Lumière et SF

Modérateurs : Estelle Hamelin, Jean, Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome

Répondre
Avatar du membre
Charlotte
Administrateur - Site Admin
Messages : 1518
Enregistré le : lun. janv. 23, 2006 2:28 pm
Localisation : Paris
Contact :

Lumière et SF

Message par Charlotte » jeu. sept. 20, 2007 9:42 am

Une idée me trotte dans la tête depuis un petit moment... Quel est le traitement de la lumière dans les récits de SF ?

Pour aller vite je me demande dans quels romans il y a une confrontation "lumière naturelle vs lumière artificielle". Quelles sont les scènes clefs liées à l'une ou l'autre ou encore dans quels romans y a-t-il une absence totale de lumière naturelle ?

Avatar du membre
Eons
Messages : 6338
Enregistré le : sam. févr. 17, 2007 6:49 pm
Localisation : Le cœur de Flandre
Contact :

Message par Eons » jeu. sept. 20, 2007 10:59 am

Dans Les cavernes d'acier, par exemple. Non ?

Pascal
Messages : 739
Enregistré le : lun. oct. 16, 2006 9:54 am

Re: Lumière et SF

Message par Pascal » jeu. sept. 20, 2007 11:43 am

Charlotte a écrit :Une idée me trotte dans la tête depuis un petit moment... Quel est le traitement de la lumière dans les récits de SF ?

Pour aller vite je me demande dans quels romans il y a une confrontation "lumière naturelle vs lumière artificielle". Quelles sont les scènes clefs liées à l'une ou l'autre ou encore dans quels romans y a-t-il une absence totale de lumière naturelle ?
:shock: Tu te poses quand même des questions particulièrement... particulières, comme ça, le matin.

Mais c'est intéressant. Très intéressant.

Nightfall, d'Asimov sinon (Quand les ténèbres viendront, en français, je crois).

Papageno
Messages : 2270
Enregistré le : dim. sept. 10, 2006 10:28 am
Localisation : Auxerre (Yonne)

Message par Papageno » jeu. sept. 20, 2007 11:48 am

«Le monde aveugle» de Daniel Galouye – un très bon Roman d’ailleurs
Les personnages vivent dans des cavernes dans l’obscurité la plus complète depuis plusieurs générations.

Avatar du membre
Charlotte
Administrateur - Site Admin
Messages : 1518
Enregistré le : lun. janv. 23, 2006 2:28 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: Lumière et SF

Message par Charlotte » jeu. sept. 20, 2007 1:27 pm

Pascal a écrit : :shock: Tu te poses quand même des questions particulièrement... particulières, comme ça, le matin.

Mais c'est intéressant. Très intéressant.
C'est quand je me rappelle tout à coup que j'ai un cerveau :wink:

Le narrateur ne dévoile pas les mêmes moments d'une intrigue selon la lumière qui l'éclaire. J'ai vraiment la flemme de le relire mais je pense qu'un roman comme L'Incident Jésus de Herbert où les clones ont d'abord habité un vaisseau, donc éclairage artificiel, arrive sur une planète, donc lumière naturelle, après que le soleil s'est transformé en nova, doit forcément jouer avec ce paramètre.

Pascal
Messages : 739
Enregistré le : lun. oct. 16, 2006 9:54 am

Re: Lumière et SF

Message par Pascal » jeu. sept. 20, 2007 1:39 pm

Charlotte a écrit :C'est quand je me rappelle tout à coup que j'ai un cerveau :wink:
Un instant, j'avais oublié que tu étais une fille. Mille pardons...

Sinon, bien vu (enfin, si j'ose dire...) Papageno : Le monde aveugle, bien sûr !

Papageno
Messages : 2270
Enregistré le : dim. sept. 10, 2006 10:28 am
Localisation : Auxerre (Yonne)

Message par Papageno » jeu. sept. 20, 2007 4:28 pm

Il y a tout de même beaucoup de romans ou sont décrite des scènes importantes sans lumière et bien souvent dans des lieux souterrains.
Dans les romans fantastique c’est même fréquemment un scène obligatoire. Exemple : les descentes dans les profondeurs chez lovecraft (dans l’abîme du temps ou plusieurs autres récits)
En plus ancien encore il y a certains épisodes du «Voyage au centre de la terre» ou la presque totalité de «les indes noires» de jules verne
Chez Hogdson il y a «Le pays de la nuit» une terre future plongée dans les ténèbres et soumise a des forces maléfiques ou les derniers humains survivent dans une gigantesque pyramide.
Dans la SF j’ai le souvenir de cet épisode de « l’univers en folie» ou à la sortie d’une gare (si je me souviens bien) le héros est plongée dans un noir si absolu qu’il voit difficilement le bout de ses chaussures et dans cette ville «embrumé » rodent les Nocturnes!
Et j’en ai encore d’autres ;-)

rmd
Messages : 2248
Enregistré le : mer. mars 08, 2006 1:44 pm

Message par rmd » jeu. sept. 20, 2007 4:40 pm

Papageno a écrit :Il y a tout de même beaucoup de romans ou sont décrite des scènes importantes sans lumière et bien souvent dans des lieux souterrains.
Joseph étant modeste, il n'osera pas parler de son ouvrage sur les terres creuses paru chez encrage, mais nul doute qu'on doit y trouver plein de références à des oeuvres parlant de lumières artificielles.


En SF jeunesse, il y a "la ville qui n'existait pas" de Philippe Ebly, dans lequel une ville souterraine est éclairé par un liquide fluorescent coulant sur les murs (ou un truc de ce genre).
Après des années de cérémonie du Thé, il n’y a rien de meilleur que de vomir de la Bière.

Avatar du membre
Eons
Messages : 6338
Enregistré le : sam. févr. 17, 2007 6:49 pm
Localisation : Le cœur de Flandre
Contact :

Message par Eons » jeu. sept. 20, 2007 7:02 pm

Génocides, de Thomas Disch, où une part non négligeable de l'histoire se passe sous terre, sans aucune lumière.

Papageno
Messages : 2270
Enregistré le : dim. sept. 10, 2006 10:28 am
Localisation : Auxerre (Yonne)

Message par Papageno » jeu. sept. 20, 2007 7:12 pm

Joseph étant modeste...
Oui c'est bien vrai, ça!
Et moi j'aimerai bien aussi retrouver son essai sur Van Vogt que je n'ai pas pu acheter parce que trop fauché a cette époque!
A coté du livre sur Heinlein et de celui sur Anderson ce serait bien de rééditer l'essai de Joseph Altairac sur Van Vogt, non?

Avatar du membre
Anouk
Messages : 34
Enregistré le : sam. juin 10, 2006 2:19 pm
Localisation : Saint-Martin-du-Var (06)

Re: Lumière et SF [LONG]

Message par Anouk » jeu. sept. 20, 2007 7:57 pm

Charlotte a écrit :Une idée me trotte dans la tête depuis un petit moment... Quel est le traitement de la lumière dans les récits de SF ?
Pour aller vite je me demande dans quels romans il y a une confrontation "lumière naturelle vs lumière artificielle". Quelles sont les scènes clefs liées à l'une ou l'autre ou encore dans quels romans y a-t-il une absence totale de lumière naturelle ?
J'avais posé une question proche sur fras il y a 3 ans, sur Ombre et Lumière. Je me permets de copier ci-dessous la liste des suggestions recueillies dont certaines peuvent alimenter le débat 8) J'espère que ce n'est pas TROP long, et donc hors charte. :oops:
J'avais d'abord pensé à Asimov, Heinlein, Shaw, UK Le Guin, la BD L'ombre d'un homme, dans Les cités obscures, de Schuiten&Peeters, à Abbott et son Flatland.

*************************************
Synthèse frasienne en 2004 grâce aux apports de Marypop, Bernard Convert, rené-marc, Hervé Hauck, Jean-Luc, Jean-François Seignol, fabra30/del63, JMS, Matthieu Wacogne, Odile Songy, Mélanie Fazi, Xavier/cybertek, Alain le Bussy, RC Wagner...
du beau monde...
***********************

ROMAN

* Terry Pratchett
Le Cycle du disque-monde
(une conception autre de la lumière, et où la vitesse de la lumière est extrêmement faible)

* Galouye
Le monde aveugle
(la vie sans lumière)

* Stith
Redshift rendezvous
(si la vitesse de la lumière était variable dans un vaisseau)

* Van Vogt
Créateur d'Univers
(un tas de truc sur l'ombre -pouvoir caché, dépersonnification...- à travers un personnage : À vérifier)

* Frank Herbert
L'étoile et le fouet
(l'apparence de la Calibane avec des motifs irisés, changeants et sa nature intrinsèque...)

* JM Barrie
Peter Pan

* John Wyndham
Révolte des Triffides
(sur la lumière qui aveugle)

* Asaro
Light and shadow
(série 'Skolian empire')
(plus thématique que physique)

* Paul MCAULEY
La Lumière des astres
(1991)
(Astrophysique d'une façon marginale)

* Roger ZELAZNY
Royaumes d'ombre et de lumière
(traité en thématique)
Maître des ombres
(La terre a cessé de tourner. Sa face lumineuse est soumise à la Science, tandis que la magie gouverne le Royaume de la Nuit. Thématique de l'obscurité)

* Jack Vance
Trullion : Alastor 2262 (1973)
(Sur Trullion, une planète éclairé par de multiples soleils, l'humeur des habitants change avec les période d'éclairement où d'ombre... La vie sexuelle a lieu à la nuit totale (une fois tous les 15 jours terrestres ou tous les mois terrestres environ) et se rapproche plus d'un viol plus ou moins consenti que d'autre chose... C'est aussi la période des meurtres...)

* Mark Z. Danielewski
La maison des feuilles
(l'obscurité, la lumière et l'espace sont prépondérants dans le
récit...)

* Adelbert de Chamisso
L'étrange histoire de Peter Schlemihl
(Un jeune homme passe un drôle de marché avec un individu mystérieux. En échange de son ombre, il obtient la bourse de Fortunatus qui par magie est toujours pleine. Mais qui voudrait de l’amour d’un homme qui n’a plus d’ombre ? )

* L'éclairage au radium dans la saga de Barsoom

* Philippe Ebly
La ville qui n'existait pas
(Une grande ville dans une caverne sous un volcan d'auvergne, éclairée par un liquide lumineux qui coule sur les murs.)

* Attanasio
Radix

* AC Clarke
2061, Odyssée 3
(roman) (Jupiter a été transformé dans le tome précédent en un second soleil qui a banni la nuit et bouleverse la Terre)

* Yves Dermèze,
Les lumières
("Dans un monde à peu près aveugle, où l'on ne perçoit rien au-delà de trois pas, sinon la Lumière des Flamboyants, celui qui bénéficie d'une vision normale peut facilement devenir le Maître du monde...")

***********************
NOUVELLES

* Robert A. HEINLEIN
Que la lumière soit (1940) - Let there be light

* Isaac Asimov
Quand les ténèbres viendront - Nightfall
(une planète tournant autour de plusieurs soleils et pour laquelle une nuit n'apparait que tous les X centaines d'années... et c'est le chaos et la civilisation repart de zéro à chaque fois...)

* Bob SHAW
Lumière des jours enfuis (1966) - Light of other days
(série 'Verre lent')
(un verre dans lequel le résultat est que la vitesse de la lumière est très faible (ou l'épaisseur du verre au sens optique très grande). Il y a donc un délai significatif (des années) entre l'entrée de la lumière par une face et sa sortie de l'autre coté. Mais ce la ne marche que dans un sens (images du passé vues plusieurs années après).

* Lovecraft
La lumière tombée du ciel

* Lovecraft
La Chose des Ténèbres
-The Haunter of the Dark-, (la nouvelle avec Rober Blake dans le recueil du même nom chez Pocket.)
(le dieu immémorial qui rend fou est une ombre vivante)

* AC Clarke
Le mur de Ténèbres
(nouvelle) in Avant l'éden ou dans le recueil Librio
(un univers avec une étoile et une planète qui garde une face toujours tournée vers son soleil, Trilorne)

* AC Clarke
Une marche dans la nuit
(nouvelle) in Demain moisson d'étoiles (1956)
(sur une planète où la nuit est noire, les étoile rares, la lumière lunaire absente...)

***********************
BD

* Moebius&Jodorowski
La série de l'Incal

* Alan Moore
Tomorrow's Stories
(qu'est ce qui se passe quand la vitesse de la lumière devient très
faible ?)
_The Unbearableness of Being Light_ dans Tomorrow Stories n°2, nov 99. Ca commence avec un flic sur une moto qui arrête un rayon de lumière et lui dit : "I don't care if you are mentioned in the book of Genesis, I clocked you going 186,000 miles per second in a thirty mile per hour zone and I wanna see you walk a straight line".

* Frank Miller
Sin City
(ombre et lumière au centre du dessin et donc de la réalité)

* Marc-Antoine Mathieu
Le Dessin
Delcourt
(sur la 2D, la 3D, la couleur, la lumière réfléchie, le lien entre le dessin et les étoiles... et parce que j'aime son N&B :-)

* Munoz & Sampayo
Jeux de lumières
Albin Michel
(sculptures de lumières, hologramme, la représentation, et le dessin aussi, que je verrai bien représenter Di Rollo)

* David B
"Les chercheurs de trésor",
T1 l'Ombre de Dieu, T2 la Ville Froide
(Les ombres sont volée par des lanternes dont la lumière paralyse, on y trouve un feu follet, un méchant masqué qui vit dans l'ombre (!) du Dieu de la Mort (ce qui le rend innaccessible), de valeureux héros. )

* Burne Hogarth
L'art du dessin T1 : Ombres et Lumières
(ou comment conceptualiser tout ça...)

- auteurs qui jouent sur les contrastes N&Blanc (en vrac : Caniff, Pratt, Miller, Mathieu, Munoz, Comes, Larcenet, Beaudoin...)
- Prado, Mattoti, Crécy pour le jeu vibrant des couleurs...

***********************
FILMS

* Looker
(sur le théme de la lumière qui manipule - et une utilisation de l'opposition jour/nuit assez compétente- )

* Pitch Dark

* Les chroniques de Riddick

* Darkness
(la peur du noir)

* Les Autres
(deux enfants qui ne peuvent pas être exposés à la lumière du jour)

***********************
JEUX DE ROLES / JEUX VIDEO

* Dark Earth
(l'ombre / la nuit perpetuelle, suite à un « hiver nucléaire »)
:roll:

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Re: Lumière et SF

Message par systar » ven. sept. 21, 2007 11:20 am

Charlotte a écrit :Une idée me trotte dans la tête depuis un petit moment... Quel est le traitement de la lumière dans les récits de SF ?

Pour aller vite je me demande dans quels romans il y a une confrontation "lumière naturelle vs lumière artificielle". Quelles sont les scènes clefs liées à l'une ou l'autre ou encore dans quels romans y a-t-il une absence totale de lumière naturelle ?
Naturel vs artificiel: partout dans les romans où la problématique est celle du rapport entre théorie et monde, carte et territoire, manteau d'idées et monde de la vie. Parce que la lumière est l'une des plus anciennes métaphores de la connaissance... (illuminatio, Aufklärung...)

A vue de nez, un roman traitant aussi de la lumière: Light, de M. John Harrison. (traduit par: L'ombre du Shrander).
Pas vraiment SF mais avec pas mal de réflexion pertinente sur l'opposition lumière/ténèbres: Villa Vortex, of course... Et dans les romans du Dantec chrétien, bien sûr, il y a la lumière comme image de la Grâce se diffusant dans le monde. Par exemple, l'héroïne de la novella Vers le nord du ciel s'appelle Lucy Skybridge. (lumière comme pont entre la terre et le ciel)
Dans Artefact, la novella centrale, il y a tout un jeu sur la lumière avec le "Journuit", la nuit "blanche", etc, c'est très réussi. ça fait 80 pages, et c'est splendide.

Evidemment, en cette rentrée: Leçons du monde fluctuant, oppose la lumière corporelle, biologique, jaillissante, à la lumière de la photo, aplatie en 2D, et pour cela Noirez met en scène une harde de cerfs cracheurs de lumière qui affrontent un savant fou producteur de simulacres lumineux aveuglants... là tu as ton opposition, mais dans un univers déjanté, entre "naturel" et "artificiel".

Sinon, en milieu obscur... des scènes... Faudrait creuser chez les cyberpunks, pour trouver la problématique de la lumière artificielle, de l'absence de lumière naturelle. Voir la première phrase de Neuromancien de Gibson, qui dit grosso modo: le ciel était couleur écran de télé...

Avatar du membre
Eons
Messages : 6338
Enregistré le : sam. févr. 17, 2007 6:49 pm
Localisation : Le cœur de Flandre
Contact :

Message par Eons » ven. sept. 21, 2007 12:31 pm

Un certain nombre d'histoires de vampires : ils vivent très bien en éclairage artificiel, mais la lumière du soleil est mortelle pour eux.

Répondre

Retourner vers « Les infos sur la Science Fiction, la Fantasy et le fantastique en général »