Le forum d'ActuSF.com Index du forum Le forum d'ActuSF.com

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour voir ses messages privésSe connecter pour voir ses messages privés   ConnexionConnexion 

Stéphane Beauverger online
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivante
 
Ce forum est verrouillé: vous ne pouvez pas poster un nouveau sujet, répondre ou éditer des messages.   Ce sujet est verrouillé: vous ne pouvez pas éditer vos messages, ni poster des réponses.    Le forum d'ActuSF.com Index du forum -> Stéphane Beauverger
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
erispoe



Enregistré le: 11 Aoû 2006
Messages: 397
Localisation: Chartres de Bretagne, près de Rennes

MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 3:35 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

/HS pour Hoël/

Pour revenir rapidement sur la présence de huguenots français au Nouveau Monde, pas seulement parmi les flibustiers :

- Dès 1562, un nobliau huguenot du pays de Retz, René de Goulaine de Laudonnière, commanda une expédition partie du Havre sur l'ordre de l'Amiral de Coligny ("chef" du parti protestant). L'autre responsable de l'expédition, Jean Ribault, était aussi protestant. A la tête de 2 navires, les Français installèrent un petit fort au nord de la Floride (aujourd'hui Fort-Royal en Caroline du Sud). En 1564, une nouvelle expédition de 3 navires vint renforcer la jeune colonie (tous les colons étaient calvinistes). En 1565, les Espagnols attaquèrent le fort et massacrèrent les colons. Laudonnière réussit à revenir en Europe.
(Voir L'histoire notable de la Floride située es Indes occidentales contenant les trois voyages faites en icelle par certains capitaines et pilotes françois, descrits par le capitaine Laudonière, qui y a commandé l'espace d'un an trois moys à laquelle a été adiouste un quastrième voyage faist par le capitaineGourgues publiée à Paris en 1586).

- Après une expédition l'ayant mené en Guyane en 1604, Daniel de La Touche de La Ravardière fut nommé l'année suivante "lieutenant-général en la terre d'Amérique depuis l'Amazone jusqu'à l'île de la Trinité" par Henri IV. Là encore, il s'agissait d'un petit noble huguenot. Une expédition de 3 navires partit de Cancale avec plus de 500 colons en 1612. La petite colonie s'installa sur la petite île de Maragnon (Maranhao) au nord du Brésil. En 1615, les Portugais mirent fin à la colonie de la France équinoxiale à la suite d'une guerre qui fit de nombreuses vicitmes.
(Voir les récits des Pères d'Abbeville et d'Evreux, deux prêtres capucins qui accompagnaient les colons, respectivement parus en 1614 et en 1615, à Paris.
Ph. Jarnoux, La France équinoxiale, les dernières vélléités de colonisation française au Brésil 1612-1615 dans Annales de Bretagne, 1991, pp. 273-296.)

/HS/


Dur de participer à cette discussion enthousiasmante quand on n'a pas lu tes romans...

sTeF, à part les excellents livres de Michel Le Bris (j'espère que tu as aussi lu le catalogue de l'exposition d'il y a quelques années à l'abbaye de Daoulas paru chez Hoëbeke), as-tu lu beaucoup de livres historiques (universitaires) concernant les Caraïbes et/ou la flibuste du XVIIe siècle ? Si oui, pourrais-tu nous donner une petite bibliographie ?

Parmi les films qui t'ont peut-être inspiré, tu cites Master and commander de Peter Weir et le Nouveau Monde de Terrence Mallick... Deux très bons films à mon avis.
Quels sont les autres films que tu as regardé attentivement pendant l'écriture du roman (si certains films peuvent te servir de source d'inspiration bien sûr...) ?
_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sTeF
Invité





MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 3:44 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Don Lorenjy a écrit:
sTeF a écrit:
...
Ce que je veux dire, c'est que je ne me sens pas du tout dans une attitude "ouais, anarchy, destroy, fuck, fuck, brûlons le monde et dansons sur les ruines !!" D'abord parce que, bizarrement, je soupçonne les défenseurs de ce genre de posture de se rêver en Futurs Seigneurs des Ruines (ce que j'assimilerai vite à une tentation fascisante - même éclairée), Et que je crois que le monde, s'il doit brûler vraiment un jour, bah y'aura plus personne pour danser dessus Twisted Evil
...
Je me suis offert Chromozone, et j'en ai abandonné la lecture pour cause perso (d'un coup, comme ça, ras le bol du post-apo). Mais plus je lis tes réponses ici, plus je me sens tout bête et j'ai envie de le reprendre.

Et comme il faut poser une question pour que mon intervention ne ressemble pas trop à un coup de lèche : est-ce que j'ai raison ? De reprendre...


Salut Don Lorenjy Very Happy

Ouais, je connais ça, moi aussi je passe par des phases où il suffit qu'il soit écrit "drame" dans le résumé du film du soir, pour que je cherche un autre programme - parce que ce soir-là, t'as envie de tout, mais pas d'une histoire qui finit mal. Sad
Pour ça que dans "Le Déchronologue", j'annonce la couleur cash : ça va mal finir, cette histoire ! ^^ (et puis, c'était pour rassurer Charlotte Volper aussi, qui préfère savoir à l'avance comment se finit un bouquin... Laughing )

Après, est-ce que tu as raison de reprendre, je sais pas... En fait, je sais pas à quel endroit tu as arrêté, ni si cette répugnance à mettre les pieds dans les sanies t'était passagère ou plus ancrée. Si j'en crois ce que je lis régulièrement à ton sujet (forums, blogs), ça semble quand même une tendance chez toi, non ? Et pas seulement une phase ? Donc peut-être que "Chromozone" est pas pour toi.

En même temps, personnellement, je n'ai jamais considéré que Chromozone était un livre "dur" ou "insoutenable". "The War Zone", oui, mais pas "Chromozone". Donc peut-être que c'est le côté "ah merde, encore de la post-apo' qui suinte et qui dégouline" qui t'a refroidit à la première lecture. Auquel cas, je crains que ça ne change pas à la seconde lecture. Parce que ma première trilogie, c'est un peu beaucoup ça, quand même. Mais pas que... Wink
Allez, si la lecture de ce fil t'a donné envie d'y replonger un orteil, laisse-toi tenter Cool
_________________

Revenir en haut
Don Lorenjy



Enregistré le: 09 Mar 2006
Messages: 1442

MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 4:05 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Chouette, merci.
Je vais peut-être passer par la case Déchronologue avant.
(mais je n'ai pas été pris par surprise sur le côté post-apo, j'avais lu la quatrième Wink )
_________________
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
sTeF
Invité





MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 4:09 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

erispoe a écrit:


Dur de participer à cette discussion enthousiasmante quand on n'a pas lu tes romans...

sTeF, à part les excellents livres de Michel Le Bris (j'espère que tu as aussi lu le catalogue de l'exposition d'il y a quelques années à l'abbaye de Daoulas paru chez Hoëbeke), as-tu lu beaucoup de livres historiques (universitaires) concernant les Caraïbes et/ou la flibuste du XVIIe siècle ? Si oui, pourrais-tu nous donner une petite bibliographie ?


Ben écoute, la moindre des choses, c'était de lister mes références principales, alors elles sont à la fin du roman, je vais donc me contenter de copier/coller la dernière page :


- D’or, de rêves et de sang, l’épopée de la flibuste (1494-1588), de Michel Le Bris, Hachette Littératures, 2001
- L’aventure de la flibuste, actes du colloque de Brest 3-4 mai 2001, de Michel Le Bris, Hoëbeke, 2002
- Pirates et flibustiers des Caraïbes, de Michel Le Bris et Virginie Serna, Hoëbeke, 2001
- Pirates et flibustiers, la grande aventure de la mer, de Douglas Botting, Éditions Time-Life, 1979
- Fortress, The Spanish Main 1492-1800, de René Chartrand et Donato Spedaliere, Osprey Publishing, 2006
- Histoire des aventuriers flibustiers, d’Alexandre-Olivier Exquemelin, PU Paris-Sorbonne, 2005, réédition de l’édition française parue en 1686.
- Les Mayas, Art et Civilisation, de Nikolai Grube avec le concours de Eva Eggebrecht et Matthias Seidel, Könemann, 2000
- The book of pirates, d’Howard Pyle, Dover Publications, 2000, réédition de l’édition originale parue en 1921 par Harper & Brothers Publishers.
- Pirates, Patriots, and Princesses, the art of Howard Pyle, de Jeff A. Menges, Dover Publications, 2006


Quant à l'abbaye de Daoulas, j'y vais à chaque fois que je passe en Bretagne et que l'expo à changé. J'ai vu celle sur les Pirates, les Vikings, Le Vaudou, Les fées, et à chaque fois je fais une razzia sur les catalogues et les ouvrages en vente à la librairie ^^

Citation:

Parmi les films qui t'ont peut-être inspiré, tu cites Master and commander de Peter Weir et le Nouveau Monde de Terrence Mallick... Deux très bons films à mon avis.
Quels sont les autres films que tu as regardé attentivement pendant l'écriture du roman (si certains films peuvent te servir de source d'inspiration bien sûr...) ?


- Pirates, de Polanski
- Les contrebandiers de Moonfleet, de Fritz Lang (le seul film de pirates qui se passe à terre ^^)
- Aguirre, la colère de Dieu, de Herzog
- Apocalypto, de Mel Gibson
- Captain Blood (la version de 35 avec Eroll Flynn
- Long John Silver, de ?? (la version de 54 avec Robert Newton)
- Le Corsaire Rouge (que je n'aime pas du tout, mais j'ai regardé ^^)
- L'île aux trésors... des Muppets Embarassed (quoi, faut pas se moquer, Tim Curry est génial en Long John Silver)
- Les trois Pirates des Caraïbes, bien sûr (berk berk berk, sauf le 1er)

Et des tonnes de documentaires sur les chaînes du câble, et des articles sur le net.
_________________

Revenir en haut
Don Lorenjy



Enregistré le: 09 Mar 2006
Messages: 1442

MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 4:14 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

sTeF a écrit:

- Les trois Pirates des Caraïbes, bien sûr (berk berk berk, sauf le 1er)
Tu vois, on est d'accord sur le suintant dégoulinant.


Où j'ai rangé mon Chromozone, moi ?
_________________
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Lune



Enregistré le: 30 Mar 2009
Messages: 589
Localisation: A l'ombre du vent

MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 4:26 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Don Lorenjy a écrit:
Où j'ai rangé mon Chromozone, moi ?


Sur une impulsion, je viens de l'acheter, oups !

En effet je ne connaissais pas Stéphane Beauverger (honte sur moi, mais je me suis aussi inscrite sur ce forum pour découvrir !) et à lire vos échanges ça m'a donné envie !!

Alors merci !

_________________
Ce n'est pas parce que je dis n'importe quoi que j'ai tort.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
sTeF
Invité





MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 4:31 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Erispoe a écrit:
- Dès 1562, un nobliau huguenot du pays de Retz, René de Goulaine de Laudonnière, commanda une expédition partie du Havre sur l'ordre de l'Amiral de Coligny ("chef" du parti protestant). L'autre responsable de l'expédition, Jean Ribault, était aussi protestant. A la tête de 2 navires, les Français installèrent un petit fort au nord de la Floride (aujourd'hui Fort-Royal en Caroline du Sud). En 1564, une nouvelle expédition de 3 navires vint renforcer la jeune colonie (tous les colons étaient calvinistes). En 1565, les Espagnols attaquèrent le fort et massacrèrent les colons. Laudonnière réussit à revenir en Europe.


Je reviens juste sur ce passage, qui me fait rebondir sur un autre point peut-être important à signaler à Hoêl pour compléter la réponse sur le "pourquoi les Protestants ?" : à l'époque de la conquête du Nouveau monde, la France n'est pas une nation maritime. loin s'en faut (on est encore loin de Colbert). Et il faudra toute la détermination de Coligny, pour commencer à doter la France d'une flotte digne de ce nom, et commencer à s'intéresser à ce "grand drap bleu humide" tendu sur la côte ouest du pays, et à ce qui se passe au-delà. L'assassinat de Coligny la nuit de Saint-Barthélémy va d'ailleurs coûter très cher à l'organisation de la marine française en devenir.
Et ce n'est pas hasard non plus si les premières flottes à tenter l'aventure sont huguenotes, même sans le soutien de Coligny : c'est par les ports (La Rochelle, au premier chef) que s'organise le transport des armes, vivres, et autres, avec l'Angleterre et la Hollande, pour des Huguenots qui ont cruellement besoin de soutien. Voilà, l'intervention d'Erispoe m'a fait repenser à ce volet-là de l'affaire. Idea
_________________

Revenir en haut
sTeF
Invité





MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 4:52 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Lune a écrit:

En effet je ne connaissais pas Stéphane Beauverger (honte sur moi, mais je me suis aussi inscrite sur ce forum pour découvrir !) et à lire vos échanges ça m'a donné envie !!


Y'a aucune honte à avoir, Lune, je fais le malin, là, parce qu'on m'a prêté le micro pour dire des choses dedans, mais je suis un p'tit jeune qui débute Wink
_________________

Revenir en haut
systar



Enregistré le: 03 Fév 2007
Messages: 1991
Localisation: perdu dans la métaphysique

MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 7:00 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

Une dernière question pour moi:

tu as dit essayer de ne pas te soucier de la réception du livre, une fois qu'il existe bien matériellement.
Tu n'écris donc pas "pour le lecteur", comme on l'entend parfois (au sens où ça mènerait à adapter le contenu du livre au profil-type éventuel de lecteur qu'on croit pouvoir viser)

Certains auteurs écrivent pour se débarrasser d'idées et/ou d'histoires qui leur trottent dans la tête et qui, à terme, finiraient par les bouffer, ou les obséder. Il y a un petit côté "rééquilibrage d'énergie" dans l'écriture.
D'autres, c'est pour mieux poser certains problèmes qu'ils rencontrent et estiment importants. Une espèce de démarche d'objectivation, au double sens du mot (en faire qqch d'extérieur à soi, et en faire quelque chose qui ne dépend plus uniquement de ma petite personne, mais puisse être partagé et réapproprié par d'autres).

Et toi, pourquoi/pour quoi as-tu voulu écrire du roman, et en publier sous ton nom?
(parlerais-tu d'une "vocation" d'écrivain (même tardive...)?)
_________________
Bruno - http://systar.hautetfort.com
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
jlavadou



Enregistré le: 10 Fév 2006
Messages: 2284
Localisation: La Garenne Colombes

MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 7:12 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

sTeF a écrit:
Par contre, c'est une question que j'aimerais bien poser aux lecteurs, tiens, histoire de renvoyer le miroir : quel est votre personnage préféré du "Déchronologue" et pourquoi ?

Je reviens là-dessus. Celui qui m'a le plus marqué est bien évidemment Villon. Maintenant, chez les autres personnages, le Baptiste m'a fait une forte impression, un peu en retrait, agissant en quelque sorte dans l'ombre (pour ceux qui n'ont pas lu, c'est le maître artilleur et il ne quitte presque jamais ses canons). Et subissant les événements de façon plus intense que les autres sans se plaindre.

Maintenant, je ne dirais pas que je "préfère"un personnage plus qu'un autre. A vrai dire, je ne fréquenterais aucun d'eux Smile Pas la même morale - normal, pas le même lieu ni la même époque. Cela dit c'est un de tes tours de force : avoir su aussi bien traiter des personnages complexes, sans les rendre sympathiques ni méchants, bien ancrés dans leur époque, et donc très crédibles.
_________________

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Transhumain



Enregistré le: 07 Fév 2006
Messages: 1246

MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 8:04 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

sTeF a écrit:
Par contre, c'est une question que j'aimerais bien poser aux lecteurs, tiens, histoire de renvoyer le miroir : quel est votre personnage préféré du "Déchronologue" et pourquoi ?

Difficile en effet... Villon les surclasse tous bien sûr. Mais j'aime beaucoup le Baptiste (pour son côté fantomatique et prophétique), Brieuc (pour la probité, l'innocence) et Mendoza (pour la loyauté). Et Fèfè de Dieppe est très réussi. Bref, grosso modo, ceux qui ont un nom... Bizarre, hein ?
_________________
http://findepartie.hautetfort.com
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer le courriel Visiter le site Web du posteur
sTeF
Invité





MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 8:08 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

systar a écrit:
Une dernière question pour moi:

tu as dit essayer de ne pas te soucier de la réception du livre, une fois qu'il existe bien matériellement.
Tu n'écris donc pas "pour le lecteur", comme on l'entend parfois (au sens où ça mènerait à adapter le contenu du livre au profil-type éventuel de lecteur qu'on croit pouvoir viser)


De mon point de vue, c'est indéniable, à ce jour je n'ai jamais "calibré" un de mes romans.
Je parlais récemment avec Pascal Godbillon du fait d'écrire "pour la jeunesse", et en l'écoutant, j'ai réalisé que, visiblement, je me faisais un monde de pas grand chose, et que j'avais une vision passéiste et étriquée : là où je pensais qu'il fallait suivre des rails et garde-fous "youth oriented", Pascal m'a expliqué qu'en fait, il y avait beaucoup plus de liberté que je ne le supposais. Alors, pourquoi pas tenter de "calibrer" un texte pour un public, un jour ?

Citation:
Certains auteurs écrivent pour se débarrasser d'idées et/ou d'histoires qui leur trottent dans la tête et qui, à terme, finiraient par les bouffer, ou les obséder. Il y a un petit côté "rééquilibrage d'énergie" dans l'écriture.
D'autres, c'est pour mieux poser certains problèmes qu'ils rencontrent et estiment importants. Une espèce de démarche d'objectivation, au double sens du mot (en faire qqch d'extérieur à soi, et en faire quelque chose qui ne dépend plus uniquement de ma petite personne, mais puisse être partagé et réapproprié par d'autres).


En ce qui concerne la trilogie du Chromozone, avec le recul, je ne pense pas trop m'avancer en affirmant que c'était en partie thérapeutique. Fallait que ça sorte ! Wink
Je ne cacherai pas que l'écriture m'apporte une forme d'équilibre. Mais ça demeure aussi un simple "travail", que j'essaie d'effectuer au mieux. Parce que si je n'écris pas en visant un lectorat, je n'ai pas le droit d'oublier que le résultat de mon travail est destiné à être lu par d'autres. Sinon, autant se regarder le nombril.

En ce qui concerne Le Déchronlogue, je n'ai pas l'impression d'avoir instillé moins de ma façon de regarder le monde. A ce niveau de ma carrière, j'imagine mal comment il pourrait en être autrement. Peut-être que dans quelques années (si les vents de l'édition me poussent dans la bonne direction) je serai capable d'aborder en toute neutralité des thèmes et sujets qui ne m'affectent pas personnellement. Peut-être que c'est vraiment ça, écrire. Pour le moment, j'essaie de bien raconter des histoires. Et ça me suffit.

Citation:
Et toi, pourquoi/pour quoi as-tu voulu écrire du roman, et en publier sous ton nom?
(parlerais-tu d'une "vocation" d'écrivain (même tardive...)?)


Au risque de paraître pédant : parce que c'est ce que je voulais faire. Je ne me suis même pas posé la question. Mon aspiration à devenir romancier n'est pas tardive, elle a toujours été là. Elle s'est seulement cristallisée le jour où les bonnes conditions ont été réunies : rencontrer les bonnes personnes, au bon moment. Je n'ai jamais envoyé un manuscrit à un éditeur. Si je l'avais fait, j'aurais sans doute été refusé (en fait, en écrivant ça, je me rends compte que c'est faux : même si je ne l'ai pas fait personnellement, Chromozone a bien été soumis au jugement de Mathias Echenay, puis à celui de Pascal Godbillon, je retire donc ce que je viens de dire ^^).

Quant à la question pourquoi écrire sous mon nom, c'est une question étrange. Me suis jamais posé la question. Parce que c'est moi qui écrit ? (ce qui en dirait déjà assez quant aux liens qui me lient à ma production ^^). A l'époque où j'envisageais de publier mon premier roman, on m'a conseillé de prendre un pseudo, parce que "Beauverger" ça n'était pas vendeur Wink Rien que pour ça, tiens, il était pas question de prendre un nom de plume.

Et puisqu'on approche peu à peu de la fin de cette discussion, je ne voudrais pas rater l'opportunité de laisser s'exprimer une dame pour qui la question de la survie par l'expression ne se pose plus depuis longtemps : Sinead O'Connor (et le silence religieux se fait...)
_________________

Revenir en haut
systar



Enregistré le: 03 Fév 2007
Messages: 1991
Localisation: perdu dans la métaphysique

MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 8:28 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

sTeF a écrit:
Alors, pourquoi pas tenter de "calibrer" un texte pour un public, un jour ?



Un roman jeunesse de ta part, qui reprendrait des notions aussi savoureuses et optimistes que "arracher la tête des bébés pour éduquer les mères", j'attends ça avec impatience Very Happy
_________________
Bruno - http://systar.hautetfort.com
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
sTeF
Invité





MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 8:31 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

systar a écrit:
sTeF a écrit:
Alors, pourquoi pas tenter de "calibrer" un texte pour un public, un jour ?



Un roman jeunesse de ta part, qui reprendrait des notions aussi savoureuses et optimistes que "arracher la tête des bébés pour éduquer les mères", j'attends ça avec impatience Very Happy


Roooohn, tout de suite, tu choisis la pire citation Rolling Eyes
_________________

Revenir en haut
systar



Enregistré le: 03 Fév 2007
Messages: 1991
Localisation: perdu dans la métaphysique

MessagePosté le: Jeu Avr 02, 2009 8:34 pm    Poster un sujet: Répondre en citant

sTeF a écrit:
systar a écrit:
sTeF a écrit:
Alors, pourquoi pas tenter de "calibrer" un texte pour un public, un jour ?



Un roman jeunesse de ta part, qui reprendrait des notions aussi savoureuses et optimistes que "arracher la tête des bébés pour éduquer les mères", j'attends ça avec impatience Very Happy


Roooohn, tout de suite, tu choisis la pire citation Rolling Eyes


"Il n'y a plus de place en ce monde pour la bêtise", elle serait pas mal, aussi, pour nos djeun's! Wink
_________________
Bruno - http://systar.hautetfort.com
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site Web du posteur
Afficher les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé: vous ne pouvez pas poster un nouveau sujet, répondre ou éditer des messages.   Ce sujet est verrouillé: vous ne pouvez pas éditer vos messages, ni poster des réponses.    Le forum d'ActuSF.com Index du forum -> Stéphane Beauverger Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivante
Page 9 de 11

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster des nouveaux sujets sur ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets de ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos posts dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos posts sur ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

?
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par Support-phpBB2.com