La déperdition des 25 ans

(Évolutions des ventes en librairie sur les dernières années, visibilité du genre dans les médias mais aussi en médiathèque, sur le web, dans les écoles etc).

Modérateurs : jerome, Mathias

Répondre
Fabien Lyraud
Messages : 144
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

La déperdition des 25 ans

Message par Fabien Lyraud » jeu. oct. 12, 2017 3:51 pm

Il y a environ 20 ans Serge Lehman avait attiré mon attention sur un phénomène qu'il avait baptisé déperdition des 25 ans. En gros autour de l'âge de 25 ans des lecteurs d'imaginaire souvent même de gros lecteurs abandonnent la lecture de SF, de fantasy et de fantastique pour lire autre chose. Et contrairement à ce qui se passe par exemple pour le polar où l'on a des lecteurs qui arrêtent d'en lire pour y revenir plus tard, les anciens lecteurs d'imaginaire n'y reviennent pas.

Bon c'est un constat qui date de 20 ans. Je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui. Mais on peut penser que de jeunes diplômés abandonnent la lecture d'imaginaire pour être pris au sérieux dans le monde professionnel. On revient au fait que nos littératures peuvent être considérées comme des littératures honteuses malheureusement par certains. La peur de jugement négatif peut pousser de gros lecteurs d'imaginaire à se renier pour pouvoir être accepté professionnellement.

jerome
Site Admin
Messages : 201
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Re: La déperdition des 25 ans

Message par jerome » ven. oct. 13, 2017 7:40 am

Fabien Lyraud a écrit :Il y a environ 20 ans Serge Lehman avait attiré mon attention sur un phénomène qu'il avait baptisé déperdition des 25 ans. En gros autour de l'âge de 25 ans des lecteurs d'imaginaire souvent même de gros lecteurs abandonnent la lecture de SF, de fantasy et de fantastique pour lire autre chose. Et contrairement à ce qui se passe par exemple pour le polar où l'on a des lecteurs qui arrêtent d'en lire pour y revenir plus tard, les anciens lecteurs d'imaginaire n'y reviennent pas.

Bon c'est un constat qui date de 20 ans. Je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui. Mais on peut penser que de jeunes diplômés abandonnent la lecture d'imaginaire pour être pris au sérieux dans le monde professionnel. On revient au fait que nos littératures peuvent être considérées comme des littératures honteuses malheureusement par certains. La peur de jugement négatif peut pousser de gros lecteurs d'imaginaire à se renier pour pouvoir être accepté professionnellement.
On a quelques pistes sur les lecteurs d'imaginaire... Chez Babelio la tranche 25/45 est majoritaire justement.

Marrsh
Messages : 11
Enregistré le : mar. juil. 18, 2017 10:08 am
Localisation : Orléans

Message par Marrsh » ven. oct. 13, 2017 9:00 am

Pour voir le lectorat qui emprunte dans les littératures de l'imaginaire dans la bibliothèque où j'exerce, je ne suis pas foncièrement d'accord avec ce constat d'arrêt de lecture après l'âge de 25 ans pour un "gain de légitimité".

J'ai, à ma grande surprise, beaucoup de lecteurs de différentes tranches d'âge qui empruntent et les plus gros emprunteurs sont les moins de 20 ans et les plus de 60 ans.

La part de jeunes actifs et actifs est certes moins importante mais il faut plutôt voir le manque de temps pour toute littérature qu'un réel désaveu de nos littératures préférées.

L'image "honteuse" perdure toujours dans l'esprit de certains mais ce sont principalement ceux qui ne s'y intéressent pas (mes cibles préférées pour leur remettre différents titres pour les faire changer d'avis comme avec Station Eleven ou l'Assassin Royal).
Section adultes
Responsable littératures de l'imaginaire et bande-dessinée

Répondre