Stéphane Beauverger online

Retrouver Stéphane Beauverger pour trois jours de discussion sur le forum du 31 mars au 2 avril

Modérateurs : Charlotte, tom, Eric, jerome

Shalmaneser
Messages : 361
Enregistré le : jeu. oct. 11, 2007 2:11 pm
Contact :

Message par Shalmaneser » jeu. avr. 02, 2009 8:41 pm

Transhumain a écrit :
sTeF a écrit :Par contre, c'est une question que j'aimerais bien poser aux lecteurs, tiens, histoire de renvoyer le miroir : quel est votre personnage préféré du "Déchronologue" et pourquoi ?
Difficile en effet... Villon les surclasse tous bien sûr. Mais j'aime beaucoup le Baptiste (pour son côté fantomatique et prophétique), Brieuc (pour la probité, l'innocence) et Mendoza (pour la loyauté). Et Fèfè de Dieppe est très réussi. Bref, grosso modo, ceux qui ont un nom... Bizarre, hein ?
Et Sévère ? C'est un beau personnage aussi, Sévère, l'antithèse du forban. J'ai beaucoup apprécié le grand Fèfè et son patois, aussi : il apporte quelque chose d'outrancier au texte, un humour aux accents parfois rabelaisien... Mais tu parlais justement de Rabelais à propos du gros Brodin. --> Pendant que j'y pense, et si tu as le temps de répondre à ma dernière question : l'oeuvre de Rabelais figure-t-elle parmi les textes où tu glanes quelques idées, et en l'occurrence quelques caractères ?

Shalmaneser
Messages : 361
Enregistré le : jeu. oct. 11, 2007 2:11 pm
Contact :

Message par Shalmaneser » jeu. avr. 02, 2009 8:44 pm

systar a écrit :
sTeF a écrit :
systar a écrit :
sTeF a écrit : Alors, pourquoi pas tenter de "calibrer" un texte pour un public, un jour ?
Un roman jeunesse de ta part, qui reprendrait des notions aussi savoureuses et optimistes que "arracher la tête des bébés pour éduquer les mères", j'attends ça avec impatience :D
Roooohn, tout de suite, tu choisis la pire citation :roll:
"Il n'y a plus de place en ce monde pour la bêtise", elle serait pas mal, aussi, pour nos djeun's! :wink:
Ou alors tout simplement, pour lutter contre l'alcoolisme chez les ados : "A tous les buveurs de tafia, et à ceux qui restent debout."

sTeF

Message par sTeF » jeu. avr. 02, 2009 8:55 pm

Shalmaneser a écrit :Et Sévère ? C'est un beau personnage aussi, Sévère, l'antithèse du forban. J'ai beaucoup apprécié le grand Fèfè et son patois, aussi : il apporte quelque chose d'outrancier au texte, un humour aux accents parfois rabelaisien... Mais tu parlais justement de Rabelais à propos du gros Brodin. --> Pendant que j'y pense, et si tu as le temps de répondre à ma dernière question : l'œuvre de Rabelais figure-t-elle parmi les textes où tu glanes quelques idées, et en l'occurrence quelques caractères ?
Oh, mais on a encore un peu de temps, le taulier est pas encore passé fermer (y'a de la lumière jusqu'à minuit, en gros, je crois).

A propos de Rabelais, oui, bien sûr que ça constitue une référence.
Me rappelle encore d'un passage qui m'avait fait hurler de rire, quand Gargantua explique à Grandgousier comment avoir les fesses propres et détaille avec moult précisions les différents torche-culs qu'il a essayé avant de trouver le plus agréable pour son derrière : "(...) je me torchai une fois d'un cachelet de velours de ma demoiselle, et le trouvai bon, car la mollice de sa soie me causait au fondement une volupté bien grande (...)" Pas exactement les passages qu'on étudiait à l'école. Il paraît que Rabelais entendait faire grande œuvre d'éducation hygiénique, par ces écrits, à destination de ses contemporains un peu merdeux du derche ^^

Puisque tu en parles, je peux confier, maintenant, qu'il y a une phrase du Déchronologue que j'ai consciemment écrite en référence à Rabelais, en guise d'hommage, dans le premier chapitre : "À la manière des autres colonies mal établies sur ce rivage hostile, les autochtones n’ignoraient point qu’ils ne tenaient ainsi, accrochés aux bourses trop pleines de l’empire espagnol, qu’à la faveur de cette indolence propre aux géants jamais trop prompts à se gratter le cul. " 8)

Avatar du membre
Transhumain
Messages : 1246
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 11:23 am
Contact :

Message par Transhumain » jeu. avr. 02, 2009 8:59 pm

Shalmaneser a écrit :Et Sévère ? C'est un beau personnage aussi, Sévère, l'antithèse du forban.
Sévère... Elle fait justement partie de ces personnages-fonctions, comme les matelots. Elle n'a pas de nom, d'histoire. Elle est intéressante, mais pour moi elle est juste "Sévère".

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » jeu. avr. 02, 2009 9:02 pm

Transhumain a écrit :
Shalmaneser a écrit :Et Sévère ? C'est un beau personnage aussi, Sévère, l'antithèse du forban.
Sévère... Elle fait justement partie de ces personnages-fonctions, comme les matelots. Elle n'a pas de nom, d'histoire. Elle est intéressante, mais pour moi elle est juste "Sévère".
Tu dis ça parce que c'est une femme.
Avoue.

Avatar du membre
Transhumain
Messages : 1246
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 11:23 am
Contact :

Message par Transhumain » jeu. avr. 02, 2009 9:03 pm

sTeF a écrit :A propos de Rabelais, oui, bien sûr que ça constitue une référence.
Me rappelle encore d'un passage qui m'avait fait hurler de rire, quand Gargantua explique à Grandgousier comment avoir les fesses propres et détaille avec moult précisions les différents torche-culs qu'il a essayé avant de trouver le plus agréable pour son derrière : "(...) je me torchai une fois d'un cachelet de velours de ma demoiselle, et le trouvai bon, car la mollice de sa soie me causait au fondement une volupté bien grande (...)" Pas exactement les passages qu'on étudiait à l'école. Il paraît que Rabelais entendait faire grande œuvre d'éducation hygiénique, par ces écrits, à destination de ses contemporains un peu merdeux du derche ^^
Sans oublier les poussins.

sTeF

Message par sTeF » jeu. avr. 02, 2009 9:06 pm

Transhumain a écrit : Sans oublier les poussins.
Oui, je crois bien me souvenir qu'il finit sa tirade par la découverte que rien ne vaut un jeune poussin encore frétillant pour achever de s'essuyer les fesses avec douceur et volupté.

Shalmaneser
Messages : 361
Enregistré le : jeu. oct. 11, 2007 2:11 pm
Contact :

Message par Shalmaneser » jeu. avr. 02, 2009 9:09 pm

sTeF a écrit :A propos de Rabelais, oui, bien sûr que ça constitue une référence.
Me rappelle encore d'un passage qui m'avait fait hurler de rire, quand Gargantua explique à Grandgousier comment avoir les fesses propres et détaille avec moult précisions les différents torche-culs qu'il a essayé avant de trouver le plus agréable pour son derrière : "(...) je me torchai une fois d'un cachelet de velours de ma demoiselle, et le trouvai bon, car la mollice de sa soie me causait au fondement une volupté bien grande (...)" Pas exactement les passages qu'on étudiait à l'école. Il paraît que Rabelais entendait faire grande œuvre d'éducation hygiénique, par ces écrits, à destination de ses contemporains un peu merdeux du derche ^^
Ah mais oui ! C'est de loin mon passage préféré du Gargantua. A cet âge, le mouflet n'avait plus grand chose à apprendre de son instructeur paternel en la matière, si j'ose dire... (ornithologues et âmes sensibles s'abstenir)
Grandgousier a écrit :Or poursuyz ce propos torcheculatif, ie t’en prie. Et par ma barbe pour un bussart tu auras soixante pippes Ientends de ce bon vin breton, lequel point ne croist en Bretaigne, mais en ce bon pays de Verron. Ie me torchay après (dist Gargantua) d’un couvrechief, d’un aureiller, d’une pantoufle, d’une gibbessière, d’un panier. Mais o, le malplaisant torchecul. Puis d’un chappeau. & notez que des chappeaux les uns sont ras, les aultres à poil, les aultres velouttez, les aultres tafetassez, les aultres satinisez. Le meilleur de tous est celluy de poil. Car il faict tres bonne abstersion de la matière fecale. Puis me torchay d’une poulle, d’un coq, d’un poulet, de la peau d’un veau, d’un lievre, d’un pigeon, d’un cormaran, d’un sac d’advocat, d’une barbute, d’une coyphe, d’un leurre, Mais concluent ie dys & maintiens, qu’il n’y a tel torchecul que d’un oyson bien dumeté, pourveu qu’on luy tieigne la teste entre les iambes.
Le génie rabelaisien dans toute sa splendeur...
sTeF a écrit :Puisque tu en parles, je peux confier, maintenant, qu'il y a une phrase du Déchronologue que j'ai consciemment écrite en référence à Rabelais, en guise d'hommage, dans le premier chapitre : "À la manière des autres colonies mal établies sur ce rivage hostile, les autochtones n’ignoraient point qu’ils ne tenaient ainsi, accrochés aux bourses trop pleines de l’empire espagnol, qu’à la faveur de cette indolence propre aux géants jamais trop prompts à se gratter le cul. " 8)
En voilà une belle formule ! :lol:
Modifié en dernier par Shalmaneser le jeu. avr. 02, 2009 9:10 pm, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Transhumain
Messages : 1246
Enregistré le : mar. févr. 07, 2006 11:23 am
Contact :

Message par Transhumain » jeu. avr. 02, 2009 9:10 pm

systar a écrit :Tu dis ça parce que c'est une femme.
Avoue.
Oui c'est vrai. Gobe-la-mouche aussi c'est une choulette ?

Shalmaneser
Messages : 361
Enregistré le : jeu. oct. 11, 2007 2:11 pm
Contact :

Message par Shalmaneser » jeu. avr. 02, 2009 9:11 pm

sTeF a écrit :
Transhumain a écrit : Sans oublier les poussins.
Oui, je crois bien me souvenir qu'il finit sa tirade par la découverte que rien ne vaut un jeune poussin encore frétillant pour achever de s'essuyer les fesses avec douceur et volupté.
Ah, vous me devançâtes...

Shalmaneser
Messages : 361
Enregistré le : jeu. oct. 11, 2007 2:11 pm
Contact :

Message par Shalmaneser » jeu. avr. 02, 2009 9:24 pm

Transhumain a écrit :
systar a écrit :Tu dis ça parce que c'est une femme.
Avoue.
Oui c'est vrai. Gobe-la-mouche aussi c'est une choulette ?
Gobe-la-mouche, encore un personnage rabelaisien - un autre Panurge, peut-être ?

sTeF

Message par sTeF » jeu. avr. 02, 2009 9:26 pm

Bon, bon, bon, je vois que l'ambiance devient un peu plus festive et relâchée.
Va peut-être être temps d'en arriver aux choses un peu ludiques (c'est pas exactement la psychanalyse des contes de Fées du père Bettelheim, mais ça peut valoir son pesant de surmoi :roll: )

systar
Messages : 1991
Enregistré le : sam. févr. 03, 2007 11:20 pm
Localisation : perdu dans la métaphysique
Contact :

Message par systar » jeu. avr. 02, 2009 9:28 pm

sTeF a écrit :Bon, bon, bon, je vois que l'ambiance devient un peu plus festive et relâchée.
Va peut-être être temps d'en arriver aux choses un peu ludiques (c'est pas exactement la psychanalyse des contes de Fées du père Bettelheim, mais ça peut valoir son pesant de surmoi :roll: )
"Alle Warrrrten auf das Licht" ^^

Inoubliable ouverture de "La Sirène Rouge" par Olivier Mégaton!!!

Avatar du membre
Roland C. Wagner
Messages : 3588
Enregistré le : jeu. mars 23, 2006 11:47 am

Message par Roland C. Wagner » jeu. avr. 02, 2009 9:39 pm

Tout d'abord, je voudrais rectifier une erreur commise un peu plus haut : les véritables auteurs de sience-fiction boivent du cognac (au minimum XO), ce sont ceux de la bande des transfictionnels qui boivent du whisky, habitude sans doute empruntée aux auteurs de fantastique.

Et maintenant, une petite dernière, pour la route :

Quand tu as eux envie d'écrire, puis commencé à écrire, était-ce de la science-fiction ? :wink:
« Regarde vers Lorient / Là tu trouveras la sagesse. » (Les Cravates à Pois)

الكاتب يكتب

sTeF

Message par sTeF » jeu. avr. 02, 2009 9:55 pm

Roland C. Wagner a écrit : Et maintenant, une petite dernière, pour la route :
Quand tu as eux envie d'écrire, puis commencé à écrire, était-ce de la science-fiction ? :wink:
Si tu veux savoir par là si j'avais l'impression qu'il y avait une certaine surchauffe du réel, quand il s'est agi de me lancer, ça ne serait pas impossible. :D
Mais ladite surchauffe a surtout eu lieu la première année que j'ai été invité aux Utopiales.
Je me suis retrouvé sur une scène, à discuter comme de rien n'était, comme on prend le thé, avec Joe Haldeman, James Morrow, Roland Wagner, Alain Damasio (... il y avait d'autres intervenants mais leur nom m'échappe, là). Pendant quelques secondes, tu te sens un peu dans la peau du candide de Surprise Sur Prise ! :oops:

Si tu veux savoir si j'ai toujours voulu écrire de la science-fiction, je crois que la réponse est non. J'ai envie de raconter des histoires. Je laisse à d'autres le soin de ranger le résultat dans le tiroir adéquat. :)

Verrouillé

Retourner vers « Stéphane Beauverger »