Les lecteurs qui ne lisent PAS d'imaginaire

(Évolutions des ventes en librairie sur les dernières années, visibilité du genre dans les médias mais aussi en médiathèque, sur le web, dans les écoles etc).

Modérateurs : jerome, Mathias

Répondre
Razheem L'insensé
Messages : 4
Enregistré le : jeu. nov. 09, 2017 12:18 pm
Contact :

Les lecteurs qui ne lisent PAS d'imaginaire

Message par Razheem L'insensé » jeu. nov. 09, 2017 3:52 pm

Je vous copie ici un post facebook suite à la réunion du club de lecture de Lille : Lille aux Livres, cela pourrait être utile aux débats en cours :
Dans le prolongement des États-Généraux des littératures de l'imaginaire, j'ai posé quelques questions aux membres de Lille aux livres - Club de lecture en faisant l'inverse de ce qu'ont fait ceux qui ont participé aux états généraux, j'ai questionné et retenu uniquement les réponses des gens qui n'aimaient PAS le genre.
Et voici les choses intéressantes de la part de lecteurs (les premiers concernés) :

- Pourquoi n'aimez-vous pas la SF ?
"Parce que ça semble trop scientifique/trop exigeant/trop difficile d'accès"
"Nous n'avons pas assez de repères concrets, nous n'avons pas assez de concepts humains" [Ce qui reflète une mauvaise connaissance de la SF essentiellement perçu par des classiques parfois trop orientés SF d'emblée]

- Qu'est ce que l'on pourrait faire pour améliorer et vous pousser à lire de la SF ?
"Arrêtez de morceler avec 1000 sous-genres que l'on ne comprend pas"
"Arrêtez de se singulariser à l'extrême pour se démarquer, tenter de se fondre dans la masse...
"...et cela passe par les couvertures ! Jugées trop connotées SF (les planètes, les fusées, les créatures...) qui agissent comme des repoussoir."
"Il faudrait abolir le principe de genre, que tout soit mêlé. Scinder les rayons agit comme un repoussoir"

- Et le Mois de l'Imaginaire ?
"Jamais ou trop tardivement entendu parlé"
"Il faudrait pas une sélection de livres très récents, ou trop classiques, mais des livres accessibles, qui mettent le pied à l'étrier, proposer une sélection réduite dans le mois de l'Imaginaire avec de la pédagogie autour, éviter les pavés/cycles pour accrocher le lecteur qui ne lit pas d'imaginaire"

- Aucune influence des prix (méconnus ou trop élitistes) et bandeau plus repoussoir qu'autre chose.

Globalement, c'est beaucoup plus intéressant que les Etats Généraux de l'imaginaire car on parle au cœur du problème : les lecteurs qui ne vont pas vers la SF alors...qu'ils aiment la SF.

Deux remarques encore constructives :
- Le livre de Margaret Atwood, La Servante Écarlate a été présenté ce soir par une personne qui disait ne pas aimer la SF et en disant que ce n'était pas de la SF (Méconnaissance du genre + Mauvaise image de la SF)
- J'ai proposé (et remporté) la séance de sélection du livre en présentant La Ménagerie de Papier de Ken Liu au Bélial...en parlant volontairement que du côté humain, tolérance, réflexion sur la filiation etc... On peut gagner le cœur des lecteurs en arrêtant de se focaliser et de mettre en exergue les spécificités science-fictive.

Fabien Lyraud
Messages : 164
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » jeu. nov. 09, 2017 5:13 pm

D'un autre côté il y a plein de gens qui apprécient l'imaginaire au cinéma ou en jeux vidéo mais qui n'en lisent pas. Essayer de savoir pourquoi ils ne lisent pas alors qu'ils trouveraient facilement leur came littéraire chez nous est une autre question légitime.

Le public de la blanche pour des raisons sémiotiques est un peu trop éloignés de nos thématiques. Les seuls courants qui peuvent l'intéresser sont l'anticipation court terme et la dystopie ( ce dernier courant est en train de devenir mainstream) et le réalisme magique pour la fantasy. Le reste est trop connoté pour lui. Je ne crois pas à une ouverture massive vers le public de la blanche. Des tentatives ont été faîtes de ce côté. On pense au travail du groupe Limites dans les années 80 ou à certains titres proposés récemment par Lunes d'Encre. Ces titres qui dénotent pourtant dans la production et qui pourraient plaire à un public très littéraire ne fonctionnent pas.

Razheem L'insensé
Messages : 4
Enregistré le : jeu. nov. 09, 2017 12:18 pm
Contact :

Message par Razheem L'insensé » ven. nov. 10, 2017 3:37 am

Fabien Lyraud a écrit :D'un autre côté il y a plein de gens qui apprécient l'imaginaire au cinéma ou en jeux vidéo mais qui n'en lisent pas. Essayer de savoir pourquoi ils ne lisent pas alors qu'ils trouveraient facilement leur came littéraire chez nous est une autre question légitime.
Exactement et j'ai aussi posé cette question pendant la séance du groupe de lecture de Lille.
La principale réponse : Un film, c'est 2 voir 3h, un livre demande beaucoup plus d'investissements pour un genre qui, à la base, n'est pas une valeur sûre pour des personnes qui ne sont pas attirés par le genre en question.

Fabien Lyraud
Messages : 164
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » ven. nov. 10, 2017 6:50 am

Razheem L'insensé a écrit :
Fabien Lyraud a écrit :D'un autre côté il y a plein de gens qui apprécient l'imaginaire au cinéma ou en jeux vidéo mais qui n'en lisent pas. Essayer de savoir pourquoi ils ne lisent pas alors qu'ils trouveraient facilement leur came littéraire chez nous est une autre question légitime.
Exactement et j'ai aussi posé cette question pendant la séance du groupe de lecture de Lille.
La principale réponse : Un film, c'est 2 voir 3h, un livre demande beaucoup plus d'investissements pour un genre qui, à la base, n'est pas une valeur sûre pour des personnes qui ne sont pas attirés par le genre en question.
D'un autre côté beaucoup de jeux vidéo ont un investissement en temps supérieur à la plupart des romans. Je regrette que l'on ai pas essayé de tendre la main aux gamers il y a dix ans.

Quant à l'attraction du genre, des gens qui apprécient les films de SF ou de fantasy mais qui ne lisent pas d'œuvres littéraires dans ces genres, je me dis qu'il peut y avoir un autre problème. La méconnaissance de l'existence de nos littératures. Et l'on retombe sur le problème des zones blanches.

Arwen60
Messages : 17
Enregistré le : jeu. oct. 05, 2017 11:02 am
Contact :

Message par Arwen60 » jeu. nov. 16, 2017 8:35 pm

C'est marrant parce que les réponses à la question - "Qu'est ce que l'on pourrait faire pour améliorer et vous pousser à lire de la SF ?" ne me plaisent pas du tout! :lol: Moi qui pour le coup lit de la SF et de la fantasy, je ne suis pas sûre que leurs propositions soient positives pour les genres en question...

LDavoust
Messages : 29
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 4:48 pm
Contact :

Message par LDavoust » ven. nov. 17, 2017 7:40 pm

Nos couvertures sont une identité de genre : y toucher (qu’on le veuille ou non) est très risqué, car c’est notre public qu’on va perdre.
Arrêter de morceler, par contre, ça paraît sensé. Il est difficile d’entrer dans nos genres car ils sont aussi une affaire de spécialistes pointus. Nous avons des franges élitistes, on va pas se mentir, et ça semble hermétique pour le néophyte. On pourrait parfois être plus pégagogues, y compris au quotidien en parlant d’imaginaire autour de nous.

Fabien Lyraud
Messages : 164
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » sam. nov. 18, 2017 8:59 am

Nous avons des franges élitistes, on va pas se mentir
On a tendance à communiquer plus sur les franges élitistes que sur les titres populaires.
Si l'on veut reconquérir le public populaire on doit aussi faire plus d'effort de communication sur ces titres populaires ( je pense notamment à certains éditeurs de poche dont j'apprend les sorties avec 6 mois voir un an de retard.)/

Répondre