Combien rapporte un premier roman de SF à son auteur ?

Modérateurs : Estelle Hamelin, Jean, Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Nathalie

Avatar du membre
IFF
Messages : 66
Enregistré le : mar. déc. 01, 2009 12:38 am

Combien rapporte un premier roman de SF à son auteur ?

Message par IFF » dim. janv. 31, 2010 11:06 pm

Let's talk money, honey!

Combien rapporte un premier roman de SF à son auteur ? (et stratégies afférentes)

Question à réponses multiples, certes, mais imaginons : mon premier roman de SF adulte est accepté par un éditeur qui, contrat signé, publie ce livre. Mettons qu'il paraisse dans un an, en janvier 2011. Combien puis-je espérer gagner (revenus nets) en cumulé sur l'année 2011 (1er janvier - 31 décembre), pour la première édition du bouquin (à-valoir + pourcentages des ventes) ? A quel moment serai-je payé ? Quel pourcentage devrai-je déduire de ce revenu (impôts, cotisations AGESSA...) ?

Par exemple, combien me versera (par l'intermédiaire de son comptable) :
- Gilles Dumay ?
- Gérard Klein ?
- Olivier Girard ?
- Alain Kattnig ?
- Marion Mazauric ?
- ActuSF ?
...

Autre question : à combien d'exemplaires un premier roman de SF écrit par un auteur français (francophone) est-il tiré, et dans combien points de vente est-il présent (distributeurs) ? En gros, qui a la plus importante force de frappe du marché ?*
- Chez DLE ? exemple : Merjagnan (collection proprement dite) vs XXX (one shot)
- Chez A&D ? ex : Panchard
- Au Bélial ?
- A L'Atalante (Dentelle du cygne) ?
- Au Diable ?
- et chez ActuSF ?
...

*ce qui mène à : publier de la SF en collections SF, ou publier de la SF hors collection (one shot) / en litt gén ?

(Bah j'espère avoir quelques réponses, même vagues... merci d'avance !)

Avatar du membre
Roland C. Wagner
Messages : 3588
Enregistré le : jeu. mars 23, 2006 11:47 am

Re: Combien rapporte un premier roman de SF à son auteur ?

Message par Roland C. Wagner » dim. janv. 31, 2010 11:16 pm

IFF a écrit :Par exemple, combien me versera (par l'intermédiaire de son comptable) :

- Gilles Dumay ?

Laissons-le répondre lui-même.

- Gérard Klein ?

Idem.

- Olivier Girard ?

Pas des masses mais rubis sur l'ongle.

- Alain Kattnig ?

Rien. Il ne s'occupe pas des manuscrits français.

- Marion Mazauric ?

Aucune idée.

- ActuSF ?

Pas des masses mais rubis sur l'ongle.
« Regarde vers Lorient / Là tu trouveras la sagesse. » (Les Cravates à Pois)

الكاتب يكتب

Avatar du membre
IFF
Messages : 66
Enregistré le : mar. déc. 01, 2009 12:38 am

Re: Combien rapporte un premier roman de SF à son auteur ?

Message par IFF » lun. févr. 01, 2010 1:03 am

Roland C. Wagner a écrit :
IFF a écrit :Par exemple, combien me versera (par l'intermédiaire de son comptable) :
- Alain Kattnig ?

Rien. Il ne s'occupe pas des manuscrits français.
Noté. Pierre Michaud alors ?

Merci pour le reste.

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » lun. févr. 01, 2010 1:12 am

Comme tu le dis toi-même, il y a plein de réponses, et plein d'impondérables qui font que l'édition n'est pas une science exacte.

Tes revenus dépendront en (grande) partie des ventes, mais aussi d'une éventuelle reprise en poche, par exemple, voire, pourquoi pas, d'une vente à l'étranger ou d'une reprise en club, genre France Loisirs.

Ton à valoir (qui, soyons lucides, dans le cas d'un premier roman devrait constituer l'essentiel de tes revenus sur le livre - voire ta seule source de revenus) varient énormément d'un éditeur à l'autre. Disons que la fourchette va de 500 à 3000€.

Ensuite, le pourcentage sur les ventes (que tu ne commenceras à percevoir que si l'éditeur s'est remboursé de ton à valoir, puisqu'il s'agit d'une avance recoupable) voisine généralement entre 8 et 9% jusqu'à un certain seuil (généralement 5000 ex), prennent un point entre 5 et 10 000 ex. vendus et encore un au-dessus de 10 000.

Si ton bouquin est repris en poche, tu prends 50% du deal, et là, concernant les achat en poche, il n'y a pas vraiment de règle, c'est du cas par cas, ça dépend de tes ventes, mais aussi du potentiel que l'éditeur poche croit déceler en toi et pour lequel il est prêt à mettre de l'argent sur la table afin de t'avoir à son catalogue.

Après, en ce qui concerne les "forces de frappe", difficile à dire. Chaque distributeur/diffuseur à ses points forts et ses points faibles. En clair, il est mieux représenté dans tel ou tel type de réseau. Par exemple, la SODIS (Gallimard/Folio/Denoël) est plus présente en librairie, alors qu'Interforum (Fleuve Noir/Pocket/Pré aux clercs) à un réseau plus développé en grande surface.

D'une manière générale, de toute façon, quand tu es un jeune auteur et que tu as la chance de voir ton manuscrit pris par un éditeur, tu ne te poses pas ce genre de questions et tu te dis juste que t'as du bol et que c'est déjà pas mal.

De toute façon - sauf imprévu - la fourchette de tes gains se situera immanquablement entre des clopinettes et presque que dalle.
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Avatar du membre
Don Lorenjy
Messages : 1442
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 9:03 am
Contact :

Message par Don Lorenjy » lun. févr. 01, 2010 10:10 am

Eric a écrit : De toute façon - sauf imprévu - la fourchette de tes gains se situera immanquablement entre des clopinettes et presque que dalle.
T'es défaitiste : ça paie les vacances. Après, la destination dépend surtout du montant de l'à-valoir, plus que du nombre de ventes.
Tu peux aussi tabler sur l'effet long sellers, mais il faudra écrire et publier d'autres livres suffisamment proches pour que le lien se fasse, chez les libraires et les lecteurs, et relancer le premier.
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons

Avatar du membre
IFF
Messages : 66
Enregistré le : mar. déc. 01, 2009 12:38 am

Message par IFF » lun. févr. 01, 2010 9:28 pm

Merci pour cette synthèse. Quelques points qui ne sont pas encore clairs pour moi :
Eric a écrit : Si ton bouquin est repris en poche, tu prends 50% du deal, et là, concernant les achat en poche, il n'y a pas vraiment de règle, c'est du cas par cas, ça dépend de tes ventes, mais aussi du potentiel que l'éditeur poche croit déceler en toi et pour lequel il est prêt à mettre de l'argent sur la table afin de t'avoir à son catalogue.
Donc l'éditeur poche verse une somme fixe (50% à l'éditeur, 50% à l'auteur)
pour avoir les droits de publication du bouquin en format poche (j'imagine que ça fait partie des droits dérivés) à l'éditeur initial. Mais le pourcentage sur chaque exemplaire vendu, il va directement à l'auteur ou en partie aussi à l'éditeur initial ? Là aussi, est-ce qu'il y a un seuil, un nombre d'exemplaires vendus à atteindre avant que l'auteur ne perçoive quelque chose sur un poche vendu (la somme versée au départ faisant office d'à-valoir) ?
Eric a écrit :Par exemple, la SODIS (Gallimard/Folio/Denoël) est plus présente en librairie, alors qu'Interforum (Fleuve Noir/Pocket/Pré aux clercs) à un réseau plus développé en grande surface.
Harmonia Mundi, c'est comme la SODIS mais avec moins de points de vente ?
Eric a écrit :D'une manière générale, de toute façon, quand tu es un jeune auteur et que tu as la chance de voir ton manuscrit pris par un éditeur, tu ne te poses pas ce genre de questions et tu te dis juste que t'as du bol et que c'est déjà pas mal.
Bien sûr, c'est déjà immense de publier un texte, de le voir transmuté en un véritable livre avec son nom bien à soi dessus. Entièrement d'accord.

Mais ici j'ai volontairement pris un point de vue partiel : l'écriture comme source de revenus. Je sonde le terrain. Après tout, qu'est-ce que j'ai à perdre ?

Avatar du membre
Eric
Administrateur - Site Admin
Messages : 5185
Enregistré le : ven. déc. 16, 2005 1:03 pm
Localisation : Paris

Message par Eric » mar. févr. 02, 2010 12:01 am

Oui, quand tu es repris en poche, tu signes un nouveau contrat, cette fois avec ton éditeur poche, avec tout ce que ça comprend, pourcentage sur les vente, avec seuil progressif, durée de session des droits, etc... et le contrat est passé entre toi et l'éditeur poche. Ton éditeur grand format, ne touche, quant à lui, que les 50% du deal de base.
Harmonia Mundi, c'est comme la SODIS mais avec moins de points de vente ?
En gros, ouais. Surtout avec (beaucoup) moins de commerciaux. Normalement, en revanche, leurs points de vente sont sensés être plus ciblés.
Mais ici j'ai volontairement pris un point de vue partiel : l'écriture comme source de revenus. Je sonde le terrain. Après tout, qu'est-ce que j'ai à perdre ?
Grosso modo, on considère qu'en dessous de 30 à 40 000 ex sur un livre, difficile d'en vivre décemment.

L'autre solution, c'est celle adoptée par la majorité des auteurs qui vivent de leur plume, c'est diversifier tes projets. Puisque ce que tu reçois de plus substantiel, c'est souvent l'à valoir, l'idée c'est multiplier les travaux, d'autant qu'au final, l'effet d'accumulation fini par rapporter.
"Ueeuuggthhhg", laissa échapper Caity. Ce qui aurait pu vouloir dire n’importe quoi.

Avatar du membre
Don Lorenjy
Messages : 1442
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 9:03 am
Contact :

Message par Don Lorenjy » mar. févr. 02, 2010 8:35 am

IFF a écrit : l'écriture comme source de revenus. Je sonde le terrain. Après tout, qu'est-ce que j'ai à perdre ?
Du temps.
Mais ça les vaut.
Si tu écris pour le plaisir (= temps d'écriture déjà rétribué par le plaisir d'écrire) d'éventuels revenus feront un bonus plaisant.
Ce qui ne veut pas dire "je ne compte pas, c'est pas mon steak", car ceux avec qui tu travailleras (éditeurs, distributeurs, libraires, organisateurs de salons...) ne le font pas par philanthropie. Donc ta question est bien posée, il ne faut pas l'éviter, juste changer de casquette : un jour j'écris, je suis l'artiste fou les cheveux ébouriffés par le vent furieux de la création, le lendemain je négocie le contrat à tête reposée, sans hargne ni béni-oui-ouisme.
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons

Avatar du membre
Lisore
Messages : 2078
Enregistré le : mer. oct. 08, 2008 9:26 am
Localisation : Loin de toute librairie digne de ce nom :(

Message par Lisore » mar. févr. 02, 2010 10:39 am

C'est marrant, ça me rappelle un sujet sur le forum de Brage, ouvert ce week-end et rapidement parti en sucette...
Hum...
...!

Avatar du membre
marc
Messages : 2396
Enregistré le : dim. mars 12, 2006 8:59 am
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Contact :

Message par marc » mar. févr. 02, 2010 3:25 pm

Dans le même ordre d'idée que la question de départ.

1. Est-ce que la rémunération de l'auteur varie en fonction de la taille de son livre?
(Il y a une grosse différence de taille entre Ubik et le SDA pour prendre un exemple).

2. Est-ce qu'un livre (de la taille du SDA) qui sera probablement morcelé en plusieurs tomes, rapporte plus à l'auteur ? Ou bien est-ce considéré comme un seul livre?
Marc Le Blog science-fiction de Marc et Phenix Mag
Auteurs préférés : Banks, Hamilton, Simmons, Heinlein, Reynolds, Vance, Weber, Bordage, P. Anderson, Eddings

Kettch
Messages : 255
Enregistré le : lun. juin 16, 2008 1:59 pm
Localisation : Paris

Message par Kettch » mar. févr. 02, 2010 3:48 pm

Lisore a écrit :C'est marrant, ça me rappelle un sujet sur le forum de Brage, ouvert ce week-end et rapidement parti en sucette...
Hum...
Sauf que là, le gars pose des questions intelligentes et prend en compte les remarques / réponses.

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » mar. févr. 02, 2010 4:49 pm

marc a écrit :Dans le même ordre d'idée que la question de départ.

1. Est-ce que la rémunération de l'auteur varie en fonction de la taille de son livre?
(Il y a une grosse différence de taille entre Ubik et le SDA pour prendre un exemple).

2. Est-ce qu'un livre (de la taille du SDA) qui sera probablement morcelé en plusieurs tomes, rapporte plus à l'auteur ? Ou bien est-ce considéré comme un seul livre?
Théoriquement, l'auteur reçoit un pourcentage sur les ventes. Si les 3 volumes font 25 euro chaque, il touche donc plus que pour un seul volume à 28 euro. A condition que les volumes 2 et 3 se vendent, évidemment. :twisted:
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Avatar du membre
IFF
Messages : 66
Enregistré le : mar. déc. 01, 2009 12:38 am

Message par IFF » mar. févr. 02, 2010 10:56 pm

Eric a écrit :Oui, quand tu es repris en poche, tu signes un nouveau contrat, cette fois avec ton éditeur poche, avec tout ce que ça comprend, pourcentage sur les vente, avec seuil progressif, durée de session des droits, etc... et le contrat est passé entre toi et l'éditeur poche. Ton éditeur grand format, ne touche, quant à lui, que les 50% du deal de base.
Harmonia Mundi, c'est comme la SODIS mais avec moins de points de vente ?
En gros, ouais. Surtout avec (beaucoup) moins de commerciaux. Normalement, en revanche, leurs points de vente sont sensés être plus ciblés.
Mais ici j'ai volontairement pris un point de vue partiel : l'écriture comme source de revenus. Je sonde le terrain. Après tout, qu'est-ce que j'ai à perdre ?
Grosso modo, on considère qu'en dessous de 30 à 40 000 ex sur un livre, difficile d'en vivre décemment.
Merci Eric, réponses précises et intéressantes, j'apprécie.
Eric a écrit :L'autre solution, c'est celle adoptée par la majorité des auteurs qui vivent de leur plume, c'est diversifier tes projets. Puisque ce que tu reçois de plus substantiel, c'est souvent l'à valoir, l'idée c'est multiplier les travaux, d'autant qu'au final, l'effet d'accumulation fini par rapporter.
D'accord avec ça, avec un bémol : Pelot, je crois, à qui on reprochait d'avoir trop publié, et surtout trop de choses différentes, d'où un manque de visibilité/une dilution de la "marque" Pelot, en particulier dans le champ marketing de la littérature blanche (aussi : trop connoté auteur de genres...).

Encore une fois, parler d'image de marque, de marketing et de marché est cohérent avec une analyse de l'écriture comme activité économique, s'inscrivant dans un marché, avec des produits, des clients, des stratégies de vente et d'image. Gestion, compta... aussi, le côté "je gère mon business". Tout ça, je ne l'avais pas fait, pas suffisamment, il y a quelques années, en créant une SARL de presse. Et wham! dans ma gueule.

Avatar du membre
IFF
Messages : 66
Enregistré le : mar. déc. 01, 2009 12:38 am

Message par IFF » mar. févr. 02, 2010 11:12 pm

Don Lorenjy a écrit :
IFF a écrit : l'écriture comme source de revenus. Je sonde le terrain. Après tout, qu'est-ce que j'ai à perdre ?
Du temps.
Mais ça les vaut.
Si tu écris pour le plaisir (= temps d'écriture déjà rétribué par le plaisir d'écrire) d'éventuels revenus feront un bonus plaisant.
Ce qui ne veut pas dire "je ne compte pas, c'est pas mon steak", car ceux avec qui tu travailleras (éditeurs, distributeurs, libraires, organisateurs de salons...) ne le font pas par philanthropie. Donc ta question est bien posée, il ne faut pas l'éviter, juste changer de casquette : un jour j'écris, je suis l'artiste fou les cheveux ébouriffés par le vent furieux de la création, le lendemain je négocie le contrat à tête reposée, sans hargne ni béni-oui-ouisme.
Oui, solution équilibrée. Où est-ce qu'on apprend à négocier un contrat ?

De manière générale, je ne conçois pas qu'on puisse donner son travail pour rien, même si on a pris du plaisir à le faire. Un défaut de l'aspirant écrivain, je trouve, proche de l'attitude du stagiaire ravi de bosser à l'oeil ou presque pour son magazine/chaîne de TV/radio/... préféré(e). Disons que ça peut être sympa. Un temps. Et encore.

Avatar du membre
IFF
Messages : 66
Enregistré le : mar. déc. 01, 2009 12:38 am

Message par IFF » mar. févr. 02, 2010 11:20 pm

Kettch a écrit :
Lisore a écrit :C'est marrant, ça me rappelle un sujet sur le forum de Brage, ouvert ce week-end et rapidement parti en sucette...
Hum...
Sauf que là, le gars pose des questions intelligentes et prend en compte les remarques / réponses.
Je suis ravi.

Répondre

Retourner vers « Vos questions sur l'écriture et l'édition en général »