "Anonymous" Calvo a écrit:
bah ca dépend des gens tu sais. moi je connais des gens qui arrivent à lire que de fragments de trucs abscons, d'autres qui lisent dune. ce que je veux dire par narration, c est vraiment cette vieille idée de la cause et de l effet. comme si tout devait etre raconté de la meme manière, avec un début, un milieu et une fin. la tradition orale qui a donné naissance au kalevala était fragmentaire, et les gens trippaient. on a fossilisé la forme dans une tradition normative qui me semble obsolète, c 'est tout (même si elle donne encore de très beaux résultats - normam mailer dit : je ne pense pas que le roman soit mort, mais je pense que les lecteurs le sont). j espère qu on arrivera à des films "instants", à des séries de fragments littéraires. je crois que c est ce que gibson a voulu dire dans pattern recognition, avec cette vision qu'ont les gens du "footage", certains pensent que ce sont des fragments pas reliés, d'autres des extraits d'une grande oeuvre. c est surpuissant comme vision. c est juste dommage que gibson nous fasse pas son footage à lui et soit obligé de terminer son livre comme une mauvaise série M6. c est là, la limite de la narration pour moi. après, je comprends qu'on aime dune et tout. mais on est au XXIème siècle bordel ! après, je dis pas, faut avoir les moyens de ses aspirations (et je les ai pt pas, en tout cas, j ai pt pas la rigueur qu'il faut), mais merde, faut essayer de bouger les choses. quitte a s'aliéner des lecteurs qui pensent que 1/ tu te prends pour antonin artaud et 2/ que tu veux foutre le bordel parcequ'en fait, tu sais pas écrire...

c est pt vrai. mais quelqu'un qui créé et qui n'admet pas être un menteur / imposteur, c est pour moi une imposture.

<HS> J'aime pas Dune , une belle balourdise comme on en fait trop </HS>


Ce que tu n'aimes pas, c'est la narration linéaire, et les structures tradtionnelles (les trois actes et cie), pas la narration en elle même.
(tu peux me contredire si j'ai rien pigé)

L'idée de cause et d'effet à beau être une "vieille idée", c'est bien de cela dont il s'agit. Tu veux provoquer un "effet" sur ton lecteur, il va te falloir réfléchir à comment tu vas mettre en oeuvre sa "cause". Ou alors tu construis une "cause", afin d'observer quel "effet" cela provoque. Dans les deux cas, tu ne me feras pas dire que tu ne t'intéresses pas à la narration.
Refuser l'eternel "début => milieu => fin", c'est déjà réflechir à la narration.

Ensuite, déconstruire, zapper, "footager", pourquoi pas ? mais quel intérêt ? si c'est juste dans le but de tourner le dos aux conventions, n'est-ce pas de la subversion à courte vue ?
Je suis de ceux qui concidèrent la forme comme primordiale, mais surtout comme porteuse de sens(ation). D'où, l'utilisation d'une structure narrative ou d'une autre fait l'objet d'une réflexion sur son impact sur le lecteur (exemple con : que penser d'un livre pronant des idées subversives à tout va, mais enfermé dans une structure traditionnelle ? la forme ne contredit-elle pour le coup pas le fond, l'invalidant ? pour ce genre de raison la narration ne doit pas être négligée).
C'est pour cela qu'emprunter une forme narrative hors-norme se doit d'être motivée.
(dans la famille "Epikt se tire une balle dans le pied" : en quel honneur je concidérerais la forme narrative traditionnelle comme forme narrative par défaut ?)

Entre nous, tu as le droit de me répondre : "ça me vient comme ça, je vais pas me faire chier à l'écrire autrement, c'est vrai quoi !"

Tout ça pour dire que je trouve ton affirmation "il faudrait en finir avec la dictature de la narration" peu judicieuse. La narration me semble au contraire trop souvent négligée.
Même s'il me semble comprendre ce que tu veux dire par là, et si j'ai conscience de m'être accroché à une faille due à une rédaction un peu rapide. Mais c'est aussi un terrain sur lequel ça ne me déplairait pas de t'entendre.

E.
(qui aime se faire l'"avocat du diable" et surtout utiliser des guillemets)


non, non, c est moi qui suis allé un peu loin ^^

c est vrai que finalement, à partir du moment où tu as une couv, un quatre de couv, etc, tu as un produit fini, entre quatre murs (tout a une fin, sauf la banane qui en a deux, et le saucisson, quoique c est sujet à discussion). donc affirmer vouloir tout démonter en écrivant des livres qui commencent par une phrase et finissent par une autre, c est un peu, justement, le mur (je crois que le seul exemple que j ai c est finnegan's wake ou, dans une moindre mesure, atrocity exhibition). c est pt pour ca aussi que je cherche dans les jeux vidéo une forme d interaction ou le joueur/lecteur est actif, où le seul boulot du créateur, c est de donner, justement, des outils de création (des étoiles, des trucs à récolter etc). tu vois émerger des choses magnifiques dans le online, une création nouvelle, basée sur l'expérience du moment présent, sur l'éphèmere particule qui scientille et qui mise bout à bout aux autres particules, donne la narration d une zone, d une communauté, d une ile. tu greffes là-dessus la convergences des individus, comme des faisceaux de sens et d informations à ta somme, et tu as quelque chose qui nait, qui s absorbe, mais qui n est pas narratif. peut-être que ma gestion de l ellipse, en Bd ou en écriture, c est ca, cette volonté de donner au lecteur la possibilité de combler les trous lui même, parfois par paresse, en général par souci de pousser l imaginaire de l autre dans ses derniers retranchements (tu donnes l input, l output, mais pas le parser).

mon refus de la narration, tel que je l ai articulé, est en fait double : d abord, c est le refus du point de vue unique sur ce que doit être une forme d expression. le roman CA DOIT ETRE CA, patati, patata, ca me gave profondemment de voir tous des gens intelligents tirer à boulets rouges sur les initiatives, les rêves et les espoirs d'une génération parce qu'il faut que les valeurs soient respectées. moi je lis pas balzac, je lui pisse à la rai, et pareil pour les gens de tecknikart. tous les lecteurs sont pas des vaches à lait et des débiles. et c est parce que le marché me donne pas raison que je vais me taire. tout le monde fait sa sainte nitouche devant la critique et les tenants du pouvoir en frissonnant de perdre sa place au sommet (quel sommet ? est-ce qu'on t a dit qu au sommet, il faisait froid ? et que t'étais seul comme un con là-haut ?). la vérité, c est qu en france, on vit dans les ruines d une culture, les pieds dans la boue, et on chante comme si on dominait encore le monde. j ai vu des expériences littéraires en france véritablement hallucinantes (damasio, colin, claro, barberi) se faire ignorer ou défoncer le cul par des frustrés parce que c est soit-disant prétentieux de vouloir faire autre chose que du A+B=C dans ce pays de Raison. alors qu'en fait, il s agit de réfléchir, sur le mot, sur la forme, sur le sens, sur la réalité, sur la perception de la réalité sur tout. d ouvrir en grand des portes, de pas chercher à s enfermer dans un moule pour avoir le droit d être quelqu'un. quitte à tout perdre. mais merde. si personne est prétentieux, si personne va se choper le mur, qu est ce qui va se passer ? QUI A DES COUILLES PUTAIN ?

ensuite : tu as raison bien sûr, on pense en images, on pense en séquences. demain, j ai envie d écrire un livre sur un type qui tombe dans l escalier, bon. je vais réfléchir à une narration, même si elle est crenelée, en forme de spirale, en bois de pin, je sais pas. ça restera une façon de présenter les choses. tu finira toujours par avoir un mot sur la page, avec des lignes dans l'ordre. tout est narration. même ce forum. quand il sera fermé, on se dira : tiens, ben il s 'est passé ça, ca et ca. ok. on est tous dans la narration, dans la narration de nos vies, du système, des médias. voilà. donc, comment on fait pour en sortir ? est-ce que c est possible ? est-ce qu'on peut tenter le coup ? est-ce que c est pas un challenge de tenter de mettre fin à quelque chose d'aussi immuable ? est-ce que c est constructif d aller se friter des ombres sur le mur de la caverne ? moi ca me parait jouable, mais comme dirait notre courageux anonyme, je n ai peut etre pas le sens des réalités.

ce que tu appelles l'épate, c est souvent du courage (ou dans mon cas de la paresse intellectuelle, mais c est parce que moi, je suis pas volodine hein).

quant à la subversion, je la préfère à courte vue qu'absente.
c est dit.
_________________



Dernière édition par david le Lun Juil 16, 2007 2:01 pm; édité 2 fois au total
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Afficher les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé: vous ne pouvez pas poster un nouveau sujet, répondre ou éditer des messages.   Ce sujet est verrouillé: vous ne pouvez pas éditer vos messages, ni poster des réponses.    Le forum d'ActuSF.com Index du forum -> Dialogue en ligne avec David Calvo Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante
Page 2 de 10

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster des nouveaux sujets sur ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos posts dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos posts sur ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

?
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par Support-phpBB2.com