Quelques réflexion sur la distribution

Toutes les idées sont les bienvenues.

Modérateurs : jerome, Mathias

Répondre
Fabien Lyraud
Messages : 180
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Quelques réflexion sur la distribution

Message par Fabien Lyraud » ven. sept. 15, 2017 7:59 am

Faut-il que nous soyons présent en super-marché ? Est ce que cela ne donne pas une vision négative de ns littératures ( littératures présentes en supermarché = littératures au rabais).

Ne devrions nous pas privilégier le marché des maisons de la presse ?

Ne faudrait -il pas réfléchir à des circuits alternatifs de distribution ? Je dois dire que j'ai très envie de travailler là dessus. Il se pourrait que je m'adresse bientôt à des étudiants de master pro édition pour leur proposer de travailler là dessus.

Ne faudrait - il pas qu'il y ait un solide réseau de librairies spécialisées ? C'est quelque chose qui a largement profité à la BD. S'organiser de la même manière nous permettrait - il de vendre mieux ?

LDavoust
Messages : 29
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 4:48 pm
Contact :

Message par LDavoust » lun. sept. 18, 2017 8:08 am

Entrer dans le réseau des maisons de la presse est extrêmement difficile : il faut une diffusion très puissante. Ce sont comme les grandes surfaces culturelles, en plus difficile encore. Donc c'est le serpent qui se mord la queue : avant d'entrer en maison de la presse, il faut sortir de l'eau au niveau des chiffres. Je pense que c'est en asseyant davantage le tissu de la communauté et en bétonnant la visibilité qu'on y arrivera. "One does not simply walk in a maison de la presse."

Les supermarchés, c'est le même problème, et au contraire, y être présent donne une diffusion immense. Le polar et la BD s'y trouvent et ça ne leur nuit pas. Franchement, l'image d'une littérature de qualité, c'est bien, mais ce qui intéresse la presse avant toute chose, c'est de savoir si ça vend et donc si ça va intéresser leur lectorat pour les aider à vendre leur propre journal. C'est une évolution progressive.

jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Message par jerome » mar. sept. 19, 2017 5:38 pm

LDavoust a écrit :Entrer dans le réseau des maisons de la presse est extrêmement difficile : il faut une diffusion très puissante. Ce sont comme les grandes surfaces culturelles, en plus difficile encore. Donc c'est le serpent qui se mord la queue : avant d'entrer en maison de la presse, il faut sortir de l'eau au niveau des chiffres. Je pense que c'est en asseyant davantage le tissu de la communauté et en bétonnant la visibilité qu'on y arrivera. "One does not simply walk in a maison de la presse."

Les supermarchés, c'est le même problème, et au contraire, y être présent donne une diffusion immense. Le polar et la BD s'y trouvent et ça ne leur nuit pas. Franchement, l'image d'une littérature de qualité, c'est bien, mais ce qui intéresse la presse avant toute chose, c'est de savoir si ça vend et donc si ça va intéresser leur lectorat pour les aider à vendre leur propre journal. C'est une évolution progressive.
En fait, Lionel a raison. C'est un réseau qui vend surtout des succès. Et par ailleurs, tous les diffuseurs distributeurs n'y ont pas accès (il faut être dans un grand groupe). C'est un réseau casse gueule aussi, les taux de retours sont traditionnellement très élevés. Pas de quartier :). Du coup la question avant de savoir s'il faut y être, c'est de savoir si on peut y être...

Fabien Lyraud
Messages : 180
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » mer. sept. 20, 2017 10:09 am

Des éditeurs de polar de taille moyenne y sont. C'est aussi le principal réseau de distribution des small press régionalistes.

LDavoust
Messages : 29
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 4:48 pm
Contact :

Message par LDavoust » mar. sept. 26, 2017 9:29 am

Oui, mais là tu tapes pas dans un genre, tu tapes dans le fait que c'est du terroir. On a les mêmes en Bretagne ; ce qui intéresse le public de la maison de la presse de Bénodet ou Carnac, ce n'est pas tellement que le livre soit du polar ou de la SF, c'est que ça soit ancré à Bénodet et à Carnac.

Fabien Lyraud
Messages : 180
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » mar. sept. 26, 2017 10:04 am

LDavoust a écrit :Oui, mais là tu tapes pas dans un genre, tu tapes dans le fait que c'est du terroir. On a les mêmes en Bretagne ; ce qui intéresse le public de la maison de la presse de Bénodet ou Carnac, ce n'est pas tellement que le livre soit du polar ou de la SF, c'est que ça soit ancré à Bénodet et à Carnac.
Oui, ça peut être intéressant ça pour la fantasy urbaine et la fantasy historique, deux courants où l'on peut s'ancrer dans le terroir.

Phenix
Messages : 15
Enregistré le : lun. sept. 18, 2017 11:53 pm
Localisation : Villeurbanne
Contact :

Message par Phenix » jeu. oct. 05, 2017 8:01 pm

Fabien Lyraud a écrit :
LDavoust a écrit :Oui, mais là tu tapes pas dans un genre, tu tapes dans le fait que c'est du terroir. On a les mêmes en Bretagne ; ce qui intéresse le public de la maison de la presse de Bénodet ou Carnac, ce n'est pas tellement que le livre soit du polar ou de la SF, c'est que ça soit ancré à Bénodet et à Carnac.
Oui, ça peut être intéressant ça pour la fantasy urbaine et la fantasy historique, deux courants où l'on peut s'ancrer dans le terroir.
L'ancrage dans le terroir est une piste intéressante car elle touche souvent l'affectif.

Sandrine S
Messages : 49
Enregistré le : mar. oct. 17, 2017 3:59 pm

Message par Sandrine S » mar. oct. 17, 2017 4:25 pm

Il me semble que, outre la difficulté pour y entrer, les problèmes principaux pour une maison d'édition d'être en GMS vont être au moins de deux sortes : 1. pouvoir assurer le tirage suffisant et le réassort..., 2. pouvoir "jouer" dans la cour de la GMS en termes de négociations si elle assure elle-même ses négociations... et pour avoir travaillé côté négos pour une grande chaîne, j'ai vu que ce ne sont pas des tendres.

Répondre