David Calvo online

David Calvo online

Modérateurs : Charlotte, Eric

david
Messages : 65
Enregistré le : mer. juil. 11, 2007 4:09 pm

Message par david » lun. juil. 16, 2007 6:47 pm

fabrice a écrit :
kibu a écrit :Bonjour,
Je pose une question existentielle [c'est tendance sur ce forum actuellement]
Dans Sunk, est-ce que c'est l'île qui descend ou l'eau qui monte ?
!
Ce qui importe n'est pas la réponse à cette question.
Ce qui importe est de ne pas finir noyé.
ou bouffé !

david
Messages : 65
Enregistré le : mer. juil. 11, 2007 4:09 pm

Message par david » lun. juil. 16, 2007 6:58 pm

jerome a écrit :et euh, pourquoi les Pirates ?

En fait, entre Supercroc ou La Jabule, ou bien encore Kaarib (La BD), c'est un thème qui semble t'inspirer. Pourquoi ? Quelle magie t'atttire là dedans ?
ah ba je sais pas, les pirates, c est un truc de mome quoi, c est les caraibes, le poulet braisé sur la plage sous la lune, le sable, les naufrages, les grottes. c est surtout un monde qu on connait très peu et qu on remixe comme on le sent. j y reviendrai surement, aux pirates. y a tout à faire avec ça.

Invité

Message par Invité » lun. juil. 16, 2007 7:28 pm

et si on allait manger ce soir y'a des nouilles chinoises cuites dans du bouillon de rat j ai faim j ai faim beaucoup et je mangerai tout comme un grand avec un cuillère pour moman une cuillère pour popa je mettrai mon bavoir teletubbies et je ferai caca dans ma couche après quoi popa et moman me mettront au lit après m avoir mis une couche propre iront au lit aussi popa viendra sur moman pour préparer petit frère ou petite soeur ca fera han han oui oui splaoutch je m en fous je dormirai déjà je suis pas pressé de toute façon la bombe est prévue pour demain j aurai pas le temps de grandir de voir tous les super trucs en vrai comme walibi ou disneyland demain y aura plus rien peut-être juste un peu de caca au fond de ma couche j aurais bien aimé aller à l école pour avoir des copains mais j ai plus le temps mon esprit est ailleurs j'ai plus le temps faut y aller tous ensemble on ira tous ensemble au paradis ou ailleurs

david
Messages : 65
Enregistré le : mer. juil. 11, 2007 4:09 pm

Message par david » lun. juil. 16, 2007 7:57 pm

Anonymous a écrit :et si on allait manger ce soir y'a des nouilles chinoises cuites dans du bouillon de rat j ai faim j ai faim beaucoup et je mangerai tout comme un grand avec un cuillère pour moman une cuillère pour popa je mettrai mon bavoir teletubbies et je ferai caca dans ma couche après quoi popa et moman me mettront au lit après m avoir mis une couche propre iront au lit aussi popa viendra sur moman pour préparer petit frère ou petite soeur ca fera han han oui oui splaoutch je m en fous je dormirai déjà je suis pas pressé de toute façon la bombe est prévue pour demain j aurai pas le temps de grandir de voir tous les super trucs en vrai comme walibi ou disneyland demain y aura plus rien peut-être juste un peu de caca au fond de ma couche j aurais bien aimé aller à l école pour avoir des copains mais j ai plus le temps mon esprit est ailleurs j'ai plus le temps faut y aller tous ensemble on ira tous ensemble au paradis ou ailleurs
:shock:

Avatar du membre
Virprudens
Messages : 1550
Enregistré le : mer. févr. 07, 2007 11:34 am
Localisation : Exception raised

Message par Virprudens » lun. juil. 16, 2007 8:00 pm

david a écrit :
Anonymous a écrit :et si on allait manger ce soir y'a des nouilles chinoises cuites dans du bouillon de rat j ai faim j ai faim beaucoup et je mangerai tout comme un grand avec un cuillère pour moman une cuillère pour popa je mettrai mon bavoir teletubbies et je ferai caca dans ma couche après quoi popa et moman me mettront au lit après m avoir mis une couche propre iront au lit aussi popa viendra sur moman pour préparer petit frère ou petite soeur ca fera han han oui oui splaoutch je m en fous je dormirai déjà je suis pas pressé de toute façon la bombe est prévue pour demain j aurai pas le temps de grandir de voir tous les super trucs en vrai comme walibi ou disneyland demain y aura plus rien peut-être juste un peu de caca au fond de ma couche j aurais bien aimé aller à l école pour avoir des copains mais j ai plus le temps mon esprit est ailleurs j'ai plus le temps faut y aller tous ensemble on ira tous ensemble au paradis ou ailleurs
:shock:
bah ouais :shock: quand je pense que j'ai oublié deux apostrophes
mais j'avais faim
- Please, be polite.
- Go fuck yourself.

Avatar du membre
orcusnf
Messages : 2406
Enregistré le : mer. mai 24, 2006 8:55 pm
Localisation : Stuttgart
Contact :

Message par orcusnf » lun. juil. 16, 2007 9:36 pm

david calvo a écrit :salopard
Jérooooooooommmmmmmmmeuh, j'ai le droit de demander un ban pour insulte ?

:D :D :D
http://www.fantastinet.com l'actualité de la littérature de l'imaginaire

minx
Messages : 3
Enregistré le : lun. juil. 16, 2007 12:14 pm

Message par minx » lun. juil. 16, 2007 9:59 pm

david a écrit :
minx a écrit :
Anonymous a écrit:
bonjour david,

Te sens-tu déphaser par rapport à la réalité? t'interroges-tu sur ton état psychique?


je ne réponds à cette question que si tu as les couilles de me dire qui tu es ^^
bon je mets les couilles sur le terrain : je suis MiNX( bien avancé avec ça ;))
j'habite saint etienne, j'ai 32 ans, au RMI (jamais travaillé à part quelques temps comme agent de sécurité.) Malgré tous mes quart d'efforts Je n'arrive pas à être artiste ou intellectuel, je suis quasiment le néant. J'ai sutout lu de toi : tes interviews, les flocons en diagonale, une ou deux bd... mais j'ai acheté ton dernier livre parce que dans mon petit fantasme tu es un type lucide et bien situé sur l'échelle du réel.
Pour préciser ma question je me demandais si tu vivais bien ton état de mr bizarre ou si cela impliquait une détresse psychique à se mettre à genou. Est-ce dur d'aller faire ses courses, prendre un rendez-vous avec quelqu'un de normal, parler à un agent immobilier?
je sais que ça n'a rien à voir avec ton activité d'écrivain, t'es pas obligé de répondre.
salut MiNX ! (cool de te connaître ^^)

je suis pas quelqu un de super actif, je veux dire, pleins de gens que je connais écrivent beaucoup, se donnent la peine d arriver là où ils veulent être. moi, j ai l impression de me servir de ma paresse pour justifier une vision super géniale de l écriture, alors qu en fait c est juste de la paresse. pendant quelques années, j ai fais une violente procrastination, en partie due à mon addiction aux mondes virtuels, abstraits, au net, tout ça. je remettais tout à demain. je me suis grillé avec pleins de gens. tout ca parce que j étais persuadé qu on attendait quelque chose de moi, que je me devais d être le nouveau machin ou de faire la couv de truc mag. la vérité, c est que personne n en a rien à foutre. on est tellement sur le marché, à se disputer le bout de gras pour sortir de nos existences. on lorgne sur la chance de ces gens qui s extraient du système (enfin, qui nous donnent l impression de le faire) pour accomplir leur passion, et être rentable. aujourd'hui, toute la société est articulée autour de cette frustration d être normal. de faire des choses normales.

je me suis pris pour un écrivain pendant trois ans, et c était la pire période de ma vie. parce que je n ai pas écouté mon ventre. quand ton ventre te dis : écris deux lignes, t as pas à rougir de pas en écrire dix. t as surtout pas à demander au monde de reconnaitre ton génie. le monde s en fout. il s intéressera à toi si tu es au bon endroit au bon moment. si ton bouquin se vend 10 000 ex. si tu as le sida et que tu en parles dans Match. moi, j ai envie que mes bouquins se vendent 10 000 ex, je vais pas te mentir, mais ca veut pas dire que je dois jouer le jeu. c est pas un jeu. j ai articulé ma singularité autour de choses qui m ont réellement construites, même si elles me plaisent pas. faut apprendre à faire avec ce qu on a, le mieux qu on peu, avec le temps qu on a. bilan : j ai retrouvé du travail, j ai dis merde aux gens qui me traitaient comme de la merde parce que je mendiais leur attention. maintenant, je fais ce que je veux. si ca marche pas, je pourrais blamer personne d autre que moi.

quant à la réalité, ma foi, faut se protéger. déjà le RMI, c est pas bon, vivre au crochet de l'état, c est pire que vivre aux crochets de tes parents, c est pas quelque chose qui te donne confiance. sauf si t as perdu tes deux jambes. ou si tu es réfugié politique, je sais pas. l état mérite pas que tu lui fasses cette faveur de lui être redevable. je n ai aucune lucidité sur le réel, je suis allé une fois à l anpe, on m a demandé quel était mon vrai métier, puis on m a proposé d être toiletteur pour chien. c est drole. la réalité est drole. c est comme les clowns ou le muppet show, le matin dans le métro, je veux tous les tuer, avec leurs regards de convoitise pour ton strapontin. on nous pousse à être comme à ça, à s'habiller che celio, à mettre un petit pull autour des épaules pour aller mater le feu d artifice. t as pas besoin d être artiste pour être un acteur de ton temps. y'a plus d'artistes, il n'y a que des blooms qui jouent à être artistes. l intellect est un champs de ruines. il te reste ta sensibilité. faut poser les bonnes questions.

le net te donne pleins de possibilités, le rêve aussi. c est là-dedans qu'il faut piocher, je crois. la résistance aux cons, au cynisme. à l instinct grégaire.
mais je suis pas de très bon conseil tu sais, tout le monde dit que je suis fou ^^
ok merci bien pour cette réponse à une question que je n'ai pas posé. :D
bon sur le fait qu'on est obligé d'abandonner toute volonté de puissance dans cette savonette de monde je te rejoinds même si je suis persuadé qu'on passe à côté de quelque chose (la joie?).
Pour le RMI on peut voir ça comme une invention S.F. Et ce ni plus ni moins destructeur que bosser à peugeot. Quand à l'autonomie et la dignité : ok. Je me console en me disant que je vis la post-histoire à fond. En sans doute que dans un siecle on y sera tous au rmi.
Ca m'amène à reformuler la question initiale : est-ce qu'il est possible dans ce monde rationnel-automatique d'avoir des idées comme les tiennes sans péter un cable? je me souviens avoir entendu une interview de toi sur france-culture complètement tarée. Alors ça va vu le contexte (émission SF) mais tu fais comment dans le quotidien? ton cerveau est-il compartimenté? qui est-ce qui dit bonjour à la voisine?
tu te rêves dans un monastère ou tu as besoin de cette confrontation avec la normalité?

Invité

Message par Invité » lun. juil. 16, 2007 10:29 pm

minx a écrit :
david a écrit :
minx a écrit :
Anonymous a écrit:
bonjour david,

Te sens-tu déphaser par rapport à la réalité? t'interroges-tu sur ton état psychique?


je ne réponds à cette question que si tu as les couilles de me dire qui tu es ^^
bon je mets les couilles sur le terrain : je suis MiNX( bien avancé avec ça ;))
j'habite saint etienne, j'ai 32 ans, au RMI (jamais travaillé à part quelques temps comme agent de sécurité.) Malgré tous mes quart d'efforts Je n'arrive pas à être artiste ou intellectuel, je suis quasiment le néant. J'ai sutout lu de toi : tes interviews, les flocons en diagonale, une ou deux bd... mais j'ai acheté ton dernier livre parce que dans mon petit fantasme tu es un type lucide et bien situé sur l'échelle du réel.
Pour préciser ma question je me demandais si tu vivais bien ton état de mr bizarre ou si cela impliquait une détresse psychique à se mettre à genou. Est-ce dur d'aller faire ses courses, prendre un rendez-vous avec quelqu'un de normal, parler à un agent immobilier?
je sais que ça n'a rien à voir avec ton activité d'écrivain, t'es pas obligé de répondre.
salut MiNX ! (cool de te connaître ^^)

je suis pas quelqu un de super actif, je veux dire, pleins de gens que je connais écrivent beaucoup, se donnent la peine d arriver là où ils veulent être. moi, j ai l impression de me servir de ma paresse pour justifier une vision super géniale de l écriture, alors qu en fait c est juste de la paresse. pendant quelques années, j ai fais une violente procrastination, en partie due à mon addiction aux mondes virtuels, abstraits, au net, tout ça. je remettais tout à demain. je me suis grillé avec pleins de gens. tout ca parce que j étais persuadé qu on attendait quelque chose de moi, que je me devais d être le nouveau machin ou de faire la couv de truc mag. la vérité, c est que personne n en a rien à foutre. on est tellement sur le marché, à se disputer le bout de gras pour sortir de nos existences. on lorgne sur la chance de ces gens qui s extraient du système (enfin, qui nous donnent l impression de le faire) pour accomplir leur passion, et être rentable. aujourd'hui, toute la société est articulée autour de cette frustration d être normal. de faire des choses normales.

je me suis pris pour un écrivain pendant trois ans, et c était la pire période de ma vie. parce que je n ai pas écouté mon ventre. quand ton ventre te dis : écris deux lignes, t as pas à rougir de pas en écrire dix. t as surtout pas à demander au monde de reconnaitre ton génie. le monde s en fout. il s intéressera à toi si tu es au bon endroit au bon moment. si ton bouquin se vend 10 000 ex. si tu as le sida et que tu en parles dans Match. moi, j ai envie que mes bouquins se vendent 10 000 ex, je vais pas te mentir, mais ca veut pas dire que je dois jouer le jeu. c est pas un jeu. j ai articulé ma singularité autour de choses qui m ont réellement construites, même si elles me plaisent pas. faut apprendre à faire avec ce qu on a, le mieux qu on peu, avec le temps qu on a. bilan : j ai retrouvé du travail, j ai dis merde aux gens qui me traitaient comme de la merde parce que je mendiais leur attention. maintenant, je fais ce que je veux. si ca marche pas, je pourrais blamer personne d autre que moi.

quant à la réalité, ma foi, faut se protéger. déjà le RMI, c est pas bon, vivre au crochet de l'état, c est pire que vivre aux crochets de tes parents, c est pas quelque chose qui te donne confiance. sauf si t as perdu tes deux jambes. ou si tu es réfugié politique, je sais pas. l état mérite pas que tu lui fasses cette faveur de lui être redevable. je n ai aucune lucidité sur le réel, je suis allé une fois à l anpe, on m a demandé quel était mon vrai métier, puis on m a proposé d être toiletteur pour chien. c est drole. la réalité est drole. c est comme les clowns ou le muppet show, le matin dans le métro, je veux tous les tuer, avec leurs regards de convoitise pour ton strapontin. on nous pousse à être comme à ça, à s'habiller che celio, à mettre un petit pull autour des épaules pour aller mater le feu d artifice. t as pas besoin d être artiste pour être un acteur de ton temps. y'a plus d'artistes, il n'y a que des blooms qui jouent à être artistes. l intellect est un champs de ruines. il te reste ta sensibilité. faut poser les bonnes questions.

le net te donne pleins de possibilités, le rêve aussi. c est là-dedans qu'il faut piocher, je crois. la résistance aux cons, au cynisme. à l instinct grégaire.
mais je suis pas de très bon conseil tu sais, tout le monde dit que je suis fou ^^
ok merci bien pour cette réponse à une question que je n'ai pas posé. :D
bon sur le fait qu'on est obligé d'abandonner toute volonté de puissance dans cette savonette de monde je te rejoinds même si je suis persuadé qu'on passe à côté de quelque chose (la joie?).
Pour le RMI on peut voir ça comme une invention S.F. Et ce ni plus ni moins destructeur que bosser à peugeot. Quand à l'autonomie et la dignité : ok. Je me console en me disant que je vis la post-histoire à fond. En sans doute que dans un siecle on y sera tous au rmi.
Ca m'amène à reformuler la question initiale : est-ce qu'il est possible dans ce monde rationnel-automatique d'avoir des idées comme les tiennes sans péter un cable? je me souviens avoir entendu une interview de toi sur france-culture complètement tarée. Alors ça va vu le contexte (émission SF) mais tu fais comment dans le quotidien? ton cerveau est-il compartimenté? qui est-ce qui dit bonjour à la voisine?
tu te rêves dans un monastère ou tu as besoin de cette confrontation avec la normalité?
ah ben... ok... je comprends... je sais pas trop. je vois la normalité comme une composante du réel, c est tout, faut faire avec. ca me touche pas, enfin, pas toujours. des fois oui, et je déprime, mais avec le temps j ai développé des trucs pour me protéger. je m entoure de gens que j aime et qui m aiment, qui me comprennent, je bosse avec des cinglés, j écris des livres, je me confronte pas trop au monde, ou alors uniquement quand il hurle, tu vois, et que je dois forcément réagir. j ai fais ce qu il fallait pr avoir la vie que je voulais avoir envie de mener sans me contraindre à jouer (trop) le jeu. c est un truc d équilibriste. c est rock n roll quoi. et puis tu as des bonnes surprises. tu te rends compte que le monde est vachement plus bizarre ;)

je suis pas du genre moine, et pas du genre conflit, mais je crois à l équilibre. un monde complètement abstrait, c est chiant, un monde complètement concret, c est relou, faut trouver une bonne balance pour s'en sortir. et puis je me pose pas toutes ces questions. je suis comme ça depuis toujours.

minx
Messages : 3
Enregistré le : lun. juil. 16, 2007 12:14 pm

Message par minx » lun. juil. 16, 2007 11:04 pm

ok c'est coool pour toi. C'est bien je trouve d'être sur la brèche comme ça., c'est pas si commun. bon je vais commencer le 'nid de coucou' :wink: pour poser des questions plus litteraires.

Avatar du membre
Epikt
Messages : 234
Enregistré le : mar. mars 06, 2007 12:04 am
Localisation : PapichanLand
Contact :

Message par Epikt » mar. juil. 17, 2007 1:25 am

Recoucou !
Merci pour la réponse, c'est intéressant - même si en toute franchise tu as un esprit un peu bouillonnant et bordelique, mais tu cites Mallarmé et Tomine dans un même post donc je t'aime (ça, c'est de la vile flaterie dans le but de décrocher le rôle principal dans ton film de zombie).

Sinon, pour revenir sur la notion de "narration" - suite à l'intervention de Sylvie Denis, preuve qu'on ferait meiux de définir les notions avant de s'étriper en leur nom - ce n'est surtout pas d'histoire dont je parlais. En fait j'ai l'impression que Sylvie a une vision axée sur le fond, moi sur la forme (j'assume, en personne n'ayant ni idée ni message à diffuser, je m'intéresse alors au moyen de les diffuser).
La narration donc, c'est pour moi la manière dont les éléments de l'oeuvre sont assemblés et surtout articulés entre eux. Ca rejoint surement ton idée de cadre, même si je parlerais plutot de schéma.

Sinon, bonne remarque au sujet de la limite à la déconstruction en littérature, du fait de la forme physique même du livre. Une lecture linéaire est quasi imposée - rares exceptions : la poésie cubiste (accordant une place importante à la spatialisation) ou encore les récits parallèles (comme dans Kathleen de F Colin).
Cela dit, si la lecture est linéaire, la narration n'a pas forcément à l'être. L'écrivain dispose d'une arme magnifique : le morcellement. On coupe, on assemble, on laisse des vides, on crée des liens, youpi !


Arf, y se fait tard et j'arrive pas à retrouver mes esprits. Je voulais te lancer sur les jeux vidéo et tout ça, la dimension narrative qu'on peux y trouver, la dimension non narrative qu'on y trouve aussi, le rapport particulier à l'ellipse qu'on y expérimente, ce genre de chose quoi... enfin, j'y reviendrai peut-être demain.
toi a écrit :c est pt pour ca aussi que je cherche dans les jeux vidéo une forme d interaction ou le joueur/lecteur est actif, où le seul boulot du créateur, c est de donner, justement, des outils de création (des étoiles, des trucs à récolter etc).
« Je m’en fiche. Dans ma tête je peux aller où je veux. C’est moi qui décide.
Je n’ai qu’à décider, et je peux aller où je veux... Ailleurs, n’importe où.
»

Invité

Message par Invité » mar. juil. 17, 2007 8:27 am

Epikt a écrit :Recoucou !
Merci pour la réponse, c'est intéressant - même si en toute franchise tu as un esprit un peu bouillonnant et bordelique, mais tu cites Mallarmé et Tomine dans un même post donc je t'aime (ça, c'est de la vile flaterie dans le but de décrocher le rôle principal dans ton film de zombie).

Sinon, pour revenir sur la notion de "narration" - suite à l'intervention de Sylvie Denis, preuve qu'on ferait meiux de définir les notions avant de s'étriper en leur nom - ce n'est surtout pas d'histoire dont je parlais. En fait j'ai l'impression que Sylvie a une vision axée sur le fond, moi sur la forme (j'assume, en personne n'ayant ni idée ni message à diffuser, je m'intéresse alors au moyen de les diffuser).
La narration donc, c'est pour moi la manière dont les éléments de l'oeuvre sont assemblés et surtout articulés entre eux. Ca rejoint surement ton idée de cadre, même si je parlerais plutot de schéma.

Sinon, bonne remarque au sujet de la limite à la déconstruction en littérature, du fait de la forme physique même du livre. Une lecture linéaire est quasi imposée - rares exceptions : la poésie cubiste (accordant une place importante à la spatialisation) ou encore les récits parallèles (comme dans Kathleen de F Colin).
Cela dit, si la lecture est linéaire, la narration n'a pas forcément à l'être. L'écrivain dispose d'une arme magnifique : le morcellement. On coupe, on assemble, on laisse des vides, on crée des liens, youpi !

Arf, y se fait tard et j'arrive pas à retrouver mes esprits. Je voulais te lancer sur les jeux vidéo et tout ça, la dimension narrative qu'on peux y trouver, la dimension non narrative qu'on y trouve aussi, le rapport particulier à l'ellipse qu'on y expérimente, ce genre de chose quoi... enfin, j'y reviendrai peut-être demain.
toi a écrit :c est pt pour ca aussi que je cherche dans les jeux vidéo une forme d interaction ou le joueur/lecteur est actif, où le seul boulot du créateur, c est de donner, justement, des outils de création (des étoiles, des trucs à récolter etc).
je crois que seb a très bien compris ce que j essayais de dire hier en parlant de musique électronique. j ai toujours raisonné l écriture par rapport à d'autres formes d 'expressions, certains diront que c est la pire chose qu on puisse envisager, moi ça me rend plein d espoir. imaginer qu on puisse, avec une série de mot, créer des sons, des images, des mouvements, une interaction, voilà l enjeu. créer de noueaux territoires sensibles, purement sensibles, l intellect m intéresse pas, ou alors uniquement en pré-production ;) les anglais ont une expression que j aime, sensory overload. j écris mes livres comme des voyages sensoriels, des conduits hurlants. c est juste ça, faut pas y voir d autres ambitions, je n en ai pas. je n ai aucune envie de dire des choses sur le monde, de poser les bases d une réflexion philosophique ou de vouloir changer le visage de la littérature. tout ce qui m importe, c est de créer des mondes, des espaces, du simple merveilleux, au premier degré. ce qui est intéressant avec l 'écriture, c est qu elle est intrasèquement profonde, on passe forcément par un filtre pour restituer des choses, une série de médiations, de déviations, on sort de l'art-tapisserie, ou du conceptuel pur. alors oui, je me pose des questions sur la narration. ce sont juste des questions, j ai pas de réponses. je pense qu il faut y aller pour voir. des fois je me casse la gueule, bon, c est pas la mort.

je t attends sur les jeux vidéos, j ai hâte d aborder le sujet ^^

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » mar. juil. 17, 2007 8:28 am

9h23, pendant que tout le monde se réveille, je pose ma petite question. Partons encore une fois d'une citation de David:
"- Cette ville a été bâtie sur le mensonge. Nous avons pillé l’histoire, nous l’avons lessivée, recyclée, lentement, au soleil, en celluloïd. Nous avons commis des parjures, nous avons menti au monde, nous lui avons fait croire qu’une vie parfaite pouvait exister ici, c’est un mensonge et c’est toute la ville que nous avons érigée à sa gloire. L’affrontement est notre seule alternative, sur tous les plans. " (p 109 de Minuscules flocons)

David, peux-tu nous parler un peu de Los Angeles? Est-ce que cette ville a joué un rôle de révélateur pour ton idée de "pixellisation" du monde? Il y a le jeu vidéo, nous as-tu déjà dit, mais n'y a-t-il pas aussi l'univers du cinéma, univers de décors, creux, sans profondeur, qui t'a aiguillé sur la voie de cette réflexion?
C'est quoi, l'Amérique, pour toi? juste des méchants, juste des geeks un peu plus rapides que nous, nos devanciers, ou bien qqch d'autre?

david
Messages : 65
Enregistré le : mer. juil. 11, 2007 4:09 pm

Message par david » mar. juil. 17, 2007 8:33 am

minx a écrit :ok c'est coool pour toi. C'est bien je trouve d'être sur la brèche comme ça., c'est pas si commun. bon je vais commencer le 'nid de coucou' :wink: pour poser des questions plus litteraires.
t es pas obligé, j aime bien pouvoir partager ce genre de choses, si ça peut aider. j espère juste que je suis pas trop pompeux, hier je me suis senti pousser des ailes tu vois, je me suis dit, voilà on va t écouter, fais le beau, fais la roue ! et puis j ai passé une nuit horrible en regardant mon plafond, et ce putain de moustique, un point noir qui attendait que j éteigne ma lampe pour descendre m empaler, alors j ai dormi avec la lumière, et ce matin, je suis fatigué, alors je vais pas la ramener. :oops:

Invité

Message par Invité » mar. juil. 17, 2007 8:34 am

David, que deviendrais-tu en cas de guerre mondiale entre le nord et le sud ?
Tu serais où ? Tu ferais quoi ?

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » mar. juil. 17, 2007 8:36 am

david a écrit :
minx a écrit :ok c'est coool pour toi. C'est bien je trouve d'être sur la brèche comme ça., c'est pas si commun. bon je vais commencer le 'nid de coucou' :wink: pour poser des questions plus litteraires.
t es pas obligé, j aime bien pouvoir partager ce genre de choses, si ça peut aider. j espère juste que je suis pas trop pompeux, hier je me suis senti pousser des ailes tu vois, je me suis dit, voilà on va t écouter, fais le beau, fais la roue ! et puis j ai passé une nuit horrible en regardant mon plafond, et ce putain de moustique, un point noir qui attendait que j éteigne ma lampe pour descendre m empaler, alors j ai dormi avec la lumière, et ce matin, je suis fatigué, alors je vais pas la ramener. :oops:
David, cours illico au Franprix le plus proche t'acheter une bombe anti-moustique et un diffuseur. Ne fais pas comme moi, qui ai 5 piqûres aux pieds et qui souffre le martyre en allant au taf à cannes.
Et après, reviens faire le paon.

Verrouillé

Retourner vers « Dialogue en ligne avec David Calvo »