[Journaliste] Jean-Claude Vantroyen du Soir

Toutes les idées sont les bienvenues.

Modérateurs : jerome, Mathias

Répondre
jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

[Journaliste] Jean-Claude Vantroyen du Soir

Message par jerome » dim. oct. 22, 2017 9:40 pm

Jean-Claude Vantroyen est journaliste littéraire dans le quotidien belge Le Soir. Il parle souvent d'imaginaire.
Y a-t-il des freins spécifiques aux littératures de l'imaginaire vis à vis des journalistes ?
Il n’y a pas vraiment de freins. Je veux dire : d’ukase, d’imposition de la part des rédactions en chef. Cela dépend surtout de la personne qui gère l’espace livres du média. En Belgique, on parle beaucoup d’imaginaire dans l’émission de télé « Livrés à domicile » sur la RTBF 2. Parce qu’il y a un journaliste porteur, Michel Dufranne qui aime tous les mauvais genres, et parle donc régulièrement de polar, de SF, de fantasy, de fantastique. Au Soir, on a parlé régulièrement de SF dans les pages littéraires : depuis 1981, un article tous les quinze jours, ce qui n’est pas mal. Mais je l’avoue, depuis qu’on m’a bombardé responsable des Livres du Soir, le supplément littéraire du journal, je lis beaucoup moins d’imaginaire parce que mon boulot est aussi de parler de littérature générale et de gérer l’ensemble. Il ne tient cependant qu’à moi de reprendre une chronique tous les quinze jours : si je le décide, si je lis au moins un bouquin toutes les deux semaines, je peux l’imposer. Comme Dufranne à la RTBF. Cela tient à notre personnalité et à notre position dans le média : Dufranne est totalement soutenu par le responsable de l’émission Thierry Bellefroid (qui, lui, est un spécialiste de BD) et je suis totalement soutenu par mon chef de service et par mon rédacteur en chef.
Il y a cependant des freins internes, en tout cas pour moi. Mon supplément fait quatre pages par semaine. Dans laquelle il y a de la BD chaque semaine, du polar quasiment aussi, de la jeunesse (plutôt enfants) une semaine sur deux. Je pourrais ajouter de l’imaginaire une semaine sur deux aussi. Mais j’ai préféré en parler quand ça se présentait, comme toute autre littérature. Et là c’est moi et seulement moi qui coince : je ne lis plus assez, j’ai trop de lectures en dehors, on me propose trop d’entretiens avec des auteurs mainstream, si bien que je délaisse un peu le reste, cad l’imaginaire.
Mais cela ne concerne que moi. Dans les autres médias belges, la littérature d’abord est plus ou moins mal logée. Mes confrères ont peu de place pour s’exprimer, doivent faire des choix draconiens, etc. Donc la place réduite de la littérature réduit encore davantage la place de l’imaginaire. La Libre sweule consacre aussi un supplément hebdomadaire à la littérature. Mais personne à la Libre ne porte l’imaginaire, si bien que c’est une littérature totalement oubliée.
C’est là que je veux en venir depuis le début. Pour que les médias parlent imaginaire, il faut que des journalistes s’en emparent et portent le sujet dans les pages ou émissions consacrées à la littérature. Comme Jacques Baudou l’a fait au Monde, comme Frédérique Roussel l’a fait à Libé. Ailleurs, rien ! Il faudrait chez Busnel, au Figaro, ailleurs, des journalistes passionnés par l’imaginaire. Mais même, je l’avoue, quand il y en a, ces médias les étouffent souvent. Ce fut le cas de Jacques Baudou, que le Monde a réduit puis découragé. Et l’on peut voir maintenant que François Angelier peut intervenir au Monde mais pas trop souvent. Et que Frédérique Roussel a été submergée d’autres tâches.
En France, il semble que l’esprit cartésien l’emporte aujourd’hui dans les esprits, alors que Jules Verne, Robida, Rosny Aîné, Carsac, Barjavel, etc et même des mainstreamers comme Maurois ont fait les beaux jours de l’imaginaire. En Belgique, on ne dédaigne pas le côté imaginaire des choses, c’est notre pulsion surréaliste, fantastique, magritienne, rayenne, mais, alors que le Musée Magritte fait venir des admirateurs du monde entier, les Belges eux-mêmes ne semblent pas si concernés…


Comment faire selon vous pour que l'imaginaire soit mieux représenté dans les médias, notamment les grandes émissions et journaux littéraires ?
S’il y a de la paresse du côté des journalistes et critiques vis-à-vis des littératures de l’imaginaire, il y a aussi un manque de vrai travail du côté des relations publiques des éditeurs concernés. Je ne veux pas que ces derniers bombardent les journalistes de propositions. Mais que, de temps à autre, ils ciblent l’un ou l’autre écrivain pour le proposer à Busnel, au Figaro, ailleurs, en interview. Pour parler de mon expérience personnelle, je reçois chaque semaine de la part des éditeurs mainstream français plusieurs propositions de rencontre, avec des écrivains étrangers de passage à Paris ou même à Bruxelles, avec des écrivains français. D’où, comme je le disais plus haut, la somme d’interviews qui me sont proposées. De la part des éditeurs de l’imaginaire ? Peu, très peu, trop peu. Un éditeur qui a du fric comme Bragelonne m’a proposé Peter F. Hamilton, une fois, et je l’ai fait avec grand plaisir, je suis même allé à Paris (sans d’ailleurs que Bragelonne offre le train au Soir). Pour l’Arkane de Bordage, que j’ai trouvé formidable, c’est moi qui ai pris contact avec lui. Tristram m’a proposé de rencontrer Nina Allan, je l’ai fait il y a deux ans, l’éditeur me le repropose mais je n’ai pas encore lu son dernier bouquin. De l’Atalante, de Scrinéo, d’Actes Sud, des autres, pas grand-chose sinon rien. A part des rencontres lors de festivals évidemment : c’est plus facile et ça coûte moins cher. Mais pourquoi ne pas propose à Busnel ou au Figaro de recevoir George RR Martin, Neil Gaiman, Jo Walton, Kim Stanley Robinson, Stefan Platteau, Pierre Bordage, etc. ? Je crois que les éditeurs doivent être davantage pro-actifs, se faire entendre. Je sais, c’est d’autant plus difficile que ces éditeurs ont une structure fragile et petite. Mais je crois que c’est le monde d’aujourd’hui. Si je recevais plus souvent des propositions de rencontre de la part de ces éditeurs, sans doute en ferais-je davantage sur l’imaginaire dans les Livres du Soir. Et c’est peut-être/sans doute vrai pour d’autres médias. Il faut attirer les journalistes, leur proposer des rencontres, des bouquins, des choses auxquelles l’éditeur croit fermement.

Elijaah Lebaron
Messages : 52
Enregistré le : mer. juil. 26, 2017 8:02 pm
Contact :

Message par Elijaah Lebaron » lun. oct. 23, 2017 1:50 pm

Encore un point de vue très intéressant (surtout la seconde question). L'imaginaire en France manquerait-il de "Stars francophones" ?

Je crois que l'on touche du doigt un élément important du problème.

C'est vrai que les journalistes se contentent souvent des idées d'articles qu'on leur propose. Dans mon secteur il reprennent même parfois à la virgule près le contenu des dossiers de presse. Ils sont très sollicités et n'ont souvent que peu de temps à consacrer à leur articles. Si vous leur proposez un contenu déjà bien rédigé, vous avez toute les chance de faire parler de vous.

Si nous mettions en place des dossiers de presses bien écrits et un pool d'écrivains francophones prêt à représenter l'imaginaire dans les médias. Je pense que dans ces condition l'imaginaire pourrait tirer son épingle du jeu.

Christian
Messages : 46
Enregistré le : dim. oct. 08, 2017 5:11 pm
Contact :

Message par Christian » lun. oct. 23, 2017 3:13 pm

Elijaah Lebaron a écrit :Encore un point de vue très intéressant (surtout la seconde question). L'imaginaire en France manquerait-il de "Stars francophones" ?
Le problème en France, c'est que les "stars" on les a, mais le fandom préfère tirer dessus à boulets rouges plutôt qu'utiliser leur succès pour faire avancer la machine.

Werber écrit de l'Imaginaire (bon OK pas ce qui se fait de mieux), il aime la SF et le dit à chaque occasion mais dès qu'on cite son nom sur un forum le ban et l'arrière ban du microcosme hurlent à la mort. Brussolo, en son temps, s'est fait allumer par tout le monde alors qu'il avait des chiffres de vente non négligeables. Idem pour Chattam qui est plébiscité par toute une frange de lectrices et totalement ignoré par nos revues SF (pour lui, je plaide aussi coupable, je ne l'ai jamais lu).

Même un gars comme Bordage est regardé bizarrement depuis qu'il vend bien ses romans.

Fabien Lyraud
Messages : 165
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » lun. oct. 23, 2017 3:53 pm

Werber écrit de l'Imaginaire (bon OK pas ce qui se fait de mieux), il aime la SF et le dit à chaque occasion mais dès qu'on cite son nom sur un forum le ban et l'arrière ban du microcosme hurlent à la mort.
Le problème c'est que Werber est un hétéroclite, certes inoffensif, mais quand même quelqu'un qui mélangent les pseudo-sciences aux sciences exactes dans ses spéculations et évidemment ça fait hurler pas mal de monde (pour moi ça pose quand même un problème quand on veut écrire de la SF).
Même un gars comme Bordage est regardé bizarrement depuis qu'il vend bien ses romans.
Bordage, Genefort, Heliot. Ils vivent tous les trois de leur plume. Ce qui est quand même non négligeable. Donc ils doivent vendre pas mal pour y parvenir. Pourtant ils sont invités nul part en TV ou en radio. C'est ces trois là qu'il faut mettre en avant (même si je ne parlerais pas de star). Il y a aussi Mathieu Gaborit pour la fantasy (même si ça fait longtemps qu'il n'a rien sortit de nouveau) ou Pierre Grimbert.

Elijaah Lebaron
Messages : 52
Enregistré le : mer. juil. 26, 2017 8:02 pm
Contact :

Message par Elijaah Lebaron » mer. oct. 25, 2017 8:22 pm

Christian a écrit :
Elijaah Lebaron a écrit :Encore un point de vue très intéressant (surtout la seconde question). L'imaginaire en France manquerait-il de "Stars francophones" ?
Le problème en France, c'est que les "stars" on les a, mais le fandom préfère tirer dessus à boulets rouges plutôt qu'utiliser leur succès pour faire avancer la machine.

Werber écrit de l'Imaginaire (bon OK pas ce qui se fait de mieux), il aime la SF et le dit à chaque occasion mais dès qu'on cite son nom sur un forum le ban et l'arrière ban du microcosme hurlent à la mort. Brussolo, en son temps, s'est fait allumer par tout le monde alors qu'il avait des chiffres de vente non négligeables. Idem pour Chattam qui est plébiscité par toute une frange de lectrices et totalement ignoré par nos revues SF (pour lui, je plaide aussi coupable, je ne l'ai jamais lu).

Même un gars comme Bordage est regardé bizarrement depuis qu'il vend bien ses romans.
Heureusement que ce n'est pas le Fandom notre cible, mais plutôt les journalistes qui sont susceptible de vendre l'imaginaire au "grand public".

Sérieusement avec des amis comme le Fandom de l'imaginaire, qui a besoin d'ennemis ?

Personnellement je m'en tiens éloigné (et je m'en porte bien). Mais ce fameux Fandom est vraiment un boulet monstrueux qui plombe l'imaginaire en France au delà de toute raison.
Ok Werber n'est pas un scientifique et ose faire des infidèlité à son genre de prédilection, mais effectivement il ne mérite pas ce lynchage. Si le Fandom français avait un comportement constructif, combien les choses seraient différentes...

Christian
Messages : 46
Enregistré le : dim. oct. 08, 2017 5:11 pm
Contact :

Message par Christian » mer. oct. 25, 2017 8:46 pm

Elijaah Lebaron a écrit : Sérieusement avec des amis comme le Fandom de l'imaginaire, qui a besoin d'ennemis ?
:-D
Elijaah Lebaron a écrit : Personnellement je m'en tiens éloigné (et je m'en porte bien).
Nous sommes donc au moins deux ;-)

Fabien Lyraud
Messages : 165
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » jeu. oct. 26, 2017 6:29 am

Sérieusement avec des amis comme le Fandom de l'imaginaire, qui a besoin d'ennemis ?

Personnellement je m'en tiens éloigné (et je m'en porte bien). Mais ce fameux Fandom est vraiment un boulet monstrueux qui plombe l'imaginaire en France au delà de toute raison.
Ça dépend quel fandom. Pour moi il y en a plusieurs. C'est même là qu'est le problème. Mais je suis d'accord pour dire qu'un certain noyau dur qui ne jure que par la hard science et crache sur la fantasy nous a fait beaucoup de mal.

Mais certains éditeurs par leur manque de discernement au niveau des traductions ont quand même également cherché le bâton pour se faire battre.
Ok Werber n'est pas un scientifique et ose faire des infidèlité à son genre de prédilection, mais effectivement il ne mérite pas ce lynchage.
Désolé, mais un auteur qui mêle ésotérisme et science exacte dans une sorte de message new age représente un certain danger. Werber est inoffensif sur le plan idéologique, je le concède. Mais je ne suis pas sûr qu'un auteur qui est à l'opposé de 99% de ce qui ce qui se fait dans le genre est représentatif.
Werber c'est l'héritier du courant Planète.

Je pense plutôt qu'il faut comme je l'ai dit ailleurs trouver des ponts entre les médias. Essayer de cibler ceux qui connaissent l'imaginaire par d'autres médias.
Quand je vois l'échec à créer un pont vis à vis des gamers contrairement à ce qui s'est fait avec les rôlistes ( mais là c'était eux qui avait fait le premier pas) ou même une partie des milieux geeks, je me dis que ce n'est pas gagné. Et pourtant c'est nécessaire.

Elijaah Lebaron
Messages : 52
Enregistré le : mer. juil. 26, 2017 8:02 pm
Contact :

Message par Elijaah Lebaron » jeu. oct. 26, 2017 4:14 pm

Fabien, je pense qu'en parlant ici du Fandom dans une discussion qui de toute évidence possède tous les signes d'une Trollification imminente nous sommes totalement hors sujet. Je suis prêt à continuer cette intéressante discussion en d'autres cieux mais je vais ici y couper court.

Stratégiquement, si je trouve une ou deux personnalités pouvant représenter auprès du public (et auprès de la presse) un image positive et "successful" de l'imaginaire j'achète !

Et je me moque qu'en fait leur roman détaille la recette des babas au rhum plutôt qu'une Fantasy ou une SF de haute extraction. Je laisse le soin au public d'évaluer la qualité de ce qu'il achète.

Je sais c'est dérangeant intellectuellement, mais au delà de certaines manipulations marginales comme le Goncourt, se sont les acheteurs qui font et défont les succès de l'édition.

L'important c'est de trouver des leviers pour que l'on parle de la littérature de l'imaginaire. La mise en avant du talent de quelques-uns est l'un des moyens les plus efficace pour tirer tout notre marché vers le haut.

LDavoust
Messages : 29
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 4:48 pm
Contact :

Message par LDavoust » lun. oct. 30, 2017 10:37 am

Werber est totalement l’héritier du courant Planète. Dont on peut penser ce qu’on veut… 

MAIS force est de constater que tout le monde se rappelle Planète, qu’ils ont porté Lovecraft à la connaissance du grand public, que Le Matin des Magiciens reste un jalon connu…

Sans nécessairement aduler Werber (et, tant qu’on y est, Musso et Lévy qui écrivent régulièrement de l’imaginaire - du fantastique light), notre milieu peine à naviguer intelligemment avec des porte-étendards auxquels il pourrait faire appel (Werber se revendique comme auteur de SF) pour propulser sa diversité au lieu, comme cela a été dit justement ici, de les bannir par pur élitisme stupide.

M’est avis qu’il ne faut pas se soucier de la parole de ce fandom-là qui représente une frange ultra-vocale, mais aussi ultra-minoritaire du lectorat.

Répondre