L'Appel de l'imaginaire Index du Forum L'Appel de l'imaginaire
Le forum préparatoire des Etats Généraux
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Littérature étrangère en langue étrangère Anglais

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Appel de l'imaginaire Index du Forum -> La pédagogie et formation
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Gromovar



Inscrit le: 14 Déc 2017
Messages: 5

MessagePosté le: Ven Déc 22, 2017 5:28 pm    Sujet du message: Littérature étrangère en langue étrangère Anglais Répondre en citant

Hello,

Je ne sais pas si ça a déjà été dit mais le programme de Littérature étrangère en langue étrangère Anglais en Terminale L comprend une part possible Imaginaire.

Il serait intéressant de motiver nos collègues qui l'enseignent, et des les aider si nécessaire.

Programme officiel ci-dessous :

L'imaginaire
Piste : L’étrange et le merveilleux, le fantastique, la science-fiction
La science-fiction
Si l’on s’en tient à une définition très large du terme, il serait possible de faire remonter la science- fiction aux utopies de T. More (Utopia, 1516) ou de F. Bacon (The New Atlantis, 1624), aux voyages extraordinaires décrits par Lemuel Gulliver dans le roman de J. Swift (1726) ou au Frankenstein or the Modern Prometheus (1823) de M. Shelley. Il pourrait également s’appliquer aux utopies socialistes de W. Morris. Néanmoins, le terme de science-fiction, créé par H. Gernsback, éditeur du fanzine Amazing Stories, est plus restrictif. Remplaçant le terme de scientific romance ou de scientifiction, le terme s’applique à des histoires incorporant dans leur trame narrative les découvertes scientifiques de leur époque tout en extrapolant et en anticipant sur leur utilisation. On pense immédiatement à H. G. Wells et à sa machine à remonter le temps.
La définition donnée par H. Gernsback, aussi large soit-elle, a le mérite de souligner un aspect essentiel : la science-fiction ne nous parle pas uniquement du futur, elle nous parle constamment de notre présent et du rapport ambigu que nous entretenons avec le progrès scientifique. Parfois, elle le glorifie. Elle est l’affirmation d’un monde occidental et anglo-saxon en plein essor, fier de ses découvertes, partant à la conquête des airs et de l’espace et défendant ses valeurs contre des extra- terrestres. Elle se propose d’écrire la grande épopée de la modernité. Parfois, elle adopte une attitude plus sceptique, voire critique qui ne fait que s’amplifier avec le temps. Avec les crises, le traumatisme

Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche – DGESCO
Littérature étrangère en langue étrangère, Anglais– Cycle terminal- http://eduscol.education.fr/ressources-LV-cycle-terminal Page 12 sur 14

de deux guerres mondiales ou la menace nucléaire, le progrès scientifique et la modernité peuvent représenter une menace pour le genre humain et son environnement. Le présent porte en lui les germes d’un futur apocalyptique que l’on pourrait néanmoins éviter, en s’engageant pour la défense de l’environnement, par exemple. Mais la critique reste bien vaine tant il est difficile d’aller contre la marche du temps. Aussi, dans un univers anglo-saxon de plus en plus mondialisé, désabusé et où le réel n’a plus de contours précis, la science-fiction emprunte d’autres voies et expérimente le mélange des genres. La trame narrative explose totalement, exploite la fantasy, l’humour, le burlesque ou la parodie. Enfin, lorsqu’il n’y a plus de futur possible, la science-fiction en arrive à revisiter le passé. Elle réécrit les classiques de la littérature anglo-saxonne ou explore l’uchronie.
SHELLEY M., Frankenstein: or, the Modern Prometheus, 1823 BUTLER S., Erewhon, 1872
MORRIS W., News from Nowhere, 1890
WELLS H. G., The Time Machine, 1895
HUXLEY A., Brave New World, 1932
ORWELL G., 1984, 1948
DICK P. K., The Minority Report, 1956; The Man in the High Castle, 1962 MOORCOCK M., Gloriana; or the Unfulfill’d Queen, 1978
ADAMS D., The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy, 1979
GRAY A., Lanark, 1981
PRATCHETT T., The Color of Magic, a Discworld Novel, 1983
BANKS I. M., Use of Weapons, 1990
SPIELBERG S., Minority Report, 2002
Séries de vidéos publiées par la British Library à l’occasion de l’exposition Out of This World. Taper les mots clefs : British Library – Out of this world - Exhibition – des auteurs contemporains de science-fiction évoquent les origines du genre, des personnages, le rôle de l’utopie et leurs sources d’inspiration.
The British Science Fiction Association permet de suivre l’actualité de la science fiction en Grande-Bretagne : www.worldswithoutend.com/books_bsfa_index.asp
Cold war in Science-Fiction : http://io9.com/5401874/the-cold-war-in-science-fiction
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sandrine S



Inscrit le: 17 Oct 2017
Messages: 49

MessagePosté le: Mar Jan 02, 2018 10:34 am    Sujet du message: Répondre en citant

Très intéressant et cela pourrait en effet donner des idées Smile Ce serait top que le même type de programme soit proposé en littérature francophone.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Appel de l'imaginaire Index du Forum -> La pédagogie et formation Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com