Syndrome de la page blanche, façon Sheckley

Modérateurs : Estelle Hamelin, Jean, Travis, Charlotte, tom, marie.m, Eric, jerome, Nathalie

Avatar du membre
Jean-Claude Dunyach
Messages : 640
Enregistré le : mar. juin 24, 2008 6:08 am

Syndrome de la page blanche, façon Sheckley

Message par Jean-Claude Dunyach » lun. juil. 19, 2010 7:24 am

Mike Resnik, sur sa page Facebook, raconte ceci, à propos du syndrome de la page blanche:

The late Robert Sheckley told me how he dealt with it. He'd give himself a minimum word limit of 5,000 words a day, even if all he did was write his name 2,500 times. And on those days he was blocked, he did start writing his name, and after he'd written "Robert Sheckley" 800 or 900 times an inner voice said, "Ah, hell -- if you're going to sit here doing that, you might as well write a story." According to Bob, it never failed. :-)

Je me demande si ça marche vraiment. Faudra que j'essaie...
Je compte pour 1. Comme chacun de vous...
http://www.dunyach.fr/

Avatar du membre
Don Lorenjy
Messages : 1442
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 9:03 am
Contact :

Message par Don Lorenjy » lun. juil. 19, 2010 9:21 am

Ceux qui ont des noms à rallonge, avec plein d'accents ou de trémas pénibles à taper, partent avec un avantage...



(j'ai une autre méthode : quand rien ne vient, je fais autre chose en attendant qu'une envie pointe sa truffe humide, au lieu de me forcer... ce qui prouve s'il était nécessaire que je ne serai jamais de la trempe d'un Scheckley, d'un Resnick ou d'un Dunyach)
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons

Avatar du membre
marc
Messages : 2396
Enregistré le : dim. mars 12, 2006 8:59 am
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Contact :

Message par marc » lun. juil. 19, 2010 10:44 am

Il s'imposait un minimum de 5000 mots par jour. Avec une moyenne de 7 signes par mots, ça fait tout de même 35000 signes. C'est énorme !
Marc Le Blog science-fiction de Marc et Phenix Mag
Auteurs préférés : Banks, Hamilton, Simmons, Heinlein, Reynolds, Vance, Weber, Bordage, P. Anderson, Eddings

Avatar du membre
LDavoust
Messages : 62
Enregistré le : mar. avr. 06, 2010 12:56 pm
Localisation : À la verticale d'Atlantis
Contact :

Message par LDavoust » lun. juil. 19, 2010 6:08 pm

J'aime beaucoup l'esprit de l'astuce :D
ça fait tout de même 35000 signes. C'est énorme !
Ou peu pour certains auteurs, dont j'ai entendu dire qu'ils dépassaient régulièrement les 60000 par jour. D'autres luttent pour en sortir 10000. Tout le monde n'est pas égal sur ce point, et ce n'est pas non plus corrélé à la qualité. Ce qui compte, c'est connaître son rythme. :)
"Comparé au métier d'écrivain, celui de joueur de courses est une occupation stable et sûre." - John Steinbeck
http://lioneldavoust.com

Avatar du membre
marc
Messages : 2396
Enregistré le : dim. mars 12, 2006 8:59 am
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Contact :

Message par marc » lun. juil. 19, 2010 7:17 pm

LDavoust a écrit :J'aime beaucoup l'esprit de l'astuce :D
ça fait tout de même 35000 signes. C'est énorme !
Ou peu pour certains auteurs, dont j'ai entendu dire qu'ils dépassaient régulièrement les 60000 par jour. D'autres luttent pour en sortir 10000. Tout le monde n'est pas égal sur ce point, et ce n'est pas non plus corrélé à la qualité. Ce qui compte, c'est connaître son rythme. :)
Dans ce cas là, ce n'est plus de la qualité, mais de la quantité. Et c'est probablement bâclé !
Marc Le Blog science-fiction de Marc et Phenix Mag
Auteurs préférés : Banks, Hamilton, Simmons, Heinlein, Reynolds, Vance, Weber, Bordage, P. Anderson, Eddings

Avatar du membre
Eons
Messages : 6338
Enregistré le : sam. févr. 17, 2007 6:49 pm
Localisation : Le cœur de Flandre
Contact :

Message par Eons » mar. juil. 20, 2010 6:12 am

marc a écrit :Il s'imposait un minimum de 5000 mots par jour. Avec une moyenne de 7 signes par mots, ça fait tout de même 35000 signes. C'est énorme !
En anglais, la moyenne est plus proche de 5 signes/mot. Mais même 25 000 signes (soit 30 000 avec espaces et ponctuation), c'est quand même pas mal. Ça correspond en gros à un roman FNA en 10 jours.
Même Alain le Bussy, « l'homme qui écrit plus vite que son ombre », n'a jamais écrit un roman en moins de 3 semaines.
Les beaux livres, c’est aussi par ici : www.eons.fr

Fifokaswiti
Messages : 438
Enregistré le : jeu. oct. 23, 2008 3:46 pm
Localisation : Dans le TGV Paris-Lyon (ou Lyon-Paris, ça dépend des jours.)

Message par Fifokaswiti » mar. juil. 20, 2010 6:35 am

Oui, enfin il n'est pas question de 5000 mots « gardables. » Juste d'une motivation pour s'y mettre. Là-dessus, il devait lui arriver d'en garder, quoi, 1000 ? Ça reste déjà honnête.

Dans le même ordre d'idée, Pratchett se forçait à écrire 400 mots (mais là, « conservables ») par jour, et à toujours avoir quelque chose en cours. Quand il terminait un roman, il commençait immédiatement le suivant, histoire de ne pas être tenté de faire une pause. (Je mets tout ça au passé parce que je suppose que ses habitudes et son rythme ont changé depuis sa maladie − déjà, il dicte ses romans plutôt que de les taper lui-même.)

Avatar du membre
Lensman
Messages : 20391
Enregistré le : mer. janv. 24, 2007 10:46 am

Message par Lensman » mar. juil. 20, 2010 7:38 am

... fracture sociale... fracture sociale... fracture sociale...... fracture sociale... fracture sociale... fracture sociale...... fracture sociale... fracture sociale... fracture sociale...... fracture sociale... fracture sociale... fracture sociale...... fracture sociale... fracture sociale... fracture sociale...... fracture sociale... fracture sociale... fracture sociale...

Oncle Joe

Avatar du membre
Jean-Claude Dunyach
Messages : 640
Enregistré le : mar. juin 24, 2008 6:08 am

Message par Jean-Claude Dunyach » mar. juil. 20, 2010 7:59 am

Fifokaswiti a écrit :Oui, enfin il n'est pas question de 5000 mots « gardables. » Juste d'une motivation pour s'y mettre. Là-dessus, il devait lui arriver d'en garder, quoi, 1000 ? Ça reste déjà honnête.
Qu'est-ce que tu en sais ? Tu connaissais Sheckley ?
Pour autant que je le sache, Sheckley écrivait et gardait 5 000 mots par jour, il avait la réputation d'être assez productif et régulier (au passage on compte 1 mot = 6 signes, cinq signes pour le mot lui-même, en moyenne, et un de ponctuation, faites l'essai sur vos textes word, ça correspond à peu près). Silverberg atteignait largement les 10 000 (quand on voit tout ce que ce type a pu écrire dans sa vie, ça laisse rêveur). D'autres sont heureux avec 100 mots par jour (et encore pas tous les jours).
On n'est pas tous égaux devant notre page blanche, hélas.
Je compte pour 1. Comme chacun de vous...
http://www.dunyach.fr/

Avatar du membre
LDavoust
Messages : 62
Enregistré le : mar. avr. 06, 2010 12:56 pm
Localisation : À la verticale d'Atlantis
Contact :

Message par LDavoust » mar. juil. 20, 2010 7:59 am

marc a écrit :Dans ce cas là, ce n'est plus de la qualité, mais de la quantité. Et c'est probablement bâclé !
Peu importe la qualité du premier jet, l'important c'est de le mettre sur la page, le retravail intervient derrière autant qu'il faut pour que ce soit présentable. Qu'on écrive 60000 signes ou 10000 pour en garder 5000 dans la même journée, ce n'est qu'une question de méthode, d'envie et d'habitude de travail.
"Comparé au métier d'écrivain, celui de joueur de courses est une occupation stable et sûre." - John Steinbeck
http://lioneldavoust.com

Julien d'Hem
Messages : 489
Enregistré le : mar. déc. 23, 2008 4:45 pm

Message par Julien d'Hem » mar. juil. 20, 2010 8:46 am

35.000 + signes par jour, je suis béat d'admiration. Ce qui me laisse le plus pantois, ce n'est pas la possibilité de les écrire, je suppose qu'avec du temps, c'est possible, mais de ne pas épuiser l'imagination et l'inspiration...
"C'est comme une des œuvres de petits et exquis de l'art comme je pense que vous aimerez à croire que je suis droit dans votre propre de voir pour savoir."
Yoyoangel, bot.

Avatar du membre
marc
Messages : 2396
Enregistré le : dim. mars 12, 2006 8:59 am
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Contact :

Message par marc » mar. juil. 20, 2010 10:02 am

Bon, admettons que certains auteurs ont moins de difficultés pour remplir une page blanche que d'autres. Reste à savoir combien de temps va passer un auteur à réviser ce qu'il vient d'écrire. Si pour un texte d'une journée il passe trois jours à le réviser, son ratio de production est en forte baisse; Et même si il pond des texte comme les poules des œufs, rien ne dit que la qualité et l'imagination sont au rendez-vous.

Par contre je veux bien croire qu'un auteur à plein temps produise davantage qu'un auteur qui a un autre métier, qui après une journée chargée doit encore se remettre dans le bain pour écrire la suite de son texte.
Marc Le Blog science-fiction de Marc et Phenix Mag
Auteurs préférés : Banks, Hamilton, Simmons, Heinlein, Reynolds, Vance, Weber, Bordage, P. Anderson, Eddings

Avatar du membre
Don Lorenjy
Messages : 1442
Enregistré le : jeu. mars 09, 2006 9:03 am
Contact :

Message par Don Lorenjy » mar. juil. 20, 2010 11:19 am

Et si vous preniez le problème à l'envers ? (le problème ? quel problème ?)
Et si ceux qui pondent 40 000 signes utiles, voire publiables, par jour de travail, le faisaient non en se forçant pour atteindre ce niveau de performance, mais parce que leur imagination (et leur technique dactylo) le leur permettent ? J'imagine un Silverberg, non pas enchaîné à son bureau, mais déçu de devoir l'abandonner le soir parce qu'il a encore deux ou trois idées à coucher. Fatigué, oui, mais pas vidé.
Modifié en dernier par Don Lorenjy le mar. juil. 20, 2010 2:19 pm, modifié 1 fois.
Les marques Don Lorenjy et Don Lo sont retirées des rayons

Avatar du membre
LDavoust
Messages : 62
Enregistré le : mar. avr. 06, 2010 12:56 pm
Localisation : À la verticale d'Atlantis
Contact :

Message par LDavoust » mar. juil. 20, 2010 11:26 am

Je suis d'accord avec Don Lo. Réfléchir en terme de "production", ça me paraît un faux problème. L'auteur n'est pas une citerne et l'écriture n'est pas forcément une question mathématique de ratios et de rendements (du moins pas pour beaucoup).

Les objectifs journaliers, ce n'est souvent qu'une façon personnelle pour l'auteur de se botter le cul au lieu de procrastiner (ce que les auteurs font souvent très bien).
"Comparé au métier d'écrivain, celui de joueur de courses est une occupation stable et sûre." - John Steinbeck
http://lioneldavoust.com

Avatar du membre
bormandg
Messages : 11906
Enregistré le : lun. févr. 12, 2007 2:56 pm
Localisation : Vanves (300 m de Paris)
Contact :

Message par bormandg » mar. juil. 20, 2010 11:45 am

LDavoust a écrit : au lieu de procrastiner (ce que les auteurs font souvent très bien).
et ils ne sont pas les seuls... 8)
"If there is anything that can divert the land of my birth from its current stampede into the Stone Age, it is the widespread dissemination of the thoughts and perceptions that Robert Heinlein has been selling as entertainment since 1939."

Répondre

Retourner vers « Vos questions sur l'écriture et l'édition en général »