Les institutions : oui mais quel périmètre ?

Toutes les idées sont les bienvenues.

Modérateurs : jerome, Mathias

Répondre
Fabien Lyraud
Messages : 165
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Les institutions : oui mais quel périmètre ?

Message par Fabien Lyraud » mer. oct. 11, 2017 5:00 am

Avant de se poser la question du comment, dans ce cas précis l'on est obligé de se poser celle du qui. Les institutions c'est vaste : Etat, régions, départements, intercommunalités, communes, établissements publics culturels....

Il faut identifier une cible. Et je pense que le fonctionnement le plus souple est de travailler en bottom up. Nous devons viser en priorité les villes et les intercommunalités. Ça tombe bien c'est elles qui gèrent la majorité des bibliothèques publiques et des centres culturels.
Pourquoi ? Parce que déjà au niveau des élus locaux il est possible de trouver des lecteurs d'imaginaire ou tout le moins des gens qui respectent notre culture ce qui est plus difficile à des échelons plus élevés.
Donc viser les villes et les territoires ça peut donner une idée du type d'action à mener.

O-Paquet
Messages : 22
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 5:17 pm

Message par O-Paquet » mer. oct. 11, 2017 6:34 am

Viser pour quoi ?
Si c'est pour des actions d'information ou autres, les bibliothèques et surtout les réseaux de médiathèques sont les plus pertinents. Je pars la semaine prochaine pour une résidence d'auteur dans la Somme et je rencontre des publics très variés (lycée technique, public en insertion, etc.) dans tous le territoire (et j'en ai vu des champs d'éoliennes). Les BDP (bibliothèques de prêt- ont un grand rôle dans ce domaine ou les Bib municipales qui cherchent toujours des partenaires.
Ensuite, il y a les agences du livre en région. Sur ce point tout dépend des structures existantes et toutes les régions ne sont pas égales. L'Arald est très active et fait beaucoup pour l'imaginaire (journée d'information, octroi de bourses, etc.), mais dans certains cas, il n'y a rien (Pays de Loire, ne fait rien, pour personne, c'est le désert).
En résumé, le plus sûr et le plus accessible, c'est les médiathèques et bibs.

jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Message par jerome » mer. oct. 11, 2017 2:15 pm

Après il y a peut être des opérations de lobbying à faire. Avec ces Etats Généraux, on aura des chiffres et des propositions. A voir à qui les envoyer ensuite...

clemence
Messages : 3
Enregistré le : mar. oct. 10, 2017 6:34 pm

Bibliothèques départementales

Message par clemence » mer. oct. 11, 2017 7:44 pm

Je suis d'accord avec O-Paquet :
Je suis tombée il y a quelques jours sur un article de la BDP du Bas Rhin sur la fantasy. Par extension, j'en ai trouvé d'autres. Les BDP prêtent des expo, proposent des formations aux bibliothécaires...
exemples :
prêt d'expo =http://biblio.bas-rhin.fr/agenda/detail/30

gestion d'une collection de science-fiction avec brève présentation des autres genres de l'imaginaire (fiche domaine) = http://biblio.bas-rhin.fr/espace-pro/bo ... ce-fiction

Distinction entre les genres de l'imaginaire = http://bdp.ariege.fr/Lire-Ecouter-Voir/ ... antastique

Liste de sites et sélections = https://bibliotheque.lot.fr/default/out ... tions.aspx

Stage de formation pour bibliothécaires = https://mediatheque.pasdecalais.fr/inde ... Itemid=432

Je ne sais pas quelles en sont les retombées mais les BDP me semblent être une piste intéressante.

Arwen60
Messages : 17
Enregistré le : jeu. oct. 05, 2017 11:02 am
Contact :

Message par Arwen60 » jeu. oct. 12, 2017 4:42 pm

En effet les bibliothécaires devraient être mieux "formés" sur le sujet non pas uniquement pour répondre aux demandes de lecteurs, mais aussi pour orienter en fonction des goûts et faire découvrir.

Exemple type:
On m'a prolongé un livre 3 fois déjà dans ma ville parce qu'on m'a dit que de toute façon "personne ne le lirait". Pourquoi? En l’occurrence il s'agit d'un roman merveilleux et donc sous-entendus il n'y a forcément que les passionnés ardus comme moi qui vont le lire ET donc ce n'est le cas de personne dans ma petite ville. Je pense que ça c'est une vision erronée des lecteurs, mais aussi par extension des ruraux.

Aurélie
Messages : 10
Enregistré le : jeu. oct. 05, 2017 3:42 pm

Message par Aurélie » ven. oct. 13, 2017 4:07 pm

Il y a effectivement un travail à faire auprès des professionnels "prescripteurs" (je n'aime pas ce mot !).

A force de médiation auprès de mes collègues, je m'aperçois, sans surprise, que certains sont des lecteurs de Littératures de l'Imaginaire qui s'ignorent.
Une fois cette première étape franchie, c'est déjà plus facile.

Il s'agit d'un travail de longue haleine, mais le fait de se retrouver autour d'un temps fort est un vrai plus.

Elijaah Lebaron
Messages : 52
Enregistré le : mer. juil. 26, 2017 8:02 pm
Contact :

Message par Elijaah Lebaron » ven. oct. 13, 2017 6:28 pm

Au-delà des bibliothèques, médiathèques et autres institutions publiques, je pense que cette démonstration pourrait aussi être présentée dans le secteur privé.

Former des vendeurs sur les qualités de la littérature de l'imaginaire (un potentiel de vente trop souvent oublié) pourrait être intéressant. Dans le secteur commerce une formation des vendeur peut se transformer en opportunité de CA.

Je pense qu'il serait pertinent d'offrir un savoir qui peut au final se transformer en vente (donc profiter à notre secteur).

Sandrine S
Messages : 49
Enregistré le : mar. oct. 17, 2017 3:59 pm

Message par Sandrine S » mar. oct. 17, 2017 4:45 pm

Côté institutions, certaines régions possèdent des structures dédiées au livre plutôt actives dans la promotion et l'animation, comme Mobilis dans les Pays de la Loire ou l'ARL en PACA.

Côté formation des libraires, deux centres de formation au moins proposent des formations dédiées, l'INFL à Paris et Profiile à Caen. Mais c'est encore trop peu.

Peut-être faudrait-il imaginer une publication professionnelle sur le modèle de Livres Hebdo, mais dédiée à l'imaginaire, où seraient présentées les sorties, avec des entretiens des différents acteurs depuis l'auteur jusqu'au libraire et au bibliothécaire en passant par tous les maillons de la chaîne ?

Allan
Site Admin
Messages : 48
Enregistré le : dim. sept. 17, 2017 6:23 pm
Localisation : Le Mans
Contact :

Message par Allan » dim. oct. 29, 2017 5:12 pm

Je ne vois pas l'enseignement dans cette liste ?

Il serait peut-être intéressant d' "aider" à promouvoir les LI en proposant des grilles de lecture aux professeurs et en quoi cela peut aider à comprendre le monde dans lequel on vit ou celui on pourrait vivre, l'apport des littératures de l'imaginaire, etc..

Je me souviens d'un débat avec une des abonnées de la rencontre Passerelles au Mans au sujet de l'Uchronie qui disait "on ne touche pas à l'histoire" : une fois expliqué, cela allait mieux

donner les clés et favoriser le choix d'oeuvres "pertinentes" permettraient aussi d'avoir demain des adultes qui les verrait différemment... (ou je suis totalement hors sujet :))

LDavoust
Messages : 29
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 4:48 pm
Contact :

Message par LDavoust » lun. oct. 30, 2017 10:10 am

@Sandrine: il y a eu une tentative il y a des années (Ozymandias) mais si ma mémoire est bonne, le milieu n’était simplement pas assez vaste pour assurer une pérennité financière à ce type de publication. Même Locus traverse des difficultés actuellement. L’idée est bonne, mais se pose la question sévère de comment faire vivre un tel médium.

@Allan: Oui! Mais il faut quelqu’un de bien introduit auprès de l’enseignement pour faire changer des mentalités parfois un peu rétives… 

O-Paquet
Messages : 22
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 5:17 pm

Message par O-Paquet » lun. oct. 30, 2017 10:38 am

LDavoust a écrit :@Sandrine: il y a eu une tentative il y a des années (Ozymandias) mais si ma mémoire est bonne, le milieu n’était simplement pas assez vaste pour assurer une pérennité financière à ce type de publication. Même Locus traverse des difficultés actuellement. L’idée est bonne, mais se pose la question sévère de comment faire vivre un tel médium.
Oh mais y a SF Magazine pourtant !
Blague à part, c'est très dur de faire un magazine de littérature SF sans englober le cinéma, la BD, les jeux-vidéos, sauf que le créneau est déjà bien encombré et que tout le monde vivote.
Lionel a raison, on peut oublier ça dans une perspective courte ou moyenne. Les bibliothécaires écument les revues et magazines qui existent (magazine littéraire, Lire, etc.) et je pense qu'ils n'ont pas trop le temps de s'intéresser à une autre revue où l'aspect littéraire serait limité à quelques pages. C'est pour ça que l'enjeu, c'est la visibilité dans l'existant, dans ce qui est consulté, plutôt que créer un nouvel outil.

Christian
Messages : 46
Enregistré le : dim. oct. 08, 2017 5:11 pm
Contact :

Message par Christian » lun. oct. 30, 2017 11:04 am

Sandrine S a écrit : Peut-être faudrait-il imaginer une publication professionnelle sur le modèle de Livres Hebdo, mais dédiée à l'imaginaire, où seraient présentées les sorties, avec des entretiens des différents acteurs depuis l'auteur jusqu'au libraire et au bibliothécaire en passant par tous les maillons de la chaîne ?
Ca existe déjà : Bifrost y consacre une bonne partie de chaque numéro (portrait d'auteur, parole données aux libraires / traducteurs / illustrateurs, grosse partie critique, etc)

Sandrine S
Messages : 49
Enregistré le : mar. oct. 17, 2017 3:59 pm

Message par Sandrine S » mar. oct. 31, 2017 2:29 pm

Je vois que je ne me suis pas bien exprimée concernant cette "revue" à laquelle je pense.
Le modèle n'en serait pas Bifrost ou SF mag, mais Livres Hebdo. Façon "austère". L'imaginaire sans le côté "déjanté" (qui nous plaît bien mais qui peut rebuter les "non initiés"). Des stats de vente régulières, des annonces de sorties, des interviews sérieuses avec des analyses de fond, et peut-être pas seulement au niveau de la France, mais international.
L'objectif ne serait pas de créer une revue pour les passionnés, mais une revue pro pour les libraires et bibliothécaires qui n'y connaissent rien, pour leur parler de l'imaginaire comme de n'importe quel autre segment, par exemple pour montrer aux libraires que l'imaginaire se vend et est viable commercialement. Une façon de les former au segment en provoquant leur intérêt (à tous les sens du terme).
Si ça a existé et que ça n'a pas marché, c'est bien dommage :(.

rmd
Messages : 4
Enregistré le : ven. sept. 15, 2017 7:35 am

Message par rmd » mar. oct. 31, 2017 5:07 pm

Comme dit lionel, c'est un Locus francais que tu veux ( https://locusmag.com/ ).

Et effectivement, malgré une fondation derrière elle, un marché anglophone bien plus grand que le marché francophone et des abonnés à l'international, locus ne doit pas dépasser quelques milliers de ventes et à du mal à se maintenir.
--
rené-marc, noosfere

Répondre