Mise en valeur

Quelle est la bonne stratégie en librairie pour développer les rayons d'imaginaire ?

Répondre
Fabien Lyraud
Messages : 165
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Mise en valeur

Message par Fabien Lyraud » jeu. nov. 23, 2017 7:58 am

J'ai fais un petit sondage sur Facebook ainsi que sur plusieurs forums où je suis inscrit.
Il en ressort qu'à de rares exceptions le rayon n'est pas suffisamment mis en valeur. De plus dans des librairies dotées d'un fonds très correct avec des libraires extrêmement compétents, le rayon imaginaire est souvent mal situé.

Dans les commentaires qui reviennent souvent il y a la sitiuation souvent au fond du magasin ou dans un angle peu visible.

Dans l'ensemble on a franchement l'impression que c'est le rayon que l'on cache, le rayon dont on a honte. On peut sans doute faire mieux.

Après convaincre les libraires que ce rayon devrait être mieux situé, ça va pas être facile.

Boréalis
Messages : 10
Enregistré le : ven. nov. 17, 2017 10:35 pm
Localisation : Perpignan

Message par Boréalis » jeu. nov. 23, 2017 11:06 am

J'espère poster au bon endroit de manière pertinente et sans trop de digressions.

Outre proposer un meilleur agencement, il y a aussi une part informative – de formation ? Stages ? – auprès des libraires à envisager. Question étude par exemple et sauf erreur de ma part, l’imaginaire n’est pas mis en avant si on suit un cursus littérature afin de s’orienter en tant que libraire ou éditeur.

Ne faudrait-il pas envisager quelque chose ? Éventuellement, proposer des formations ou sessions découvertes afin de « désacraliser » ? A titre d’exemple, Le MOOC fantasy - très basique - aurait pu aider.

Certes, les sagas adaptées en films et séries tv amènent un nouveau lectorat et peut-être un développement timide des rayons, mais cela reste très ciblé sans permettre de découvrir d’autres auteurs bien de chez nous.

Si l’argument est que ces genres sont boudés et que cela ne se vend pas, c’est aussi une question de méconnaissance et de relationnel. Un libraire qui sait parler d’une œuvre et la proposer, quel que soit le genre, saura davantage toucher un lectorat plus large.

Par ailleurs, outre les codes de la sf ou de la fantasy, on trouve également tous les ingrédients susceptibles de plaire provenant d’autres genres, ce qui reste un point crucial à mettre en avant.

Accessoirement, les couvertures orientées trop fantasy ou sf ne bloquent-elles pas inconsciemment libraires et lectorat ? Certains romans, entrant pourtant en anticipation et sf adulte, ont été plébiscités, mais avec des couvertures assez neutres/ passe-partout.

Proposer plus de tables rondes/dédicaces/débats/ateliers avec des auteurs/bloggers/éditeurs en prenant exemple sur certaines librairies comme Charybde à Paris ou l'esprit livre à Lyon ?

Fabien Lyraud
Messages : 165
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » jeu. nov. 23, 2017 11:40 am

Par ailleurs, outre les codes de la sf ou de la fantasy, on trouve également tous les ingrédients susceptibles de plaire provenant d’autres genres, ce qui reste un point crucial à mettre en avant.
Donc c'est une raison pour laquelle il ne faut pas mettre le rayon au fond du magansin.

Boréalis
Messages : 10
Enregistré le : ven. nov. 17, 2017 10:35 pm
Localisation : Perpignan

Message par Boréalis » jeu. nov. 23, 2017 2:40 pm

Encore faut-il les convaincre. Techniquement, c'est du marketing basique. Utiliser ce qu'ils connaissent - tout support confondu peut-être - pour les amener à s'y ouvrir.

L'argument coule de source, soyons honnêtes. Cependant, c'est peut-être un élément à rappeler et mettre d'autant plus en avant pour convaincre d'améliorer ledit rayon. Par des exemples, en faisant des parallèles avec les genres concernés qui sont plébiscités.

Utiliser les bons vieux auteurs classiques, ou tout du moins visionnaires ?

Plus que le rayon, c'est comment la littérature de l'imaginaire est réellement perçue par les libraires et ce qu'ils y associent. S'ils y associent une image négative par peur/croyances infondées, elle sera véhiculée à travers le rayon considéré "honteux", "pas sérieux". Par extension, boudé par de potentiels lecteurs.

Plus que les ventes et les CA, il y a le côté humain et le fait de dépoussiérer l'mage auprès des concernés. Cela vaut pour les libraires, les médias etc au final.

L'idée, c'est aussi redéfinir la littérature de l'imaginaire - sans que ce soit un terme fourre-tout - sans braquer l'interlocuteur qui n'y connait rien et l'amener à s'y intéresser.

Fabien Lyraud
Messages : 165
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » mer. avr. 04, 2018 4:31 pm

Un petite enquête pour voir comment améliorer notre présence en librairie :
https://docs.google.com/forms/d/1Am1wwt ... Lga7w/edit

Répondre