Les livres en bibliothèque

Toutes les idées sont les bienvenues.

Modérateurs : jerome, Mathias

Répondre
Fabien Lyraud
Messages : 164
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Les livres en bibliothèque

Message par Fabien Lyraud » mar. nov. 14, 2017 4:08 pm

Est ce qu'il serait possible d'avoir les chiffres concernant les emprunts de livres d'imaginaire en bibliothèque ? La progression des acquisitions concernant l'imaginaire en bibliothèque ?

Fabien Lyraud
Messages : 164
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » mer. nov. 15, 2017 8:00 am

J'ai envoyé un questionnaire à un bibliothècaire avec lequel je suis en contact. Je vous le communique si vous avez vous aussi la possibilité de communiquer avec des bibliothècaires.

Quelle est votre surface générale et la surface destinée aux littératures de l’imaginaire ?
La part des littératures de l’imaginaire dans vos acquisition a-t-elle augmentée ?
Avez vous remarqué une augmentation des emprunts concernant les littératures de l’imaginaire ces dernières années ?
Pensez vous qu’il y a des freins concernant l’emprunt d’ouvrages de littératures d’imaginaire en bibliothèque ? Si oui lesquels ?
Quel est le profil des lecteurs d’imaginaire dans votre bibliothèque ( sexe et tranche d’âge) ?

Sandrine S
Messages : 49
Enregistré le : mar. oct. 17, 2017 3:59 pm

Message par Sandrine S » mer. nov. 15, 2017 9:38 am

Concernant les chiffres au niveau national, peut-être que la SOFIA en a (l'organisme qui gère entre autres la redistribution des droits d'auteur en fonction des emprunts en lecture publique) ?

jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Message par jerome » mer. nov. 15, 2017 5:19 pm

Sandrine S a écrit :Concernant les chiffres au niveau national, peut-être que la SOFIA en a (l'organisme qui gère entre autres la redistribution des droits d'auteur en fonction des emprunts en lecture publique) ?
Excellente idée. Quelqu'un aurait un contact ?

lutrino
Messages : 3
Enregistré le : mar. oct. 10, 2017 8:12 pm

Message par lutrino » jeu. nov. 16, 2017 11:59 am

Fabien Lyraud a écrit :Quelle est votre surface générale et la surface destinée aux littératures de l’imaginaire ?
Si je peux me permettre, cette histoire de surface, ça n'a pas grand sens.
Scylla, à Paris, est une des plus petites librairies qu'il m'ait été donné de voir, et pourtant, son fonds est incroyable.
C'est plutôt le nombre de mètres linéaires et le nombre de références qui veut dire quelque chose.

O-Paquet
Messages : 22
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 5:17 pm

Message par O-Paquet » dim. nov. 19, 2017 8:15 am

Je reviens d'une résidence d'auteur dans la Somme où j'ai arpenté tout le département et pas mal de bibliothèques et médiathèque en milieu rural. Tes questions, Fabien, pour ce genre de bib, elles n'ont pas grand sens tant les situations sont variées.
Certaines s'appuient sur des bibliothèques de prêt, d'autres sont uniquement gérées par des bénévoles, et leurs budgets dépendent souvent des capacités de la communauté de commune.
C'est un univers très différent des bibliothèques de grandes villes. Pour te dire, la discussion actuelle dans la Somme est que les bibliothécaires de chaque médiathèque ne décideraient pas de leurs achats et que ce serait centralisé.

Après, dans les médiathèques que j'ai visité, il y a toujours un rayon SF-fantasy, ou alors, dans le cas de Ham (à l'est), un grand rayon fictions, avec de la SF à l'intérieur. Mais en tout cas, quand il y a un rayon SF, ce dernier est plutôt constitué de classiques et de quelques titres récents quand ils ont été plus populaires.

Aurélie
Messages : 10
Enregistré le : jeu. oct. 05, 2017 3:42 pm

Message par Aurélie » mer. nov. 22, 2017 10:23 am

Bonjour,

Je représente un réseau de 3 médiathèques dans une ville de banlieue (40 000 habitants).

Dans ce réseau lui-même, nous sommes face à des disparités :
- les 3 médiathèques ne font pas de distinction en jeunesse
- seules 2 sections adultes ont séparé leur fonds Littératures de l'Imaginaire du reste de la fiction, et ont un budget spécifique. Après un travail de statistique et de médiation, nous devrions, en 2018, créer le fonds Littératures de l'Imaginaire dans le 3e médiathèque.

La méconnaissance de ces littératures est déjà un fait au sein même des professionnels. Cette année, nous avons organisé le Mois de l'Imaginaire. Grâce à une exposition (simple présentation des genres et de quelques sous-genres de l'Imaginaire), nous avons pu gommer quelques disparités et permettre aux collègues de mieux comprendre ces littératures.
Ce n'était pas l'objectif premier, mais les retours ont été plutôt bons, et comme notre public, certains collègues se sont découverts déjà lecteurs de SF ou de Fantastique (principalement).

Après ces quelques remarques, voici les réponses aux questions :

Quelle est votre surface générale et la surface destinée aux littératures de l’imaginaire ?
Difficile à estimer pour les 3 médiathèques. Celle qui a le fond le plus conséquent à moins de 10 m² je pense. La surface totale de la section doit être de 600-700 m² (chiffres à prendre avec des pincettes, donc).

La part des littératures de l’imaginaire dans vos acquisitions a-t-elle augmentée ?
Après un travail de plusieurs années, le budget a été revue à la hausse. Il a doublé depuis mon arrivée, il y a 8 ans.

Avez vous remarqué une augmentation des emprunts concernant les littératures de l’imaginaire ces dernières années ?
Oui. Notamment depuis que ce fonds a été séparé des romans policiers et de la littérature blanche, il y a 3 ans. Les romans policiers ont connu le même effet.

Pensez vous qu’il y a des freins concernant l’emprunt d’ouvrages de littératures d’imaginaire en bibliothèque ? Si oui lesquels ?
Je pense que c'est du cas par cas.

Dans le cas de mon réseau, les freins sont essentiellement un problème de manque de mise en valeur des fonds (mal placé, manque de place), et de méconnaissance du genre (autant par les lecteurs que par certains collègues, au même titre que je ne maîtrise pas les romans policiers, par exemple).

Nous travaillons sur les deux plans :
- Valorisation du fonds : nous faisons des présentations "à thème" (environ une fois par mois). Nous essayons de conserver des espaces de présentation sur les étagères. Ce qui nous oblige à retirer des livres (jeter ce qui est trop vieux / abîmer, donner ce qui tient encore la route mais ne sort plus, mettre en réserve les suites de série). La mise en réserve est un autre frein : il faut alors la faire connaître ! Cette année, le Mois de l'Imaginaire a eu de bonnes conséquences sur nos prêts (+30% si on compare octobre 2017 à octobre 2016). Retours positifs de notre public, avec les mêmes remarques que les collègues ("Mais en fait, j'ai lu ce livre, c'est de la SF ?). Nous avons également attiré vers nos animations des lecteurs qui n'y participaient jamais.

Ce sont les premières choses qui me viennent en tête, mais il y en a sans doute d'autres.


Quel est le profil des lecteurs d’imaginaire dans votre bibliothèque ( sexe et tranche d’âge) ?
Je ne peux obtenir des statistiques que pour les fonds de section adultes (à partir de 14 ans), puisqu’en jeunesse, nous n’avons rien pour les identifier.
57% des emprunteurs de Littératures de l’Imaginaire sont des femmes.
Nos plus gros emprunteurs sont des personnes de 46 à 60 ans (23%), suivis des 36-45 ans (17 %) puis des 26-35 (16%). En 4e position, on trouve les 14-16 ans (10%).

En ce moment, une petite enquête a lieu sur les Hauts-de-Seine, l'objectif étant de vous communiquer les informations obtenues si nous avons suffisamment de réponses.
Modifié en dernier par Aurélie le sam. juil. 28, 2018 3:03 pm, modifié 1 fois.

Boréalis
Messages : 10
Enregistré le : ven. nov. 17, 2017 10:35 pm
Localisation : Perpignan

Message par Boréalis » jeu. nov. 23, 2017 2:53 pm

A noter que les réseaux médiathèques des villes ont des sites où il est possible de consulter les "nouveautés", réserver des ouvrages, liseuses pour les inscrits etc.

Ce qui peut, en quelques clics, également donner un aperçu concernant la littérature de l'imaginaire même si cela ne vaut pas un déplacement.

Peut-être qu'un petit recensement des nouveautés librement consultables et sur une période donnée - à travers plusieurs zones géographiques - pourrait s'avérer utile ?

Répondre