Xavier Mauméjean sur le forum d'Actusf

Dialogue en ligne avec Xavier Mauméjean du 3 au 5 octobre inclu

Modérateurs : Jean, Charlotte, Eric, jerome

Avatar du membre
orcusnf
Messages : 2406
Enregistré le : mer. mai 24, 2006 8:55 pm
Localisation : Stuttgart
Contact :

Message par orcusnf » dim. oct. 05, 2008 4:00 pm

Xavier Mauméjean a écrit :Sinon j'aurais bien aimé écrire un livre univers pour la jeunesse si j'avais vécu il y a cent ans.
Mais un livre univers, n'était ce pas un peu le but recherché via l'écriture de la Ligue des héros ?
http://www.fantastinet.com l'actualité de la littérature de l'imaginaire

Xavier Mauméjean
Messages : 240
Enregistré le : mer. nov. 14, 2007 10:59 pm

Message par Xavier Mauméjean » dim. oct. 05, 2008 4:58 pm

orcusnf a écrit :
Xavier Mauméjean a écrit :Sinon j'aurais bien aimé écrire un livre univers pour la jeunesse si j'avais vécu il y a cent ans.
Mais un livre univers, n'était ce pas un peu le but recherché via l'écriture de la Ligue des héros ?
C'est vrai, mais avec distance. Quand je dis que j'aurais aimé écrire un livre univers, c'est en inventant tous les personnages, l'histoire etc. Genre Le magicien d' Oz de L. Franck Baum ou Le vent dans les saules de Kenneth Grahame.
Dans La ligue des héros et L'Ere du Dragon je me suis réapproprié des archétypes, des codes, pour les assembler d'une certaine façon. Ce qui m'intéressait, c'était d'étudier le XXe siècle à travers ses faits marquants, (assassinat de Kennedy en relation avec Caligula et Peter Pan, le constructivisme russe, Pékin, etc.). Et sa mythologie, principalement celle des pulps et des comics, sur fond d'Histoire, de culture etc.
A quoi s'ajoutait, en deuxième temps, l'idée que ces romans étaient écrits à la chaîne par des auteurs anonymes. Que le lecteur tenait dans ses mains un titre d'une série. D'ailleurs, la série Lord Kraven apparaît comme telle dans les romans, puisque les aventures du héros, des simulations, sont inspirées de cette série. D'où les fausses bibliographies en fin de volume, celle de La Ligue des Héros ayant d'ailleurs sauté par inattention de l'éditeur dans sa reprise chez Point Fantasy. Nébal a dit des choses très justes sur son site, le premier volume se lit comme un résumé de plusieurs décennies d'aventures, comme si l'on avait un digest des aventures d'un super-héros. Fausse biblios, avec appareil critique et incohérence entre les deux bibliographies, comme c'est invariablement le cas dans les fanzines ou sites spécialisés dans un personnage ou série. Sans parler de la poupée articulée et ses accessoires en vente sur commande à la fin du second volume. Le tout formant un collage pop pour lequel j'ai beaucoup d'affection.

Avatar du membre
orcusnf
Messages : 2406
Enregistré le : mer. mai 24, 2006 8:55 pm
Localisation : Stuttgart
Contact :

Message par orcusnf » dim. oct. 05, 2008 5:21 pm

Sans parler de la poupée articulée et ses accessoires en vente sur commande à la fin du second volume. Le tout formant un collage pop pour lequel j'ai beaucoup d'affection.
et je pense pouvoir affirmer, sans beaucoup me tromper, que nous avons été nombreux à avoir eu envie de posséder cette poupée qui ridiculise les action man et autres poupées pour enfants. Mais il n'est pas encore trop tard pour faire un livre univers, on en voit encore quelques uns de nos jours.
http://www.fantastinet.com l'actualité de la littérature de l'imaginaire

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » dim. oct. 05, 2008 10:37 pm

systar a écrit :
Xavier Mauméjean a écrit :
Oui, je tente de lancer un groupe, Les eidétiques barbes. Forcément rock progressif.
Eric, ça te tente?
Sympa de penser à m'inviter, mon glâbre camarade.

T'aurais pas un truc plus garage ?
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

jerome
Administrateur - Site Admin
Messages : 14609
Enregistré le : jeu. déc. 15, 2005 4:12 pm
Localisation : Chambéry

Message par jerome » lun. oct. 06, 2008 6:29 am

Tiens, je fais une parenthèse dans la discussion pour signaler une dédicace de Xavier organisée par la librairie online Ys sur Paris le samedi 25 octobre. Elle aura lieu à l'intérieur de la librairie Scylla, 8 rue Riesener 75012 Paris (M° Montgallet). Et si vous ne pouvez assister à la dédicace, commander le livre sur le site d'Ys, Clément vous l'enverra ensuite dédicacé...

Voilà, fin de la pub :-)

Quelle place cela a-t-il pour toi Xavier, ces rencontres avec les lecteurs ?
Jérôme
'Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal.' Robert Sheckley

Avatar du membre
Gino
Messages : 65
Enregistré le : ven. août 25, 2006 5:55 pm

Message par Gino » lun. oct. 06, 2008 10:35 am

Xavier Mauméjean a écrit : Je balance sans risque de me faire agonir d'injures par Laurent Queyssi, il vient d'avoir une jolie petite fille.
Tu crois que ça m'empêche de te surveiller... ;-)

Plus sérieusement, Xavier n'est pas, il me semble, le seul auteur de SF français nourri à l'oeuvre du barbu de Northampton (tiens, la barbe, encore un indice). Serge Lehman partage lui aussi bon nombres de thématiques et de questionnements avec Moore. Que les autres lèvent la main!

Xavier Mauméjean
Messages : 240
Enregistré le : mer. nov. 14, 2007 10:59 pm

Message par Xavier Mauméjean » lun. oct. 06, 2008 10:46 am

Tiens, parmi mes médicaments je dois prendre des "inhibiteurs de la pompe à protons". On dirait du Star Trek. Auteur de SF jusqu'au bout, j'vous dis....

Bouse Bleuâtre

Message par Bouse Bleuâtre » lun. oct. 06, 2008 10:57 am

Gino a écrit :Que les autres lèvent la main!
Image

Avatar du membre
gutboy
Messages : 1595
Enregistré le : dim. mai 07, 2006 10:04 am

Message par gutboy » lun. oct. 06, 2008 10:58 am

Bonjour Xavier.
J'ai lu Car je suis légion l'an dernier, c'est une de mes meilleures lectures récentes.

Je viens tout juste de finir Ganesha, et j'avoue avoir du mal à me faire une opinion. L'impression est très forte, en reposant ce roman, d'en avoir manqué la moitié - au moins- par manque de connaissance des mythologies, symboles et autres qui semblent parsemer le texte.
Considères-tu ce roman comme facilement accessible, ou bien est il réellement bourré de références, allusions, allégories et métaphores qui demandent à être maitrisées pour mieux saisir le livre?
Listen now. Whoever you are, with these eyes of yours that move themselves along this line of text; whoever, wherever, whenever. If you can read this sentence, this one fragile sentence, it means you're alive. (Jeff Noon - Falling out of cars)

Xavier Mauméjean
Messages : 240
Enregistré le : mer. nov. 14, 2007 10:59 pm

Message par Xavier Mauméjean » lun. oct. 06, 2008 11:01 am

jerome a écrit :Tiens, je fais une parenthèse dans la discussion pour signaler une dédicace de Xavier organisée par la librairie online Ys sur Paris le samedi 25 octobre. Elle aura lieu à l'intérieur de la librairie Scylla, 8 rue Riesener 75012 Paris (M° Montgallet). Et si vous ne pouvez assister à la dédicace, commander le livre sur le site d'Ys, Clément vous l'enverra ensuite dédicacé...

Voilà, fin de la pub :-)

Quelle place cela a-t-il pour toi Xavier, ces rencontres avec les lecteurs ?
Elles sont fondamentales. Parce que c'est le seul moment où l'on a un autre regard sur son travail. Au tout début, je faisais lire mes textes à mon épouse, toujours disponible et critique avisée. Depuis pas mal d' années, je préfère être seul pilote dans le navire et discuter directement avec l'éditeur. Exception faite bien sûr des coécritures, mais c'est autre chose. Donc la rencontre avec le lecteur est enfin l'occasion d'avoir un avis. Je pense accepter tous les jugements, dès lors qu'ils sont étayés. Ce qui n'est pas toujours le cas, notamment sur le net. Il ne suffit pas d'avoir une connexion pour s'improviser critique littéraire, voire pour savoir écrire. Mais bon. Dans tous les cas, je préfère évidemment le contact direct, mano a mano.
Et puis, au-delà du lvre, c'est évidemment l'occasion de rencontres. Je me souviens par exemple, lors de la sortie de la première version de Ganesha d'un équilibriste qui m'avait fait une démonstration. Il y a aussi les Weirdos, inquiétants, auxquels j'ai consacré une nouvelle Astrolabe. Enfin, il y a l'affection, des sentiments chaleureux qui vont droit au coeur. Par exemple, pour Le messager de l'Olympe coécrit avec Johan, dont l'action se passe notamment durant la bataille de Marathon, j'avais été invité par une classe de 6eme dont les élèves s'étaient déguisés en Perses et Grecs, garçons et filles, sans fausse pudeur, le tout pour mimer la bataille. J'adorerais que le lectorat adulte agisse de même !
Sérieusement, c'est à la fois essentiel et très chouette.

Xavier Mauméjean
Messages : 240
Enregistré le : mer. nov. 14, 2007 10:59 pm

Message par Xavier Mauméjean » lun. oct. 06, 2008 1:36 pm

gutboy a écrit :Bonjour Xavier.
J'ai lu Car je suis légion l'an dernier, c'est une de mes meilleures lectures récentes.

Je viens tout juste de finir Ganesha, et j'avoue avoir du mal à me faire une opinion. L'impression est très forte, en reposant ce roman, d'en avoir manqué la moitié - au moins- par manque de connaissance des mythologies, symboles et autres qui semblent parsemer le texte.
Considères-tu ce roman comme facilement accessible, ou bien est il réellement bourré de références, allusions, allégories et métaphores qui demandent à être maitrisées pour mieux saisir le livre?
Bonjour Gutboy,
Merci à toi !
Concernant Ganesha, tu as raison, ce n'est pas un roman immédiatement accessible, moins en tout cas que sa première version. Toutefois, je ne pense pas qu'une connaissance des symboles évoqués soit nécessaire. Disons que, quand on les connaît, c'est un bonus, comme ceux qui figurent dans les très belles illustrations de mon ami Bruno Lachard, mélange d'hindouisme et du tarot d'Aleister Crowley.
Mais ta remarque soulève un problème dont je n'ai pas la solution. Dès lors que l'on décide d'écrire un roman (et cela indépendamment de sa réussite ou de son accueil public) jusqu'où doit-on aller dans l'intégrité des personnages, du récit ? Faut-il le faire comme "on le sent", ou au contraire faire des concessions pour faciliter sa réception publique ?
Attention, je ne parle pas de la gestion de la documentation. Un auteur intéressant, comme Philip Kerr, qui a écrit La trilogie berlinoise et au moins deux bons romans de SF, tombe souvent dans le travers de rentabiliser ses fiches de notes en fourguant tout.
Non, là je parle du respect (faute d'autre mot) que l'on doit, d'une part à son propre récit, d'autre part aux lecteurs. Par exemple, pour La Ligue des Héros et L'Ere du Dragon on m'a parfois reproché d'en avoir trop fait. Ce que j'entends. Mais de mon côté, je pense au contraire qu'il s'agit de romans courts là où d'autres auraient tiré à la ligne tout au long d'une série. N'oublions pas que l'un des buts était de parodier une série : avec deux volumes, on s'en sort à bon compte. Pour Car je suis Légion il fallait exposer quantités de détails puisque c'est la civilisation babylonienne qui est au coeur du récit. Par exemple, je me souviens que dans une scène, le héros rentre chez lui et....et....embrasse-t-il sa femme ou non ? J'ai mis deux jours à trouver la réponse, fournie par Hérodote (j'arrête le suspens : il l'embrasse, les babyloniens pratiquaient le baiser autre que celui d'allégeance, commun à l'Antiquité).
Pour Ganesha il fallait que, tout au long du récit, on hésite entre l'éventuelle nature divine du héros, ou son caractère humain (trop humain). Or, historiquement, Joseph Merrick était un autodidacte, qui trouvait confort et assurance à étaler son (authentique) culture. Cela devait donc apparaître dans le récit, au point d'équilibre entre son origine indienne, et son état de lettré. De même, la façon qu'il a de s'exprimer alterne préciosité et gouaille foraine.
Dans La Vénus anatomique tout était plus facile car l'authentique Julien Offray de la Mettrie était un merveilleux styliste, doublé d'un esprit rigoureux mais vagabond, et d'une parfaite langue de pute. Il suffisait de suivre le modèle.
Ce qui ne règle pas le problème de savoir jusqu'où on peut aller trop loin.

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » lun. oct. 06, 2008 1:44 pm

Une réponse qui m'amène à deux questions.

Tout d'abord, comment expliques-tu ta fascination pour les choses du passé, et cette manière très particulière chez toi de les réactualiser pour nous parler de notre présent, et éventuellement de notre avenir ?

Ensuite, c'est sans doute un avis personnel, mais je trouve que Ganesha est peut-être le plus abouti de tes livres. Que cela soit en terme d'intrigue ou au niveau de la maîtrise de la langue. Penses-tu que c'est parce que tu t'y es repris à deux fois pour l'écrire ?
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Xavier Mauméjean
Messages : 240
Enregistré le : mer. nov. 14, 2007 10:59 pm

Message par Xavier Mauméjean » lun. oct. 06, 2008 2:02 pm

Eric a écrit :Une réponse qui m'amène à deux questions.

Tout d'abord, comment expliques-tu ta fascination pour les choses du passé, et cette manière très particulière chez toi de les réactualiser pour nous parler de notre présent, et éventuellement de notre avenir ?

Ensuite, c'est sans doute un avis personnel, mais je trouve que Ganesha est peut-être le plus abouti de tes livres. Que cela soit en terme d'intrigue ou au niveau de la maîtrise de la langue. Penses-tu que c'est parce que tu t'y es repris à deux fois pour l'écrire ?
Un jour, dans les pages de ce forum, Olivier Paquet a dit que je faisais de la SF en regardant dans un rétroviseur (je cite de mémoire, Olivier, j'ai la flemme de retrouver le passage). A partir de là, deux possibilités. Soit le véhicule sur lequel le rétro est fixé se trouve à l'arrêt, et dans ce cas je me regarde comme un niais sans avancer. Soit le véhicule est en mouvement, et il se projette dans l'avenir, il porte un projet. Ce ne sont pas les choses du passé qui m'intéressent, mais la mémoire en tant qu'elle témoigne d'une temporalité interne, une durée de conscience. C'est cette durée que j'interroge. Dans les livres X et XI de ses Confessions, Saint Augustin aborde respectivement les questions de la mémoire et du temps. Pour lui, la mémoire n'est pas que la faculté de conserver le passé, mais elle permet d'appréhender sous forme de présence le passé, le présent et le futur. D'où, Eric, toujours aussi sagace, cette réactualisation dans le présent, en vue de l'avenir.

Xavier Mauméjean
Messages : 240
Enregistré le : mer. nov. 14, 2007 10:59 pm

Message par Xavier Mauméjean » lun. oct. 06, 2008 2:05 pm

Eric a écrit :

Ensuite, c'est sans doute un avis personnel, mais je trouve que Ganesha est peut-être le plus abouti de tes livres. Que cela soit en terme d'intrigue ou au niveau de la maîtrise de la langue. Penses-tu que c'est parce que tu t'y es repris à deux fois pour l'écrire ?
Oh, je n'ai aucun mérite, il m'a été dicté par le dieu. Et je suis sérieux. Je suppose qu'il avait encore des choses à me dire, et j'espère qu'il en aura encore, pour d'autres récits.

Xavier Mauméjean
Messages : 240
Enregistré le : mer. nov. 14, 2007 10:59 pm

Message par Xavier Mauméjean » lun. oct. 06, 2008 2:12 pm

Clin d'oeil à Systar : les Leçons phénoménologiques pour une conscience intime du temps de Husserl sont dédiées à Saint Augustin. Le monde est un village...

Verrouillé

Retourner vers « Xavier Mauméjean sur le forum d'Actusf »