Amener les lecteurs non-SF à lire de la SF

Comment faire de la pédagogie sur nos genres et de la formation ? Quelles fiches ou tutoriels imaginer ? Et comment toucher l'école ? Comment atteindre les jeunes ? Et les profs ?

Répondre
O-Paquet
Messages : 22
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 5:17 pm

Amener les lecteurs non-SF à lire de la SF

Message par O-Paquet » lun. nov. 27, 2017 6:02 pm

L'étude est récente et mérite qu'on s'y attarde pour traiter de la pédagogie :https://www.theguardian.com/books/2017/ ... tudy-finds

On la trouve simplifiée sous le titre "lire de la SF rend idiot". En réalité, c'est plus compliqué que cela et cela pose de vrais problèmes pour faire lire de la SF.

L'idée de base est de prendre le même texte (une rencontre au restaurant) sous deux versions, une version littgen, et une version SF, c'est à dire une version ou certains termes sont remplacés par des termes SF (par exemple, porte d'entrée remplacée par sas) et de les faire lire à un certain nombre d'étudiant. A la fin, les étudiants trouvent le texte SF moins intéressant que le texte de littgen.
Confrontés à ces termes, les sujets de l'étude ont développé une qualité plus faible de lecture, ne s'intéressant pas à la même richesse que lorsqu'ils ont lu la version littgen.

Cela ne veut donc pas dire que la SF rend idiot, mais que si l'on n'a pas l'habitude de lire de la SF, on ne va pas faire le même effort de lecture qu'en littérature générale.
Cela amène à des considérations pédagogiques plus larges, à mon avis. Dire qu'il y a des chefs d'oeuvres en SF, des ouvrages de grande qualité, ce n'est pas suffisant car des néophytes ne vont pas apprécier la totalité et faire une lecture pauvre des textes.
D'autre part, cela explique que de la SF publiée en collection de littérature générale se vende + que si c'était en collection spécialisée : Dans ce cas, ils utilisent toutes leurs compétences de lecture.
En conclusion, je dirais qu'on ne peut se contenter de dire que la SF est une littérature de qualité, l'enjeu n'est pas totalement là, il faut parvenir à expliquer que la SF publiée en collection spécialisée demande les mêmes efforts que pour de la littérature générale, qu'on ne peut pas faire une lecture superficielle sous prétexte qu'il y a des termes SF.

Fabien Lyraud
Messages : 180
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » lun. nov. 27, 2017 7:22 pm

Je m'étais intéressé aux aspects sémiotiques qui entourent la lecture des œuvres d'imaginaire.
J'en étais arrivé à une opposition entre un vouloir croire et un devoir ne pas croire. En gros le lecteur de SF lui il veut croire aux univers que lui propose les auteurs du genre. Les autres sont confrontés à un devoir ne pas croire qui émane en gros de la norme sociale.
Pour apprécier un texte de SF ou de fantasy d'ailleurs il faut que le vouloir croire soit plus fort que le devoir ne pas croire.
Mais à ma connaissance il n'existe pas d'étude sur la sémiotique de l'acte de lecture d'imaginaire. En tout il y a une dizaine d'années ça n'existait pas. Je ne sais s'il y a des profs ou des étudiants de sciences du langage parmi nous. Mais c'est franchement un champ d'étude qui pourrait nous intéresser.

Répondre